Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 21:07

logo.jpg

Le bulletin N°87 " le Météo fil" de mars 2013 vient de paraitre !

Il vous est toujours possible de rejoindre notre association pour le recevoir !

sommaire :

Janvier en France et dans le monde : Guy Blanchet

La neige au nord du Pilat : vue d'en bas Gérard Staron et vue d'en haut Bruno Aujoulat et Bernard Faure

la masse volumique de la neige du dimanche 24 février Michel Gagnard

Au jour le Jour .......

Naturellement les données températures et précipitations de nos 35 stations!

 

Au jour le jour

Février 2013 : Hiver aux modes océaniques puis continentales !

Gérard Staron

 

L’hiver commence par une douceur trompeuse dans un courant perturbé d’ouest. Le1 er est aussi premier par ses fortes températures en particulier à Saint Etienne avec les maximums et minimums les plus élevés dans l’air qui se réchauffe en redescendant du Pilat. C’est aussi le seul jour du mois à ne pas connaitre le gel dans les postes d’altitude au-dessus de 850 mètres, les deux de Violay, les quatre du haut Pilat, Saint André la côte et Mont Saint Rigaud.

La suite est toute différente. Dès le lendemain, la neige revient à basse altitude, les gelées réapparaissent sur les reliefs, puis partout à partir du 4. Jusqu’à la mi-février nous allons connaitre 3 cycles successifs identiques par leurs types de temps . Après le passage d’une perturbation océanique d’ouest ou de nord-ouest avec neige en altitude et températures assez douces, le flux atmosphérique passe au nord avec l’attraction de l’air par la dépression du golfe de Gènes, puis l’anticyclone des Açores gonfle à partir de ces îles mais hélas insuffisamment pour nous empêcher de continuer d’avoir un flux de nord sur son flanc oriental.

Ces cycles se renouvellent avec un froid de plus en plus marqué à l’intérieur de chacun d’eux, la perturbation océanique est plus douce que celle qui revient par le nord ou le nord-est et enfin le rayonnement nocturne accentue le froid pendant  la période anticyclonique, ainsi que les phénomènes de brouillard ou de couvercle de grisaille. ,

Cette accentuation du froid est aussi visible d’un cycle  à l’autre. Le premier commence par la douceur du 1er et se termine par les gelées du 4. le second commence par quelques maximums positifs le 5 et le 6 et se poursuit par trois journées sans dégel à de nombreuses stations du 7 au 9 .Le troisième débute encore par des maximums souvent positifs le 10 et le 11, pour se terminer par les journées sans dégel du 12 et du 13 et surtout par la très forte gelée matinale du 14 qui dépasse le seuil du grand froid  sur les postes d’altitude à la Tour Matagrin , au Mont saint Rigaud , à saint André la côte( 770 m) et sur les 4 du Haut Pilat avec -17.4° au Sapt. Ce même jour possède  même parfois le minimum le plus froid du mois à St Cyr le Châtoux et Saint André la côte (860m) avec une belle inversion ce jour-là entre les deux postes de la commune (-13.2° à 770 m et -9.6° à 860m)

 Au début de chaque cycle, les précipitations sont plus importantes en raison de leur caractère océanique avec un niveau de passage à la neige qui s’abaisse à chaque cycle. A saint Etienne, la ville est à peine atteinte quelques heures le 3 au matin  par le sol blanchi après la pluie précédente. Le retour à la neige est plus net dans la nuit du 5 au 6 au début du second cycle et ensuite c’est toujours de la neige jusqu’au 14. L’essentiel des précipitations tombe pendant cette première partie du mois.

La période anticyclonique qui termine chacun de ces cycles est très souvent marqué par des phénomènes de brouillard ou de couvercles de grisaille. C’est le cas à Saint Cyr le Chatou les 4 , 9 et 10 et le 12 et quand Saint Cyr le Chatou est dans le brouillard , Villefranche plus bas est sous le couvercle de grisaille !

A partir de la mi-février le temps change avec la mise en place d’un énorme axe anticyclonique reliant les hautes pressions des Açores à celles continentales de Russie Sibérie

Pendant la première partie jusqu’au 21, le ciel est souvent dégagé ce qui provoque de fortes gelées matinales en raison du rayonnement nocturne important à cette période de l’année, mais aussi des maximums positifs dans la journée. Une seule exception classique, le val de Saône, l’une des régions françaises où les nappes de stratus sont particulièrement tenaces. C’est ainsi que Saint Cyr le Chatou en haut, mentionne des brouillards les 16, 17, et 18, qu’il transmet ensuite en bas à Villefranche sur Saône les 18, 19 et 20. Comme souvent la nappe de grisaille assez haute et épaisse au début a tendance à descendre ensuite  dans les zones les plus basses.

Cette masse anticyclonique évolue. Progressivement les hautes pressions d’origine continentale s’imposent  et, à partir du 20, elles sont centrées sur la Scandinavie, ce qui permet sur leur flanc sud l’installation d’un flux de nord-est particulièrement froid. Cette situation permet le retour de températures particulièrement basses avec des journées sans dégel généralisées sur les stations de la Loire à partir du 21. Elles s’étendent ensuite au val de Saône et à l’agglomération Lyonnaise le 23. Ce dernier jour est aussi celui qui présente le minimum absolu le plus bas du mois avec grand froid sur de nombreuses stations d’altitude.

Ce flux de nord-est est parfois perturbé, légèrement le 19 avec quelques flocons à Tarentaise et Villefranche- sur-Saône, bien plus nettement avec cette très longue chute de neige légère soufflée par le vent avec formation de petites congères à des altitudes assez basses, ce qui est rare, qui s’étire du vendredi 22 au lundi 25 au petit matin. Voir l’article de Michel Gagnard sur sa masse volumique, cette dernière est particulièrement basses par rapport à celle moyenne de 109 kg par m2 mesurée autrefois au centre d’étude de la neige Par E. Pahaut [1].

Le déplacement de l’anticyclone sur la Mer du Nord, puis le Royaume-Uni, change la nature de ce flux de nord-est, il n’est plus capable d’apporter de la neige, avec des pressions plus élevées , il est bien plus sec. Sous un ciel dégagé permettant un très fort rayonnement nocturne surtout sur un sol encore enneigé, les températures minimales sont particulièrement basses, avec un nouveau pic de grand froid à de nombreuses stations le 26 février qui  dispute le titre de jour le plus froid du mois au 23 et  au 14 février ! Les maximums trop proche de zéro quand ils sont positifs dans les dépressions permettent au manteau nival de résister à des altitudes assez basses jusqu’à la fin du mois.



[1] Edmond Pahaut «  Les cristaux de neige et leurs métamorphoses » 1975m onographie N° 96 de la Météorologie nationale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans climatologie
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195