Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 09:00

Prévision du 27 au 30 septembre 2014

L’anticyclone se déplace son centre du proche Atlantique à l’Europe centrale

Il en résulte

1)Une inversion des flux atmosphériques qui passent du nord au sud puis à l’est, risque de brouillard dans les cuvettes quand son centre passe au-dessus de la France avec un air calme

2)L’arrivée d’un air d’origine différente provoque une remontée des températures, surtout la fraîcheur matinale est remplacée par la douceur , journées ensoleillées

3)Les précipitations sont empêchées totalement au début ensuite les remontées pluvieuses de Méditerranée ont peu de chance de pénétrer dans les sillons de la Loire et l’Allier mais déposeront quelques millimètres sur l’encadrement montagneux, Sancy, Margeride, axe du Mézenc au Pilat.

Vendredi :

Prévision antérieur confirmée,

Assez beau temps ensoleillé, encore la Fraicheur avec le vent du nord faiblit

Samedi :

Avec le passage du centre des hautes pressions sur la France , le vent inverse ses direction, l’air calme permet des brouillards matinaux dans les dépressions, ensuite journée ensoleillée

Net recul de la fraicheur matinale et hausse des températures avec un petit coup de chaleur dans les sillons de la Loire et de l’Allier

Pas de précipitations

Dimanche :

Avec le décalage de l’anticyclone derrière les Alpes , un flux de sud s’installe

La douceur matinale s’installe avec un risque de brouillards matinaux un peu plus faible que la veille

Le coup de chaleur dans les sillons de la Loire et de l’Allier se confirme avec un ensoleillement abondant

Pas de précipitations

Lundi :

Le flux de sud forcit

La douceur matinale et les températures élevées sont confirmées. 25° peuvent être dépassés dans les Limagnes

La remontée de pluies méditerranéennes en fin de journée peut atteindre l’encadrement montagneux de la région Sancy, Margeride et axe du Mézenc au Pilat, mais devrait apporter plus de nuages que de pluies

Mardi :

Avec le décalage du centre de l’anticyclone vers la Mer baltique, les flux atmosphériques passent au sud-est ou à l’est.

Les températures amorcent une baisse tout en restant agréables pour la saison

La remontée de pluies de Méditerranée continue mais présente à peine plus de chances de pénétrer la région et risque d’affecter les mêmes reliefs que la veille, plus de nuages que de précipitations

Les jours suivant pourraient connaitre un nouveau rafraichissement : à confirmer

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 10:26

Prévision du 22 au 26 septembre 2014

Une poussée de l’anticyclone des Açores à partir de l’Atlantique avec une descente de nord sur l’Allemagne va perturber quelques jours les remontées pluvieuses de Méditerranée.

Deux courts épisodes de flux de nord en début et fin de semaine provoquent :

Les vents habituels avec la burle sur les plateaux de la Haute Loire et le mistral en vallée du Rhône

Des chutes de températures spectaculaires en particulier pour les minimums du matin qui deviennent très bas sous le ciel dégagé. L’ensoleillement limite les effets de la baisse dans la journée

Très peu de précipitations.

Lundi :

Pas de précipitations qui passent plus à l’est sur les Alpes du nord

Le flux de nord est très marqué

Les températures maximales sont basses (moins de 20° partout ) en dépit d’un ensoleillement assez présent

Mardi :

Pas de précipitations

Le vent du nord faiblit au fil des heures

La fraîcheur matinale est très marquée surtout sur les plateaux, à peine quelques degrés , gelées blanches possibles dans les trous à froid

Les maximums restent en dessous de 20° en dépit d’un ensoleillement présent

Mercredi :

Une faible remontée en provenance de la Méditerranée interrompt l’épisode de nord et provoque

Une instabilité dans l’’atmosphère capable de déclencher des averses sur les reliefs en fin d’après-midi

Une remontée spectaculaire des températures avec une fraîcheur matinale en nette régression et des maximums qui dépassent à nouveau 20° dans les dépressions des sillons de la Loire et l’Allier

Vent faible avec une direction peu nette , plutôt de sud .

Jeudi :

La tentative de remontée méridionale de la veille terminée , Retour des conditions de début de semaine avec le vent du nord

Pas de précipitations

Baisse des températures avec une fraicheur matinale à nouveau sur les plateaux et des maximums qui descendent en dessous de 20° dans les dépressions en dépit d’un soleil assez présent

Vendredi :

Le même temps s’accentue :

Pas de précipitations

La fraîcheur matinale est très marquée sur les plateaux , à peine quelques degrés et gelées blanches possibles dans les trous à froid

Maximums au même niveau que la veille en dépit d’un soleil assez présent

Le vent du nord faiblit en fin de journée

Le retour de pluies importantes en provenance de la Méditerranée est possible le prochain week-end

A confirmer

Gérard staron

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 20:36

Chronique N°994

La semaine dernière je vous signalais que l’atmosphère hésitait, cette fois elle a choisi !

Chez nous on est passé des anticyclones indécis à la première grosse pluie cévenole de l’année. L’évolution a résulté de deux changements :

Le premier la dépression situé sur le proche Atlantique au niveau des Açores a tenté de progresser et son centre a approché la Galice le 16 septembre et elle y était encore le 17

Le deuxième, en même temps les hautes pressions se sont réfugiées derrière les Alpes avec au sol l’extrémité méridionale de l’anticyclone de la Mer baltique et en altitude la remontée de la chaine des hautes pressions tropicales à partir de la Tunisie.

Dans ces conditions se sont trouvées réunies dans le sud de la France, les trois conditions qui provoquent ces grosses pluies cévenoles.

1) La descente de nord sur l’Atlantique derrière la dépression de la Galice

2) L’arrivée de cet air sur la Méditerranée où il se recharge en humidité avec un flux de sud qui a été sensible ensuite jusqu’à notre région

3) Le blocage de ces masses pluvieuses à l’ouest du Rhône par l’anticyclone situé derrière les Alpes. On peut constater en effet que les centres d’action ne changent pas de place entre le 16 et le 17 septembre

Cette situation a permis aux pluies qui remontaient du sud de la Méditerranée de venir buter à deux reprises sur les mêmes secteurs du Languedoc et les reliefs situés en arrière de la côte entre le Sidobre et la moitié méridionale des Cévennes. Ces montagnes ont subi deux grosses pluies successives la première dans la nuit de lundi à mardi avec 75.7 mm au Mont Aigoual et la seconde dans celle du mercredi au jeudi avec 133.6 mm à Aniane.

Ces premières grosses pluies cévenoles d’automnes de 2014 présentent trois caractéristiques importantes.

La première correspond à un déclenchement précoce dans la saison puisque le plus souvent elles attendent l’équinoxe avec une occurrence maximale de se produire pendant la dernière décade du mois de septembre. Il est très facile de citer une multitude d’événements catastrophiques qui se sont produits vers les 21 ou 22 septembre, crue de la Loire de 1980, catastrophe de Vaison la Romaine de 1992, répétition l’année suivante à Pertuis puis en Italie et même à Brigg en Suisse ou de montrer mon graphique du nombre de précipitations en 24 heures supérieures à 200 mm par décades qui a été repris par plusieurs autres climatologues dans leur publications ! Cependant d’autres catastrophes sur le même secteur se sont produites avant cette date fatidique comme la très grosse crue des Gardons et du Vidourle du 8 et 9 septembre 2002 qui avait dévasté jusqu’à Aramon. Cette année cette première inondation correspond avec le premier jour des « Quatre temps d’automne », ceci signifie-t-il que l’automne qui commence va être marqué par la répétition de ces grosses pluies ? On pourrait le croire si l’on prend en compte les saisons précédentes qui avaient connu l’installation de situations météorologiques durables et répétitives pendant 3 mois, au moment des quatre temps, en hiver avec la multiplication des tempêtes et pluies océaniques en particulier sur la Bretagne, au printemps avec la persistance de temps anticycloniques secs et ensoleillés et en été avec la répétition de temps venus du nord humides ou frais. Ceci continuera-t-il ? Nul ne le sait aujourd’hui, mais il conviendra de vérifier dans les 3 mois à venir si cette situation atmosphérique génératrice de grosses pluies méditerranéennes devait se continuer. Par contre, dans l’immédiat, ce temps avec vent et pluies de sud devrait se poursuivre encore quelques jours !

La seconde particularité correspond à l’intensité limitée et surtout à la répartition géographique réduite de cet épisode. Selon mes informations actuelles et sous réserves de compléments, il ne semble pas que le seuil des 200 mm tombés en 24 heures ait été atteint, or il constitue souvent le niveau à partir duquel ces précipitations provoquent de grosses catastrophes. Ces dernières peuvent atteindre 600 à 800 mm dans les cas les plus extrêmes. En l’état actuel, le maximum en 24 heures a atteint 133.6 mm à Aniane et sur deux jours le mont Aigoual a cumulé la même valeur 133.5 mm.

La remarque est encore plus pertinente au niveau géographique puisque la zone concernée est beaucoup plus réduite que celle d’un épisode automnal classique. A l’est les cumuls sont très faibles au-delà du Rhône et le long de la vallée du Rhône, ils ne semblent pas avoir notablement avoir dépassé Aubenas avec 60 mm. A l’ouest, la partie occidentale du département de l’Hérault à partir de Béziers n’a connu que des pluies dérisoires, moins de 20 mm. La côte ne semble pas avoir été très arrosée, Agde n’a reçu que 2.6mm.

Les fortes pluies se limitent au versant du premier relief rencontré entre le Sidobre, le Causse du Larzac et le sud des Cévennes. La Montagne Noire d’un Côté et le massif du Mézenc de l’autre ne sont quasiment pas atteint. De plus les fortes pluies sont incapables de franchir ce premier relief. Millau, le causse de Mende, les hauts bassins de l’Allier et de la Loire, si souvent touchés ne reçoivent quasiment rien.

Par contre cette concentration des pluies sur ce même versant peu étendu se produit deux fois de suite, la première le lundi et la seconde le mercredi et ceci risque de ne pas être terminé dans les prochains jours ! Cette stagnation des pluies sur le même secteur est lié au blocage particulièrement puissant de l’anticyclone derrière les Alpes qui empêche la progression des masses pluvieuse, les centres d’action, anticyclones et dépressions, ne bougent pas depuis mardi. Par contre l’intensité limitée des pluies doit être recherchée dans la faiblesse de l’alimentation en air froid de la dépression du proche Atlantique. Ceci atténue le contraste thermique avec l’air chaud de Méditerranée. L’air a tout le temps de se réchauffer dans le long périple depuis l’Islande où il part à 8/ 9°, jusqu’aux Açores où on le retrouve à 20° avant d’aborder l’Espagne à 25°

Dernière remarque, les gros cours d’eaux méditerranéens sont en crue certes, mais à des niveaux limités par rapport à leurs calamité antérieures, par contre c’est un tout petit ruisseau le Bitoulet descendant des premiers contreforts de l’Espinouze qui a provoqué la catastrophe de Lamalou les bains , juste avant sa confluence avec l’Orb. D’après les photos en provenance des médias, il semble que l’on soit en présence d’une inondation urbaine liée au rétrécissement du lit du ruisseau dans la traversée de la petite cité thermale de Lamalou les bains. Les obstacles rencontrés dans la ville ont contribué à accumuler les eaux contre des derniers. On voit bien que les débris charriés par la rivière se sont accumulés sur les piles du viaduc de la voie ferrée, ce qui a permis aux eaux qui se sont accumulées à cet endroit de passer par-dessus le pont sur la route de Saint Pons à Bédarieux située quelques mètres en contrebas avec un calibre plus réduit. Ensuite l’eau a suivi des chemins imprévus pour rejoindre l’Orb au travers d’habitations, d’entreprises et de campings.

Dès que le Bitoulet ruisseau incriminé rejoint l’Orb, la crue devient plus modeste. Cette rivière a atteint 3.4 m à Bédarieux en Amont, par contre elle ne fait plus que 2.8m à Cessenon en aval de la confluence avec le Bitoulet . la crue de janvier 2006 nettement dépassée à Bedarieux ce dernier mercredi, est plus importante que celle de mercredi en aval de la confluence avec le Bitoulet. Ceci montre que l’on se situe au niveau d’un phénomène local qui n’a eu qu’un impact très faible sur la rivière dans laquelle le petit ruisseau incriminé se jette. Il en est toujours ainsi dans les problèmes d’inondations urbaines qui, avec des intensités pluvieuses assez faibles, provoquent des calamités très dangereuses !

Gérard Staron vous retrouvera samedi sur les ondes de radio Espérance, bonne semaine….

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 13:44

Voici les images de l'épisode cévenol transmise par Claude des satellites défilants NOAA.

Celle de gauche est celle du mardi 17 en début d'après-midi

celle de droite correspond au lendemain mercredi 18 au même moment de la journée

la comparaison permet de constater que les masses nuageuses sur le Languedoc sont très limitées en superficie et qu'elles ne bougent quasiment pas pendant 24 heures

Ceci signifie que pendant cette période les mêmes régions comprises entre l'Espinouze et les Cévennes du sud sur leur versant méditerranéen reçoivent continument les pluies ce qui explique leur importance !

la prochaine chronique explique le mécanisme des inondations

L'épisode cévenol en cours ( blocage du 17et 18 septembre 2014)

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 11:18

Prévision du 17 au 21 septembre 2014

A l’approche de l’équinoxe la situation qui provoque souvent les grosses pluies méditerranéennes d’automne se met en place avec une dépression sur le proche Atlantique et des hautes pressions derrière les Alpes

On retrouve chaque fois :

Le vent du sud fort, il ne semble pas cette fois devoir atteindre le seuil de la tempête, mais il peut avoir quelques rafales dangereuses sur les crêtes de l’est du Massif central

Des températures élevées avec des matinées particulièrement douces et dans la journée des coups de chaleurs dans les sillons de la Loire et l’Allier ( plus de 25° dans les dépressions)

Il pleuvra surement de façon intense dans les régions méditerranéennes, avec un risque d’inondations qui parait pour l’instant faible et localisés, mais l’incertitude reste toujours la pénétration à l’intérieur de nos sillons méridiens. Les précipitations semblent vouloir nous encercler par l’ouest et le Sancy et par le sud du Mézenc au Pilat avant de nous pénétrer ! Elles sont surtout présentes en fin de journée et ce type de temps a souvent réservé des surprises très désagréables dans le passé !

Mardi

Belle journée ensoleillée mais les premiers signes énoncés ci-dessus se précisent

Le vent du sud se met en place

Le coup de chaleur dans les sillons de la Loire et l’Allier avec plus de 25° de maximum aussi

Mais les pluies ne semblent pas en mesure d’atteindre la région avant la nuit sauf quelques averses sur le Sancy ou le Mézenc

Mercredi :

Le vent du sud forcit

Après une matinée douce , les températures de la journée sont semblables à celles de la veille

Les pluies prennent en tenaille la région par le Sancy et le nord et par l’axe du Mézenc au Pilat au sud, mais leur pénétration à l’intérieur des sillons de la Loire et l’Allier semble alléatoire

Jeudi :

Toujours le même vent du sud fort et les mêmes températures élevées après une matinée très douce

Les précipitations qui arrosent toujours le Sancy d’une part et surtout l’axe du Mézenc au Pilat d’autre part ont plus de chance de pénétrer à l’intérieur des sillons de la Loire et l’Allier

Vendredi :

Toujours le même vent du sud fort et les mêmes températures élevées avec des matinées très douces même sur les reliefs et un coup de chaleur dans les sillons de la Loire et l’Allier et le même risque de précipitations, toutefois la reprise de la fin de journée parait moins forte et moins généralisée que la veille

Samedi

Si le vent de sud commence à faiblir,

Si, après une matinée très douce, les températures maximales commencent un peu à décliner

Les précipitations ont plus de chance d’être fortes et généralisées en privilégiant le Sancy d’un côté et l’axe du Mézenc au Pilat de l’autre

Dimanche

La tendance de la veille pourrait s’affirmer

Avec un vent du sud faible

Avec des températures maximales en baisse plus marquée tout en restant vers 20° dans les dépressions

Et une journée qui pourrait être la plus pluvieuse à l’intérieur des sillons de la Loire et l’Allier

L’arrivée de ce type de temps à l’équinoxe n’annonce rien de bon, car il apporte avec lui des risques de calamités, vents et inondations qui affectent en priorité les régions méditerranéennes et dont il est très difficile de prévoir à l’avance l’impact

Attention, à confirmer

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 18:09

Les précipitations sont revenues sur la France avec des orages qui remontaient de la Méditerranée ... un hors d’œuvre atténué des grosses pluies cévenoles d'automne !

les deux images des satellites défilants américains à 15h et 17 heures locales captées par Claude montrent l'évolution des masses nuageuses et de leurs précipitations

pluies orageuses sur la France : 15 septembre 2014

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 21:02

Si souvent stimulé par des conditions climatiques difficiles , neige plus souvent pluie ou vent, le grand prix cycliste de Montregard s'est déroulé aujourd'hui dans des conditions climatiques idéales, soleil, chaleur de saison, vent faible.....

Voici le passage du peloton des 2ème et 3ème catégories à la fin du premier tour alors qu'il chassait derrière l'enfant du pays Romain Garnier dont l'échappée n'ira pas jusqu'au bout de l'épreuve!

Grand prix cycliste de Montregard !

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 21:18

Chronique N°993

L’été que nous n’avons pas eu au moment de la saison normale, nous sommes maintenant en train de le vivre au début de l’automne, puisque selon les normes météorologiques nous sommes entrés en automne depuis le 1er septembre, même si l’équinoxe n’aura lieu que dans quelques jours et marquera le début de la saison cosmique.

Après deux mois de dominante de temps de nord, nettement perturbés avec beaucoup d’orages en juillet , plus anticyclonique donc plus secs dans la plus grande partie du mois d’août, la circulation générale de l’atmosphère semble hésiter depuis le 25 août

La première tentative de changement se produit pendant la dernière semaine d’août avec la mise en place d’une circulation atmosphérique classique d’ouest. Les perturbations en provenance de l’océan balaient la France du nord en suivant les côtes de la Manche de la Bretagne au Bénélux et en y déversant d’importantes précipitations comme le 25 août, mais la moitié méridionale du pays n’est quasiment plus arrosée car les anticyclones méditerranéens s’y sont installés et la protègent en grande partie. Quand la perturbation du 25 y arrive le 26, elle a perdu la plus grande partie de son efficacité !

La deuxième version de la circulation atmosphérique commence début septembre avec l’implantation d’une dépression dans le sud de l’Atlantique. l’anticyclone des Açores qui s’était installé là pendant tout l’été a disparu, mais cette dépression n’est pas assez forte, elle n’est pas encore assez alimentée en air froid pour tenter une avancée en direction de l’Europe et de la France.

Le continent est occupé par un gigantesque axe anticyclonique de la Méditerranée à l’Europe du nord. Au sol, les hautes pressions sont centrées de la mer du Nord à la Russie. En altitude, ce sont celles de Méditerranée qui ont remonté sur l’Europe, alors que la grande bleue est dépressionnaire à la surface des eaux.

Cette différence selon la latitude de l’anticyclone est le résultat de l’évolution thermique du moment en train de changer en amorçant le passage des conditions d’été à celles d’hiver.

La Méditerranée reste dépressionnaire au niveau de la mer, car ses eaux sont encore chaudes, ce qui entretient dans les basses couches un air peu dense qui provoque par nature des pressions faibles. Par contre au-dessus, les anticyclones subtropicaux l’ont recouvert puis ils ont gonflé en direction du nord. Il s’agit de l’un des membres de la chaine de hautes pressions dynamique qui ceinture le globe au nord des tropiques et qui en cette saison est encore décalé vers l’hémisphère nord.

Au nord de l’Europe, la baisse de la durée des jours et de l’angle des rayons du soleil commence à affecter le bilan thermique. La perte d’énergie de la nuit est maintenant plus importante que les apports liés à l’action du soleil pendant la journée. C’est donc une pellicule d’air froid dense qui s’installe au sol en Europe du nord, qui détermine ces hautes pressions du nord de l’Europe qui perdent de leur consistance en altitude.

La France se trouve juste au contact entre ces deux masses anticycloniques, celle du nord amorce encore timide des hautes pressions continentales d’hiver et celles du sud reliquat des conditions tropicales d’été. Les pressions n’y sont pas vraiment très élevées sur notre pays , mais les attaques perturbées ne sont pas capables de s’imposer qu’elles proviennent de l’Espagne par le sud-ouest comme mardi ou qu’elles redescendent du nord-est comme depuis mercredi où après avoir déposé des précipitations ridicules, ces dernières ne sont plus capables de franchir le Rhin et seul un vent de nord-est ou de nord avec quelques nuages déboule sur la France de l’est .

Ces hautes pressions sont stables car les attaques en provenance de l’air arctique sont faibles en cette fin d’été. Nous sommes pendant le mois de septembre dans la période où la banquise arctique qui fond depuis son maximum de mars arrive à son minimum d’extension estival avant de repartir à la hausse en octobre. Si cette année sa superficie d’été confirme la reprise de l’an dernier après 6 années depuis 2007 où la fusion avait été particulièrement forte, si cette année la superficie des glaces de mer semblent rester au-dessus de 3 millions de Km2 contrairement à 2007, 2008 2011 et 2012, si les voies maritimes de l’Océan arctique le long des côtes canadiennes ou siberiennes ne sont pas ouvertes, la réserve d’air froid disponible pour descendre vers les latitudes tempérées est à son minimum annuel et ses possibilités d’actions paraissent affaiblies.

De même les capacités orageuses semblent aussi relativement en panne en ce moment chez nous. En plein été, la longue durée des jours et l’angle d’incidence élevé des rayons du soleil permettent une réaction importante dès que de l’air froid arrive sur nos régions. Une convection se met en place au cours de la journée, une couche de chaleur s’installe au sol, se développe en altitude, les cumulus couvrent le ciel et l’orage se déclenche. Ce mécanisme est en panne maintenant. Pas tellement par manque de chaleur dans la journée, car les rayons du soleil par ciel dégagé font ce qu’ils peuvent, mais maintenant pendant les trop longues heures de la nuit, le phénomène est stoppé par le rayonnement et il n’a pas le temps de se réinstaller dans la journée. Par exemple, ce jeudi les températures minimales sont descendues en dessous de 10° sur une très large moitié nord de la France jusqu’au Massif central avec 4.2° à Charleville Mézières. Si les températures remontent au-dessus de 20° dans la journée comme ce mercredi au sud de la région parisienne, les heures de chaleur ne sont pas assez nombreuses pour que la convection se remette en place. Elle sera au mieux capable de produire quelques cumulus mais très difficilement des orages sans aide extérieure.

Actuellement en cette première moitié de septembre l’atmosphère hésite !

Les anticyclones subtropicaux occupent encore le terrain au sud en altitude mais celui des Açores a déserté ses iles favorites et ils se sont réfugiées au sud de la Méditerranée en peinant à remonter au-delà

Les hautes pressions continentales présage de ce qui deviendra en plein hiver l’anticyclone sibérien ne sont qu’aux prémices de leur mise en place et encore peu refroidies au sol

Les descentes polaires en provenance de l’Arctique et les perturbations qu’elles alimentent semblent marquer le pas et ne plus pouvoir provisoirement nous atteindre.

Au même moment la banquise hésite près de son minimum annuel entre la fin de sa fusion de saison chaude et le début de sa reprise hivernale. La nuit polaire ne va pas tarder à se réinstaller avec la reprise du froid. Le changement est pour les prochains jours mais nul ne sait quand il va se produire dans la quinzaine.

Le mécanisme de convection à l’origine des orages d’été s’émousse

Vers quoi l’atmosphère et le temps risquent-ils d’évoluer dans les semaines qui viennent ? La météorologie n’est pas encore capable de le dire, ses prévisions ne permettent pas de voir aussi loin. La saison des grosses pluies méditerranéennes qui commence souvent à l’équinoxe se mettra–t-elle en place ? Le bel arrière-saison qui commence va-t-il se renforcer ? Ce sont les deux hypothèses les plus vraisemblables

Depuis l’hiver dernier, à chaque changement de saison, une nouvelle circulation atmosphérique s’est mise en place et a duré les trois mois qui ont suivi, lors de l’hiver océanique, du printemps anticyclonique ou de l’été venu du nord ? Ceci se vérifiera-t-il encore une fois ?

Encore un peu de patience et Gérard Staron vous donne rendez-vous, samedi prochain sur radio espérance, on saura peut-être ! Bonne semaine !

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 13:38

Prévision du 13 au 16 septembre 2014

L’anticyclone centré sur la Mer baltique se retire lentement vers l’est face à la dépression en provenance de l’Atlantique méridionale

Le flux de nord-est dévié en nord sur notre région laisse la place à celui de sud et le jour du changement devrait être dimanche

Les températures très modérées à la fin de cette semaine, laisse la place à une forte hausse en début de a suivante. De même la fraicheur matinale très marquée sur les plateaux laisse ensuite la place au même moment à la douceur

Les pluies en provenance de la Méditerranée se font attendre jusqu’au début de la semaine prochaine mais ensuite ce pourrait être le hors-d’œuvre de la saison des grosses pluies méditerranéennes d’automne. Les précipitations affectent en priorité l’axe du Mézenc au Pilat.

Vendredi :

Prévision antérieure confirmée

Beau temps ensoleillé, mais le vent du nord limite la hausse des précipitations

Samedi :

Beau temps ensoleillé, peut-être plus nuageux

Pas de précipitations

La fraîcheur matinale sur les plateaux est suivie de températures assez élevées pour la saison ( plus de 20° dans les dépressions)

Le vent du nord continue.

Dimanche :

Beau temps ensoleillé

Pas de précipitations

Les températures augmentent un peu, la fraicheur matinale disparait sur les plateaux et les maximums dépassent 20° dans les dépressions

Les vents faibles inversent leur direction, fin du nord et début du sud

Lundi :

Sous l’effet du vent du sud, les températures augmentent , douceur matinale et hausse très nette des maximums surtout dans les couloirs de la Loire et de l’Allier (plus de 25° dans les dépressions)

Arrivée des premières cellules pluvieuses en fin de journée sur l’axe du Mézenc au Pilat , leur pénétration au-delà vers le nord est toujours incertaine dans cette situation.

Mardi :

La remontée de cellules pluvieuse de Méditerranée n’est pas terminée. L’axe du Mézenc au Pilat est toujours privilégie et la pénétration sur le reste de la région est aussi incertaine

Le vent du sud forcit

Après une matinée douce, les maximums restent élevés sans changement, chaleur dans les sillons de la Loire et l’Allier.

L’épisode méditerranéen continue encore quelques jours de façon larvée ! à confirmer mardi

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 10:06

Prévision du 9 au 12 septembre 2014

Le changement de circulation atmosphérique semble se confirmer avec le retrait des anticyclones, celui des Açores qui déserte le proche Atlantique et le repli de celui de Russie. La remontée sur la France de cellules pluvio-orageuses de sud-ouest .

Mais ces signes d’évolution des centres d’action ne seront que partiellement ressentie cette semaine avec un temps qui donnera l’impression de rester assez beau !

Toutes les pluies orageuses n’atteindront pas la région , toutefois la première qui arrive lundi devrait y arriver , mais ce ne devrait plus être le cas dans la seconde partie de la semaine

La chaleur d’arrière-saison cédera la place à des températures plus modérées avec le retour du vent du nord

Lundi :

Prévision antérieure confirmée.

Les cellules pluvio-orageuses remontant du sud-ouest arrivent effectivement en fin de journée sur la région et apportent des averses localisées éparses mais surtout sur les reliefs

Se méfier des premières manifestations qui sont souvent accompagnées de foudre et parfois de grêle et de forte intensité des pluies

Avec un flux de sud, la chaleur lourde sévit dans les sillons de la Loire et l’Allier avant l’arrivée des nuages (environ 25 à 30°)

Mardi :

Journée pluvieuse

Après une accalmie dans la matinée, les pluies orageuses reprennent de plus belle dans la seconde partie de la journée. L’axe du Mézenc au Pilat semble le secteur le plus arrosé mais le débordement est probable sur tout le couloir ligérien et dans une moindre probabilité l’Auvergne

Après une douceur matinale assez marquée, les températures sont contrastées sur de courtes périodes en raison d’un ensoleillement agressif « le soleil pique » stoppé par éclipses par la couverture nuageuse, mais les maximums restent quand même très honorables pour la saison ( vers 25° dans les dépressions)

Mercredi :

Pas de pluies dans les dépressions, la reprise de l’après-midi semble limitée aux nuages mais ne pas remonter jusqu’à notre région, au pire quelques averses hypothétiques sur les reliefs du Mézenc au Pilat.

Après le maintien de la douceur matinale, le retour du vent du nord et de ses accélérations régionales, la burle sur les plateaux et le mistral en vallée du Rhône, provoque une baisse des températures (maximums en dessous de 25° dans les dépressions)

Jeudi :

Pas de pluies dans les dépressions, les cellules remontant du sud-ouest dans l’après-midi ont encore moins de chance que la veille de nous atteindre, sauf le Mézenc et les nuages.

Les températures baissent, tout en restant honorables pour la saison, la fraîcheur matinale réapparait faiblement sur les plateaux du cœur du Massif central et la chaleur de la journée faiblit (environ 20° dans les dépressions)

Le vent du nord confirme sa présence

Vendredi :

Beau temps plus frais

Pas de précipitations

La fraîcheur matinale s’accentue sur les plateaux du cœur du Massif central, les maximums confirment leur baisse et le vent du nord continue.

A l’approche de l’équinoxe, comme souvent à cette saison, la situation des pluies méditerranéennes d’automne semble se mettre en place, mais pour l’instant elles sont gênées dans leur développement : à confirmer vendredi

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Covid 19.... statistiques et région Ile de France !
    Covid … statistiques et Ile de France Pendant la première vague, le critère d’importance de l’épidémie était l’évolution des hospitalisations et des réanimations. Puis pendant l’été, changement total, le critère principal est devenu l’importance des contaminations....
  • Prévision du 22 au 25 septembre 2020, forte dégradation du temps en fin de semaine : descente de nord
    Prévision de Gérard Staron du 22 au 25 septembre 2020 (42, 43, 63, 69) Une descente de nord en provenance des régions arctiques arrive ……et après quelques jours au temps encore acceptable, nous prépare un week-end mauvais Dans un premier temps les températures...
  • Prévision du 15 au 18 septembre : peu de changements, chaud et sec
    Prévision du 15 au 18 septembre 2020 Notre région se situe dans une zone de transition entre des Hautes pressions au sol sur l’Europe du Nord et une dépression sur le Proche Atlantique qui n’arrive pas à nous atteindre. Le vent faible hésite entre une...
  • Prévision spéciale Tour de France (29-31/08/2020)
    Prévision spéciale Tour de France 2020 (étapes de la Côte d’Azur 29-31/08/2020) Sur la Riviera Française, le Tour de France subit un peu moins qu’ailleurs la dégradation du temps très nette qui affecte une grande partie du territoire national A l’exception...
  • Prévision du 29 août au 1er septembre 2020 : un goût d'automne
    Prévision de Gérard Staron du 29 août au 1er septembre 2020 (42, 43, 63, 69) La dégradation du temps a commencé ce vendredi avec des précipitations plus ou moins orageuses selon les secteurs, elle continue pour constituer la première alerte automnale...
  • Prévision du 23 au 26 août 2020, retour du beau...
    Prévision du 23 au 26 août 2020, retour du beau temps modéré https://t.co/o8CjczDB0E via @Gerard Staron Gérard Staron (@journalduclimat) August 26, 2020 Prévision de Gérard Staron du 23 au 26 août 2020 (42, 43, 63, 69) Après avoir laissé passer la pe...
  • Prévision du 23 au 26 août 2020, retour du beau temps modéré
    Prévision de Gérard Staron du 23 au 26 août 2020 (42, 43, 63, 69) Après avoir laissé passer la perturbation de la nuit de vendredi à samedi, l’anticyclone des Açores revient timidement protéger le sud de la France alors que les perturbations océaniques...
  • Prévision du 17 au 20 août 2020 : assez agréable
    Prévision de Gérard Staron du 17 au 20 août 2020 (42, 43, 63, 69) L’air des hautes latitudes a réussi à repousser les anticyclones subtropicaux ce qui a apporté les orages de Dimanche qui ont déposé une lame d’eau substantielle (27 mm à Montregard) salvatrice...
  • Prévision du 12 au 15 août 2020 : vers la fin de la chaleur
    Prévision de Gérard Staron du 12 au 15 août 2020 (42, 43, 63, 69) Depuis plusieurs jours nos départements connaissent un affrontement entre la forte chaleur d’origine méridionale et les orages qui se déclenchent à partir de l’après-midi en liaison avec...
  • Prévision du 8 au 11 août 2020 : poursuite...
    Prévision du 8 au 11 août 2020 : poursuite chaleur, retour insidieux des orages https://t.co/6EgZJoJUIT via @Gerard Staron Gérard Staron (@journalduclimat) August 07, 2020 Prévision de Gérard Staron du 8 au 11 août (42, 43, 63, 69) La France se situe...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195