Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 20:59

  Une façon d’envoyer ses vœux pour 2009 en rafraîchissant les esprits :

Les Températures de Saint Etienne ( Le Soleil, Le Marais altitude 500 mètres) :

Mois de décembre 2008.

 

date                min       max     moyenne   moy. vraie

1-déc-08         2,3       5,0       3,7       3,9

2-déc-08         1,4       4,2       2,8       2,1

3-déc-08        -1,1      7,8       3,4       4,5

4-déc-08          0,0       9,7       4,9       5,5

5-déc-08          6,1       9,9       8,0       7,2

6-déc-08          3,9       8,2       6,1       5,0

7-déc-08          0,9       5,7       3,3       2,5

8-déc-08         -1,7      5,1       1,7       -0,2

9-déc-08         -1,6      8,3       3,4       4,7

10-déc-08       -0,8      -0,3      -0,5      -0,5

11-déc-08       -1,4      -0,4      -0,9      -1,1

12-déc-08       -4,5      -1,3      -2,9      -3,4

13-déc-08       -8,6      6,7       -1,0      -2,1

14-déc-08        1,4       6,7       4,1       3,4

15-déc-08        0,2       2,2       1,2       1,1

16-déc-08       -0,7      0,1       -0,3      -0,1

17-déc-08       -0,9      0,7       -0,1      -0,3

18-déc-08       -0,3      3,1       1,4       1,2

19-déc-08         1,7       5,8       3,7       4,2

20-déc-08         2,4       6,2       4,3       4,5

21-déc-08         5,1       7,5       6,3       6,4

22-déc-08         4,6       5,7       5,2       5,3

23-déc-08         4,1       5,8       5,0       5,0

24-déc-08         2,5       6,0       4,3       3,5

25-déc-08       -0,1      2,2       1,1       1,1

26-déc-08       -1,4      1,1       -0,2      -0,1

27-déc-08       -5,5      2,0       -1,8      -2,4

28-déc-08       -5,5      -0,1      -2,8      -2,6

29-déc-08       -2,2      4,3       1,1       -0,6

30-déc-08       -0,2      9,4       4,6       4,9

31-déc-08         5,2       10,9     8,1       7,5

moyenne            0,2       4,8       2,5       2,3

  

2008 est le mois le plus froid de l’année comme son homologue en 2007 !

La moyenne de décembre 2008 est égale à celle de 2007 ( déjà bien froid) mais bien plus basse que celle de 2006 (4,2°).

Pour l’ensemble de 2008, moyenne annuelle finale : 11,2° soit -0,3° par rapport à 2007

Le rafraîchissement continue.

Pour les précipitations, décembre ajoute 85.7 mm et le total annuel final atteint 1050.7 mm
(record pour ma station, record de Bouthéon 991mm battu, 3ème rang à la Métare de puis la 2ème guerre mondiale.

Bonne année 2009…
 

Gérard Staron   http://pagesperso-orange.fr/climatologie.staron

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 22:56


Sur l'image transmise par Claude , on distingue la zone de ciel clair de l'anticyclone froid  qui occupe notre pays.

Il est maintenant coupé de son alimentation sibérienne en arrière, donc plus sensible aux attaques d'air doux en provenance de l'Atlantique avec la perturbation située au large du cap Finisterre à la pointe de L'Espagne .

Réussira-t-elle à pénétrer? Selon certains modèles, oui, mais rien n'est sûr. En plus un redoux est souvent une période agitée plus difficile à vivre qu'un temps très froid ensoleillé.
Demain on en saura peut être mieux... ( nouvelle prévision sur ce blog)

Les autres attaques à partir de la Méditerranée , avec les deux flèches à droite ont déjà échoué à rentrer sur la France  tout en laissant un panache blanc .

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 19:17

L'assemblée générale annuelle du Comité météorologique départemental de la Haute Loire s'est tenue cet après -midi dans les salons de l'Hotel Alizée de l'Aéroport du Puy Loudes.
C'est toujours une réunion conviviale à laquelle je participe depuis sa création, et même antérieurement puisque  l'association actuelle a pris la suite de la commission qui avait été crée en 1974 par Mr Batisse alors responsable de la station météorologique.
Ce type d'organisme traite des questions climatiques du département en particulier du réseau des observateurs bénévoles et effectue un bilan de l'année écoulée  très abondant cette fois après la crue de la Loire du début novembre et les récentes chutes de neige
La question principale concerne l'avenir du centre départemental météorologique de Météo France" promis à une disparition entre 2012 et 2017. On distingue, dans le fond, les bâtiments derrière les amoncelements diminués des dernières chutes de neige.
La décision totalement incohérente serait de faire dépendre le département de la Haute Loire d'Aurillac et du Cantal.
Incohérence historique: Depuis André Baldit au début du XIXème siècle la Haute Loire possède l'une des stations météorologiques les plus anciennes de France alors qu'au début de ma thèse dans les années soixante dix celle d'Aurillac était en cours de création
incohérence climatique : Avec le débordement des phénomènes méditerranéens, crues de la loire et de l'Allier, chute de neige Lourdes, tempêtes, les risques météorologiques sont plus importants sur le centre du Massif central et donc la Haute Loire sans oublier la division en une multitude de petits pays aux climats différents
incohérence géographique avec la localisation marginale de la ville d'Aurillac par rapport à l'ensemble des deux départements qu'elle devrait  désservir. Jusqu'à une date récente, la climatologie du cantal dépendait de Bordeaux.
incohérence dynamique, la Haute Loire dispose depuis longtemps d'une commission puis d'un comité actif, ce qui n'existe même plus dans de nombreux départements.
L'importance relative des agglomérations ne peut même pas être évoquée. Il est vrai que la météorologie présente un vrai paradoxe de ce point de vue :
Plus une région est peuplée plus elle est plane, moins il est intéressant de faire de la climatologie
Plus une zone est montagnarde, moins elle est peuplée et  c'est un délice de faire de la météo !
un vrai casse tête

Gérard Staron




Partager cet article
Repost0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 23:00

      

                                         Trois catégories de blanc  sur cette image de Claude:

 

-le blanc sâle occupe une grande partie de l'Europe : les plateaux de l'Espagne, le Massif Armoricain, les mers du nord de l'Europe, une diagonale des Pyrénées à la Pologne avec quelques troueées. IL correspond aux nuages de basses couches, brouillards ou stratus dans l'air froid qui occupe notre continent

- le blanc brillant correspond aux neiges des Alpes et des Pyrénées

- le blanc  du sud  avec les éventails chargés d'humidité qui divergent à partir du Levant espagnol sur la Méditerranée jusqu'à l'Italie et les nuages épais des Balkans à la mer Noire, marque l'extension de l'air froid  qui est descendu très bas en latitude jusqu'à une ligne qui s'étire du Maroc à la mer Noire.

 

Gérard Staron

 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 15:44
 























   Les dernières images de Claude, du satellite défilant américain NOAA 17, permettent de visualiser l'avancée de la perturbation qui traverse la France entre le 10  ( à gauche) et le 11 novembre  ( à droite) en fin de matinée.
Les massses nuageuses qui accompagnent la descente de l'air froid  ont progressé de l'Angleterre  jusqu'à la France avec :
--  une tempête  qui n'a pas tenu les promesses annoncées puisque les rafales les plus importantes ont dépassé à peine 100 km/h, en raison de hautes pressions sur la Méditerranée, très visibles  sur l'image du 10, qui n'ont pas beaucoup résisté
--  des pluies qui  ont déposé plus de 10 mm sur les hauteurs des Alpes mancelles, (18 mm à Alençon et Laval) ,reliefs alpins très relatif aux confins de la Normandie et de la Mayenne que j'ai beaucoup de raisons de surveiller avec insistance mais qui cette fois ont été les premiers rencontrés par les masses pluvieuses après leur traversée de la Manche.
Les lignes de nuages secondaires qui longent  les côtes de la Manche ou descendent sur l'Angleterre annoncent la fin des températures douces qui ont marqué l'été de la Saint Martin et amènent de l'air de plus en plus froid.
A vos tisons...

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 13:08

           Prévision valable pour le week-end de la Toussaint jusqu’au 4 novembre

      Le  1er épisode hivernal des derniers jours d’octobre a tenu ses promesses. La neige est arrivée sur le versant nord du Pilat à partir de 850 mètres ce qui correspond à une situation précoce (environ 1 année sur 4).















     Si le début de la journée de jeudi a connu une accalmie dans le mauvais temps, ce dernier revient plus rapidement que prévu sous une forme un peu différente.

La nouvelle descente d’air froid arctique choisit une trajectoire plus occidentale de l’Angleterre au golfe de Gascogne et à la Péninsule Ibérique au lieu de venir par la mer du Nord comme la précédente. Ceci modifie les effets pour nos départements. Nous serons beaucoup plus touchés par la réaction de la Méditerranée qui suit que par l’arrivée du froid et de la neige au début.

Une fois que l’air froid sera descendu dans les régions méditerranéennes. Il va se résorber sur place tout en se chargeant d’humidité ce qui maintient des conditions de temps semblables de vendredi à mardi. De très fortes précipitations toucheront Les Cévennes et les crêtes du Mézenc au Pilat. Attention, après les totaux pluviométriques importants de ce mois d’octobre, leur répétition jour après jour, peut provoquer des crues des rivières qui descendent des hauteurs de l’est du Massif central sur les bassins de la Loire et du Rhône. Situation à surveiller d’autant plus qu’il est difficile de prévoir leur extension au-delà des zones citées ci-dessus!

Les températures vont connaitre une remontée spectaculaire sous l’effet d’un violent flux et vent de sud

 

Jeudi :

La nouvelle dégradation arrive plus tôt que prévu. Ses précipitations avec neige en altitude affectent surtout les reliefs montagneux sensibles aux influences océaniques, en particulier ceux de la moitié nord de nos départements.

Les plaines et bassins sont moins touchés par les précipitations

Les températures restent très basses toute la journée en particulier sur sol enneigé

 

Vendredi

Après de petites gelées sur les plateaux du Massif central, en particulier sur les sols enneigés, le flux de sud s’installe. Le vent forcit, les précipitations arrivent et affectent surtout les reliefs de l’est du Massif central en particulier ceux des Cévennes au Pilat.

Les températures maximales connaissent une première remontée spectaculaire

 

Samedi :

Le flux de sud venteux, nuageux et surtout pluvieux domine. Les précipitations seront très abondantes sur l’axe de la vallée du Rhône et sur les reliefs du Mézenc au Pilat. Leur débordement au-delà sur l’Auvergne, le Velay et le Forez est incertain.

Les températures restent particulièrement douces,  vent de sud violent.

 

Dimanche

Le flux passe du sud au sud-est ce qui change peu les caractéristiques des températures douces, des nuages et surtout des fortes précipitations abondantes sur les mêmes régions.

Le vent devrait faiblir.

 

Lundi

Le flux passe à l’est avec une situation sans grand changement : doux nuageux et pluvieux sur les mêmes régions.

 

Mardi

Situation sans grand changement : doux nuageux pluvieux, toutefois la fin de l’épisode commence vers la mi-journée avec un début de baisse des températures.

 

Mercredi 
L’épisode pluvieux devrait être terminé.

Pendant tous ces jours, ceux qui sont situés sur des sites potentiellement inondables ou à proximité de rivières descendant des hauteurs de l’est du Massif central doivent être vigilants.

Les totaux pluviométriques seront importants sur le rebord oriental du Massif central. Il est très  difficile de prévoir l’extension des fortes pluies en dehors des régions les plus exposées, ces précipitations peuvent ne pas dépasser le Pilat ou pénétrer beaucoup plus au nord dans le Forez ou dans le Velay !


Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 15:53

     La descente  froide est descendue  très bas en latitude . Ses limites ont été grossièrement soulignées par un trait noir sur cette image transmise par Claude.
En provenance de l'Arctique, elle s'écoule par la mer du Nord avec un petit tourbillon secondaire, vers  la France, l'Espagne, le Maroc avec les nuages qu'elle provoque sur l'Atlas et enfin jusqu'au Sahara.
A l'est, les nuages provoqués par la réaction de la Méditerranée remontent vers l'Europe en déversant leurs précipitations.
A l'ouest , une nouvelle perturbation Atlantique progresse à partir de l'ouest,  elle va bientôt  couper la descente froide au niveau de la France.
A partir de ce moment là,  l'air froid piégé au sud tourbillonera  jusqu'à sa résorption sur place.

En attendant les précipitations continuent : 

-- A Roussillon 40 mm
--A Saint Etienne
18,3 mm mesurés le 28 au matin
18,2 mm le 29 au matin
1,8 mm le 29 à 16 h
soit 38,3 mm pour l'épisode.

Le total provisoire du mois d'octobre atteint 152 mm soit le plus important depuis avril 2005 au moins...

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 15:17
       La descente froide perturbée que nous subissons  se transforme en une grosse pluie méditerranéenne, en direct sur cette image transmise par Claude, ce matin vers 11h30.
Les pluies commencent à devenir substantielles :
28 mm à Roussillon
18,3 mm mesurés ce matin à Saint Etienne auquel il faut ajouter 6,5mm depuis, soit un total provisoire de 24,8 mm pour l'épisode.
Au moment où j'écris ces lignes, des grosses masses nuageuses pluvio orageuses abordent les côtes du Var  et risquent d'alimenter les gazettes dans les heures suivantes. 
Cet air très froid à l'origine près de l'Arctique (-7° au sol, -39° en altitude) ne peut que provoquer des réactions dans sa descente directe vers les régions plus chaudes:
--- Il a d'abord provoqué les pluies classiques  de lundi qui ont traversé la France. ceci correspond sur l'image à la bande blanche qui prend l'Europe en écharpe de L'Espagne à l'Allemagne.
--- Maintenant il surmonte  la Méditerranée. Cette masse maritime chaude le recharge en humidité. Une dépression se crée dans le golfe de Gènes. On distingue son tourbillon en formation. Les pluies commencent seulement à se déverser sur ses côtes...
--- En arrière dans l'air froid,  observez ces trois petits tourbillons secondaires sur la Mer du Nord  dans l'axe de la descente froide, mais aussi  toutes ces petites boules nuageuses, de petits grains, autant de petites averses potentielles....
 Rien n'est fini ...
--- L'est de la France va passer dans l'air froid où il n'est pas complètement arrivé : neige et gelées probables
--- Les régions proches de la Méditerranée et celles autour du golfe de Gènes, parfois très éloignées, n'ont pas fini de recevoir des précipitations substantielles; où vont elles frapper?

Gérard Staron  http://pagesperso-orange.fr/climatologie.staron
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 21:36

L'image de ce mercredi vers 11 heures transmise par Claude montre

---  quelques nuages bas ou brouillards matinaux pas encore dispersés sur la France. S'ils sont généralement dans les bas fonds, par exemple ceux de la vallée de la Loire, leur allongement dans le sens est-ouest est intéressant

--- une énorme accumulation de nuages qui s'élargit vers l'est  sur le versant nord des reliefs ,qui s'étirent des Alpes aux Carpathes.A l'est du pays se déroule alors le Tour cycliste de Pologne qui aurait dû arriver à Lublin  et pour la première fois en raison de la pluie et du froid , l'étape du jour est neutralisée au début et se termine par un grève des coureurs à 4 km de l'arrivée. Le phénomène s'est produit autrefois pour cause de neige, ou autres raisons (1). Ce n'est pourtant pas le première course qui s'arrose copieusement cette année (2)

Le courant de nord-est qui descend des régions arctique présente une forme anticyclonique avec ciel dégagé  du Danemark à la France et une forme perturbée avec pluies et nuages qui viennent s'agglutiner sur les reliefs transversaux de l'Europe de l'est .
Après le massacre, le gouvernement provisoire, voici la course neutralisée de Lublin...

Gérard Staron      http://pagesperso-orange.fr/climatologie.staron

(1) Jean-Paul Bourgier et Gérard Staron " Conditions climatiques et compétitions cyclistes " 2007 Editions de l'Harmattan , disponible auprès des auteurs et sur internet
(2) Jean-Paul Bourgier et Gérard staron  " Un Giro sous l'eau" Juillet -Août 2008 Coups de Pédales 127 (revue belge de Cyclisme) et chronique N° 681 Radio Espérance et ce blog

Partager cet article
Repost0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 17:29

Chronique ancienne n°135 . La formation de la grêle,  Avec Gérard et Marie-Gabrielle.

Texte d’origine

 

     Le 21 juin, un solstice d’été pluvieux a perturbé la Fête de la musique. Nous avons relaté la semaine dernière  les évènements orageux de Normandie. Dans ce même thème des orages nous allons tenter d’éclaircir, je crois, un météore qui est souvent associé, la grêle.

     Pour comprendre la façon dont nait et se développe le phénomène, il convient peut être de décrire un grêlon qui se serait cassé par le milieu. On découvre alors au centre un noyau opaque formé autour d’un grain de grésil. Autour,  des couches concentriques alternativement transparentes et non transparentes l’entourent.  Enfin, l’enveloppe extérieure est le plus souvent transparente et supporte parfois accolée des cristaux de glace parfaitement formés, de grosse dimension qui ne peuvent être assimilés à de la neige.


 -    Dans cette composition du grêlon peut-t-on déceler les secrets de sa fabrication à l’intérieur d’un nuage très agité : le cumulonimbus ?
 

Comme je vous l’ai décrit lors de chroniques précédentes le cumulonimbus est un nuage qui présente un fort courant ascendant. Ce dernier propulse les gouttelettes qui le composent à haute altitude et dans des régions où les températures de l’atmosphère sont nettement négatives. A ce niveau, peu à peu les gouttelettes vont se transformer lentement en cristaux de glace. Ce mécanisme s’effectue très progressivement car beaucoup de gouttelettes restent liquides en surfusion dans les températures négatives et ces particules liquides viennent s’agglutiner progressivement sur les cristaux qui ont déjà congelé pour qu’ils grossissent. En temps ordinaire, ceci donne de la neige, mais dans l’atmosphère de forte instabilité, avec un mouvement ascendant violent qui envoie les gouttelettes à des niveaux de très basse température, il se produit une saturation et une surfusion avec de très nombreuses gouttes de pluies par rapport aux cristaux de glace. Ces derniers sont littéralement enrobés d’eau de pluie qui se congèle à leur contact, la croissance de ces cristaux de glace est anormale, ceci donne de la grêle.

Le centre du grêlon formé de ce noyau opaque, c’est déjà le début du mécanisme de      développement très rapide puisqu’il s’agit de grésil ou de neige roulée. C’est déjà des cristaux de glace renforcés de gouttelettes d’eaux microscopiques qui se sont agglutinés en surfusion dans le nuage avant de congeler.

Les couches que l’on trouve autour de ce noyau correspondent aux différents amas de gouttelettes ou de cristaux qui sont venus s’agglutiner brutalement autour du noyau du grêlon dans le nuage en surfusion.


   -  Dans ces conditions, pourquoi les couches successives sont-elles alternativement transparentes et non transparentes ?


Ceci tient aux conditions  dans lesquelles elles sont mises en place. Quand les couches sont transparentes, ceci signifie que le grêlon s’est trouvé à un certain moment enveloppé d’une petite masse d’eau liquide qui s’est congelé sans introduction de bulle d’air, soit sans soudaineté ou que la masse d’eau était importante.

Sur cette couche  transparente une fois solidifiée, de petits cristaux de glace ou de grésil déjà formés se déposent  et constituent la couche blanche non transparente.


   -  Comment ces deux phases peuvent elles se produire dans le cumulonimbus puisque ceci suggère que les deux phénomènes se passent à deux étages du nuage où les conditions thermiques sont différentes ?


C’est bien le cas, le grêlon naissant subit l’attraction de deux forces, celle du mouvement ascendant du nuage qui le propulse vers les hautes altitudes où se trouvent les cristaux de glace et de grésil, et son poids qui le fait retomber en direction du sol. Notre jeune grêlon avant de choir au sol  fait le yoyo très longtemps entre les deux parties du nuage. Propulsé vers les hauteurs, il reçoit une couche de cristaux translucides. Descendant vers la base du nuage, il est ceinturé de la couche transparente de gouttelettes. A chaque aller et retour vertical, il reçoit une couche supplémentaire qui le rend plus lourd et l’attire vers le sol.

 Plus le cumulonimbus se développe, plus le courant ascendant violent se renforce et renvoie le grêlon vers le haut du nuage. Ceci dure jusqu’à ce que l’équilibre soit rompu, que le poids du grêlon soit suffisant pour entrainer sa chute jusqu’au sol. Plus, ce mécanisme d’aller et retour dans le nuage, maintenu par la forte ascendance, dure longtemps, et plus la taille et le poids du grêlon sont fortes.


    - On parle souvent de grêlon ayant la taille d’une noix, d’un œuf de pigeon ou même d’un œuf de poule, quelles dimensions peuvent atteindre les grêlons ?


Ils ne dépassent pas, le plus souvent, 2 à 3cm de diamètre, mais les records sont biens supérieurs et sont tous situés dans les régions continentales où l’accumulation et l’ascendance de l’air chaud en été est la plus forte et la plus brutale, comme dans les exemples qui vont suivre. Dans notre région centre-est, un orage dans le département de l’Ain, le 2 juillet 1898 aurait déposé des grêlons de 500 à 800 grammes et de diamètre de 8 à 10 cm. Le record en France serait de 950 grammes tombés en août 1955 dans la région de Strasbourg. Le record du monde se situerait dans le Kazakhstan en pleine Asie centrale où un grêlon de 1,4 kg serait tombé. Même si la mesure du poids d’un grêlon est toujours difficile (fusion rapide, coalescence au sol avec d’autres grêlons) voilà des projectiles qu’il ne vaut mieux pas recevoir sur la tête.

Que ceci ne vous empêche pas de nous retrouver vendredi prochain, chers auditeurs, pour une nouvelle chronique de climatologie.  

 

     Commentaire actuel :


Les orages de grêle sont surtout dévastateurs en milieux urbains ou dans les régions viticoles et fruitières. Ce printemps de nombreuses villes  comme Toulouse ont été concernés. Les vignobles du Madiran ont été hachés.

En campagne, il existe peu de remèdes efficaces pour  éviter les dégâts. (Peut être une prochaine chronique ancienne sur ce blog)

En ville, les toits des locaux industriels et commerciaux sont les plus affectés. Pour en savoir plus :

Gérard Staron «  Le ciel tomberait-il sur nos têtes ? »  2003 Editions Aléas 15 quai Lassagne 69001 Lyon, chapitre III  pages 106 à 108

Partager cet article
Repost0

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195