Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 10:30

L’été 2015 à Montregard

Gérard Staron

article paru dans le bulletin municipal de la commune

La saison estivale de 2015 a été globalement la plus chaude depuis 10 ans. Pour l’ensemble des trois mois, la moyenne atteint 18° contre 17.3° en 2006 et 17.2° en 2009. Elle détient aussi le maximum quotidien le plus élevé enregistré le 7 juillet avec 34.4°. Ce dernier remplace dans les tablettes celui de juillet 2006 où 33.2° avaient été enregistrés sous abri.

Vous trouverez ci-dessous les minimums et maximums quotidiens des températures de cet été prises sous abri dans sa définition météorologiques du 1er juin au 31 août.

Cependant notre commune n’a pas connu les excès de chaleur enregistrés dans les dépressions des sillons de la Loire et du Rhône. Au moment des journées les plus chaudes de juillet, plus de 35° à Saint-Etienne, l’écart du maximum quotidien de température a été très important selon l’altitude, il baissait entre 1.2° et 1.7° par tranche de 100 m d’altitude alors qu’il est compris en situation normale entre 0.6 et 1° par 100 mètres.

Ainsi, aucun des mois de cet été ne détient la moyenne la plus élevée de ces 10 dernières années. Juillet avec 19.9° est devancé par 2006 (21.1°) , Août avec 17.9° n’est que 4ème après 2009 (19°), 2012 et 2011, juin 2006 (16.6°) a fait mieux que 2015 (16.2°)

La très forte chaleur n’a pas pu s’installer durablement. Régulièrement des venues d’air froid ont calmé les vagues de températures les plus élevées. La chute du 8 juillet (voir graphique) met fin brutalement à la canicule qui culmine le 7 juillet. La baisse de fin juillet approche la température minimale la plus basse de ces 10 dernières années pour ce même mois (3.8° le 31 contre 3.6° en 2007). A trois reprises en août, il en est de même.

Pendant tout l’été, nous avons subi une lutte d’influence entre les anticyclones d’altitude subtropicaux qui ont tenté d’établir sur notre région un couvercle de chaleur et l’air froid des perturbations orageuses qui interrompaient brièvement leur domination ! Celle du 23 août aurait pu perturber « La soupe aux choux » dans des proportions plus importantes qu’elle ne l’a fait!

Montregard a été en grande partie protégé des plus grands excès du thermomètre enregistré dans les dépressions urbanisées pendant cet été 2015, il faisait bon y résider ou passer ses vacances ! Notre commune a aussi plutôt moins souffert de la sécheresse de cet été. Certes nous n’avons pas reçu la moindre goutte d’eau de la mi-juin à la mi-juillet, mais le début de juin a déposé 91 mm et la fin de juillet 85.5 mm dont 51 mm le 22. Août a été le mois le moins arrosé avec 44.9mm.

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 21:09

Prévision du 19 au 23 octobre 2015

L’anticyclone des Açores vient à nouveau se positionner sur le proche Atlantique et notre région sur son flanc oriental, reçoit un flux de nord persistant attiré par une dépressions sur le golfe de Gènes

Le vent du nord sévit à nouveau avec la burle sur les plateaux de la Haute Loire et le mistral en vallée du Rhône

Les températures restent basses avec des minimums toujours proches de la gelée sur les plateaux quand ils ne la subissent pas et des maximums qui montent au mieux vers 13 à 14° quand le soleil revient mais qui restent plus bas quand l’astre reste économe de ses rayons comme dans le val de Saône

Les perturbations passent plus à l’est, les précipitations sont rares et n’affectent de façon très faible que les secteurs océaniques sensibles aux influences septentrionales.

Les montagnes de l’est du Massif central du Mézenc au Pilat sont une barrière climatique sur laquelle s’accumulent les nuages en provenance du nord alors que le ciel s’éclaircit dès que l’air a franchi ces reliefs vers la vallée du Rhône

Lundi :

Pas de précipitations

les minimums sont légèrement positifs même sur les plateaux, ils sont les plus bas dans le val de Saône sensible à l’arrivée de l’air continental sous le voile de stratus

Un peu de soleil fait monter les maximums vers 13 à 14° dans les dépressions

Le vent du nord revient et commence à forcir

Mardi :

Pas de précipitations

Les gelées reviennent sur l’ensemble des plateaux, risque de brouillards matinaux dans les dépressions surtout le val de Saône.

Les maximums baissent, pas plus de 12 à 13° dans les dépressions et moins sur les plateaux

Le vent du nord forcit

Mercredi :

La bordure d’une perturbation qui passe plus à l’est apporte des nuages et quelques rares gouttes sur les montagnes du nord-est exposées aux influences océaniques ( haut Beaujolais, haut Forez, Monts de la Madeleine). les bassins et dépressions, sauf de la bordure nord (Roannais, Beaujolais), restent sans précipitations.

Les gelées reculent et sont limitées aux plateaux du cœur du Massif central (Velay, Margeride) , les maximums baissent par manque de soleil (à peine 10° dans les dépressions)

Le vent du nord forcit, mistral vers 70 à 80 km/h .

Jeudi :

La bordure de la nouvelle perturbation a plus de chance d’apporter des nuages et surtout quelques petites précipitations en privilégiant les secteurs océaniques déjà cités

Températures sans changements par rapport à la veille, peu de gelées sauf sur les plateaux du cœur du Massif central (Velay Margeride), maximums à peine plus éléves que la veille dans les dépressions (10 à 12°)

Le vent du nord reste fort

Vendredi :

Pas de précipitations, sauf restes d’humidité matinaux sur les reliefs océaniques le matin

Pas de gelées matinales sur les plateaux

Légère hausse des températures maximales

Le vent du nord faiblit

Ce mois d’octobre semble de plus en plus dans la continuité de septembre déjà très frais !

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 23:02
3 jours de grisaille venue du nord (14 au 16/10/2015)

Comme le montrent les images des satellites défilants NOAA transmises par Claude , nous avons connu trois jours consécutifs de grisaille venue du nord sur la France. les images étant toutes de l'après-midi, ceci signifie que sur les zones grises ou blanches le soleil n'a pas été vu de la journée et qu'il n'a pas réussi à disperser les masses nuageuses accumulées depuis le matin.

La limite de l'espace de grisaille continue est assez stable d'un jour à l'autre. Cette zone nuageuse de tenace occupe toute la France du nord

- jusqu'au seuil du Poitou

- jusqu'au Massif central avec une opposition entre la partie la plus montagneuse jusqu'au Cantal, à l'Aubrac et au Mont Lozère et le sud à partir de la vallée du Lot qui bénéficie toujours d'un meilleur ensoleillement et d'une influence méridionale marquée

- jusqu'à une moitié de la vallée du Rhône

-jusqu'à la séparation entre les Alpes du nord sous la masse de nuageuse et celles du sud avec la vallée de la Durance bien dégagée

Au sud de cette limite presque constante, les nuages ne font que des incursions temporaires dans le bassin Aquitain et au pied des Pyrénées

Autre particularité, la nature des nuages change, les deux premiers jours il s'agit seulement de stratus bas , couche de brouillard épaisse de couleur gris sale. le troisième il s'agit de nuages plus brillants d'altitude qui viennent recouvrir la couche de stratus bas.

Qu'il s'agisse des nuages bas ou ceux plus élevés, la limite reste la même, avec très peu de variantes de détail, car elle est un classique de l'influence des temps de nord en France qui sont bien moins ressenti au sud quand l'air descend des reliefs !

les temps de nord apportent peu de précipitations, mais avec des températures basses, il peuvent contenir peu d'humidité sans se condenser et cette dernière se condense alors souvent sous forme de nuages bas sans vraiment apporter de précipitations!

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 17:57

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 11:08

Prévision du 15 au 18 octobre 2015

Nous allons connaitre un très bref acompte hivernal en raison de l’arrivée d’un air froid continental sur le flanc méridional de l’anticyclone russo-sibérien qui s’est installé très tôt cet automne et apporte déjà neige et froid à l’Europe centrale

Déjà recouverts de la grisaille depuis deux jours, nous allons subir les premières gelées sous abri , chutes de neige dès les premières pentes des plateaux avec un vent du nord qui s’accélère avec la burle sur la haute Loire et le mistral en vallée du Rhône

Heureusement cette piqure hivernale sera courte et avec une remontée d’air méditerranéen dès le week-end, les températures vont redevenir clémentes.

Mercredi :

Pas de précipitations, mais l’humidité maintient une grisaille persistante dans les dépressions en particulier le val de Saône. Seule la vallée du Rhône au sud du défilé de Vienne et les sommets des plus hauts reliefs , Forez, Sancy, Mézenc et peut être Pilat ont des chances sérieuses de voir le soleil

Le vent du nord maintient des températures très basses qui seront froides presque autant dans les dépressions que sur les reliefs (maximums inférieurs à 10°)

Jeudi :

Journée hivernale

Une perturbation de nord-est apporte de la neige dès les plateaux sur l’ensemble des reliefs en particulier ceux face au Nord : Domes et Dores, Monts du Forez et de la Madeleine, Mézenc, Pilat et haut Beaujolais. Les flocons ont commencé dès la nuit précédentes et ils continueront jusqu’à la suivante. En dessous les pluies sont très faibles.

Les gelées sous abri sont généralisées sur l’ensemble des plateaux au-dessus de 500 à 600 m

Les maximums sont partout en dessous de 10° (sauf vallée du Rhône au sud du défilé de Vienne) et proche de zéro sur les reliefs

Vent du nord fort

Vendredi :

La phase hivernale commence à s’atténuer

Les chutes de neige s’arrêtent progressivement sur les reliefs

Les gelées sont un peu moins généralisées et sévères que la veille, elles se limitent surtout aux plateaux du cœur du Massif central (Velay Margeride),

Les maximums augmentent un peu, tout en restant très bas , positifs partout , ils approchent de 10° dans les dépressions

Le vent du nord faiblit un peu

Samedi :

On sort nettement de la phase hivernale

Pas de précipitations

Le vent du nord disparait

Les températures augmentent , les gelées sont limitées aux trous à froid et aux plateaux du cœur du Massif central, les maximums dépassent 10° presque partout (13° dans les dépressions )

La grisaille est encore très présente dans les dépressions en particulier le val de Saône

Dimanche

Une perturbation méditerranéenne tente de remonter, ses pluies très fortes près de la grande bleue ont peu de chance de dépasser l’axe du Mézenc au Pilat chez nous.

Le vent du sud revient

Les températures continuent leur hausse , pas de gelées matinales , les maximums remontent près de 15° dans les dépressions

Le temps devrait continuer avec une certaine clémence après cet acompte hivernal : à confirmer

Gérard staron

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 15:36

Un dossier m’ayant été envoyé à propos de la récente catastrophe de la côte d’Azur et mes archives climatiques et hydrologiques anciennes permettent d’établir une compréhension des faits.

D’abord la côte d’Azur est l’un des points sensible aux grosses pluies méditerranéennes en France. Les 195.5 mm tombés à Cannes dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 octobre ne constituent pas un record puisqu’il avait été mesuré 213 mm en 1932 et que j’ai pu trouver au moins 6 épisodes qui ont déposé plus de 100 mm en moins de 24 heures.

Par contre les récentes pluies montrent une répartition dans le temps et dans l’espace différente des inondations classique.

Dans la plupart des grosses pluies antérieures, le maximum affecte les reliefs de l’arrière-pays ce qui donne des crues classiques des principales rivières qui descendent de ces montagnes : le Var, la Cagne, le Loup, la Siagne. Ces cours d’eaux ont réagi, mais dans des conditions moindres que d’habitude. Le maximum des pluies est tombé sur le littoral qui correspond à l’espace intensément occupé par l’urbanisation. Elles affectent donc de petits ruisseaux dont le lit est soit corseté dans l’espace urbain, soit recouvert avec des cours souterrains dans la traversée des centre urbains

La répartition dans le temps des précipitations pose aussi problème. Il est fait mention d’une intensité exceptionnelle sur un laps de temps très court. Sur les 195.5 mm, 107 mm seraient tombés en une heure à Cannes. Ce qui constitue une intensité horaire record ou proche de ces derniers pour notre pays .

Ces deux éléments sont ceux que l’on retrouve habituellement dans les inondations urbaines ici éxagérées .

L’eau ne peut plus être récupérée par les lits étroits ou souterrains réservés aux rivières dans ces milieux , ni par les égouts sous pression qui ne peuvent pas supporter les apports en provenance de la surface, ou qui ne peuvent être atteints par les écoulements de surface avec des bouches obturées par les débris.

Dans ces conditions, les rues se transforment en rivières. Il est curieux de constater que sur la plupart des documents qui m’ont été communiqués, il n’y a pas trace à proximité de lits de cours d’eaux traditionnels, la voierie a canalisé l’écoulement des flux de l’inondation et les rivières se sont créés de nouveaux lits en fonction de la topographie modifiée par l’urbanisme de la ville . Sur la Côte d’Azur, comme à Saint-Etienne où j’ai étudié particulièrement le problème, le reliefs constituent un facteur aggravant avec une forte pente, ce qui accroit la vitesse des flux et la concentration sur les points bas .

Dans des cités où l’espace plat est rare, où la pressions immobilière est forte, la tendance à l’utilisation maximum du terrain a conduit à rechercher en souterrain ce qu’il était difficile d’utiliser en surface. Ces mini tunnels de la voirie comme celui de Golfe Juan , les ensembles de garage en souterrains alimentés en eau par les rues transformées en rivières se sont remplies complètement et sont devenus des pièges mortels pour ceux qui s’y trouvaient . Dans ce type de grosses pluies , on peut trouver de très nombreux cas où les espaces sur-creusés dans les zones basses des villes pour des parkings, des ponts sous des voies ferrées ou des routes ou autoroutes etc, constituent autant de sites inondables dangereux , cas déjà observés à Saint-Etienne , Tarbes , Pau , Boulogne sur mer , dans l’agglomération parisienne, Saint-Chamond, Givors, Lille etc. Ne pas s’étonner que la plupart des victimes aient été piégés dans ces souterrains. Anecdote : Si Paris devait être à nouveau un jour inondé, il le serait à partir de ses toilettes, car par manque de place , ils ont été souvent placés en sous-sol !

Comme les voiries deviennent provisoirement les véritables rivières, les véhicules qui y circulent ou sont présents sont autant de proies faciles pour les eaux et ils sont entrainés dans les points bas .

Les rez-de-chaussées qui se trouvaient dans une position accessible par ces flux occasionnels dans les points bas des villes, ont été particulièrement affectés et parfois traversés quand ils présentaient un obstacle à cet écoulement occasionnel .

Conclusion :

Le phénomène climatique ne parait pas en lui-même exceptionnel. Il s’agit d’une grosse pluie méditerranéenne d’automne avec une intensité très forte. Beaucoup ont dépassés le total pluviométrique mesuré à Cannes avec plus de 200mm. Les effets ont été notablement augmentés, exagérés , rendus dramatiques par la coïncidence avec un espace urbain où la surface manque et oblige à une utilisation en souterrain et à réduire l’espace réservé aux lits des petits ruisseaux.

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 19:22
Nuages sur les plaines de la Loire supérieure ! (11/10/2015)

Dans l'image captée par Claude hier dimanche dans l'Après-midi, une formation nuageuse curieuse occupe les plaines du haut bassin de la Loire !

Elle se situe en avant de la perturbation, alors sur l'Aquitaine qui déverse ses pluies aujourd'hui sur les régions méditerranéennes

Elle ne semble pas une bande de nuages bas

curieux

G.S.

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 10:30

Prévision du 11 au 14 octobre 2015

Nous sommes en bordure méridionale de l’influence de hautes pressions qui s’étirent de la Russie au Royaume Uni. Elles nous amènent un air continental frais et sec avec un flux de nord-est dévié en nord chez nous et accéléré avec la burle sur les plateaux de la Haute Loire et le mistral en vallée du Rhône. Les brouillards du matin sont compensés par un soleil généreux dans l’après-midi ;

Les masses pluvieuses méditerranéennes tentent bien une remontée jusqu’à nous en début de semaine, mais il ne semble pas qu’elles puissent apporter des précipitations au-delà de l’axe du Mézenc au Pilat et elles atténueront au même moment les effets de la masse d’air continentale

Samedi :

Pas de précipitations

Le soleil abondant compense un vent du nord assez fort avec burle et mistral

Les maximums atteignent 18 à 19° dans les dépressions , beaucoup moins sur les plateaux et reliefs

Dimanche

Pas de précipitations

Le vent du nord avec burle et mistral faiblit au cours de la journée

Il entretient une grande fraîcheur matinale avec un risque de gelées blanche sur les plateaux du cœur du Massif central, le soleil abondant de la journée remontent les maximums à des niveaux agréables (18 à 19° dans les dépressions).

Lundi :

Pas de précipitations

Le vent hésite

La fraîcheur matinale est moins marquée que la veille

Le soleil maintien les maximums au même niveau (18 à 19° dans les dépressions, moins sur les plateaux)

Mardi :

Les masses pluvieuses méditerranéennes tentent une remontée en direction de nos départements. Les pluies ne semblent pas dépasser l’axe du Mézenc au Pilat autant vers le nord en direction du Lyonnais que vers l’ouest dans le Massif central.

Il en résulte une atténuation de la fraîcheur matinale , les minimums se situent vers 10° dans les dépressions comme sur les plateaux

Les maximums restent au même niveau dans les dépressions , un peu plus élevés sur les plateaux que la veille

Mercredi :

L’influence continentale revient

Pas de précipitations

Le vent du nord se réinstalle et forcit avec la burle et le mistral

La fraîcheur matinale s’accentue, avec un risque de petites gelées dans les trous à froid et sur les plateaux du cœur du Massif central

Avec des brouillards plus tenace, les maximums baissent aussi , pas plus de 15° dans les dépressions.

Toujours un automne assez beau mais très frais

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 20:59

Voici le sommaire du Météofil N° 115 (octobre 2015)

Guy Blanchet :

--- Juillet et Août 2015 en France et dans le monde

--- il y a 10, 25 50 ans

Gérard Staron :

--- Les banquises en septembre

--- Le bilan de l'eau : reconstitution

--- Au jour le jour : septembre en 3 épisodes

et bien sur les données de notre réseau de stations, les images de Claude Traynard et le document de Ludovic Robert .......

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 10:27
Montregard (43) : pluie de records de froid en septembre

2015 est le mois de septembre le plus froid depuis le début des observation en 2006

il détient les records de:

- la moyenne la plus basse avec 11.6° qui efface des tablettes 2007 et 2008 avec 11.9° et qui est 2° en dessous de celle des 10 dernières années (13.5°)

- la moyenne des minimums quotidiens avec 6.9° qui bat de peu les 7° de 2008 et 2010

- La moyenne des maximums quotidiens avec 16.3° qui est nettement plus basse que celle de 2007 et 2008 (16.8°)

- le maximum absolu quotidien du jour le plus chaud du mois, le plus bas de ces 10 dernières années avec 22°. Pendant ces 10 dernières années , les températures étaient toujours monté au moins un fois au dessus de ce niveau , puisque le record du maximum absolu le plus bas était de 22.8° en 2007.

-Par contre septembre 2015 n'a pas connu de gelées contrairement à 3 autres années !

Dès le début, l'automne 2015 compense les excès ce chaleur de l'été !

Vous trouverez le détail des températures dans le prochain bulletin N° 115 dans l'AMRL à paraitre le 10 octobre .

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195