Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 07:48

les fortes pluies remontant de Méditerranée ont suivi toute la nuit la crête des Cévennes au Pilat  acompagnées de phénomènes électriques espacés

les fortes précipitations ont débordé sur les hauts bassins de la Loire et de son affluent le lignon Vellave

j'ai recueilli 42 mm ce matin à Montregard (total provisoire du mois 122.2 mm)

Elles débordent actuellement vers le nord sur le Forez et la région stéphanoise.

Un épisode cévenol est toujours spectaculaire, c'est le premier de la saison, ils apparaissent souvent en force dans la dernière décade de septembre, mais celui-ci ne semble pas devoir entrer dans les annales des plus dangereux!

Une réaction forte des cours d'eaux est cependant à prévoir: prudence

A suivre

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 19:00

Chronique N°944

Alors que septembre est passé d’une phase fraîche pour ne pas dire froide, à une phase plus chaude, Ceci m’a donné l’idée d’examiner comment se comporte une limite climatique majeure en France, la crête de l’est du Massif central qui s’étire des Cévennes au Pilat entre sud et nord du pays et de comprendre comment se comporte les températures à son passage.

J’ai comparé les températures minimales, maximales et la durée de l’ensoleillement du mois d’août 2013 pour la station de Montélimar qui représente la vallée du Rhône et celle des 3 axes qui s’ouvrent vers le nord avec Lyon Bron pour celui du Rhône et de la Saône au nord du défilé de Vienne, avec Saint Etienne-Bouthéon pour le sillon de la Loire au pied de la retombée du Pilat et enfin Clermont Ferrand dans les Limagnes pour celui de l’Allier !

Il existe une similitude de situation topographique entre ces quatre stations placées dans des fonds de dépressions. L’intérêt de l’opération vise à examiner comment les influences thermiques en provenance du nord sont transformées en passant au sud et inversement et comment les différents axes méridiens de l’Allier, de la Loire et de la Saône réagissent à ces différentes sollicitations par rapport à la vallée du Rhône aval.

Ne pas oublier que le mois d’août 2013, sur lequel porte la petite étude a été marqué par une dominante de flux de nord, séparés par de brefs épisodes plus ou moins orageux, nous avons pris en compte la différence de températures minimales, maximales et de durée d’ensoleillement entre Montélimar et les 3 autres stations.

Au niveau de la moyenne du mois, l’écart le plus faible concerne toujours Bron , mais ce dernier est nettement plus important au niveau des maximums (1.22°) que des minimums (0.54°). Ceci n’a rien d’étonnant en raison de la différence d’altitude , Lyon Bron étant plus bas que les deux autres sillons, mais aussi en raison de la présence des reliefs qui contraint l’air à passer la crête de l’est du massif central et à retomber de l’autre côté avec les transformations thermiques que cela suppose, sans oublier l’aspect urbain de Lyon.   La surprise correspond à une différence égale pour les maximums entre Montélimar et Clermont d’une part et entre Montélimar et Saint Etienne d’autre part avec 2.5°. Pour les minimums, les différences avec Montélimar sont plus grandes, en particulier pour Saint Etienne  (3.5°)  contre seulement 3° pour Clermont Ferrand.

comparaison M-Br,StE, CL

Un écart très fort des maximums (parfois plus de 6°) traduit un grand avantage de température ou d’ensoleillement de la vallée du Rhône par rapport aux couloirs du nord. Il correspond souvent à des conditions perturbées qui apportent des nuages et souvent de la pluie avec des orages sur le flanc nord de la région mais n’atteignent pas la vallée du Rhône de l’autre côté. Il s’agit des 3, 6, 8 et 27 août qui présentent une très forte différence de températures maximales et d’ensoleillement au profit de la vallée du Rhône.

Il convient de signaler que les températures minimales présentent ces mêmes jours un comportement très différent avec un écart qui peut s’inverser, les sillons du nord présentant certaines de ces journées des minimums supérieurs à ceux de Montélimar. Ce comportement différent n’a rien de surprenant, en raison du mécanisme déjà présenté dans la chronique N°940, d’autant plus que ces situations perturbées et orageuses d’été sont souvent précédées d’un flux de sud qui se réchauffe en descendant sur le versant nord du Massif central provoquant la faiblesse ou l’inversion de l’écart avec Montélimar. Les jours de forte différence d’ensoleillement traduisent une couverture nuageuse forte dans les axes du nord alors qu’elle est plus faible à Montélimar. Il en résulte un rayonnement nocturne facteur de déperdition d’énergie plus important dans la vallée du Rhône  que dans les sillons du nord.

Les courbes des différences de températures minimales permettent de constater que pendant les longues périodes de flux de nord du mois d’août, les écarts augmentent entre Montélimar et les stations des sillons du nord. Il en est ainsi lors des deux périodes anticycloniques où le flux de nord puis nord-est qui descend sur le  flanc oriental des hautes pressions des Açores frappe de plein fouet notre région. Dans ces cas la vallée du Rhône méridionale, avec le mistral qui descend des reliefs rétablit plus vite des minimums matinaux élevés alors que ces derniers peinent à remonter dans les sillons du nord (Loire, Allier et Saône)  qui reçoivent de face ces influences nordiques. Ceci provoque un écart globalement croissant des minimums entre le 9 et le 15 août puis à la fin du mois, parfois jusqu’à 8°. Ce n’est pas au moment où s’établit le flux de nord que la crête de l’est du Massif central provoque les plus gros écarts dans les températures minimales entre les sillons de la loire et de l’Allier et la vallée du Rhône , mais après plusieurs jours en liaison avec un phénomène cumulatif.

Enfin cette étude présente un dernier enseignement. La station de Bron a un comportement totalement différent de celui de Clermont ou Saint-Etienne dans les deux autres sillons du nord de la Loire et de l’Allier. Après le 8 août et quasiment jusqu’à la fin du mois,  à l’exception de quelques jours du 23 au 27, l’écart des températures minimales comme maximales entre Montélimar et Bron est bien plus faible que celui des deux autres stations avec une tendance très différente . Par exemple l’écart des températures maximales de Bron  baisse entre le 13 et le 23 , puis entre le 24 et le 31 alors qu’un tel fait n’apparait pas pour les écarts entre la vallée du Rhône aval et les sillons de la Loire et de l’Allier. La contradiction est aussi très nette pour l’évolution des minimums entre le 11 et le 23 août puis de façon contraire entre le 24 et la fin du mois. A l’exception de quelques jours, les courbes des écarts entre Montélimar et Clermont-Ferrand d’une part et Saint-Etienne d’autre part, évoluent de façon parallèle avec une tendance semblable . De plus cette évolution parait logique avec l’opposition des versants montagneux, écart important et croissant des minimums par flux de nord, forte différence des maximums au moment des temps perturbés, conformité avec les informations fournies par l’ensoleillement. On retrouve les règles simples de climatologie avec par flux de nord , nuages et de fraîcheur sur les versants septentrionaux et mistral avec remontée des températures dans la vallée du Rhône  et par flux de sud une situation inverse avec des coups de chaleur dans les sillons de la Loire et de l’Allier ! Tout ceci traduit une bonne communication de l’air sur le Massif central  attesté par l’accélération de la burle et du mistral dans un sens et du vent du sud dans l’autre.  Au contraire le défile de Vienne semblent une véritable limite climatique et la circulation de l’air semble plus difficile entre les parties méridionales et septentrionale de l’axe Rhône Saône, qu’entre les sillons de la Loire et même de l’Allier avec la vallée du Rhône aval, par-dessus les crêtes du Massif central. Entre le nord et le sud de la France , l’air a plutôt tendance à s’échanger selon un axe Nord-ouest sud–est et inversement, selon un axe Loire et Rhône qu’à suivre le sillon Rhône saône. Au nord de Lyon, celui–ci semble plus appartenir à un ensemble continental qui s’étend ensuite en direction de la  Suisse ou de l’Alsace qu’à une communication avec la partie aval du Rhône.

Le courant d’air entre France du nord et du sud  ne suit qu’imparfaitement les axes méridiens du reliefs, il ne semble pas trop perturbé par le franchissement des crêtes de l’est du Massif central en particulier entre le Mézenc et le Pilat.

Gérard Staron vous donne rendez-vous samedi prochain sur les ondes de Radio Espérance…

Bonne semaine

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 09:41

Prévision pour les derniers jours de septembre 2013 (28/09 au 1/10)

 

Le beau temps anticyclonique s’en va avec le retrait des hautes pressions  sur l’Atlantique pour celles des Açores et sur l’Europe du nord pour les autres

Les précipitations reviennent pour le week-end avec un petit épisode cévenol, qui ne semble pas devoir atteindre un niveau dangereux autant pour le vent du sud qui précède que pour les pluies qui suivent, mais prudence avec ce type de temps ! Certaines régions du bassin méditerranéen seront plus affectées que nous !

La période de chaleur de cette semaine se termine par une baisse des températures, mais cette chute reste modérée autant pour le retour de la fraîcheur matinale sur les plateaux que pour les maximums qui devraient rester vers 20° dans les dépressions

A la fin du week-end, le vent du nord revient timidement et brièvement.

 

Vendredi :

Prévision antérieure confirmée avec la dernière journée de beau temps !

Pas de précipitations dans les dépressions, on ne peut totalement exclure une averse à tendance orageuse de fin de journée sur les reliefs.

Le coup de chaleur lourde se poursuit dans les sillons de la Loire et de l’Allier où les maximums peuvent atteindre localement 30°

Le vent du sud commence à forcir et les nuages à arriver

 

Samedi :

C’est La journée du vent du sud qui devient fort en particulier sur les plateaux ligériens. Ses rafales ne devraient pas atteindre le niveau de la tempête mais prudence !

Il précède l’arrivée des précipitations à partir de la mi-journée. Elles présentent au début  un caractère orageux et commencent par un axe de l’Auvergne au Roannais, le reste de la région ne devrait pas être atteint avant la nuit.

La douceur matinale persiste, mais les maximums commencent à baisser, cette chute  est plus forte dans le sillon de l’Allier que celui de la Loire qui garde des températures élevées et  lourdes

 

Dimanche :

Journée pluvieuse avec le débordement sur la région d’une pluie cévenole d’automne. Elle semble modérée  mais dépose des totaux importants. Avec ce type de temps souvent dangereux et trompeur, une certaine prudence s’impose. L’axe du Mézenc au Pilat est le plus concerné   avec un débordement qui se poursuit vers le nord sur le Forez et le Roannais en particulier des monts  du Lyonnais à ceux du  Beaujolais.

Si les minimums matinaux restent doux, les maximums de l’après-midi  s’écroulent mais devraient rester proches de 20°

 

Lundi :

Les précipitations connaissent une accalmie, mais une reprise se produit en fin de journée sur les secteurs océaniques avec une perturbation plus septentrionale. Le Roannais et les reliefs voisins du haut Forez aux monts de la Madeleine et du Pilat au haut Beaujolais  semblent les plus susceptibles de recevoir quelques pluies

Les minimums du matin baissent et les maximums restent au même niveau que la veille (vers 20° dans les dépressions)

 

Mardi :

Le temps reste très incertain avec une contradiction des indications fournies par les différents modèles.

De nouvelles pluies sont possibles sur la bordure nord des Combrailles au Roannais et sur les montagnes océaniques du Sancy, du haut Forez aux monts de la Madeleine et du Pilat au haut Beaujolais. Les bassins et plaines  internes  du Massif central semblent à l’abri.

La fraîcheur matinale revient sur les plateaux, et les températures maximales sont sans changement

Le vent du nord revient, timoré chez nous, le mistral sera plus fort en basse vallée du Rhône !

 

Seules indications pour les jours suivants, la chaleur est terminée, mais le temps pourrait rester assez agréable ! A confirmer mardi prochain

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 09:51

Prévision du 24 au 27 septembre 2013

 

L’anticyclone des Açores s’est déplacé sur l’Allemagne depuis dimanche ce qui a confirmé ce que nous pressentions pour les élections allemandes (victoire CDU-CSU)  selon les conclusions des analyses  de mon livre de 2003, avant de peu à peu se retirer.

En nous plaçant sur le flanc occidental des hautes pressions, un flux de sud s’installe et va même forcir en fin de semaine et surtout le week-end prochain .  Atteindra-t-il alors le niveau de la tempête, il ne semble pas pour l’instant, mais prudence

Il en résulte une hausse sensible  des températures, la fraîcheur matinale est progressivement remplacée par la douceur même sur les plateaux et sommets, Un coup de chaleur de plus en plus lourde affecte les sillons de la Loire et l’Allier quand l’air descend des reliefs

Pas de précipitations, toutefois à partir de mercredi les premiers signes de remontées de pluies en provenance de Méditerranée apparaissent mais semblent buter sur l’axe des crêtes du Mézenc au Pilat, une grosse pluie cévenole semble se préparer pour le week-end !

 

Lundi :

Belle journée d’automne confirmée avec hausse des températures et soleil

Vent faible

 

Mardi

Encore une belle journée d’automne,  pas de précipitation et soleil généreux

Le flux de sud se met en place, la fraîcheur matinale est atténuée et les maximums dépassent maintenant 25° dans les sillons de la Loire et de l’Allier

 

Mercredi

Encore le beau temps d’automne

Le flux de sud commence à se renforcer, la fraîcheur matinale disparait et les maximums dépassent largement 25° dans les sillons de la Loire et de l’Allier, probablement la journée la plus chaude de la semaine

Pas de précipitations, mais les nuages et les premières gouttes remontent de Méditerranée, et devraient ne pas dépasser la crête du Mézenc au Pilat

 

Jeudi :

Le vent du sud accentue sa présence tout en restant encore modéré,  le temps devient lourd

La fraîcheur matinale laisse la place à une douceur même sur les plateaux et sommets

Les températures maximales restent chaudes surtout dans les sillons de la Loire et l’Allier mais n’augmentent plus en raison de nuages plus nombreux remontant du sud

Les faibles précipitations remontant de Méditerranée  devraient encore être stoppé par l’encadrement montagneux, ne pas dépasser le Mézenc

 

Vendredi :

La phase « un » de la grosse pluie méditerranéenne du week-end semble commencer !

Le vent du sud forcit mais son maximum ne devrait se produire que samedi !

Les températures changent peu, douceur matinale même sur les sommets, chaleur lourde surtout dans les sillons de la Loire et l’Allier

Les nuages arrivent mais les précipitations préparatoires  ne paraissent pas encore capable de franchir l’encadrement montagneux et pas le Mézenc

 

Prévoir un week-end venteux puis pluvieux, mais il est encore impossible de connaitre l’intensité ni la répartition géographique des pluies ! à confirmer vendredi

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 21:18

    Nous annoncions dans nos précédentes prévisions l'extension de l'anticyclone des Açores à l'Allemagne. Ceci s'est produit le jour de l'élection générale dans ce pays  avec le résultat que l'on vient de découvrir  !

Dans notre livre de 2003 "le ciel tomberait-il sur nos têtes" nous avons analysé que toutes les élections législatives allemandes  qui se sont produites lors d'un temps anticyclonique ont vu une victoire de la CDU CSU .

Ce fût le cas :

le 6 mars 1983

le 25 janvier 1987

le 2 décembre  1990

le 16 décembre 1994

Comme en France, un temps anticyclonique , le jour de l'élection donne une victoire des partis de droite et un temps perturbé et pluvieux celle des partis de gauche comme le 3 octobre 1976 et le 27 septembre 1998 en Allemagne  ...

Ce 22 septembre 2013, le sondage le plus optimiste donnait 39% à la CDU CSU à la fin de la semaine dernière, elle obtiendrait 42.5% , on peut estimer à 3.5% le bonus que la situation météorologique a apporté au parti chrétien démocrate allemand !

Une confirmation de plus de mes analyses de mon livre de 2003 sur l'impact des conditions météorologiques sur les élections!!

le ciel blog

 

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 18:16

Chronique N°943

La situation météorologique restant calme sur notre continent, prenons l’occasion d’aborder un sujet un peu cocasse qui s’est rappelé à mon bon souvenir ces derniers temps !

L’ouvrage de Marcel Pagnol  puis les films successifs de « Manon des sources » avaient montré le rôle majeur de la possession de l’origine de l’eau dans un pays méditerranéen affecté par une longue sécheresse d’été, aggravée sur des sols calcaires secs. Ce thème de la source exerce une influence certaine sur le subconscient de nos sociétés même sous des climats qui ne sont pas atteint de façon aussi régulière par les problèmes de la sécheresse.

J’ai été surpris à plusieurs reprises en arrivant au pied du Gerbier de Jonc de voir l’animation qui se pressait autour des sources de la Loire. La concentration  de touristes un dimanche au chevet de l’origine du fleuve dans un pays de haute Ardèche où la densité de population est très faible et surtout on peut être effaré par les revendications multiples autour de ce qui n’est alors qu’un simple filet d’eau avec « la vraie, l’authentique et la véritable » source de la Loire, entre la vasque le plus souvent sèche du Touring club de France, entre celle qui sort du « bachat » de l’étable jusque en dessous de la route et celle dans un pré à quelques centaines de mètres à proximité d’un ferme qui revendique par un grand panneau « la source véritable ». Le tout sans oublier L’Aygue noir qui nait caché dans un bois un peu plus à l’ouest et qui pourrait bien avoir le débit le plus important à la confluence avec le ruisseau issu des « autres sources » et les évincer toutes.

 Il y a quelques temps, on m’avait dit scrutant ma réaction « ils ont déplacé la source du Furan », le cours d’eau qui rejoint selon un tracé rectiligne les hauteurs du Pilat au fleuve Loire au niveau d’Andrézieux en hantant les sous-sols de la ville de Saint Etienne. je n’ai pas réagi jusqu’au moment où j’ai subi une correction « le furan descend des hauteurs du Bessat », puis après avec la précision « source : la commune de Bessat ». Jusqu’à ce changement la rivière naissait au lieu dit « le creux » avec parfois la précision « du Loup » dans « le Grand Bois » qui ceinture le haut  de la  commune voisine de Tarentaise. J’ai vite vu que l’information était tirée de l’encyclopédie informatique Vikipédia et j’ai alors compris la nature de l’erreur en confrontant dans leur texte l’altitude et la commune. Il y était mentionné que la rivière naissait à 1160 m, déjà un peu au dessus du lieu dit « le creux », sur « la commune du Bessat » , avec un problème  sur ce versant la limite de cette commune , en même temps celle du canton, ne descend pas en dessous de 1180 m et au dessus  longe sur un côté la tête du vallon en remontant jusqu’à la crête à 1308 m qui marque la ligne de partage des eaux entre l’Atlantique par la Loire et la Méditerranée en direction du Rhône. Il est vrai qu’une limite de commune,  même quand elle devient celle d’un canton est difficile à repérer dans une fôret sombre encore plus quand il s’agit d’un grand bois. Curieux changement quand on sait qu’aucune des deux communes n’est propriétaires des terrains ceux–ci ayant été acquis par la ville de Saint Etienne dans le but de les boiser pour protéger la qualité des eaux qui sert à l’alimentation de la ville. Un aqueduc des sources ou des fontaines selon les textes vient capter toutes les têtes des vallons et remonte jusqu’à la source du Furan un peu au-dessus de 1100 mètres.

Les sources sont très souvent l’objet de contestations, il y a ceux qui clôturent la parcelle correspondante, comme la source de l’Allier qui n’est plus accessible, il y a les cours d’eaux qui naissent à la frontière de deux communes, les fonds de vallon servant autant que les sommets de limites administratives, c’est le cas pour le Gier.

Dans les cas que nous venons de signaler, nous sommes en pays cristallin ce qui signifie que les sources sont nombreuses, proches, avec des débits faibles autant pour les petits ruisseaux que pour les grands fleuves naissants. Dans ces pays les roches imperméables maintiennent l’eau qui s’infiltre à des niveaux peu profonds, il en résulte une multitude de petites nappes de faible importance qui multiplient leurs exutoires. Plus les sources sont nombreuses, plus les risques de contestation sont accrus surtout quand on veut posséder l’origine de tel ou tel cours d’eau mythique aux yeux de nos contemporains ! Entre tous les petits filets d’eaux qui sortent de la montagne, chacun choisit celui qui l’intéresse, celui situé dans la commune la plus connue pour marquer les esprits ou celui qui  permettra d’obtenir un profit touristique

En pays calcaire, les sources sont rares avec des débits importants, le problème est d’une autre nature mais tout aussi épineux avec les pertes de rivières. Le calcaire est une roche qui a la particularité de se dissoudre dans l’eau chargée d’acide. Ceci provoque des cavités souterraines dans lesquelles circulent de véritables rivières. Ces dernières ressortent par de très grosses sources,  les résurgences ou exsurgences selon que l’eau qui sort est issu ou non d’un cours d’eau qui a déjà connu un parcours à ciel ouvert ou qui a été entièrement souterrain avec seulement l’infiltration de l’eau de pluie.

Ceci me rappelle une anecdote du jeune « prof » que j’étais dans les années 70-80. Expliquant les résurgences en pays calcaires, mon principal qui n’y connaissait rien mais avait voulu faire le malin, m’avait envoyé une note péremptoire « non c’est une exsurgence », auquel cas, j’avais sorti la carte et lui ayant fait remarquer l’existence de cours d’eaux de surface  au moins temporaires sur le haut du versant situé au-dessus du lieu de la source, je lui avais expliqué, comme il était un peu court,  qu’il était probable que l’eau qui ressortait soit issue de la perte de ces eaux et donc que l’on ne pouvait exclure qu’il s’agisse d’une « résurgence ». Inutile de dire qu’il est strictement impossible de prouver qu’en pays calcaire, l’eau d’une source n’est pas issu au moins partiellement d’une perte de rivière. Même la Loire se perd partiellement entre Gien et Orléans dans les calcaires du cénomanien et cette eau réapparait dans la résurgence du Loiret qui la rapporte ensuite au fleuve. Ce dernier récupère à Blois, les débits qu’il a perdus entre Gien et Orléans !

Le cas le plus célèbre de ces grosses sources en pays calcaire dont l’eau a connu auparavant une première vie sous forme de rivière à ciel ouvert correspond à la Garonne. Le Fleuve nait au pied de la Maladeta, et après sa perte au trou du Toro, il connait un cours souterrain de 6 km sous la montagne du Pico Pomer. Il réapparait au Goueil de Joueou dans la val d’Aran. Il a fallu attendre 1937 et les travaux de Norbert Casteret pour découvrir que le fleuve avait une vie antérieure en Espagne  à celle que l’on connaissait auparavant !

Il y a quelques années le Bramont qui descend des hauteurs granitiques du Mont Lozère avait disparu subitement dans un trou « un aven » de plusieurs dizaines de mètres de profondeur en abordant les terrains calcaires des Causses qui ceinturent vers l’ouest les Cévennes cristallines ! L’affaire avait fait médiatiquement grand bruit !

En pays calcaire, les sources peuvent être aussi être contestées ! Il y a même pire au pied du mont Aigoual. Une petite rivière porte un nom idyllique, « le Bonheur », or pourtant vous avez un  peu plus loin au gouffre de Bramabiau près de Camprieu, «  la perte du Bonheur », tout un programme. Il réapparait ensuite plus bas dans une résurgence, mais le ruisseau a changé de nom!

L’homme a toujours été fasciné par les sources, symbole de l’eau et  de la vie.  Rechercher ou énoncer la source exacte d’un cours d’eau est délicat, sujet à revendications, soit elles sont nombreuses et petites  en pays imperméable et peuvent faire l’objet de rivalités, soit elles sont rares et grosses en pays calcaire mais sait-on de quelle rivière perdue elle proviennent!   On peut même y perdre « le Bonheur » !

Gérard Staron  donne rendez-vous samedi (13h15) sur Radio espérance. Bonne semaine.

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 10:01

Prévision du 20 au 23 septembre 2013

 

L’anticyclone des Açores sort de sa base Atlantique pour s’étendre quelques jours à la France et même à l’Allemagne (dimanche) pour nous offrir quelques jours de beau temps automnal .

Après le passage affaibli d’une dernière perturbation vendredi, les précipitations cessent pendant quelques jours

L’ensoleillement permet une remontée des températures maximales qui deviennent à nouveau agréables à partir du week-end

La fraîcheur matinale est bien plus lente à disparaitre. En plus dès que le ciel se calme, des inversions de températures selon l’altitude  apparaissent accompagnées de brouillards dans les vallées , les dépressions et les cuvettes de moyenne altitude.

Tant que le vent du nord subsiste, ces dernières situations sont empêchées, mais avec sa disparition elles se développeront à partir du week-end

 

Jeudi :

La journée est encore maussade avec des températures fraiches ( ne pas espérer plus de 18° dans les plaines les plus basses) , un vent du nord persistant et un ciel qui reste assez nuageux. Toutefois l’absence de précipitations et un peu plus de soleil donneront l’impression d’une esquisse d’amélioration.

 

Vendredi :

Une dernière perturbation réussit à s’infiltrer. Elle apportera plus de nuages que de précipitations mais des averses affecteront la bordure septentrionale de la région et les montagnes océaniques, le Sancy, les axes du haut Forez aux monts de la madeleine et du Pilat au haut Beaujolais. Les bassins internes du Massif central  surtout ceux du Puy et des Limagnes du Sud devraient rester à l’abri.

Après une fraîcheur matinale généralisée  (moins de 10° presque partout) les maximums amorcent une hausse et dépassent 18° dans les plaines les plus basses.

Le vent du nord commence à faiblir

 

Samedi :

Nous sommes dans l’anticyclone, pas de précipitations.

La fraîcheur matinale subsiste et peut être accompagnée des premières inversions de températures avec des brouillards dans les vallées , bassins et cuvettes.

Avec l’aide d’un ensoleillement plus généreux , les températures maximales continuent leur hausse et pourraient atteindre 20° dans les plaines les plus basses

Vent du nord moribond

 

Dimanche :

Dans l’anticyclone en France et en Allemagne (élections) : pas de précipitations, belle journée d’automne

Dans un air maintenant calme, des inversions de températures avec  des brouillards affectent les vallées et cuvettes et accompagnent la fraicheur du  matin avant de se dissiper.

Le soleil généreux de la journée permet une hausse des températures maximales qui dépassent 20° dans les plaines les plus basses et deviennent agréables

 

Lundi :

Pas de précipitations, belle journée d’automne

Toujours un risque de brouillards matinaux dans les vallées et cuvettes mais plus faible que la veille.  Le déplacement de l’anticyclone vers l’est permet un petit flux de sud qui limite la fraîcheur du matin et continue la hausse des températures de la journée. Les maximums dépassent nettement  20°.

 

Les élections Allemandes de dimanche se dérouleront sous un temps anticyclonique semblable au notre, sans précipitations et avec des températures agréables. Ceux qui ont lu mon ouvrage de 2003 «  le ciel tomberait-il sur nos têtes ? » ( chapitre 1 climat électoral)  peuvent faire les déductions sur la nature du  résultat !

La poussée de l’anticyclone de Açores devrait persister pendant une partie de la semaine prochaine !

(le tout à confirmer lundi )

Gérard Staron

 

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 12:02

La perturbation de ce nuit a déposé 5.3 mm à Saint Etienne

 

Voici l'image de son arrivée hier en fin de journée après 17 heures avec l'image de satellite transmise par Claude (merci)

A 17 heures les nuages se moulent sur la chaine Pyrénéo-cantabrique, le Massif central, le Jura et les Vosges.

Remarquer la position d'abri sans nuages de l'axe de la vallée de l'Allier et des Limagnes du sud

En arrière, les lignes d'instabilité avec des averses dans l'air froid qui descendent  du nord sur le Royuame uni et la France!

Gérard Staron

 

perturbation 16-9-13

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 20:46

Hier avait lieu le Grand prix cycliste de Montregard organisé par le Club de Firminy

La météo a réservé quelques soucis aux concurrents :

1)températures très fraîches

2)vent du nord

3)la pluie se déclenche au moment de l'arrivée des 2ème et 3ème catégories et le sprint qui a vu la victoire de Goncalves

la photo correspond au passage au 1er tour du peloton des 2eme et 3ème catégories. il y a avait devant 2 échappés qui seront rejoints avant de s'écrouler !

Saluons le courage des valeureux concurrents

Gérard Staron

GP MOntregard

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 11:42

Prévision du 16 au 19 septembre 2013

 

Le temps sera globalement maussade et frais

Les perturbations en provenance des hautes latitudes arrivent du nord-ouest et tous les deux jours environ apportent un arrosage généralisé suivi des averses de la traine. La bordure nord de la région des Combrailles au Roannais et les reliefs d’influence océanique, le Sancy, l’axe du haut Forez aux monts de la Madeleine et celui du Pilat au Haut beaujolais sont les plus arrosés. Les bassins internes du Massif central, surtout celui du Puy sont partiellement à l’abri avec un temps plus ensoleillé

Les températures restent très fraîches et changeront peu après la baisse de dimanche, le plus souvent moins de 10° le matin et 18°  sera peut-être atteint dans les dépressions les mieux exposées.

Après chaque passage de perturbation le vent du nord et ses acolytes, la burle sur les plateaux de la haute Loire et le mistral en vallée du Rhône reprend de la vigueur

 

Dimanche :

La dégradation est plus forte que prévu,

Moins de pluie après le passage de la perturbation dans la nuit précédente, mais  une traine active maintien des nuages et des averses sur les reliefs une grande partie de la journée

Plus de fraicheur, Les températures maximales sont en chute sensible très basses pour la saison, moins de 18° partout

Retour du vent du nord

 

Lundi :

Une nouvelle perturbation apporte un arrosage généralisé au cours de la journée en privilégiant les régions citées dans l’introduction

Grande fraîcheur matinale, moins de 10° partout et de 5° en montagne , les températures maximales remontent un peu. Les dépressions les mieux exposées dépassent 18°

 

Mardi :

Après le passage de la perturbation de la veille, la traine reste active avec des averses éparses sur les reliefs et les régions citées dans l’introduction avec une forte nébulosité sur tous les versants nord. Les bassins internes comme celui du Puy sont en position d’abri avec un temps meilleur un peu plus ensoleillé

Si la fraîcheur matinale est un peu moins sensible que la veille, les températures maximales repartent à la baisse et le vent du nord reprend de la force.

 

Mercredi :

La nouvelle perturbation est encore plus active et provoque un nouvel arrosage généralisé plus important que celui de lundi en particulier dans l’angle nord-est de la région du Pilat au haut Beaujolais

Les températures changent peu, un peu moins de fraîcheur matinale, légère remontée des maximums

 

Jeudi :

Après l’évacuation de la perturbation de la veille, les précipitations s’arrêtent, le temps change avec un retour progressif du soleil, une amorce qui sera plus nette les jours suivant.

Moins de fraicheur matinale, mais les maximums baissent avec un retour en force du vent du nord.

 

Ensuite l’arrêt du passage des perturbations devrait apporter un temps meilleur jusqu’au week-end : à confirmer jeudi !

Gérard Staron

Partager cet article

Repost0

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Covid 19.... statistiques et région Ile de France !
    Covid … statistiques et Ile de France Pendant la première vague, le critère d’importance de l’épidémie était l’évolution des hospitalisations et des réanimations. Puis pendant l’été, changement total, le critère principal est devenu l’importance des contaminations....
  • Prévision du 22 au 25 septembre 2020, forte dégradation du temps en fin de semaine : descente de nord
    Prévision de Gérard Staron du 22 au 25 septembre 2020 (42, 43, 63, 69) Une descente de nord en provenance des régions arctiques arrive ……et après quelques jours au temps encore acceptable, nous prépare un week-end mauvais Dans un premier temps les températures...
  • Prévision du 15 au 18 septembre : peu de changements, chaud et sec
    Prévision du 15 au 18 septembre 2020 Notre région se situe dans une zone de transition entre des Hautes pressions au sol sur l’Europe du Nord et une dépression sur le Proche Atlantique qui n’arrive pas à nous atteindre. Le vent faible hésite entre une...
  • Prévision spéciale Tour de France (29-31/08/2020)
    Prévision spéciale Tour de France 2020 (étapes de la Côte d’Azur 29-31/08/2020) Sur la Riviera Française, le Tour de France subit un peu moins qu’ailleurs la dégradation du temps très nette qui affecte une grande partie du territoire national A l’exception...
  • Prévision du 29 août au 1er septembre 2020 : un goût d'automne
    Prévision de Gérard Staron du 29 août au 1er septembre 2020 (42, 43, 63, 69) La dégradation du temps a commencé ce vendredi avec des précipitations plus ou moins orageuses selon les secteurs, elle continue pour constituer la première alerte automnale...
  • Prévision du 23 au 26 août 2020, retour du beau...
    Prévision du 23 au 26 août 2020, retour du beau temps modéré https://t.co/o8CjczDB0E via @Gerard Staron Gérard Staron (@journalduclimat) August 26, 2020 Prévision de Gérard Staron du 23 au 26 août 2020 (42, 43, 63, 69) Après avoir laissé passer la pe...
  • Prévision du 23 au 26 août 2020, retour du beau temps modéré
    Prévision de Gérard Staron du 23 au 26 août 2020 (42, 43, 63, 69) Après avoir laissé passer la perturbation de la nuit de vendredi à samedi, l’anticyclone des Açores revient timidement protéger le sud de la France alors que les perturbations océaniques...
  • Prévision du 17 au 20 août 2020 : assez agréable
    Prévision de Gérard Staron du 17 au 20 août 2020 (42, 43, 63, 69) L’air des hautes latitudes a réussi à repousser les anticyclones subtropicaux ce qui a apporté les orages de Dimanche qui ont déposé une lame d’eau substantielle (27 mm à Montregard) salvatrice...
  • Prévision du 12 au 15 août 2020 : vers la fin de la chaleur
    Prévision de Gérard Staron du 12 au 15 août 2020 (42, 43, 63, 69) Depuis plusieurs jours nos départements connaissent un affrontement entre la forte chaleur d’origine méridionale et les orages qui se déclenchent à partir de l’après-midi en liaison avec...
  • Prévision du 8 au 11 août 2020 : poursuite...
    Prévision du 8 au 11 août 2020 : poursuite chaleur, retour insidieux des orages https://t.co/6EgZJoJUIT via @Gerard Staron Gérard Staron (@journalduclimat) August 07, 2020 Prévision de Gérard Staron du 8 au 11 août (42, 43, 63, 69) La France se situe...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195