Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 22:22

Le déluge de mai continue dans les dernières 24 heures :

A Saint-Etienne 14,9 mm pour un total provisoire du mois de 119,5 mm

A Montregard (43) 16 mm pour un total provisoire de 123 mm

La question d’actualité : mai va-t-il battre son record de précipitations de 1983 , pour moins de la moitié des jours, la moitié du total est dépassée et 2010 représente déjà le 12ème mois de mai le plus arrosé depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

 05141324n18hvct

Sur l’image de satellite envoyée par Claude, on constate que la situation atmosphérique qui amène les pluies répétitives depuis le début du mois perdure.

On distingue la nouvelle descente froide sur le proche Atlantique qui amène son lot de cendres du volcan islandais et atteint l’Espagne en provoquant une perturbation qui s’étire des Asturies à la Cornouaille et progresse vers la France.

La réaction de la Méditerranée s’accompagne de la remontée de masses nuageuses et pluvieuses :

Celle qui a déversé aujourd’hui son eau sur la France stagne encore sur notre pays

Celle qui correspond à la prochaine arrivée pluvieuse se trouve encore en pleine mer et constitue la prochaine précipitation de la fin du week-end.

Quelques millimètres vont s’ajouter dans les prochains jours !

Pour l’explication, voir la prochaine chronique sur Radio Espérance !

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 18:50

L’enneigement sur le versant septentrional du Pilat

Situation finale hiver 2009-2010 ?

Gérard Staron

 

Après le poisson d’avril, une arrivée encore plus surprenante du 4 au 9 mai a encore ajouté quelques jours d’enneigement au sol et de chutes .

Le moment d’actualiser les durées du manteau blanc qui n’ont battu qu’un seul record déjà signalé : la chute de neige la plus tardive à Saint Etienne

 

 

durée de l'enneigement selon l'altitude

 

altitudes  

avril

Mai

total hiver

1000 m

1

5

99

900 m

1

3

80

800 m

1

1

67

700 m

1

1

57

600 m

0

1

49

500 m

0

 

40

chutes de neige

 

 

500 m

1

2

33

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 21:51

Prévision pour le week-end de l’Ascension :

 

Nous restons sous l’influence de temps perturbés de nord puis de nord-est qui viennent buter sur le Massif central. Les flux atmosphériques sont ensuite aspirés par le retour de la dépression du golfe de Gènes.

Le mauvais temps persiste

Les nuages et les pluies modérées continuent de traverser la région avec une très grande humidité ambiante à la suite de la répétition des précipitations depuis le début du mois. Les reliefs de l’est du Massif central du Mézenc au Beaujolais sont les plus concernés. Les cumuls reçus, jours après jours, sont susceptibles de provoquer une réaction des rivières. Attention à un risque d’inondations localisées et aux remontées humides dans les zones basses sensibles.

Les températures restent très basses pour la saison, minimums proches de la gelée sur les plateaux et maximums très frais pour la saison. Gros contrastes de températures selon l’altitude

Le vent du nord et le mistral en vallée du Rhône reviennent et forcissent au fil des jours.

 

Jeudi :

Confirmation de la prévision antérieure médiocre, toutefois la région bénéficiera d’une accalmie avant le retour des pluies en soirée et dans la nuit qui suit en suivant la bordure orientale du Massif central en remontant du sud-ouest.

Risque très faible de gelées, mais des températures maximales assez fraîches pour la saison.

Le vent du nord et le mistral en vallée du Rhône reviennent modérément.

 

Vendredi :

Les pluies arrivées dans la nuit continuent une grande partie de la journée en remontant du sud-ouest

Les températures évoluent peu : minimales un peu plus douces, maximales un peu plus fraîches que la veille.

Le vent du nord et le mistral en vallée du Rhône restent modérés

 

Samedi :

La nouvelle perturbation arrive du nord-est. Ses pluies concernent surtout l’axe du Pilat au Beaujolais, puis progresse ensuite sur le Forez et le Velay, puis le reste de la région.

Le matin de petites gelées concernent les plateaux du cœur du Massif central, surtout la Margeride  et le Livradois-Forez. Dans la journée les températures amorcent une très légère remontée dans les dépressions de l’Allier et de la Loire.

Vent du nord et mistral en vallée du Rhône forcissent

 

Dimanche :

Les résidus pluvieux et nuageux continuent de stagner sur la région. Les précipitations sont toutefois très faibles

Très légère hausse des températures mais on est encore loin du compte de la saison

Le vent du nord et le mistral continuent de forcir.

 

Vous allez me maudire ! Il est possible que l’anticyclone revienne à partir de lundi (à confirmer par la prochaine prévision)

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 17:48

05110956n17hvct
             La nouvelle image transmise par Claude montre encore le panache de cendres qui sort du volcan islandais en direction du sud. On peut opposer les masses nuageuses selon la couleur du gris au blanc vif en fonction de l'importance des cendres qui les accompagne. La dispersion de ces dernières est très inégale, mais le gris disparait peu à peu en descendant l'Atlantique

La situation Atmosphérique a guère changé depuis de début du mois avec la descente de l'air Arctique sur l'Atlantique jusqu'au détroit de Gibraltar  et la remontée des masses pluvieuses vers le nord à partir de la Méditerranée.

Celle qui a apporté des pluies substantielles cette nuit et ce matin continue sa course vers 11 heures sur la France du Nord. Elle est suivie sur l'Aquitaine de nouvelles boules convectives qui ont apporté la pluie en fin d'après-midi

 

Les quantités commencent à être importantes à Saint Etienne

mesure du 11 au matin 17,7 mm

complément de la journée du 11 : 7,8 mm

total 26,5 mm

Total comptant pour le mois de mai : 95,2 mm

Total en incluant la nuit du 1er mai comptant pour avril : 109.2 mm

 

Claude signale pour Roussillon 26 mm aujourd'hui

 

Mai compense déjà une grande partie de la sécheresse d'avril

En raison de la faiblesse des précipitations antérieures, les rivières ont encore peu réagi, mais ceci ne saurait durer si la situation actuelle perdure.

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 15:46

Températures à Montregard (43) Le bourg,   altitude 990 mètres

Matériel : abri à coupelles, hobo-pro avec une mesure toutes les 2 minutes

Mois de Mai 2010  (moyenne)

Minimum et maximum quotidien et leurs heures

Moyenne approchée  (min+max/2)

Moyenne vraie (toutes mesures)

 

date

min

heure

max

heure

moyenne

moy. vraie

1-mai-10

7,8

6:40

12,5

15:20

10,2

9,8

2-mai-10

6,4

6:38

11,6

14:34

9,0

8,4

3-mai-10

2,2

6:16

8,4

11:24

5,3

4,5

4-mai-10

-0,1

8:40

3,6

23:42

1,8

1,3

5-mai-10

-0,1

15:32

2,5

8:00

1,2

1,5

6-mai-10

-1,1

1:48

2,5

14:56

0,7

0,6

7-mai-10

0,6

7:18

10,6

16:00

5,6

4,9

8-mai-10

2,2

7:00

10,1

17:56

6,1

6,0

9-mai-10

6,0

21:58

10,0

11:56

8,0

7,7

 

La décade qui frappe où ça fait mal :

5,3° de moyenne approchée, de quoi plomber d’entrée les températures de mai 2010

Un mois de mai normal se situe vers :

13,4° en 2009

12,2° en 2008

11,9° en 2007

11,5° en 2006

 

 

Il faut ajouter 3 jours de gel ce qui porte le total de la saison à 110

L’évolution des températures est tellement flagrante que je n’ose plus faire de commentaire !

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 12:50

Prévisions du 10 au 13 mai 2010 (Fête de l’Ascension)

 

     Avec les saints de Glace, il était impossible que le temps s’améliore. Ces repères du calendrier climatique seront très arrosés et frais.

Les descentes arctiques continuent de glisser selon une trajectoire de la mer de Norvège à l’Espagne et au Maroc, suivies d’une réaction pluvieuse de la Méditerranée qui remonte dans notre direction (voir dernière chronique)

    Les précipitations venant de la Grande Bleue reprennent de plus belle en provenance du sud. Celles annoncées samedi sont en retard mais nous ne perdrons rien pour attendre dès dimanche. Le Pilat et ses régions bordières devraient être les régions les plus arrosées. La répétition quotidienne des pluies, localement violentes, surtout dans l’après-midi et en soirée, pourrait provoquer une réaction des rivières sur des sols gorgés d’eau qui ont oublié la sécheresse d’avril. Attention pour ceux qui sont situés dans des secteurs à risques d’inondation.

    Les températures restent très fraîches pour la saison. Le risque de gelées est très faible sauf dans les trous à froid. Sous un ciel couvert, les températures maximales restent très médiocres avec un gros écart entre les plateaux du Massif central et les dépressions.

Les vents sont faibles, plutôt de sud.

 

Lundi :

Les pluies commencées dimanche à la mi-journée se poursuivent dans la nuit, puis après une accalmie, reprennent en fin de journée. Le Pilat et les zones bordières sont les plus arrosés, mais tout le monde reçoit.

Pas de risque de gelées matinales, les températures maximales sont à peine acceptables pour la saison.

 

Mardi :

Les pluies reprennent dans la journée de façon assez générale sur nos départements.

De petites gelées sont possibles le matin dans les cuvettes de moyenne altitude des plateaux du cœur du Massif central. Les températures maximales ne changent pas par rapport à la veille.

 

Mercredi :

Toujours des pluies remontant du sud. L’axe du Mézenc au Pilat est le plus concerné.

Peu de risque de gelées mais les températures maximales sont en légère baisse

 

Jeudi :

Nouvelles pluies remontant de Méditerranée, elles seraient plus généralisées que celles de la veille.

Pas de risque de gelées matinales mais les températures maximales baissent encore un peu. Elles sont très fraîches sur les plateaux du Massif central.

 

Pendant le reste du Week-end, le retour du beau temps n’est pas vraiment assuré. A confirmer jeudi ou mercredi soir !

 

Gérard Staron

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 20:29

 

    Depuis la fin du mois d’avril, les Etats-Unis et l’Europe sont l’objet d’offensives conjointes de l’air froid en provenance de l’Arctique avec des effets divers.

La première attaque date du 21 au 24 avril au même moment de part et d’autre de l’Atlantique. . Elle provoque des températures très basses en Allemagne avec des gelées pendant 5 jours dans le centre du pays surtout la partie hercynienne entre la plaine d’Allemagne du Nord et la Bavière. Le stade du fort gel (-5°) est atteint en plaine les 22 et 23 avril. Nous n’avons pas ressenti en France cette vague de froid en raison de sa trajectoire. Seul Charleville Mézières dans les Ardennes en a ressenti les effets avec une gelée à -1,4° le 24 avril. L’air froid en provenance du détroit du Danemark, situé comme son nom ne l’indique pas entre le Groenland et l’Islande, descend selon une trajectoire de nord-ouest. Il se charge au passage des cendres du volcan. Arrivé en mer du Nord, il aborde le continent par le Benelux et incurve sa trajectoire en direction de l’est pour longer les massifs hercyniens de l’Allemagne moyenne, dévie par l’anticyclone qui occupe le sud de la France.

 

 

USA desc. froide

   Au même moment, l’air froid déboule par les grandes plaines des Etats-Unis à la rencontre des eaux chaudes du golfe du Mexique. Le contact est explosif  dans la partie la plus occidentale au niveau du Texas. La réaction s’effectue sous la forme d’une masse pluvio-orageuse qui remonte du sud-ouest. Dans le prolongement, on distingue les quatre alignements de tornades de la même direction qui ont provoqué d’énormes dégâts dans le sud des Etats-Unis le 24 avril. Le plus important s’étire du nord de l’Etat de la Louisiane jusqu’aux montagnes des Appalaches. Au sud,  une ligne parallèle traverse le milieu de l’état du Mississippi. Au nord d’autres axes de tornades de violence plus faible s’étirent de l’extrémité nord de la Louisiane  au Kentucky en longeant le nord des Appalaches.

 

   Au passage entre avril et mai, la seconde offensive de l’air Arctique est aussi concomitante aux Etats Unis et en Europe et cette fois la France est affectée.

Comme quelques jours auparavant, l’air arctique glisse dans les Grandes Plaines des Etats Unis en direction de l’ouest du golfe du Mexique. Au contact avec de l’air plus chaud une très grosse perturbation se met en place et remonte selon une trajectoire de sud-ouest en déposant de très fortes précipitations quotidiennes du golfe du Mexique aux Appalaches. Les quantités de précipitations dépassent chaque jour 100 mm sur des lignes parallèles qui se chevauchent de part et d’autres de la moyenne montagne américaine. Les précipitations prennent en enfilade le bassin du Tennessee, la rivière des Appalaches qui suit les vallées de la montagne orientées sud-ouest nord–est. Cette concentration des eaux sur l’ensemble de ce bassin provoque des crues énormes  avec plus de 20 morts qui ont été occultés médiatiquement par les problèmes de la marée noire du golfe du Mexique. Un choix médiatique discutable !

   A l’extrémité nord de l’extension de ces masses pluvieuses, à leur contact avec l’air très froid du Canada, les précipitations se sont changées en une tempête de neige sur les Etats du Maine du Vermont et le nord de celui de New York.

   Au même moment, une nouvelle descente en provenance de l’Arctique progresse en direction de l’Europe selon une trajectoire un peu différente de la précédente.

 

 

Europe desc fr

   L’air froid s’écoule sur le flanc d’un anticyclone méridien qui s’étire du Groenland aux Açores. Sa trajectoire de plein nord descend par les mers de Norvège et du Nord, le golfe de Gascogne, l’Espagne de l’ouest et enfin le Maroc, une latitude très basse pour la saison. La réaction de la Méditerranée est tout aussi virulente que celle du golfe du Mexique au sud des Etats-Unis. Des masses nuageuses se forment dès que l’air froid arrive sur la mer tiède et elles remontent selon une trajectoire de sud-ouest qui longe les côtes du Levant espagnol.

    Quand cet air très humide arrive au niveau du Roussillon, des Corbières et de l’extrémité sud-ouest du Massif central, il entre à nouveau en contact avec celui très froid qui descend de l’Arctique et les précipitations passent à la neige avec des épaisseurs très fortes sur les Pyrénées orientales, les Corbières, la montagne Noire, et le Massif central jusqu’au Pilat.  C’est la première phase de la vague pluvio-neigeuse qui concerne la France.

 

   La seconde : les masses pluvieuses viennent tournoyer autour d’une dépression au sol comme en altitude qui s’installe sur le golfe de Gènes.

 

   C’est ainsi que successivement, cette instabilité provoque le coup de mer qui a dévasté les ports et établissements du littoral de la côte d’Azur française qui venaient juste d’ouvrir au début de ce qu’ils pensaient la saison estivale. Les plus fortes précipitations se situent sur l’Apennin Ligure, la partie piémontaise de la plaine du Pô, le versant lombard des Alpes. Après la traversée du massif, elles se régénèrent en bout de course sur le nord est du Massif central en particulier sur le massif du Pilat où les masses pluvieuses rencontrent à nouveau l’air froid. Il en résulte les chutes de neige du 5 et du 6 mai sur la région stéphanoise.

   Cette dernière s’est trouvée dans les deux cas en fin de course de la phase un qui remontait du sud, comme de la phase deux qui l’atteint par le nord-est après un mouvement tournant sur les Alpes. Sous un ciel aussi bas qu’en pays flamand, les précipitations sont continues depuis la nuit du premier mai, sans grande intensité toutefois puisque cette dernière a été laissée sur les premières zones atteintes, le Roussillon dans un cas, les Alpes Italiennes dans l’autre. En déposant chaque jour entre 10 et 16 mm, vendredi matin, le cumul atteint  78,4 mm pour un épisode humide et nuageux qui n’arrête pas de continuer !

   Lors des deux phases, l’air méditerranéen entre en contact sur la zone du Pilat avec l’air froid qui déboule de l’Arctique. En ajoutant le rôle des reliefs, ceci provoque le passage à la neige dès 1000 mètres le mardi, mais aussi à 500 mètres dans la nuit de mercredi à jeudi, même si elle ne tient qu’à partir de 600 mètres.  Au passage comme j’ai pu le signaler sur mon blog, le record de la chute de neige la plus tardive a été battu sur la ville de Saint Etienne de 3 jours le 6 mai 2010, le précédent record datant du 3 mai 1979 !

   Vous avez pu constater la similitude du mécanisme des descentes arctiques des Etats-Unis et de la France. Dans les deux cas l’air froid glisse de façon méridienne jusqu’au moment où il rencontre une mer chaude orientée ouest-est. Le Golfe du Mexique tient ce rôle sur le nouveau Monde et la Méditerranée sur l’Ancien.    Le contact entre les deux provoque une réaction. L’air froid se charge en humidité sur la mer tiède. Les masses pluvieuses ainsi crées remontent selon une trajectoire de sud-ouest. Là interviennent des nuances selon la virulence du contact : orages et tornades, pluies et neige quand les masses humides retrouvent l’air froid vers le nord.

   Si en Europe, la première descente arctique sur l’Allemagne n’a donné que du froid, la raison est simple. La trajectoire est en cause. Elle n’a pas rencontré une mer chaude sur son parcours !

 

   Des travaux récents, ont tendance à opposer les événements climatiques qui affectent l’Europe occidentale et le nouveau Monde. En raison d’ondulations de la circulation générale de l’Atmosphère, ils signalent qu’un hiver froid, du côté de l’Europe comme cette année s’accompagne d’un hiver doux de l’autre coté de l’Atlantique. La saison froide 2009-2010 est prise en exemple cette année pour vous expliquer : s’il fait froid chez nous, il peut faire doux chez les autres. Les exemples de ces deux descentes froides de la fin avril et du début mai montrent simplement qu’il n’y a pas toujours opposition climatique entre ce qui se passe d’un côté et de l’autre de l’Atlantique.

 

Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain sur les Ondes de Radio Espérance, le texte étant repris sur ce blog :

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 18:40

05081105n17panache cendres

    Très belle image du nuage de cendres du Volcan Islandais transmise par Claude.

 

   Attention pour vous repérer, le nord se situe dans l'angle à haut à gauche avec le Groenland et L'Irlande et le Royaume Uni au sud dans l'angle en bas à droite. L'extrémité de la Norvège se situe en haut à droite.

 

   A partir du centre de l'Islande (en haut au centre), vous distinguez le panache de cendres grises au départ du Volcan . Ensuite vous le voyez se disperser à l'intérieur des différentes masses nuageuses où le blanc des nuages atmosphériques le dispute avec le gris des cendres qu'elles aient été émises les jours précédents , trainées au sud du Groenland ou dans les heures qui précèdent , bande au sud de L'Islande dans l'Atlantique.

Peu à peu on remarque la dispersion progressive et son inégalité géographique !

 

Gérard Staron

 

P.S. la chronique de climatiologie N°776 mise en soirée sur le blog.....

Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 09:14

Le bilan de l’eau

Saison froide 2009-2010

Gérard Staron

logo.jpgPublié dans le denier Météofil

 

    Pendant la saison froide, les précipitations, sauf cas exceptionnels, sont supérieures à l’évapotranspiration potentielle. Il en résulte un excédent pluviométrique qui permet dans un premier temps de reconstituer la réserve du sol et dans un second dégage un surplus hydrologique qui alimente les débits des rivières et les nappes phréatiques.

Dans le tableau, vous trouverez pour chaque mois l’état de la reconstitution du sol en pourcentage jusqu’à saturation complète (100%) , puis ensuite le surplus hydrologique avec le cumul pour l’ensemble de la saison froide puisqu’en raison de la sécheresse d’avril , mars semble en 2010 le dernier mois d’excédent. La réserve du sol est fixée à 100 mm.

 

reconstitution du sol (%)

 

 

 

Surplus hydrologique -écoulement (mm)

 

 

station

nov-09

déc-09

janv-10

févr-10

nov-09

déc-09

janv-10

févr-10

mars-10

cumul

1951-70

Noirétable

100%

 

 

 

45,8

88,2

85,8

112

65,6

397,4

521

Tarentaise

100%

 

 

 

61,9

75

73,6

85,8

48,8

345,1

494

Violay

96%

100%

 

 

 

62,8

73,4

81,4

50,6

268,2

351

Montregard(43)

100%

 

 

 

13,9

71,7

56,5

85

19,9

247

316

Corbas

100%

 

 

 

34,7

48

56,7

57,2

22

218,6

 

St Just en Bas

89%

100%

 

 

 

27,8

55,5

74,2

35,7

193,2

 

Bron

100%

 

 

 

8,7

41,3

49,5

53,3

25,9

178,7

 

Montchal

73%

100%

 

 

 

31,7

63,1

58,5

30,1

183,4

 

Ecully

87%

100%

 

 

 

23,6

70,7

53,7

21,4

169,4

 

Montmelas

71%

100%

 

 

 

10

50

58,9

27,4

146,3

 

Villefranche

74%

100%

 

 

 

10,6

65,6

54,2

14,8

145,2

 

Anse

75%

100%

 

 

 

7

58,3

53,8

12,3

131,4

 

Bard

20%

58%

100%

 

 

 

0

66,2

35,9

102,1

254

Saint-Etienne

53%

82%

100%

 

 

 

30,4

51,8

13,1

95,3

211

Leigneux

24%

39%

73%

100%

 

 

 

8,4

8,1

16,5

96

 

   Cette saison froide, la reconstitution du sol est globalement tardive avec un décalage de l’ordre de 2 mois presque partout . Dans les dépressions qui longent la Loire et le sud des monts du Forez, il faut attendre jusqu’au milieu de l’hiver pour atteindre la saturation alors qu’ elle aurait dû être terminée fin 2009. Un retard se retrouve sur les massifs montagneux, au sol saturé dès octobre en temps ordinaire. L’axe Rhône Saône connaît moins la pénurie.

Le surplus hydrologique des mois de l’hiver ne compense pas. Des précipitations à peine moyennes dégagent une ressource en eau inférieure à une année moyenne. Une situation de pénurie commencée lors de la saison chaude 2009, s’est poursuivie par un moindre surplus hydrologique de saison froide et avril très indigent n’améliore pas la situation. Tous les espoirs reposent donc sur mai, commencé en fanfare !

Une prédominance de temps continentaux pendant cet hiver, la difficulté des pluies océaniques comme méditerranéennes à pénétrer sur le bassin de la Loire expliquent le maintien de cette indigence.

De nouvelles stations de l’association seront ajoutées avec le début du déficit pluviométrique 2010 en avril…

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 09:38

   La chute de neige tombée à Saint Etienne (500 mètres ) entre 23 heures le 5 mai et 1 heure  le 6 mai 2010 constitue la manifestation la plus tardive  des flocons  depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

 

Auparavant  des chutes ont été observées en mai :

1 année  à Bouthéon en 1979

2 années à Saint Etienne ville (La Rivière puis la Métare 580 m) en 1973 et 1979

L’observation antérieure la plus tardive date du 3 mai 1979

 

Ceci ajoute 1 jour de chute  à Saint Etienne  soit 32 pour l’hiver

 

La neige n’a pas tenu au sol en dessous de 600  mètres. Au petit matin le Crêt de Montaud était blanchi.

 

Les précipitations de ce matin  ajoutent encore 12,5 mm après les 16 mm d’hier, ce qui porte le total  depuis le début de l’épisode  à 77,7 mm

Seulement 63,7 mm comptent pour le mois de mai  puisque le début dans la nuit du 1er mai est comptabilisé dans avril.

05051320n18hvct

L’image de Claude  du 5 mai vers 15 heures montre que les pluies proviennent cette fois du nord-est  en tournoyant  autour de la dépression du golfe de Gènes surmontée d’une goutte froide en altitude.  Ses nuages viennent buter sur les montagnes Pyrénéo-cantabriques

On distingue toujours la descente froide arctique  à l’ouest de la Scandinavie, aux Iles britanniques  au Golfe de Gascogne

Le contact entre l’air de la réaction méditerranéenne  et celui du froid arctique continue à se faire chez nous et a provoqué cette neige.

Cette descente froide nous protège des cendres du volcan islandais. Les coulées grises visibles sur l’Image sont bloquées sur l’Irlande et l’Ecosse qui les accumulent. Le 5 au matin l’espace aérien de L’Irlande a été fermé au trafic.

 

Enfin les anglais votent aujourd’hui, pour une fois avec une situation anticyclonique et un ciel assez dégagé. Si vous avec lu mon livre de 2003 « Le ciel tomberait-il sur nos têtes ? » ( Editions.Aléas), le ciel semble en harmonie avec les sondages !

A vérifier naturellement après le scrutin !

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195