Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 22:10

E.D.M. 29 :

Comme le montrent les images des satellites américains NOAA du 2 au 4 février 2015 transmises par Claude, la perturbation qui a déposé de fortes quantités neigeuses a contourné la langue d’air froid qui descend du nord-est de l’Europe.

A gauche sur l’image du 2 en début d’après-midi, les masses nuageuses viennent buter contre les Pyrénées atlantiques qui seront les premières à recevoir les fortes précipitations. Le blocage contre la masse montagneuse les aggrave notablement.

Au centre, après avoir longé le massif pyrénéen, on distingue le 3 février le noyau des précipitations sur les Pyrénées orientales où elles se reconstituent en humidité sur la mer tiède ce qui aggrave encore les masses neigeuses qui tombent

A droite, aujourd’hui 4, après avoir suivi la côte de la Méditerranée, les fortes précipitations atteignent la côte d’Azur. Elles arrivent difficilement à pénétrer à l’intérieur de la France du sud , et ce ne sont que quelques flocons (4 à 5 cms) qui ont atteint Saint Etienne.

C’est le contact entre l’air doux de la perturbation et celui très froid qui occupe le continent qui a provoqué le passage à la neige

Quand il neige le long des côtes de la grande Bleue, l’air froid a envahi tout le continent et le redoux remontant de la mer tiède échoue son débarquement sur les plages !

Gérard Staron

E.D.M. 29 : la neige contourne l'air froid  des Pyrénées à la Côte d'Azur

Partager cet article

Repost0
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 22:54

Avec 5.7 mm mesurés ce matin et comptant pour le 31 janvier 2015 , le total définitif du mois de janvier 2015 se monte à 89.7 mm et constitue à Saint-Etienne 500m le record des précipitations pour mes trois mois d'hiver , décembre , janvier et février depuis 2006!

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 23:47

E.D.M. 28

Le mois de janvier est habituellement l’un des plus secs à Saint Etienne

Ce n’est pas le cas cette année

A Saint-Etienne, aujourd’hui le record du mois de janvier le plus arrosé depuis le début de mes observations en 2006 vient de tomber.

Il était de 84.1 mm en janvier 2014

Ce matin il n’était pas encore battu puisque le cumul du mois atteignait 84 mm mais les chutes de pluies et de neige qui se sont succédé aujourd’hui, ont plus que largement apporté les 0.1 mm nécessaires

Déjà à 12 heures avec 0.2 mm, le cumul de 2015 avec 84.2 mm dépassait le record de l’an dernier .

Pour tous les mois d’hiver (décembre à février) depuis 2006, janvier 2015 présente le 3ème cumul et s’approche très près de décembre 2008 et 2011 avec 85.7 et 85.2 mm qui le devancent encore à peine d’un millimètre et les précipitations d’un jour sont encore à ajouter , alors attendons demain matin !

Bien sur les totaux de janvier n’ont rien à voir avec ceux des mois les plus arrosés de l’année et les

186.4 mm de septembre 2010

175.6 mm de juin 2010

166.8 mm de mai 2010

158.3 mm de novembre 2008

En raison de l’influence continentale et de la difficulté des perturbations de déposer leur eaux sur notre ville, les trois mois d’hiver sont les plus secs de l’année

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 00:21

E.D.M. 27

Pourquoi la perturbation qui a traversé la France depuis hier a-t-elle déversé des quantités importantes de neige sur les Alpes et le Jura à l’est et beaucoup de pluies avec risque d’inondation sur le versant nord des Pyrénées et de la neige en altitude, alors que dans les régions du massif Central situées entre les deux, l’épisode a déposé peu de précipitations (4.9 mm à Saint-Etienne).

L’image du jour transmise par Claude aujourd’hui à 14 heures environ permet de répondre à la question.

La veille, la perturbation constituait un arc homogène de l’Atlantique au nord , or dans son évolution est a avancé de façon très inégale. Elle est totalement déformée par rapport à la veille et on remarque un arc de nuages en « u » avec une branche occidentale qui descend de l’Atlantique nord jusqu’à la Sardaigne et une branche orientale qui remonte jusqu’à l’Allemagne

La perturbation a avancé très vite dans sa partie centrale comme aspirée par la Méditerranée, elle n’a pas eu le temps sur le Massif central de déposer des quantités importantes de précipitations

Au contraire à l’est la perturbation est restée bloquée contre les Alpes, le Jura et les Vosges dans un premier temps. SI la perturbation continue son chemin le 30 dans l’après-midi vers l’Europe centrale, une deuxième couche est déposée par un front secondaire au moment de l’image

De même, un peu plus tard , la perturbation se bloque contre les Pyrénées, d’abord ceci provoque un coup de vent car elle affronte à la fois la barrière de relief mais aussi l’anticyclone derrière en Espagne, ensuite les précipitation se plaquent contre la montagne et sont d’autant plus importantes.

Il y a eu une coupure en deux de la partie active perturbation avec une séparation de plus de 500 km entre les deux.

Gérard Staron

E.D.M. 27: la perturbation coupée en deux !

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 19:47

E. D. M. 26

L’image du satellite NOAA du 23 janvier 2015 transmise par Claude en début d’après-midi (13h 50) montre plusieurs tranches orientées sud-ouest nord-est de la Méditerranée orientale à l’Atlantique nord.

  1. Du sud de l’Italie aux Balkans, la perturbation qui a apporté tant de neige mercredi a continué sa route vers l’est, sa réactivation sur la mer tiède provoque ce tourbillon de la Sardaigne à l’Italie du Sud
  2. Le vent du nord lié à l’arrivée de l’air froid provoque un ciel très dégagé quand il redescend des reliefs du Massif central et des Alpes du Nord vers la vallée du Rhône avec un mistral très violent ou la plaine du Pô
  3. Ce même air froid accumule au contraire sur le versant nord des mêmes reliefs , une couche importante de nuages bas qui nous a privé de soleil du Massif central à l’Allemagne et vient se plaquer sur les reliefs des Cévennes au Pilat et à la limite entre les Alpes du nord et du sud
  4. De la Bretagne à l’Allemagne du nord, en arrière de cette couche de nuages, le ciel se débarrasse très partiellement de cette couche basse sur une autre bande
  5. De la Galice à l’Angleterre du nord, la nouvelle perturbation arrive et annonce encore de la neige quand elle rentrera dans cet air froid demain !

L’hiver véritable continue

Gérard Staron

E.D.M. 26 : hiver (suite le 23/01/2015)

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 18:30

E.D.M 25 : nouveau blocus de Saint-Etienne ?

La photographie jointe montre que le bouchon de l’A72 s’est étendu au boulevard Pompidou ! le quasi arrêt de la circulation a commencé vers 17 h et perdure depuis maintenant plus d’une heure !

Cette situation ne se produit que lors des grands événements du stade Geoffroy Guichard et cette fois la neige est responsable !

Depuis ce matin, un match était lancé entre la chute de neige et sa fusion sur la chaussée par température légèrement positive. Les neiges méditerranéennes s’effectuent presque toujours par ces conditions thermiques avec une très forte densité et humidité

La neige a gagné la partie, l’épaisseur atteint 15 cm à 500m d’altitude, surement plus au-dessus et la chute continue. La consultation du radar météo laisse peu de chance d’un arrêt dans les prochaines heures

Une fois de plus le 21 (21/01/2015) ne porte pas chance, puisque le dernier blocus de la ville pour cause de neige date du 21 novembre 2013. Lors de ce dernier tous les moyens de transports avaient été stoppés, ce qui ne semble pas encore le cas cette fois.

Le suivi de l’épisode montre que la ville a été touchée pour quelques kilomètres seulement, les nuages neigeux remontant de Méditerranée ont très peu débordé vers l’ouest sur la plaine ou les monts du Forez. Dès une altitude plus basse, le passage à la neige a été plus tardif dans la journée ! Le manteau s’arrête souvent un peu au-dessus ou un peu en dessous de la ville, la différence se joue souvent au degré près de température, le temps a choisi la forme la plus basse, la plus gênante pour nous !

Une fois de plus, la circulation vers Lyon dont le fluidité est perturbée par le moindre petit incident, connait un impact important. N’oublions pas que cet axe est aussi impacté pour cause d’inondations, de grève, accident, travaux etc…

Gérard Staron

E.D.M. 25 : nouveau blocus de Saint-Etienne ? (21/01/2015)

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 12:27

E.D .M 24

La météo reste agitée aux deux extrémités de la France.

Tout a commencé par le « Nord » où la répétition de pluies océaniques depuis le début de janvier , 135 mm au Touquet, 129.3 mm à Boulogne a provoqué deux crues séparées de rivières.

La Lys a été la première à réagir avec un maximum de 2.48 m le 16 janvier dans la matinée. Il devance celui de janvier 2009, mais se situe environ ½ mètre en dessous de la crue de décembre 1999 (2.94 m)

La Liane, le plus agité des fleuves cotiers de la région, ne pouvait pas rester sans réaction . Sa pointe principale a lieu deux jours après le 18 janvier avec une cote à 3.80m . Cette dernière se situe environ à un ½ mètre en dessous de l’inondation de novembre 2012 (4.37m)

A l’autre bout du pays, une nouvelle perturbation méditerranéenne ou cévenole semble avoir causé plus d’alerte que de problèmes réels

Les précipitations n’ont rien de comparable avec les grosses pluies de l’automne dernier, 60 mm en 48 h à Montélimar mais comme à l’automne dernier elles ont suivi la même trajectoire , soit la remontée du versant rhodanien des reliefs de l’est du Massif central des Cévennes au Pilat puis ensuite en direction du Beaujolais. La pénétration à l’intérieur du massif central est faible je n’ai recueilli que 9.5 mm à Saint Etienne.

Ses conséquences devraient être amoindries car il y a une répartition assez « heureuse » entre pluie et neige selon l’altitude, le passage s’est effectué vers 600 m hier et 500 m actuellement , mais aussi dans le déroulement, pluie d’abord , neige ensuite.

Dans ces conditions les crues des rivières sont faibles ou inexistantes car l’eau des hauts bassins est retenue sous forme solide ce qui limite le ruissellement immédiat et l’importance de la montée des eaux , mais aussi les conséquences des chutes de neige lourdes qui autrefois ont tant fait de dégats aux lignes électriques ou multiplié es naufragés sur les autoroutes ( décembre janvier 1970-1971, décembre 1978, novembre 1982, décembre 1990, janvier 1994 etc) ont été essentiellement limitées à des zones d’altitude habituées et ont épargné les grands axes de circulation situées en bas ! Le col de l’Escrinet entre Privas et Aubenas en-est-il vraiment un ?

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 20:56

E.D.M. 23 : Petite tempête océanique ! (14-15/01-2015)

Des rafales supérieures à 100 km/h , seuil retenu de façon classique pour définir la tempête ont commencé le 14 janvier à 20 heures à Ouessant, la pointe de la Cornouaille anglaise a été touchée une heure plus tôt, pour se terminer le 15 janvier à 11 heures.

Elle ne restera pas dans les mémoires autant pour son intensité (maximum vers 130 km/h) que par son extension géographique limitée aux zones cotières.

Elle touche essentiellement la côté méridionale de la Bretagne, La pénétration dans l’intérieur est faible ou nulle.

La tempête a commencé par la pointe de la Bretagne, par la suite, ses tentatives de pénétration vers le sud se sont limitées à la Vendée et celles vers la Manche ne concernent que les avancées de la côtes pendant quelques heures et avec des vitesses dépassant à peine 100 km/h : les pointes du Cotentin , de la Hève , et du Boulonnais.

Ces tempêtes océaniques d’hiver sont souvent accompagnées de crues. Ces dernières ont commencé sur le bassin de la Lys mais les pluies en cours pourraient faire durer ou amplifier le phénomène ( à confirmer toutefois).

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 22:12

E.D.M. 22

La nouvelle image du 14 janvier transmise par Claude en début d’après-midi montre les perturbations qui se succèdent sur la France du nord accompagnés de vents violents

Celle de la veille a déposé des précipitations importantes sur le nord du pays qui ont provoqué le crue de la Lys la rivière flamande qui coule à l’ouest de Lille. Elle est parti maintenant vers l’est et on la distingue de l’Allemagne à la Suisse

Celle qui approche de la Bretagne et devrait apporter la première tempête océanique d’hiver.

Le mois de janvier est celui des tempêtes des pluies et des crues océaniques provoquées par la répétition des passages de perturbations atlantiques

Le sud de la France à l’écart a subi le vent du sud , on distingue le vent qui canalise les nuages en lignes de la vallée du Rhône à celui de la Loire selon une diagonale méridienne classique qui fait communiquer l’air du sud au nord de la France et inversement par cette trajectoire !

Ce sud ne restera pas longtemps à l’écart des perturbations et de l’hiver qui devrait se durcir ensuite !

Gérard Staron

E.D.M 22 : les perturbations attaquent! (14-01-2015)

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 18:03
E.D.M.22 : l'arrivée du redoux du 2 janvier 2015

Ce graphique des températures à Montregard (1000m) dans les monts du Vivarais et à Saint Etienne (500 m) montre comment ce redoux a d'abord commencé par les régions d'altitude avant de s'étendre dans les dépressions du nord du Massif central

Les mesures sont prises toutes les deux minutes à partir de 0h jusqu'à 15 heures environ sur ces deux points distants de 45 km environ

Pendant la nuit, les températures amorcent une remontée irrégulière sur les hauteurs de l'est du Massif central alors qu'elles continuent de baisser dans la dépression stéphanoise où le minimum est plus bas qu'en altitude

Dans la journée la montée du thermomètre semblable au début subit une accélération brutale sur les montagnes vers 11 heures Cette dernière est plus lente dans la dépression.

On remarque que l'air doux commence par lécher par intermittence les sommets avant de chasser l'air froid qui reste accroché dans les zones basses avec de belles inversions de températures! Ce phénomène est souvent observé dans nos régions!

Bonne année 2015

Gérard staron

Une nouvelle année va commencer

Partager cet article

Repost0

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195