Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 15:26

L’enneigement sur le versant septentrional du Pilat

Situation fin janvier 2011

Gérard Staron

 

logo.jpg 

 A paraitre dans le prochain Météofil de l'association

 N°70 février 2011

 

 

 

Décidément les normes météorologiques officielles sont totalement inadaptées pour rendre compte de la neige, et ce mois de janvier est un exemple caricatural en raison de la présence d’un air continental, incapable d’apporter des couches de neige, mais souvent très froid pour conserver les pellicules déposées. Le redoux de la partie centrale du mois a aussi contribué à faire disparaître le manteau antérieur.

Les chutes de neige sont comptabilisées dès le premier flocon. J’en ai dénombré 4 jours dans la ville à 500 mètres ce qui porte le total pour la saison à 21 mais les quantités déposées ont été ridicules et pour 3 d’entres elles n’ont pas été capables de provoquer un manteau au sol en dépit de températures négatives au moment de la chute.

L’enneigement au sol est décompté à partir du moment où la moitié de la surface est recouverte.

Que faire avec des pellicules souvent gelées, de l’ordre de 1 cm d’épaisseur qui correspondent à une chute de neige au départ, renforcée par du givre dont le nombre de jours dépasse 10 ?

Que faire avec ces feuilles blanches très tenaces, remaniées par un vent qui a crée de petites congères mais aussi découvert de très nombreux espaces par déflation. L’action de la sublimation, la réaction différente des milieux, toitures, pelouses, terres cultivées ou sols imperméabilisés a accentué cette situation. L’évaluation de la superficie couverte de neige a été complexe. Par exemple à 500 mètres dans mon jardin,  la chute du 21 au soir, dépose une pellicule complète le 22 au matin, inégale le 23, partielle le 24 et avec des restes pendant une semaine. J’ai compté seulement 2 jours.

Que faire pour déterminer l’altitude de base du manteau nival quand l’effet cumulé de ces faibles épaisseurs, des différents milieux et de l’exposition conduit à des situations burlesques. Par exemple le 4, il existait des plaques à 500 mètres, le Guizay était blanc à partir de 700 mètres et Salvaris indemne ne neige jusqu’à 900 m. Le tableau qui suit a tenté d’établir une synthèse moyenne pour l’ensemble du mois. La moyenne concerne la situation au 31 janvier de 2004 à 2010 depuis le début de l’hiver.

                                     

durée de l'enneigement en jours

 ( hiver 2010-11)

 

Altitudes

janvier

total hiver

moy fin janv

1000 m

12

55

42,1

900 m

11

49

35

800m

7

39

28,4

700 m

7

34

23,3

600 m

6

27

18,1

500 m

2

22

14,7

 

Il est bien évident que ces normes de mesure de neige sont irrationnelles. Pour qui utilise le manteau nival, pour quelque activité que ce soit, janvier 2010 n’a pas eu de neige sur le versant septentrional du Pilat en dessous de 1000 m. Pour la météorologie, il en est autrement ! J’avais déjà signalé longuement cette situation dans ma thèse « L’hiver dans le Massif central » ( 1) sur un relief où les faibles épaisseurs, les congères, etc, rendent ces règles totalement inadaptées pour traduire la situation réelle.

 

 

(1) G. Staron "L'hiver sur le Massif central" 1993 publications de l'Université de Saint Etienne

Partager cet article

Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195