Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 10:19

 

Prévisions du 6 au 9 mai 2010

 

    Les descentes froides arctiques et la réaction pluvieuse de la Méditerranée n’ont pas fini d’en découdre sur nos départements.

Patience, l’amélioration du temps sera très lente.

Encore 16 mm ce matin à Saint Etienne, pour un total de 65,2 mm depuis le début de l’épisode, les précipitations quotidiennes continuent  alimentées par une goutte froide en altitude.  Le nord-est, l’axe montagneux du Mézenc au Beaujolais et globalement le Velay et le Forez sont les plus exposés aux intempéries sous un ciel couvert. Les flocons sont possibles dès les altitudes moyennes jusqu’à vendredi.

Les températures ne baissent plus, mais ne remontent pas de façon significative avant le week-end. Les gelées sur les plateaux restent probables

Vent du nord et mistral en vallée du Rhône s’affaiblissent lentement avant de disparaitre pendant le week-end.

 

Mercredi : journée pourrie comme déjà annoncée avec flocons en altitude

 

Jeudi :

Très faible amélioration

Les précipitations diminuent mais elles restent substantielles sur le nord-est du Pilat au Beaujolais, avec un risque de flocons dès les altitudes moyennes

De petites gelées sur les plateaux du cœur du Massif central sont suivies de températures maximales très basses sous un ciel couvert, faiblement positives, peut-être même sans dégel

sur les plateaux.

 

Vendredi :

L’accalmie dans les précipitations se précise , mais le ciel reste très encombré et un risque d’averses éparses sans localisation privilégiée continue.

Encore de petites gelées matinales sur les plateaux du cœur du Massif central, mais les températures maximales amorcent une remontée dans les dépressions tout en restant très basses en altitude.

 

Samedi :

Nouvelle remontée pluvieuse en provenance de la Méditerranée dès la mi journée . Elle affecte surtout l’axe du Mézenc au Pilat, mais l’ensemble de la région est concerné , avec une exception relative pour les Limagnes. Les pluies qui se poursuivent dans la nuit qui suit, s’ajoutant à celles depuis le 1er mai, elles, peuvent provoquer une réaction des rivières.

Le risque de gelées s’estompe, le thermomètre remonte surtout dans les dépressions de la Loire et de l’Allier en raison d’un petit flux de sud qui précède les pluies. Les plateaux restent très frais !

 

Dimanche :

Les pluies s’attardent encore une partie de la journée avant de s’évacuer vers le nord-est. Attention à la réaction des rivières, des inondations dans les secteurs à risques ne sont pas à exclure, toutefois leur probabilité est encore limitée

Plus de risques de gelées, les températures de la journée redeviennent convenables pour un mois de mai.

 

Un petit conseil : ne pas aller chercher le soleil vers la Méditerranée pour le prochain week-end et peut-être même pour celui de l’Ascension…

 

Attention :

Après un mois d’avril très sec, mai est parti pour compenser et battre des records de pluviométrie. Au niveau des précipitations l’amélioration n’est pas évidente. Pour l’instant les cumuls quotidiens ont permis de regonfler une ressource en eau qui en avait bien besoin mais  l’on pourrait passer de la sécheresse à l’inondation ! Ne pas mésestimer les crues de printemps !

Informations à confirmer par la prévision de dimanche 9 mai.

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 08:36

05031310n19hvct

Cette image transmise par Claude , lundi  dans l'après-midi, permet de comprendre l'épisode de mauvais temps qui a commencé avec le joli mois de mai !

Les précipitations importantes compensent la sécheresse d'avril :

Saint Etienne :

30 avril (mesuré le 1er au matin) : 14 mm

1er mai (mesuré le 2 au matin) : 10.6 mm mm

2 mai (mesuré le 3 au matin) : 9.4 mm

3 mai (mesuré le 4 au matin :15.2 mm

total provisoire de l'épisode : 49.2 mm

à suivre, car ce n'est pas terminé !

 

Sur l'image, on suit la langue froide en provenance des régions arctiques avec le ciel dégagé émaillé de petits points blancs dans le sens de sa progression :

sur les mers de Norvège et du Nord

sur les ILes britanniques

sur le proche Atlantique et le golfe de Gascogne

Elle est descendu très bas sur l'ouest de la Péninsule Ibérique et le Maroc.

 

Elle a provoqué une belle réaction de la Méditerranée, l'air froid se chargeant en humidité avec cette énorme masse de nuages blancs. Elle remonte en sens inverse dès le Maghreb en suivant les côtes orientale de l'Espagne et en continuant sa route en France pour arriver jusqu'à nous ! Elle semble un peu plus rapide et  forte qu'annoncé:

 Ce mardi sera vraiment pourri !

Sur le Massif central  s'effectue une nouvelle rencontre brutale entre l'air froid qui descend du nord et celui qui arrive du sud. un contraste qui devrait accentuer les précipitations et les faire passer à la neige sur le Massif central.

J'attends que le ciel se dégage pour voir le niveau du manteau blanc !

A suivre

Gérard staron

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 09:10

Températures à Montregard (43) Le bourg,   altitude 990 mètres

Matériel : abri à coupelles, hobo-pro avec une mesure toutes les 2 minutes

Mois d’avril 2010 (fin et moyenne)

Minimum et maximum quotidien et leurs heures

Moyenne approchée  (min+max/2)

Moyenne vraie (toutes mesures)

 

 

date

min

heure

max

heure

moyenne

moy. vraie

21-avr-10

4,2

6:34

18,6

14:16

11,4

11,4

22-avr-10

5,2

5:08

18,6

15:26

11,9

12,1

23-avr-10

8,2

7:26

17,3

15:24

12,8

11,1

24-avr-10

4,4

5:38

18,5

14:58

11,5

11,7

25-avr-10

6,8

5:22

20,9

14:58

13,9

13,6

26-avr-10

8,1

6:52

16,8

14:06

12,4

11,5

27-avr-10

3,2

5:46

17,4

16:30

10,3

10,0

28-avr-10

4,4

5:24

22,6

17:14

13,5

13,4

29-avr-10

10,2

6:34

19,7

14:38

15,0

14,4

30-avr-10

8,6

5:02

16,1

14:32

12,4

11,8

moyenne

2,8

 

13,5

 

8,2

7,5

 

 

En dépit des fortes températures des derniers jours, avril 2010 est resté en dessous de la température de l’an dernier (8,2° contre 8,3°) et plus bas que la moyenne du mois depuis le début des observations (8,2° contre 8,8°)

 La moyenne des 4 premiers mois de l’année (janvier-avril) est la plus basse des 4 dernières années :

2007 : 5,7°

2008 : 4,1° (- 1,6°)

2009 : 2,4° (- 3,3°)

2010 : 1,6° (- 4,1°)

Une chute pire qu’à Saint-Etienne !

Sous l’effet de l’ensoleillement, la fin du mois présente de belles amplitudes thermiques diurnes :

18,2° le 28 avril

14,4° le 21

14,2° le 27

14,1° les 24, 25 avril.

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 14:37

logo.jpg                        Données publiées dans le prochain bulletin Météo fil

 

Températures de Saint Etienne (Le Soleil, Le Marais altitude 500 mètres) :

Mois d’avril 2010

 


Matériel : Hobo pro avec sonde dans abri à coupelles et 1 mesure toutes les deux minutes

Minimum, maximum quotidiens

 

 Pluviométrie (pluviomètre SPIE)

 

date

min

max

P

1-avr-10

1,7

10,2

 

2-avr-10

1,7

15,0

 

3-avr-10

7,8

13,0

2,5

4-avr-10

5,9

12,4

 

5-avr-10

2,6

10,7

 

6-avr-10

0,8

20,0

 

7-avr-10

8,1

15,2

5,5

8-avr-10

6,5

8,4

 

9-avr-10

6,9

11,8

 

10-avr-10

4,9

16,9

 

11-avr-10

4,5

14,1

 

12-avr-10

2,1

6,9

 

13-avr-10

3,0

12,0

 

14-avr-10

0,8

13,6

 

15-avr-10

2,5

13,6

 

16-avr-10

4,2

16,3

 

17-avr-10

4,1

18,3

 

18-avr-10

4,4

20,6

 

19-avr-10

7,1

21,1

 

20-avr-10

8,0

20,4

 

21-avr-10

7,4

21,3

 

22-avr-10

7,3

21,6

 

23-avr-10

10,8

19,6

 

24-avr-10

7,6

22,0

 

25-avr-10

9,1

24,2

 

26-avr-10

11,6

19,5

 

27-avr-10

8,4

20,3

 

28-avr-10

8,0

25,2

 

29-avr-10

10,6

26,2

 

30-avr-10

11,6

19,0

14

moyenne

6,0

17,0

22

 


Avec une moyenne approchée de 11,5°, avril 2010 présente une température en baisse de 0,5° par rapport à 2009 (12°) et de 0,1° depuis le début des observations en 2006 (11,6°). Les très fortes températures des derniers jours n’ont pas réussi à compenser l’extrême fraîcheur de la première moitié du mois.

La moyenne des 4 premiers mois de l’année (janvier – avril) est en baisse constante sur les 4 dernières années :

2007 : 8,5°

2008 : 7,3° (-1,2°)

2009 : 5,6° (-2,9°)

2010 : 5°    (-3,5°)


Encore une année qui réchauffera plus les esprits que le climat !

Le temps additionnel lié aux normes des mesures de la pluviométrie (14 mm le dernier jour, surtout la nuit du 1er mai), sauve l’honneur du mois d’avril qui reste quand même très sec, avec 22 jours consécutifs sans précipitations !

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 20:19

 

Eglises et inondations (Notre Dame de Valbenoite)

 

Un répit dans les calamités climatiques permet d’aborder un sujet original : Eglises et inondations.

Les églises, témoins de la civilisation chrétienne ont très souvent traversé les siècles  et gardé le témoignage des inondations lorsque les eaux les ont envahies que ce soit par les récits des chroniques ou même par des niveaux marqués sur leurs murs ! Voici quelques cas parmi les exemples que j’ai eu à connaître.

        L’échelle des crues se situe  sur l’église de Chalonnes sur Loire sur le rebord de la levée en bordure du fleuve. A cet endroit, les deux inondations les plus hautes de la Loire connaissent un passage de relais entre celle de Juin 1856 la plus élevée dans le val de Tourraine et d’Anjou et celle de janvier 1910 qui prend le relais en aval dans le secteur océanique. Vous en avez entendu parlé à propos de son centenaire sur la Seine à Paris.

       Les chroniques permettent d’établir que le Rhône est rentré à deux reprises dans la collégiale Saint Julien de Tournon lors des inondations de 1711 et novembre 1840. Les témoignages permettent de constater qu’aucune autre crue n’a atteint ces niveaux depuis.

     Au Puy en Velay, les chroniques de Jean Burel ou Etienne Médicis permettent de trouver trace des débordements du Dolaizon quand ses eaux sont rentrées dans  l’église des Carmes comme en 1508 et 1582 jusqu’au maître Autel.

       A Saint Etienne, le Furan a atteint une hauteur de 1,72 mètres dans l’église de Valbenoite lors de l’orage du 10 juillet 1849. Un ouvrage anonyme intitulé « Notre Dame de Valbenoite » probablement écrit par les Pères et frères maristes, permet de reconstituer l’événement, les niveaux et le profil de la crue. Depuis la rivière n’est plus rentrée dans l’édifice. Le Furan descendant du Pilat n’a plus apporté la désolation dans la ville, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu d’inondations.

         Pour les événements historiques des siècles anciens, il n’y a pas de meilleurs témoins car ces édifices chrétiens ont eu une stabilité ou une durée bien supérieure à celle des autres bâtiments souvent détruits ou reconstruits. Ces repères sont souvent iconoclastes pour ceux qui annoncent une augmentation des catastrophes naturelles, car ils permettent de constater que des inondations bien antérieures aux mesures de débits ont atteint des niveaux très supérieurs.

         Il faut toutefois faire attention à un élément qui peut fausser les comparaisons. Les travaux ultérieurs des hommes peuvent s’avérer trompeurs  Dans plusieurs cas, le sol de certaines églises a été relevé à la suite d’inondations. C’est le cas dans la collégiale Saint Julien de Tournon après la crue de 1711 mais aussi dans l’église de Valbenoite de Saint Etienne après celle de juillet 1849. Dans ce dernier cas, des documents fournissent des hauteurs diverses de ce relèvement. Après de nombreuses vérifications, il ne s’agit pas des 1,80 m mentionnés dans le document de présentation disponible à l’entrée de l’édifice, mais de 40 cm, 20 de remblais et 20 de bétons.

         Dans ces zones basses la topographie a souvent changé alors que les églises sont restées en place, c’est très visible à l’Eglise des Carmes du Puy très en dessous des niveaux des voieries voisines.

Les inondations ont probablement joué un rôle pour des lieux de pèlerinages.

        L’île de Béhuard située dans un bras de Loire est connue depuis le 5ème siècle pour une dévotion à Notre Dame pour la protection des voituriers par eaux. L’étroit rocher de Quartz sur lequel est installée la chapelle, ne peut pas être atteint par les débordements du fleuve qui recouvrent toutes les îles alentours et a pu servir de refuge à bien des personnes en perdition dans les eaux.

       L’histoire la plus surprenante est certainement celle de la statue de Notre dame de Valbenoite à Saint Etienne. Le récit qui va suivre est résumé de l’ouvrage anonyme intitulé « Notre Dame de Valbenoite » déjà cité.

        Le 25 mai 1849 une statue à la Vierge est installée sur un tertre de terre de 1 mètre surmonté de pierres jusqu’au socle de la statue qui se situe à 2 mètres du sol environ dans le jardin du pensionnat jouxtant l’église.

        Dans la soirée du 10 juillet, se produit la crue subite avec des eaux qui pénètrent brutalement vers 21 heures et qui recouvrent tout sur une hauteur de 1,70 à 2m au niveau de la statue puisque du sable a été retrouvé sur les pieds de la Vierge. Tout a été dévasté autour, le mur  de clôture est détruit. A côté, le jambage de la porte de 850 kg a été transporté sur plus de 35 mètre. La haie de charmilles sur 25 mètres et la ligne des poiriers  dans l’alignement de la statue sont couchées. Les locaux du pensionnat sont traversés de part en part sur une hauteur de 2 mètres. Les petits murs ou barrières qui jalonnent la propriété sont détruits ou emportés. L’église a côté est envahie, on en retirera des centaines de tombereaux de boue !

        Pourtant une rumeur se répand dans la nuit, reprise le 11 juillet vers 11 heures par le Général de Grammont en inspection sur les lieux de l’inondation  « Ici tout est en ruines, elle seule est debout ». Cette seule statue intacte au milieu de ce champ de dégâts a de quoi surprendre, d’autant plus que rien ne la protégeait sur une butte de terre et de pierres mal cimentées. Il est fait mention dans les récits d’ éléments bien plus solides et lourds renversés à proximité.

       Je vous épargnerai les très nombreux témoignages soulignant le prodige repris dans l’ouvrage. Ce qui était un endroit de désolation se transforme en quelques heures en un lieu de prière et de dévotion. La catastrophe n’avait provoqué aucune perte humaine sur le lieu du pensionnat, mais par ailleurs la crue avait meurtri la ville avec 11 morts et des pertes matérielles importantes.

       La foule ne tarde pas à venir dès le dimanche qui suit avec 30000 personnes le 15 juillet. Les pèlerins affluent, plus de 40000 le 26 juillet, les autorités civiles et religieuses, les notabilités et les anonymes aussi. La statue qui a résisté à l’inondation continue à attirer plus de 1500 personnes lors des dimanches d’août 1849 avec plus de 2500 pour la fête de l’Assomption.

         Le lieu de pèlerinage naissant ne pourra pas s’installer. Le pensionnat détruit par la crue s’installe à Saint Chamond sous le nom de collège Sainte Marie. Que faire de la statue ? Les habitants de Valbenoite ne veulent pas s’en séparer et le nouveau collège souhaite la récupérer. Avec grand camouflage, quelques grands élèves, de nuit, amènent une voiture à  proximité, descellent la statue, l’enferment dans des matelas et la transportent à Saint Chamond. Face au fait accompli, les habitants de Valbenoite se contentent de clameurs sans suite.

        C’est ainsi que l’amorce de pèlerinage disparaît. Aujourd’hui nul ne sait si la statue se trouve encore dans le lieu où elle a été installée le 25 mars 1851 à Saint Chamond.

        La crue du 10 juillet 1849 est la plus grave subie par la ville de Saint Etienne et n’a pas d’équivalent depuis cette date. Un  très violent orage sur le haut Pilat avait provoqué un très gros débordement qui a fait sentir ses effets jusqu’au centre ville de Saint Etienne, la rue Gérentet selon le rapport au préfet de la Loire. La rivière était passée par-dessus la couverture qui commençait à se mettre en place des Ursules à la rue Boucher de Perthes.

         Je vous ai seulement relaté les témoignages signalés dans l’ouvrage anonyme des Frères ou Pères Maristes et autres documents de presse ou d’archives de l’époque avec mes remerciements à André qui m’a permis de les connaître.

       Les signes envoyés par Dieu peuvent être inattendus !

 

Gérard staron vous donne rendez vous samedi prochain sur les ondes de radio espérance, vous trouverez le texte sur mon blog :  http:// gesta.over-blog.com …

Partager cet article
Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 10:12


Prévision du 2 au 5 mai :

 

   Désolé , l’offensive de l’air arctique qui descend du nord par un couloir de la mer de Norvège au Golfe de Gènes est confirmée.

Logiquement le thermomètre va continuer de baisser  jusqu’à mardi qui devrait être la journée la plus froide

Le vent du nord et son compère le mistral en vallée du Rhône reprennent du service à partir de dimanche soir et forcissent les jours suivants.

Le soleil disparait sous une couverture nuageuse abondante

Les 14 mm de la nuit du premier mai à Saint Etienne, qui sauvent l’honneur d’avril en raison des normes des mesures météorologiques, ne sont qu’un hors d’œuvre. Une bonne nouvelle pour le sol qui manquait d’eau, les pluies arroseront abondamment la région. Après une fête du travail pourrie, Mai semble décidé à justifier  son titre de mois du maximum pluviométrique dans nos dépressions du Massif central.

 

1er mai pourri comme annoncé !

 

Dimanche :

Les précipitations sont plus intermittentes que la veille.  Des averses en provenance du nord arrosent  surtout les monts volcaniques auvergnats, l’axe du Forez aux monts de la Madeleine et celui du Pilat au Beaujolais et leurs abords respectifs. Les bassins de la Haute Loire surtout celui du Puy, sont moins concernés et  partiellement à l’abri.

Les températures encore assez douces le matin n’augmentent quasiment pas dans la journée apportant une sensation de grande fraîcheur

 

Lundi :

Le même temps avec quelques nuances :

Les averses de nord sont moins nombreuses que la veille, mais elles affectent les mêmes régions exposées du nord  déjà citées  et épargnent les bassins de la Haute Loire surtout celui du Puy qui reçoivent un peu plus de soleil.

Les températures baissent encore un peu. De petites gelées blanches sont possibles dans les cuvettes de moyenne altitude du cœur du Massif central. Les maximales restent très fraîches sous un ciel encombré de nuages, un peu plus élevées dans les bassins épargnés.

Le mistral et lle vent du nord forcissent.

 

Mardi :

La journée la plus froide

De petites gelées sous abri affectent les plateaux du cœur du Massif central  surtout la Margeride et le secteur Livradois-Forez et les cuvettes de moyenne altitude. Les températures maximales sont très basses, faiblement positives.

Des flocons sont possibles sur les montagnes dans la nuit précédente et une partie de la journée sur les reliefs à partir de 800 à 1000 mètres.

Le mistral et le vent du nord continuent

La réaction de la Méditerranée amène ses premières pluies à partir du sud dans la journée

 

Mercredi :

La réaction pluvieuse de la Méditerranée déborde sur la Haute Loire et arrose copieusement la moitié sud de nos départements surtout l’axe du Mézenc au Pilat. . Ses effets diminuent vers le nord et cette fois les Limagnes et le Roannais sont en grande partie à l’abri.

Les températures remontent un peu : peu de risque de gelées. Si les maximales restent très basses sur les plateaux, elles sont en légère hausse dans les dépressions surtout celles du nord à l’abri.

 

Il faudra être patient pour sortir de cet épisode de mauvais temps du début mai, des récidives ne sont pas exclues dans les jours qui suivent à confirmer par la prévision du 5 mai.

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 14:13

Premières fleurs (suite)

 

 

Saint Etienne : (500 mètres)                                                          IMG00057            

Cognassier :26 avril

Pommier (golden sauvages) 26 avril

 

Lilas violet : 23 avril

Lilas blanc double : 28 avril

Iris (blanc) : 30 avril ( exposition plein sud)

 

 

Montregard (990 mètres)

Cerisier : 29 avril

Bigarreau burlat : 29 avril

décalage approximatif avec Saint Etienne (20 jours)

Prunier : boutons floraux non encore ouverts le 29 avril

Griottier : premières feuilles, non fleuriIMG00056

Partager cet article
Repost0
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 20:24

L’enneigement sur le versant septentrional du Pilat

 Situation avril 2010

logo.jpg

 

                                    Sur le prochain bulletin Météofil  de l'association

Le 1er avril amène d’habitude des poissons, cette année il a ajouté des flocons pour ajouter une unité à toutes les statistiques…

Voici les nombres de jours probablement définitifs d’enneigement et de chutes de neige de l’hiver.

 

durée de l'enneigement selon les

 

altitudes  

avril

total hiver

1000 m

1

94

900 m

1

77

800 m

1

66

700 m

1

56

600 m

0

48

500 m

0

40

chutes de neige

 

500 m

1

31

 

Gérard Staron 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 09:37

Prévisions du 28 avril au 1er mai 2010

 

Les temps anticycloniques se terminent avec les derniers jours d’avril qui se découvrent de plus "d’un fil" et les temps de nord reviennent avec ce qui aurait dû être le « joli »  mois de mai mais ne le sera pas au début !

Encore quelques jours de températures maximales agréables dans l’après-midi  avant la chute !

Encore un soleil abondant avant l’arrivée des nuages et de la pluie orageuse.

Les instabilités orageuses en provenance du sud-ouest (regarder dans cette direction) enflent de jours en jours dans l’après-midi et en soirée,  Inoffensives au début  elles prennent de l’ampleur jusqu’aux pluies importantes de fin de semaine qui apportent un répit dans la sécheresse des dépressions de la Loire et de l’Allier.

Le vent de sud est présent à la fin d’avril mais disparait en mai pour celui de nord !

 

Mercredi :

Après une fraîcheur matinale  accompagnée de petites gelées blanches dans les cuvettes de moyenne altitude du cœur du Massif central (les trous à froid), c’est la dernière journée de beau temps ensoleillé, chaud et sec sur l’ensemble des 3 départements.

Début d’un léger vent de sud .

 

Jeudi :

Encore globalement une belle journée  avec des températures minimales douces et maximales chaudes, surtout dans les dépressions de la Loire et de l’Allier en raison d’un vent de sud qui forcit et apporte un petit effet de foehn.

Les instabilités orageuses de sud-ouest  se font plus pressantes en fin de journée et en  soirée,  toutefois les premières lignes d’orages effleurent le nord de la région, les Combrailles, le Bourbonnais, plus quelques ilots isolés sur les reliefs et attendent la nuit pour pénétrer plus à l’intérieur.

 

Vendredi :

Journée orageuse, après disparition des scories de la veille, avec un vent de sud, le soleil installe un temps lourd, les cumulus grossissent, et des orages de sud-ouest se déclenchent ensuite. Regarder dans cette direction pour connaitre avec le noir du ciel leur intensité, toutefois l’ensemble de la région a sa part dans l’après-midi ou en soirée.

Les températures matinales sont douces mais celles de l’après-midi connaissent un début de chute sensible par rapport à la veille

 

Samedi :

Journée pluvio-orageuse : les précipitations de sud-ouest continuent à déposer des totaux importants sur la région , en particulier sur l’axe du Mézenc au Pilat.

Après des températures minimales encore douces, le thermomètre ne monte pas dans la journée sous l’influence de l’air froid de nord qui arrive derrière la perturbation.

 

Mai commence avec une fraîcheur qui devrait s’accentuer dans les jours suivants, à confirmer par la prévision de la fête du travail !

 

Et peut-être ensuite un complément de neige sur le Mézenc pour confirmer un commentaire qui pariait sur le maintien d'une calotte blanche sur le point culminant de la Haute Loire! S'il n'a pas un autre chapeau plus gris!

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 20:10

neige Mézenc 2010Encore de la neige sur le Mézenc et l'Alambre au-dessus de 1500 mètres d'altitude sur les hauteurs de l'est du Massif central, ce dimanche 25 avril !

Après les flocons qui ont accompagné les poissons du premier avril , le manteau s'est réfugié à des altitudes de plus en plus élevées, tout en montrant une belle résistance en raison des températures assez basses de la première partie du mois.

La neige résistera-t-elle jusqu'aux premiers jours de mai comme en 2009 ?

Faites vos jeux !

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195