Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 20:55

Prévision spéciale Tour des Flandres

(Dimanche 4 avril)

 

  Le « Ronde » la célèbre classique cycliste flamande se déroule le prochain dimanche de Pâques dans la partie basse de la Belgique agrémentée de l’escalade des monts, buttes sableuses aux versants très raides qui dominent  la plaine argileuse et marécageuse.

 

Cette année les pavés risquent d’être particulièrement glissants et les bas côtés très boueux. Sur la Flandre belge, il pleut tous les jours depuis le début de la semaine. Les totaux dépassent 25 à 30 mm. Les précipitations risquent de continuer jusqu’à Dimanche. Pendant la course le risque de pluies assez faible au début se renforce au fil des heures. Il serait étonnant que la course ne subisse pas quelques averses dans les derniers kilomètres.

Cette situation augmente le risque de chutes mais aussi celui d’obliger les concurrents à mettre pied à terre dans certains monts !

 

Le vent sera aussi de la partie. Assez modéré le matin avec une provenance du sud-ouest, il forcit progressivement au cours de la journée en prenant une origine nettement d’ouest.

Les prévisions de vitesse moyenne sur 10 mn atteignent 50 km/h , les rafales pourraient donc localement dépasser 70 km/h.

Cette vitesse est largement suffisante pour provoquer des éventails et des bordures, mais il est difficile de préciser dans quel secteur car la course mérite bien son nom «  le Ronde ». Son parcours tournoie continuellement  avec des changements permanents de direction, ce qui provoque une alternance de secteurs avec vent de face, pour ralentir les coureurs, de côté pour faire éclater le peloton, et de vent arrière pour accélérer mais aussi durcir l’épreuve.

Presque toutes les courses depuis le début de cette saison ont connu des avatars en raison des conditions climatiques, le Tour des Flandre devrait ne pas échapper à cette situation.

La sélection sera facilitée et devrait limiter le nombre des coureurs à l’arrivée pour un vainqueur qui risque de mériter les superlatifs comme lors d’éditions dantesques en 1934 et 1950[1] !

Températures fraîches.



[1] J.P Bourgier et G. Staron « conditions climatiques et compétitions cyclistes «  2007 L’harmattan  p215 à 217

Partager cet article
Repost0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 10:39

Températures de Saint Etienne (Le Soleil, Le Marais altitude 500 mètres) :

Mois de mars 

 

logo.jpgpublié sur le prochain météo fil de l'association ( sortie le 6 avril)

Matériel : Hobo pro avec sonde dans abri à coupelles et 1 mesure toutes les deux minutes

Minimum, maximum quotidiens

 Pluviométrie (pluviomètre SPIE

 

date

min

max

P

1-mars-10

-1,0

10,6

1,5

2-mars-10

0,6

13,5

 

3-mars-10

1,9

5,4

3,5

4-mars-10

2,8

5,0

 

5-mars-10

-3,4

5,0

 

6-mars-10

-5,8

5,9

 

7-mars-10

-4,4

-3,1

3

8-mars-10

-4,2

3,5

 

9-mars-10

-7,3

0,4

0,3

10-mars-10

-5,3

-0,9

 

11-mars-10

-4,7

-1,1

 

12-mars-10

-3,0

4,9

 

13-mars-10

-4,4

6,7

 

14-mars-10

-1,0

3,8

 

15-mars-10

-0,2

9,8

 

16-mars-10

-1,5

11,8

 

17-mars-10

-1,7

17,7

 

18-mars-10

1,3

16,6

 

19-mars-10

7,1

19,8

 

20-mars-10

10,6

16,9

 

21-mars-10

12,3

18,2

 

22-mars-10

8,4

16,1

 

23-mars-10

3,7

17,7

 

24-mars-10

6,7

17,8

 

25-mars-10

11,8

17,0

18,6

26-mars-10

3,7

13,1

 

27-mars-10

4,5

11,1

0,4

28-mars-10

7,3

14,3

 

29-mars-10

4,5

19,5

 

30-mars-10

4,4

11,2

6,8

31-mars-10

3,9

12,6

4,3

moyenne

1,5

10,4

38,4

 

 

 

 

       Avec une moyenne de 5,9° mars 2010 présente une température en baisse de 0,9° par rapport à son homologue de 2009. La douceur de la seconde partie n’a pas compensé les frimas de la première.

 

Le premier trimestre 2010 est le plus froid depuis le début des observations avec 2,8° contre

3,5° en 2009 (-0,7°)

6,5° en 2008 (-3,7°)

6,5° en 2007 (-3,7°)

 

Il convient d’ajouter :

14 jours de gel pour un total provisoire de 70 pour l’hiver

3 jours sans dégel soit 26 depuis le début de la saison, cette dernière valeur place 2009-2010 parmi les hivers exceptionnels !

Les derniers jours rendent la pluviométrie de mars plus convenable après la longue période sèche du début ! 

 

Gérard Staron

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 19:12

L’enneigement sur le versant septentrional du Pilat

Situation fin mars 2010

Gérard Staron

logo.jpgPublié dans le prochain météofil de avril 2010 publié le 6

 

    Mars a contribué à augmenter les statistiques d’enneigement de l’hiver en cours. La comparaison, avec la moyenne depuis 2003, montre que la durée du manteau neigeux est déjà excédentaire à toutes altitudes par rapport à une saison complète. Pourtant le mois d’avril n’a pas encore ajouté son point d’orgue habituel.

Sur le Pilat, les durées exceptionnelles de l’an dernier ne seront pas atteintes, avril a peu de chances d’apporter les 25 jours manquants à 1000 mètres d’altitude.

Dans le bas de la ville, le manteau blanc détient la 4ème performance connue à égalité avec 2005-2006 (40 jours) et derrière les saisons 2004-2005 (49 jours), 1962-63 (45 jours) et 1970-1971 (43 jours). A 600 mètres d’altitude, 2009-2010 doit ajouter 6 jours pour rentrer dans les 3 hivers les plus enneigés ! Peut-on compter sur Pâques aux tisons pour combler ce retard par rapport aux records ?

 

durée de l'enneigement selon l'altitude

 

 

 

altitudes

cumul fin janvier

févr-10

mars-10

cumul 09-10

moy hiver

1000m

48

28

17

93

78,2

900m

43

23

10

76

64,2

800m

39

18

8

65

54,2

700m

32

16

7

55

46,4

600m

28

13

7

48

37,2

500m

26

12

2

40

29,2

 

Le déroulement de mars a été conforme aux hivers précédents avec le sens de l’exagération des périodes froides et neigeuses propres à l’année en cours. Cette dernière a respecté toutes les pulsions habituelles de la saison dans la première quinzaine de janvier, à la mi février et dans la première moitié de mars en corsant chacune un peu plus que la normale. La comparaison avec la médiane depuis 2003 confirme cette tendance !

 

neige mars10

 

A 500 mètres, il convient d’ajouter en mars 3 chutes de neige pour un total provisoire de l’hiver de 30 jours. L’épaisseur maximale au sol n’a pas dépassé 3 cm le 8 au matin.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 09:29

 

Prévision pour la Semaine Sainte (31 mars- 3 avril 2010)

Comme annoncé, la pluie, avec neige sur le Pilat, de mardi  sonne le début de la nouvelle pulsion hivernale  avec l’arrivée de perturbations successives en provenance  des hautes latitudes en liaison avec la dépression des Iles britanniques.

La bordure septentrionale de nos départements subit les conséquences atténuées des tempêtes d’ouest à répétition qui affectent les régions bordières de l’Atlantique et de la Manche

Les précipitations abondantes, affectent surtout les montagnes océaniques, reliefs volcaniques auvergnats, l’axe du haut Forez à la Madeleine et celui du Pilat au Beaujolais. Tout le monde recevra sa part même si les dépressions internes qui longent la Loire et l’Allier seront moins concernées. La neige revient sur les plateaux dès 800 à 900 mètres.

La baisse des températures est confirmée avec un retour des gelées parfois sévères et généralisées et de maximales souvent proches de zéro.

 

Mercredi :

La nouvelle perturbation concerne surtout les montagnes océaniques  en particulier les reliefs volcaniques auvergnats. Avec retard, la totalité des départements a da part.  Nouvelle neige en altitude.

La baisse des températures se confirme avec de petites gelées matinales dans les cuvettes de moyenne altitude et surtout des maximales très basses, à peine positives, dans la journée

 

Jeudi

Le mauvais temps continue

La nouvelle perturbation  touche les mêmes reliefs que la veille en déposant moins de précipitations mais avec de la neige un peu plus bas

Nouvelle baisse des températures  avec le retour de gelées généralisées, sévères dans la partie auvergnate. Les maximales sont à peine positives, une journée sans dégel n’est pas impossible sur les plateaux internes du Massif central

 

Vendredi

Un répit provisoire

Risque de précipitations faibles avant la nouvelle perturbation qui arrive en soirée

Les gelées généralisées sont sévères sur les plateaux du cœur du Massif central

Dans la journée, un peu de soleil et  un flux de sud avant la nouvelle perturbation  permettent une remontée des températures maximales surtout dans les dépressions de la Loire et de l’Allier

 

Samedi

La perturbation continue de déposer ses pluies et ses neiges en altitude  depuis la soirée de la veille. Les précipitations sont généralisées mais les reliefs déjà cités sont encore les plus arrosés

Beaucoup moins de gelées matinales que les jours précédents, mais les températures maximales baissent à nouveau et sont proches de zéro.

 

Pâques sera aux Tisons

Nouvelle prévisions samedi  accompagnée de celle pour le Tour des Flandres

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 20:09


    Sur cette image transmise par Claude, ce lundi à la mi-journée, la France parait ensoleillée dans le flux de sud.
On peut observer avec les trainées de nuages d'altitude qui remontent des Pyrénées sur le bassin Aquitain03291231n19hvct

Le vent de sud a soufflé en dégageant le ciel au nord du massif central.
 
Par ailleurs arrivent sur l'Atlantique les perturbations qui vont provoquer à partir de demain: 
les précipitations
La neige en montagne
le refroidissement  
Le front est visible de Gibraltar à l'Irlande

Enfin on distingue les restes de neige
Sur les Alpes
Sur le coeur du Massif central : Margeride, Sancy et Lozère
Sur les massifs hercyniens allemands
Sur les Carpates et les Alpes dinariques
Sur la plaine d'Allemagne du nord et la Scandinavie, quand l'arc nuageux de la perturbation germano-polonaise laisse voir le sol.

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 18:30

 

La belle chute (températures le 26 mars vers 7h30 à Montregard)


chute 26 mars 

Cette courbe est presque irréaliste pour des températures avec une mesure toutes les 2 minutes .

Une quasi égalité très surprenante  pendant la nuit jusqu’à 7 heures vers 7,5° . A ce moment de la journée le thermomètre la tendance normale est plutôt à la baisse.

Quelle chute ensuite, 6° en un quart d’heures chaque point est séparé de 2 minutes ! En hiver, il est difficile de l’égaler !


Souvenez vous l’agitation de l’atmosphère du 26 au matin :


Le passage brutal du flux de sud qui précède à l’air froid qui suit

L’orage qui accompagne la chute de neige comme si la froidure des hautes couches de l’atmosphère tombait brutalement sur nos têtes !

 

Ensuite dans l’air froid, la température flirte avec la gelée.


Un document vraiment original !


Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 23:20

 

       L’hiver est toujours une période sensible pour les activités sportives. Nous avons déjà signalé l’impact du week-end froid et neigeux du 8 au 10 janvier sur la coupe de France de Football. Les difficultés provoquées par les conditions climatiques ont affecté de nombreuses autres épreuves d’une façon souvent inattendue, que ce soit les jeux olympiques ou le début du calendrier cycliste.

Au moment de la vague de froid et de neige de février, un seul numéro de l’équipe, le 11,  permet de faire le bilan de toutes les conséquences  sur les activités sportives. Ce jour relate les tribulations de la veille qui correspond à un jour sans dégel sur une grande partie de la France avec des températures entre -5,7 et – 3,3° à Saint Etienne ou entre -5,4 et -1,3° à Lyon.

En France se déroulaient quelques matchs en retard des 8èmes de finales de coupe de France dans des conditions difficiles, dont un entre Saint Etienne et Vannes « dans un froid polaire, sur une pelouse de plus en plus dure et des appuis de moins en moins sûrs » selon l’Equipe en dépit des mesures prises pour protéger le terrain alors qu’il y avait par ailleurs 17 cm de neige dans la ville.

Quand la France a froid, la Méditerranée s’agite. Le vent de nord s’accélère en descendant des reliefs vers le grande Bleue.

 C’est ainsi que la tramontane provoque des bordures lors de l’étape Carcassonne-Sauvian du Tour méditerranéen. Un groupe d’une vingtaine de coureurs, poussé par un vent portant violent se détache et prend plus de 2 minutes au peloton.

Un peu plus au sud, dans le Levant espagnol, en raison du vent violent et d’une houle très forte avec des creux de 1,50 m, la manche de la coupe de l’América entre AlinghiV et USA 17 doit être reportée. C’est trop « pour des bateaux conçus pour s’affronter dans des vents faibles et moyens et sur un plan d’eau peu mouvementé ».

Les vents violents provoqués par les conséquences lointaines de la descente froide sur le vieux continent ont été sensibles encore plus loin jusqu’au Tour du Qatar qui se déroule au même moment. Souvent affecté par Eole « le vent force à une stratégie d’éventail et de placement. Il faut se battre toute la course tous les jours » dans le Tour du Qatar.

Rien qu’en une journée, le bilan des tribulations sportives liées au climat est d’autant plus éloquent sur ce seul numéro de l’Equipe qu’il ajoutait une étude des conditions de la neige sur les Jeux Olympiques de Vancouver qui allaient débuter.

Après coup, on peut constater que l’impact des conditions climatiques a été déterminant dans ces jeux olympiques de Vancouver. Les caractéristiques de la neige du climat hyperocéaniques de la côte Pacifique du Canada ont surpris plus d’une fois. Ce littoral de la face occidentale de l’Amérique du nord reçoit à cette saison hivernale de nombreuses perturbations qui déterminent des totaux pluviométriques très importants. Ces derniers sont exagérés par les reliefs situés en arrière de la côte, ce qui détermine une zone très arrosée.  La ville de Vancouver a une pluviométrie annuelle de 1457 mm qui atteint 3 à 4 mètres sur les hauteurs qui dominent la ville. Les mois d’hiver sont les plus arrosés avec des moyennes de 223 mm pour décembre, 218 mm pour janvier, 210 mm en novembre et 147 mm en février à Vancouver. Ce maximum pluviométrique saisonnier est situé au même moment que celui des climats océaniques européens, mais avec des quantités bien plus importantes. Cette saison est aussi assez douce puisque la température moyenne de février à Vancouver est de 3,9°.

En bordure de l’océan, les flocons sont très fortement chargés en humidité. Les chutes déposent des épaisseurs importantes et les températures sont proches de 0° même en altitude. La tenue du manteau neigeux au sol est aléatoire. Voilà une texture de la neige difficile à comparer avec celles des Alpes où la teneur en eau des flocons est bien plus faible avec des températures très basses. L’adaptation à un milieu neigeux très différent de celui de la majorité des compétitions habituelles en Europe a été la clé de la réussite lors de ces jeux olympiques.

Des chutes de neige intempestives ont obligé à reporter certaines épreuves de ski alpin comme la descente homme. Il fallait refaire la préparation de la piste.

L’arrivée d’une perturbation neigeuse au milieu d’une épreuve a souvent modifié les conditions de glisse et faussé les résultats en permettant le couronnement de concurrents inattendus ou au contraire en privant de toute chance les favoris. Les français ont bénéficié de ces conditions lors des premières compétitions de biathlon avec Marie Dorin et le succès de Vincent Jay. Au contraire lors de l’épreuve du grand tremplin du combiné nordique, Vincent Lamy-Chapuis le favori français a accumulé un handicap irrattrapable lors de la seconde partie de ski de fond.

La neige très chargée en humidité de la côte Pacifique est très différente de celle plus glacée des régions montagneuses plus continentales de l’Europe sur les Alpes ou le Jura. Les chutes au moment de nombreuses épreuves de la seconde semaine des jeux ont très souvent perturbé nos concitoyens en ski de fond ou en snowboard.

Outre celles que nous avons cité à la mi-février, les courses cyclistes de début de saison ont aussi été très affectées par les conditions climatiques.

La tempête Xinthia du 28 février a terminé sa course dans l’après-midi sur la Belgique au moment de la course Kuurne-Bruxelles-Kuurne. La sélection occasionnée par le vent soufflant en rafales à environ 100 km/h a provoqué une hécatombe dans le peloton et seuls une vingtaine de courageux ont terminé la course.

Paris-Nice avait choisi cette année un parcours contournant le Massif central par l’ouest par Limoges et Aurillac qui aurait dû lui éviter les problèmes climatiques en passant par des régions au climat océanique clément.

C’était sans compter avec la vague de froid particulièrement sévère de la première quinzaine du mois de mars. Cette recrudescence hivernale traditionnelle à cette date, a provoqué dans le passé de nombreuses difficultés sur Paris-Nice avec moult étapes raccourcies, annulées, perturbées[1], et cette année n’a pas failli à la tradition.

D’abord le vent virulent a fait éclaté le peloton en éventails à de nombreuses reprises. De nord-est, il permet l’offensive de l’équipe de la Caisse d’Epargne peu avant l’arrivée de la première étape à Contres près de Blois. De nord, le mistral provoque aussi des bordures lors de l’étape arrivant à Aix en Provence.

Une petite chute de neige a obligé à déplacer le départ du mercredi. L’étape Saint-Junien Aurillac est devenue, Saint-Yrieix-la-Perche Aurillac. Une petite bande neigeuse en provenance du nord-est a perturbé les communications sur une ligne qui longe le nord du Massif central du Limousin au Bourbonnais. Par des températures très basses, sur un sol gelé, quelques petits centimètres de neige suffisent à provoquer des surfaces glissantes capables de perturber gravement les communications. La Nationale 7 vers Moulins a dû être fermée.  L’extrémité de cette ligne neigeuse a atteint à l’ouest le bas Limousin, une région où les moyennes  d’enneigement ne dépassent pas quelques jours par hiver, un secteur inattendu où il fallait un concours de circonstance exceptionnel entre une vague de froid sévère, un front neigeux à l’extension atypique pour provoquer une telle gêne.

Les vagues de froid et de neige successives de la mi décembre, de la première quinzaine de janvier, de la mi février et du début mars, ont été tellement sévères que le tableau brossé ci-dessus n’a certainement rien d’exhaustif, seulement une petite illustration de l’impact des conditions climatiques sur les activités sportives.


En raison des programmes spéciaux de la Semaine Pascale sur les ondes de Radio Espérance, la chronique vaquera la semaine prochaine, je vous retrouverai donc le samedi 10 avril.

 Le texte de cette chronique ainsi que les prévisions météorologiques seront disponibles pendant cette période sur mon blog .

 

 Gerard Staron



[1] Jean Paul Bourgier , Gérard Staron « Conditions climatiques et compétitions cyclcistes » 2007 L’Harmattan 325 p

Partager cet article
Repost0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 16:35

Prévision spéciale critérium international cycliste de la Route

(27 et 28 mars 2010 à Porto Vecchio)

 

    Le critérium a délaissé Charleville Mézières et les Ardennes pour le sud de L’Ile de Beauté,

Ce choix géographique pourrait laisser supposer  un déroulement de l’épreuve sous un ciel de rêve,  pourtant la Méditerranée réserve souvent  des surprises météorologiques. Elle réagit toujours  quand une descente d’air froid, arrivée vendredi sur le continent, continue sa route  dans le golfe de Gènes.

Pendant ce week-end, les températures seront douces, avec des maximales  à peine supérieures à celles des eaux profondes de la Grande Bleue, un peu plus de 13°. Ce niveau correct sur le continent parait assez médiocre dans le sud de la Corse.

 

L’étape dite de montagne de samedi est la plus exposée aux influences climatiques  car elle se déroule au moment de la réaction de la Méditerranée au changement de temps avec deux risques :

 

1) Un vent assez violent d’ouest forcit en cours de journée sur la côte occidentale de l’Ile et dans les bouches de Bonifacio.

Son rôle est assez faible au départ

---A partir du virage de Bonifacio il devient nettement défavorable  jusqu’à la côte de Roccapina, puis 3 /4 face jusqu’à Propriano

---Après le virage de Propriano,  il devient ¾ arrière jusqu’au col de Mela

---Ensuite il change de directions en même temps que celles de la course et perd de son importance dans l’intérieur de l’Ile

Sa vitesse supérieure à 50km/h en rafales est de nature à influencer la course et à provoquer la formation d’éventails, même si les bordures sont rares dans une étape de montagne

 

2) Dans la montagne corse et la partie finale du parcours, de petites pluies sont susceptibles de provoquer une chaussée glissante. La nébulosité sera importante.

 

Les étapes de Dimanche se déroulent près de Porto-Vecchio. Le secteur est globalement à l’abri sur la retombée orientale de l’île et l’agitation atmosphérique de la veille se calme peu à peu.

L’étape en ligne du matin et celle contre la montre de l’après-midi devraient connaitre de bonnes conditions météorologiques

 

Les organisateurs ont choisi  le sud-est de l’île, la partie à l’abri par ce type de temps, mais samedi, l’épreuve sort de ce secteur ce qui l’expose au vent d’ouest et aux petites pluies de la montagne.

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 13:17

Prévision du 27 au 30 mars 2010

 

L’hiver a décidé de s’offrir une prolongation lors de la Semaine Sainte illustrée par le hors d’œuvre  de la neige à 900 mètre de ce vendredi  matin.

Ce retour s’effectue par des pulsions successives et croissantes. Après la première en cours, la seconde arrive mardi.

Les températures et le vent seront particulièrement changeants  avec des rafraichissements sensibles lors des perturbations de nord-ouest et des petits coups de chaleurs dans les dépressions de la Loire et de l’Allier lors des flux de sud qui les précèdent.

Les précipitations affectent surtout les montagnes : les reliefs volcaniques auvergnats, l’axe du Haut Forez aux monts de la Madeleine et celui du Pilat au Beaujolais.

 

Samedi :
Fin du 1er acte de la pulsion froide.

Quelques gelées matinales reviennent sur les plateaux du cœur du Massif central en particulier la Margeride, les températures maximales poursuivent leur baisse.

Les précipitations affectent  les montagnes océaniques : reliefs volcaniques auvergnats, Axes du haut Forez aux monts de la Madeleine  et du Pilat au Beaujolais. Les bassins internes le long de la Loire et de l’Allier sont à l’abri.

 

Dimanche :

Intermède entre les pulsions froides.

Les températures remontent un peu surtout sur la Haute Loire et dans les dépressions qui longent la Loire et l’Allier.

Les perturbations avec leurs pluies effleurent le nord de nos départements  des Combrailles au Roannais.

 

Lundi :

Un flux de sud annonce la seconde phase de la pulsion froide des jours suivants.

Il en résulte un vent virulent sur les plateaux avec quelques rafales susceptibles d’être dangereuses,  et un petit coup de chaleur avec un ciel assez dégagé dans les dépressions qui longent la Loire et l’Allier.

Les nuages précèdent les précipitations qui abordent nos départements en soirée selon deux axes , à l’ouest les montagnes volcaniques auvergnates et au sud le massif du Mézenc.

 

Mardi :

2ème acte de la pulsion hivernale.

Les précipitations commencées pendant la nuit précédente continuent surtout du Mézenc au Pilat . Au départ sous forme de pluies,  elles passent à la neige sur les plateaux.

Encore douces le matin, les températures baissent dans la journée et deviennent froides au fil des heures.

 

Attention, le poisson d’avril pourrait être gelé ! Nouvelle à confirmer par la prévision de mardi 30 mars

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 09:49

En complément à l'image de satellite présentée hier....

Après le coup de vent de sud de la veille, Les nuages qui remontaient de Méditerranée ont provoqué "la totale" au niveau de l'agitation atmosphérique entre 6 heures et 7 heures ce matin sur Saint Etienne:

1) Forte pluie sur la ville : il est tombé 18,6 mm . Un tel total en 24 heures n'était pas tombé depuis le 8 octobre 2009

2) Un orage avec une dizaine de phénomènes électriques assez espacés.  Des éclairs et tonnerres en cette saison et même en hiver arrivent à se produire lors de la remontée d'épisodes pluvieux à caractère méditerranéens ce qui est le cas cette fois  cette activité électrique résulte du très gros contraste entre l'air froid qui descend des hautes latitudes en traversant l'Atlantique et de la chaleur apportée par le flux de sud qui a précédé (voir article antérieur sur le sujet)

3) La neige est revenue sur le Pilat à partir de 850 et 900 mètres environ. Salvaris est à nouveau blanc. Ce manteau descendu à des niveaux plus bas qu'annoncé, résulte du passage dans l'air froid, à la très grande instabilité de l'atmosphère en phase terminale de la perturbation,  en fin de nuit, moment où le refroidissement nocturne provoque le minimum quotidien des températures

L'air froid n'a pas dit son dernier mot, d'ailleurs hier, la banquise arctique était repartie à la croissance !

Gérard  Staron

Partager cet article
Repost0

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195