Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 21:12
Le Météo-Fil N°123 vient de paraître

 

 

         LE  PRINTEMPS  2016  EN  France     GUY  BLANCHET

 

          Les crues à partir du 31 mai  sur la France du nord

Aspects hydrologiques   Gérard Staron

         AVRIL  2016  DANS  LE  MONDE    GUY  BLANCHET

              Orage de grêle sur le sud de la plaine du Forez    Le 28 mai 2016

Gérard Staron

La neige sur le versant nord du Pilat : mai 2016

Des chutes et la surprise de la fête du travail

B. Aujoulat, B. Faure, G Staron

  Bilan de l’eau

               

   Mai   2016 : poursuite décalée de l’abondance !      Gérard Staron

  Au jour le jour

Mai 2016 : le pire au début et à la fin! Gérard Staron

 

                                                       Les relevés des stations

 

     St-Paul-de-V, Villerest, Violay  830 m, Tour Matagrin, Salvizinet, Noirétable, Bard 810 m, Arthun  E. Biterne,

   St-Héand, Andrézieux-B 400 m, St G.M.Le Sapt 920 m, Tarentaise  1100 m,

St Etienne 500m, St Etienne 910 m

     Satolas (aéroport), Bron (MF) 200 m, Mt St-Rigaud , St-Etienne-la-V, Le Breuil  270 m, Pommiers-en-B 315 m

Villefranche 200 m, St Didier S/ Beaujeu, Montmelas  508 m, Anse 220 m, St-Cyr-le-C 695 m, Sain-Bel, Tarare  380m, Grézieu, Aveize  585 m, Craponne 285 m, Montregard 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 22:13

Prévision du 10 au 13 juin 2016 (42, 43, 63, 69)

La région reste en limite de l’influence de l’anticyclone des Açores qui ne réussit pas à imposer nettement sa présence et d’un couloir de perturbations océaniques en provenance de l’atlantique nord qui s’étend jusqu’à la dépression du golfe de Gènes

Cette situation maintient un temps médiocre

Le vent du nord ou d’ouest dévié en nord par les reliefs sur la région prédomine

Les températures sont basses pour la saison de l’ordre de 10° pour les minimums et de 18 à 20° pour les maximums

Les précipitations prennent un caractère orageux, arrivent en soirée et traversent la région surtout pendant la nuit. Peu à peu leur trajectoire de plus en plus orientale intéresse de moins en moins nos départements pour un axe du jura aux Alpes du nord. Les précipitations sont importantes et généralisées pour la première au début du week-end puis deviennent localisées de plus en plus sur la bordure septentrionale et les reliefs océaniques et enfin surtout le Beaujolais et le Roannais.

Vendredi :

Pas de précipitations pendant la plus grande partie de la journée car la perturbation n’arrive qu’en soirée pour ses précipitations qui pourraient être abondantes, généralisées et orageuses pendant la nuit

Les températures restent acceptables pour la saison avec des minimums largement supérieurs à 10° en plaine et des maximums qui s’étirent de 22° environ dans les Limagnes à près de 25° dans les dépressions du Rhône et de la Saône. Ces dernières bénéficieront plus longtemps du soleil avant l’arrivée des nuages de la perturbation

Le vent du nord disparait au fil des heures

Samedi :

Après une nuit particulièrement pluvieuse sur l’ensemble du territoire de nos départements, les précipitations jouent les prolongations pendant une grande partie de la journée en particulier sur les secteurs océaniques de la bordure septentrionale des Combrailles au Beaujolais et surtout les reliefs du haut Forez aux monts de la Madeleine et du Pilat au haut Beaujolais.

Si les minimums restent doux (au-dessus de 12° dans les dépressions), les maximums baissent en dessous de 20° dans les dépressions

Le vent d’ouest au nord d’une ligne Clermont - Feurs est dévié en nord par les reliefs avec burle et mistral

Dimanche

Après une longue accalmie pendant la journée, les précipitations modérées reprennent en soirée et la nuit suivant en privilégiant les secteurs océaniques cités pour samedi en particulier le Beaujolais

Les températures restent basses pour la saison, les minimums baissent à leur tour , moins de 10° partout et les maximums restent au même niveau que la veille , entre 18 et 20° dans les dépressions Toujours le même vent d’ouest dévié en nord au sud d’une ligne Clermont – Feurs

Lundi :

Les dernières pluies quittent le nord-est de nos départements le matin et après une accalmie reviennent en soirée sur les mêmes régions que la veille

Les températures restent médiocres , un peu en hausse pour les minimums, sans changements pour les maximums

Toujours le même type de vent

Le temps estival n’est semble-t-il pas pour demain ? À confirmer.

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 19:25

Prévision spéciale Critérium du Dauphiné Libéré

1ère partie jusqu’à Belley

Tous les jours une multitude de cellules pluvio-orageuses en provenance du nord se déplacent en même temps que la course. En raison de leur caractère localisé ces précipitations pourront rencontrer ou passer à côté de la course sans qu’il possible de prévoir précisément l’occurrence de la rencontre, toutefois ces averses seront les plus importantes sur les reliefs et augmentent chaque jour au fil des heures

Les températures seront agréables pour une épreuve cycliste : maximums un peu supérieurs à 20° dans les dépressions, un peu moins sur les moyennes montagnes, sans grands changements d’un jour à l’autre

Le vent du nord ou nord-ouest domine, sa vitesse est modérée sauf jeudi en début d’étape avec le mistral.

Lundi : étape Cluses- Saint Vulbas

Dans un parcours qui circule entre les chainons jurassiens au pied des Préalpes après en être sorti par la vallée de l’Arve, le risque pour la course de rencontrer un orage est assez faible même s’il ne peut être exclu.

Vent du nord faible (rafales vers 30 km/h) il est de côte de la sortie de la vallée de l’Arve jusqu’au carrefour D10-D19, ensuite il vient de face dans la remontée vers Lagnieu, et à nouveau de côté dans les derniers kilomètres.

Températures vers 20 à 22°

Mardi : Etape Crêches sur Saône – Chalmazel Jeansagnières

Le risque pour la course de rencontrer une averse orageuse est plus important en particulier sur les hauteurs du beaujolais près du départ et dans les monts du Forez vers l’arrivée

Températures au-dessus de 20° dans les plaines et moins sur les monts

Un vent de nord –ouest au départ passant ensuite au nord dans la plaine du Forez , soufflera le plus souvent de côté ou de ¾ arrière sur un parcours orienté globalement nord –est sud –ouest quand elle longe l’est de la Plaine de Roanne et du seuil de Neulise puis ensuite est-ouest dans la traversée de la plaine du Forez et la montée finale sur les monts éponymes

Mercredi : Etape Boën – Tournon-sur-Rhône

Le risque d’averses orageuses sur course est faible sur des zones peu arrosées du Montbrisonnais en début d’étape et vers la vallée du Rhône ensuite.

Le vent du nord forcit quand on atteint la zone du mistral en vallée du Rhône (environ 40 km/ h en rafales) mais les secteurs où il vient de côté sont limités.

Températures de l’ordre de 20° vers le départ et 25° en vallée du Rhône

Jeudi : Etape Tain l’Hermitage – Belley

Le risque d’averses sur la course faible au départ augmente au fil des heures et devient plus fort vers l’arrivée

Le mistral fort au départ (50 km/h en rafales) et de face par rapport à la course, devient de plus en plus modéré au fur et à mesure que la course s’éloigne du sillon rhodanien. Ilo risque de ralentir l’épreuve.

Températures sans changements

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 11:33

Prévision du 5 au 8 juin 2016 (42, 43, 63, 69)

En lien avec une dépression sur le proche Atlantique, un flux perturbé de sud-ouest va tenter de repousser les descentes pluvieuses qui viennent du nord depuis les derniers jours de mai. Le contact se faisant souvent sur la région, il en résulte une situation confuse qui pourrait apporter des surprises

Il semble que nous resterons dans un temps très pluvieux avec des recrudescences orageuses à partir de l’Après-midi qui seront saupoudrées sur l’ensemble de nos départements et surtout les reliefs avec des cumuls substantiels

Les températures remontent un peu, douces le matin entre 10 et 15° entre plateaux et dépressions, celles de l’après-midi arriveront à dépasser 20° dans les dépressions la semaine prochaine

Le vent changera souvent de direction !

Samedi :

Nous sommes encore sous l’influence du flux de nord nuageux et humide qui vient buter sur la face nord du Massif central, une remontée pluvieuse de sud-ouest devrait tenter de le repousser en fin de journée et la nuit suivante et déposer des précipitations sur la Haute Loire et les monts volcaniques auvergnats. Du point de rencontre entre les deux courants dépend l’extension des pluies !

Les maximums sont encore un peu en dessous de 20° dans les dépressions sauf les plaines du Rhône qui dépasseront légèrement ce seuil

Le vent du nord modéré sévit encore avec burle et mistral

Dimanche

Le flux de nord semble résister et apporter des pluies orageuses à partir de l’après –midi surtout sur la bordure nord des Combrailles au Beaujolais et ses reliefs en arrière (Sancy, axes du haut Forez aux monts de la Madeleine et du Pilat au haut Beaujolais). Là encore tout dépend de l’extension géographique de son retour !

Températures inchangées, minimums doux entre 10 et 15° selon l’altitude, maximums proches de 20° dans les dépressions

Le vent du nord sévit encore avec surtout le mistral

Lundi

Après une longue accalmie dans les précipitations, elles reviennent sous la forme de cellules orageuses éparpillées sur l’ensemble des départements surtout sur les reliefs en fin de journée

Températures sans grands changements, légère baisse des minimums, hausse plus nette des maximums qui dépassent nettement 20° dans les dépressions (22, 23 environ)

Le vent du nord disparait

Mardi :

Les pluies orageuses éparpillées sur l’ensemble de la région et surtout les reliefs prennent de l’importance et de l’extension au fil des heures, cumuls substantiels en fin de journée et la nuit suivante

Si la douceur du matin est plus marquée (vers 15°), les maximums restent inchangés dans l’après-midi (22 à 23° dans les dépressions

Le vent du nord revient en soirée !

Mercredi :

Une amélioration progressive se produit après les dernières pluies qui affectent surtout l’angle Nord-est et ses reliefs ( Yssingelais, Forez, Lyonnais , Roannais, Beaujolais et Bourbonnais)

Les températures baissent un peu , minimums entre 11 et 15°, maximums qui dépassent à peine 20° dans les dépressions

Ce mois de juin administrativement le premier de l’été, celui où le réchauffement climatique est le plus marqué, a un sens inégalé du contrepied qui ne semble pas s’atténuer ! à confirmer

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 11:41

La crue du Loing est passée à a Seine avec une pointe au niveau de Corbeil-Essonne. Elle s'étale progressivement

Le fleuve à Paris est à la côte 5.65 m à 11 h à la station de référence du Pont d'Austerlitz . Elle a très fortement ralenti son rythme de montée qui se limite ce matin à 1 ou 2 cm par heures. Il est peu probable que le niveau de la crue de janvier 1982 6.15 m, soit atteint et encore moins celui de celle de janvier 1910.

Le Loing initiateur de la crue principale est une rivière d'assez faible importance dans l'ensemble du bassin . Sa crue a été exceptionnelle mais la montée sur les principaux affluents du fleuve étant bien plus faible, l'onde s'étale progressivement.

Tel n'est pas le cas de ce qui se passe sur le bassin de la Loire aval.
le cher monte encore avec 4.5 m à Tours près du niveau de la crue de mai 2001 (4.85 m)

le maximum de l'Indre a déjà atteint la Loire mais reste proche de ce niveau

Celui de la Vienne approche de sa confluence avec 5.02 m à Chinon . il faut remonter à la crue de janvier 1962 (5.93m) pour trouver une cote supérieure

En aval de la confluence, La Loire monte à un rythme très rapide à Monsoreau , actuellement 4.73 m ! le fleuve va encore enfler en raison de la convergence de ces trois ondes initiale

Très bientôt l'actualité inondation devrait passer de la Seine à la Loire! d'une crue en voie d'étalement à une onde encore croissante !

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 15:23

Les ondes plus ou moins exceptionnelles et dangereuses émises par les secteurs amonts de cours d'eaux de seconde importance sont en train de passer dans les grands fleuves et en fonction de la géographie du réseau hydrographique les crues conservent leur capacité de nuisance ou perdent de leur importance.

Les deux points de concentration que nous avons signalé hier doivent être maintenant l'objet de toutes les préoccupations :

Le premier l'agglomération parisienne attire l'attention prioritaire des médias

S'il est exact que la crue du Loing est exceptionnelle et a dépassé celle référente de 1910 sur la quasi totalité de son cours, elle est d'autant plus spectaculaire que les centres des villes sont dans les vallées en Ile de France à proximité des fleuves, l'onde risque progressivement de perdre de sa dangerosité en passant sur la Seine où le niveau vient de dépasser 5m à Paris au Pont d'Austerlitz encore loin des 6.15m de janvier 1982 et les 8.62 m de janvier 1910

Le Loing est un affluent secondaire de l'amont et les renforts que peut espérer sa crue sur le fleuve sont assez limités. L'Yonne et le cours amont du fleuve n'ont pas eu le rôle moteur habituel dans les crues de la Seine et en plus l'onde de l'amont arrive en retard. Celle du Loing a déjà passé la confluence avec le fleuve alors que le maximum de ce dernier est encore loin en amont. Parmi les cours d'eaux majeurs qui rejoignent la Seine vers Paris , La Marne, L'Oise. Seul l'Aisne amont affluent de l'Oise connait une crue significative qui arrivera très en retard en raison de l'énorme détours qu'elle doit accomplir

Le second point de concentration sur la Loire entre Tours et Saumur ne devrait pas être mésestimé.

Le Cher (3.91 m à Châtillon presque comme en mai 2001) , l'Indre (2.62 m contre 3.48 m en décembre 1982) et la Vienne (7.38m à la Nouatre contre 8.62 m en 1982) connaissent tous 3 des crues fortes, moins spectaculaires que celle du Loing, mais la conjonction des ondes à la confluence dans le même secteur entre Tours et Monsoreau risque d'être bien meilleure. La Loire est encore peu impactée mais il ne faut pas négliger le risque quand les trois affluents vont se déverser presque en même temps pour l'Indre et la Vienne , seul le Cher pourrait arriver un peu en retard

Un troisième point de concentration est possible si les pluies continuent d'apporter des cumuls substantiels dans l'est de la France : la Meuse. La forte crue de la Chiers devrait passer dans les Ardennes avant celle plus modeste pour l'instant de l'amont du fleuve mais.....

Le point de concentration possible sur la Saône que nous évoquions hier est encore hypothétique, les pluies en cours provoquent bien une réaction de l'amont, la rivière a monté aussi dans son val mais pour l'instant les niveaux restent modérés !

Par ailleurs beaucoup de crues importantes d'affluents ou sous affluents se transforment en intumescence secondaire et se sont étalées quand elles passent la confluence avec le Fleuve. Sauf une reprise en raison de nouvelles pluies, le risque semble passé!

C'est le cas de celle de la Dore quand elle rejoint l'Allier, de la Bourdince et de l'Arroux quand ils confluent avec la Loire même si les pluies en cours retardent la fin de la crue

Dans le nord la Lawe et l'Helpe mineure ont bien baissé , la reprise des dernières pluies a été faible et la confluence à l'aval avec la Lys et la Sambre a contribué à réduire la dangerosité de la crue

La situation confuse de la veille a évolué en concentrant les risques sur quelques secteurs :

le Loing puis la Seine en amont de Paris

La Loire en aval de Tours et ses affluents comme nous le pressentions dès mardi !

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 09:29

Si l'on exclut le bassin du Rhône au sud de Lyon, rares sont les fleuves et rivières qui ne montent pas en France actuellement.

Dans cet ensemble, les situations les plus dangereuses concernent de petits cours d'eaux affluents ou sous affluents des fleuves qui sont disséminés aux quatre coins du territoire.

C'est ainsi que l'on en trouve :

1) Sur le bassin de la Seine amont : la crue du Loing a effectivement dépassé le niveau de la célèbre inondation de 1910 sur des partie très limitées de son cours amont ( 2.1 m contre 1.85 en janvier 1910 à Montbouy). L'onde se propage vers l'aval où elle monte encore à Nemours où elle n'a pas dépassé celle de 1910 (3.96 m contre 4.25 m). A proximité, l'Yonne d'habitude l'affluent terrible de la Seine, a monté sans atteindre pour l'instant ses niveaux historiques (3.3m environ autant à l'amont à Gargy qu'à l'aval à Courbon)

2) Sur la Seine aval seule la Drouette affluent de l'Eure a dépassé les niveaux les plus élevés de crues récentes (2.47 m contre 1.91 m en décembre 1999)

Sur le bassin de la Loire on trouve aussi plusieurs points sensibles

3)A l'amont deux sous affluents, éloignés géographiquement ont réagi une première fois dimanche , puis connaissent une seconde montée plus importante que la première en ce moment.

La Dore affluent de l'Allier avec 3.02 m au Dorat ce matin (3.88 m en décembre 2003) et la Bourdince (rivière de Paray le Monial ) affluents de l'Arroux puis de la Loire à Digoin (3.31m)

4) A l'aval il faut surveiller comme je l'indiquais hier les affluents méridionaux en aval d'Orléans mais là encore ce sont de petits bassins qui réagissent avant les grands :

d'abord des affluents du Cher comme la Sauldre ( 4.94 m à Salbris), la Yèvre (4.83 m), l'Arnon

puis l'Indre et actuellement les parties amont de la Vienne, la Creuse et la Gartempe.

5) Pour trouver d'autres points sensibles il faut se rendre dans "les hauts de France" avec deux points assez éloignés de débordement où les rivières amorcent leur décrue après un maximum le 31 mai

La Lawe dans la région de Béthune (2.18 m contre 1.61 m en mars 2012) et dans une moindre mesure son voisin la Lys

à l'autre bout du Nord L'Helpe mineure est montée à 3.55 m alors que sa voisine la majeure a été bien plus modérée

6) Enfin le dernier secteur inquiétant se trouve dans l'est avec 3 zones éparses, surtout l'Orne affluent de la Moselle en Lorraine du Nord et deux secteurs très éloignés du bassin de la Meuse, la Chiers affluent le long de la frontière belge (3.4 m contre 3.77m en janvier 2007) et dans une moindre mesure l'amont du fleuve (1.92 m à Comercy contre 3.8m en décembre 2001)

Pourquoi ces points de crispations éparpillés sur le territoire alors que le plus souvent la zone des inondations correspond à un secteur géographique précis?

Il semble que les caractéristiques des bassins versants jouent un rôle majeur par rapport à la trajectoire des pluies :

précipitations qui se bloquent contre des reliefs le long desquels s'étirent des cours d'eaux : la Dore , la Bourdince, bassin de la Vienne et de l'indre contre le Massif central

rivières de plaine peu habituées à recevoir de fortes précipitations en provenance du nord surtout au mois de mai juin : Loing, Drouette, affluents du Cher

Une inondation sur autant d'espaces géographique en mai-juin est-ce inhabituel ?

On se trouve dans la saison des paroxysmes orageux qui déterminent des inondations localisées sur un point déterminé du territoire et rarement des phénomènes étendus sur de multiples bassins mais il existe dans le passé des précédents majeurs :

dans le domaine océanique : la principale crue de la Saône en mai 1983

dans le domaine méditerranéen : la crue de l'Argens de juin 2010

Surtout sur une grande partie de la France : les inondations de mai juin 1856 gardent encore les plus hauts niveaux sur des nombreux secteurs des bassins du Rhône et de la Loire. C'est après cette catastrophe que Napoléon III a commencé à mettre en place la protection contre les inondations ( digues , législation etc)

Enfin de tels débordements peuvent-ils s'étendre aux grands fleuve ?

Ceci dépend de la concentration concomitante en aval des ondes élémentaires de crues.

Le danger semble à mon avis plus important sur la Loire que sur la Seine où l'on ausculte le fameux zouave du Pont de l'Alma

Sur la Seine le point de concentration sensible correspond à l'agglomération parisienne et les rivières qui ont peu monté (Marne , Oise et Aisne ) semblent plus nombreuses que celles qui ont beaucoup monté ( Yonne et surtout Loing), le fleuve montera encore mais sauf apport pluviométrique nouveau, on peut penser que les niveaux ne seront pas exceptionnels.

Sur la Loire le point de concentration se situe entre Tours et Saumur et sur ce secteur les trois principaux affluents montent fortement ( La Vienne à Nouatre 5.72 m ou l'Indre 2.72 m ) ou sont appelés à monter en raison de l'apport de leurs rivières ( le Cher ).

Les prochaines pluies arrivant du nord selon une trajectoire plus orientale, sont actuellement sur les Ardennes ou l'Allemagne du nord,et peuvent développer les crues éparses actuelles sur la Meuse et la Moselle et surtout faire monter le bassin de la Saône qui a encore peu réagi.

rien n'est terminé!

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 11:24

Prévision du 1er au 4 juin 2016 (42, 43, 63, 69)

Un temps exécrable continue en raison d’une descente froide en provenance des hautes latitudes entre des hautes pressions sur les Iles britanniques et une dépression sur l’Allemagne

Elle apporte des précipitations quotidiennes importantes qui viennent buter sur la face nord du Massif central avec des cumuls substantiels. Toute la région sera fortement arrosée avec des risques d’inondation, mais ….

La première vague, la plus importante en cours d’arrivée concerne surtout la partie Auvergne et Limousin, il convient de surveiller la montée des cours d’eaux sur les bassins de la Vienne, du Cher , de l’Indre et de l’Allier inférieur.

La seconde vague en fin de semaine à partir de jeudi, aux cumuls peut-être un peu moins forts, frappe plus à l’est sur la face du Roannais au Beaujolais en pénétrant jusqu’à l’Yssingelais et au Lyonnais. Il faudra alors surveiller particulièrement le bassin de la Saône

Un bulletin hydrologique « inondation » en fonction de l’évolution des cours d’eaux sera peut-être nécessaire même s’il semble que les risques les plus importants soient en dehors de nos 4 départements.

Les températures sont indignes du début juin minimums vers 10° et maximums en dessous de 20° parfois de 15° dans les dépressions !

Le vent du nord revient avec ses accélérations de la burle sur les plateaux de la haute Loire et surtout du mistral en vallée du Rhône

Mardi :

Prévision pire que celle très médiocre déjà annoncée !

Le première vague de précipitations arrive sur la face Limousin et Auvergne du Massif central avec des cumuls importants susceptibles de faire réagir les cours d’eaux en particulier sur les bassins de l’Allier (du Cher de l’Indre et de la Vienne à l’extérieur de nos départements). Les bassins de la Loire, de la Saône et du Rhône semblent moins touchés

Les températures sont très basses : maximums de l’ordre de 15° dans les dépressions de la Loire et l’Allier, un peu plus dans les plaines du Rhône et de la Saône

Le vent d’ouest souffle sur les crêtes auvergnates, il est faible et dévié par les reliefs ailleurs !

Mercredi :

Les précipitations commencées la veille continuent en affectant prioritairement les mêmes régions avec moins d’intensité que la veille et en se limitant de plus en plus aux seuls reliefs

Les températures sont toujours basses, minimums vers 10° (plus dans les plaines moins sur les plateaux ) maximums vers 12 à 13° , moins sur les plateaux , plus seulement dans la vallée du Rhône au sud du défilé de Vienne

Le vent du nord s’installe au cours de la journée avec burle et mistral

Jeudi :

La nouvelle vague pluvieuse en provenance du nord bute sur le Massif central un peu plus à l’est que la première. Chez nous, l’axe du Roannais à l’yssingelais et celui du Beaujolais au Lyonnais sont les plus concernés par les forts cumuls. Il faudra alors surtout surveiller le bassin de la Saône car les pluies risquent d’être encore plus fortes plus à l’est jusqu’au Jura !

Températures sans grands changements, minimums vers 10° , maximums en légère hausse vers 15° surtout dans les Limagnes

Vent du nord (suite)

Vendredi :

Poursuite des précipitations avec les plus forts cumuls sur les mêmes régions que la veille avec une possible reprise en soirée

Les températures augmentent un peu, les minimums dépassent 10° et les maximums 15° dans les dépressions, et même un peu plus dans les plaines du Rhône et de la Saône

Vent du nord (suite)

Samedi :

Après une accalmie une grande partie de la journée, les précipitations pourraient connaitre une éventuelle reprise en soirée, sous réserves, sur la partie la plus orientale de la région (Axe des Cévennes au Beaujolais)

Le vent du nord est toujours là

Si les minimums restent vers 10° (plus dans les plaines et moins sur les plateaux), les maximums tentent une hausse jusqu’aux alentours de 20° surtout dans les plaines du Rhône et de la Saône

Ensuite le temps devrait moins mauvais, de façon relative, à confirmer !

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 17:41
Pourquoi la bordure ouest de la plaine du Forez est-elle si souvent affectée par les violents orages ?

Samedi la grêle a encore frappé sur la bordure occidentale de la Plaine du Forez . La trainée a affecté principalement trois communes qui sont parfaitement alignées selon un trajectoire de sud-ouest nord-est qui commence au pied de la retombée du plateau de saint Bonnet le château pour se perdre au milieu de la plaine. Dans l'après-midi Si les orages étaient beaucoup plus étendus vers le nord de cette ligne, en revanche ils n'ont pas débordé vers le sud puisque la Station de Bouthéon sur l'aéroport voisin n'a reçu qu'un total dérisoire. J'ai pu observer les orages du promontoire de Saint Héand quasiment indemne de précipitations jusqu'à la nuit avec une très belle vue sur de gros cumulonimbus qui sont venus à deux moments en début d'après-midi et vers 19 heures pendant que nous chantions ! Saint-Étienne n'a pas été concerné par les orages avant le cœur de la nuit !

Cette bordure ouest de la plaine est particulièrement affectée par les violents orages de grêle en particulier pendant deux ans en plein été un peu plus au nord . Saint Cyprien avait aussi été affecté, il y a une dizaine d'années. L'an dernier aussi un violent orage avait provoqué des inondations localisées.

Quels phénomènes ont exagéré le phénomène orageux quand il a abordé la plaine à partir des plateaux du sud des monts du Forez?

La perturbation de sud-ouest arrive par les hauteurs du Massif central, l'air qui l'accompagne est bien plus froid et il surplombe alors une plaine qui a accumulé de la chaleur depuis le matin . Cette situation d'inversion surplombante de l'air froid en altitude sur la plaine du Forez, a fortement exagéré le contraste thermique et par voie de conséquence l'instabilité à l'intérieur du nuage pour former un gigantesque cumulonimbus montant très haut en altitude. Le chanteur en journée chorale a pu observer de Saint Héand une base du nuages à peu près au niveau des sommets des monts du Forez puis une énorme masse noire se terminait très haut par une belle enclume, mais le chanteur avait oublié l'appareil photo alors il a fait un croquis !

L'effet de ce phénomène surplombant commence dès le pied des reliefs à Saint Marcellin et diminue progressivement en direction du centre de la plaine. Le lancement de fusée anti-grêle n'est pour rien dans la diminution de la grêle, ce type de protection est très contesté par tous les professionnels de la météorologie, simplement le contraste thermique en altitude a diminué vers l'est, en même temps que l'invasion froide surplombante.

Dans le secteurs le plus affecté, les gouttelettes à l'intérieur du nuages sont montées à des altitudes très élevées où ont commencé à se former des noyaux de congélation, ensuite le grêlon en formation a subi de multiples va et vient verticaux à l'intérieur du nuages sous l'effet de deux forces, l'instabilité dans le nuage le poussant vers le haut et son poids l'entrainant vers le bas. chaque fois il a récupéré une couche de gouttelettes qui a ensuite gelé au contact du noyaux de congélation en remontant. Quand le poids a été trop élevé , il est tombé au sol !

La ligne du paroxysme orageux est orientée sud-ouest nord-est. Il suit la limite méridionale de l'extension de cette cellule orageuse qui n'a pu descendre plus bas vers le sud qu'au cœur de la nuit lors de l'arrivée d'une nouvelle masse pluvieuse et à quelques kilomètres de distance, le sud de la plaine du Forez a connu le déluge de grêlons dans le secteur atteint par l'air froid d'altitude et rien dans celui à l'écart plus au sud .

Ce type d'inversion surplombante est très connu sur la Côte d'azur quand l'air froid descend par dessus les Alpes pour surmonter l'air chaud et humide de la Méditerranée, Ceci avait causé des inondations à plusieurs reprises et en particulier à Auribeau sur Siagne, il y a plusieurs dizaines d'années ! Ici le phénomène se produit par dessus les monts du Forez!

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 20:44

Prévision du 28 au 31 mai 2016 (42, 43, 63, 69)

Les derniers jours du printemps restent médiocres

La fin du mois est arrosée et fraiche sous l’influence d’une dépression sur ou à proximité de la France qui attire l’air des hautes latitudes

Les précipitations pluvio-orageuse surtout importantes en soirée proviennent d’abord du sud-ouest avant d’arriver plus franchement du nord en début de semaine prochaine

Les températures repartent à la baisse en commençant par les maximums de l’après-midi affectés par un manque de soleil, puis les minimums suivent

Les vents assez modérés, au départ de sud, passent à l’ouest pour affecter les crêtes océaniques et la bordure des Combrailles au Roannais et Beaujolais avant de revenir au nord

Samedi :

La dépression centrée sur la France alimente des pluies orageuses qui augmentent au fil des heures et concernent l’ensemble de la région dans la soirée

Les températures restent douces avec des minimums entre 10 et 14° et des maximums encore au-dessus de 20° surtout dans les plaines du Rhône et de la Saône où l’on approche de 25°

Le vent reste de sud

Dimanche

Les précipitations pluvio-orageuses, après une légère accalmie reprennent à partir de la mi-journée sur un axe de l’Yssingelais au Lyonnais et Beaujolais mais les gros orages semblent concerner les régions un peu plus à l’est au pied des Alpes et du Jura en soirée

Si les minimums restent doux sans changement par rapport à la veille, les maximums passent en dessous de 20° dans les dépressions

Les vents faibles viennent de l’ouest sur les reliefs océaniques et la bordure nord des Combrailles au Beaujolais

Lundi :

Les précipitations marquent une accalmie le matin mais connaissent une reprise en soirée avec l’arrivée d’une perturbation venant des hautes latitudes

Les températures continuent leur baisse, les minimums ne dépassent pas 10° et les maximums n’atteignent pas 20° dans les dépressions

Vent d’ouest sur les mêmes secteurs que la veille

Mardi :

La perturbation en provenance du nord continue d’apporter des pluies fraîches une grande partie de la journée ; les précipitations concernent surtout les reliefs océaniques : Sancy , axe du haut Forez aux monts de la Madeleine et du Pilat au haut Beaujolais et la bordure des Combrailles au Beaujolais

Le vent passe au nord

Les températures baissent encore, minimums vers 10° (moins sur les plateaux) maximums vers 18° dans les dépressions

Le temps reste ensuite assez médiocre ! à confirmer

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195