Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 22:24

Chronique N°976

Les saints de Glace , Saint Mamert le 11 mai, un ancien évêque de Vienne mort en 474,  Saint Pancrace le 12 mai, neveu de Saint Denis mort à 14 ans  et Saint Servais le 13 mai évêque de Tongres en Belgique mort en 384 ont tous été débaptisés dans le calendrier puisqu’il s’agit aujourd’hui de Sainte Estelle, saint Achille et sainte Rolande. Ils sont cependant restés célèbres climatiquement et  ont frappé en 2014

Ces saints sont surtout célèbres pour leurs gelées tardives qui affectent des végétaux en pleine croissance or cette année leur bilan est tardif et limité. Le premier des trois est indemne de gelées en France. Elles commencent le second, le 12, dans les régions d’altitude des Alpes, du Jura et du Massif central avec -0.3° au Mont Aigoual. Elles continuent le troisième, le 13 mai sur les mêmes secteurs de montagnes , mais les températures minimales commencent à s’approcher de zéro en plaine avec seulement 2.1° à Reims. Le 14 la pression à la baisse des températures s’amplifie encore et en dehors des principaux massifs montagneux déjà cités, il faut ajouter les Ardennes belges avec -2.4° à Elsenborn, mais les Françaises sont à peine au-dessus avec 1.9° à Charleville Mézières. De nombreuses régions de plaine approchent de zéro, les landes avec 2.7° à Mont de Marsan et le seuil du Poitou avec 2.2° à Niort. Il faudra cependant attendre le 15 mai, soit 2 jours après le dernier des Saint de Glace pour obtenir une gelée sous abri en dehors des reliefs, il s’agit de -0.1° à Guéret. Charleville-Mézières (2°) et Beauvais (1°) échappent de peu aux températures négatives sous abri, mais avec de telles valeurs, il est probable que de nombreuses cuvettes, ce que l’on nomme aussi des trous à froid, aient été affectées par des gelées blanches.

Ces Saints de Glace ne sont en aucun cas une garantie de constituer le dernier risque de gelée de l’année même en plaine.

Si l’an dernier, 2013, leur bilan avait été particulièrement médiocre en France. Dans la région, il n’y avait eu des gelées que sur les zones d’altitude des monts du Forez à Pierre sur haute et sur le Pilat, la Jasserie et Saint-Genest-Malifaux , ceci n’avait pas empêché les températures négatives de repartir dans les derniers jours du mois de façon plus sévère. Le 24 elles touchaient Charleville Mézières et saint Quentin  et à partir du 25 l’ensemble des montagnes de la région sur le haut Forez, le Pilat mais aussi les monts du Lyonnais, de Tarare et du haut Beaujolais étaient concernés. Des secteurs encaissés dans l’est de la plaine du Forez ou dans celle de Meys connaissaient aussi le gel.

En 2012, les températures négatives avaient encore plus largement débordé après la date des 3 saints de Glace, avec une gelée particulièrement sévère le jour de l’Ascension, le 17 mai. Dans la région de nombreuses cuvettes comme Le Breuil en Beaujolais, Tarare au pied des monts du même nom, Noirétable entre heut Forez et Bois noirs, ou Salvizinet au contact  de l’est de la plaine du Forez avaient été affectés avec des températures sévères -7.4° au Sapt, ou -3.5° à Grézieu le marché. Les jeunes pousses des végétaux, en particulier des arbres avaient subi une véritable brulure.

De nombreuses régions de plaine en France avaient aussi connu des températures négatives le même jour, Nevers dans le val de Loire , Vichy dans celui d’Allier, Charleville au pied des Ardennes, Luxeuil à proximité des Vosges, Ambérieu et Grenoble-saint-Geoirs dans les terrains glaciaires au pied des Alpes.

Après les Saints de glace, aucune garantie n’existe de la fin du risque des gelées !

Ces saints ont aussi marqué leur empreinte par une baisse des températures maximales après le premier. A titre d’exemple celles du Puy sont passées de 20.9° le 10 mai 2014 , à 14.9° pour la St Mamert, 12.2° pour la Saint Pancrace et 11° pour la saint Servais, avant de remonter un peu le 14 mai avec 13,2°. L’ensemble de l’est de la France a connu une évolution semblable.

Cette chute n’a rien de comparable avec l’écroulement qui s’était produit en 2012 entre la Saint Mamert et la Saint Pancrace dans la région. A Clermont Ferrand le maximum  de 32,7° le 11 mai tombe le lendemain à 15.1°, soit une chute de 17.6° . A Saint Etienne Bouthéon, la baisse avait été du même ordre d’idée avec 16.1°. Les postes de la région se situaient presque tous dans une chute de 14 à 17°. Pour la moyenne de la journée la baisse était aussi colossale, plus de 10° presque partout, avec 13.9° à Violay dans les monts de Tarare et 12.3° à Bard dans ceux du Forez. Quand on sait que l’organisme humain commence à connaitre des difficultés d’adaptation quand l’écart moyen de températures entre deux jours consécutifs est supérieur à 6°, les saints de glace avaient frappé fort dans un domaine qui n’est pas forcément leur spécialité première, la gelée matinale, mais dans un autre où leur impact ne pouvait pas passer inaperçu !

Cette année, ils ont ajouté à leur registre une troisième spécialité, l’averse de grêle, de grésil ou de neige roulée

Dans les Alpes Suisse, le manteau nival reprend de l’épaisseur. Descendu à 2.22 m le 10 et le 11 mai, de nouvelles chutes l’ont remonté à 2.38 m à Santis. Il est réapparu au-dessus de 1100 m comme à Disantis, Arosa ou Davos. Des giboulées de grêle ont été observées sur la région stéphanoise, dimanche en altitude, lundi et surtout mardi vers 16 heures dans la ville. Le phénomène a touché la vallée du Rhône à Roussillon. Dans ce domaine,  2014 a fait plus fort que ses devanciers au niveau des saints de glace. En 2013, la neige n’avait  fait une réapparition que le 25 mai  au-dessus de 1000 m d’altitude et rien n’est signalé en 2012.

La situation météorologique responsable de cette dégradation du temps pendant cette semaine des saints de glace en 2014 correspond à des descentes perturbées d’origine septentrionale. L’évolution s’effectue en 4 étapes, la première dimanche correspond à l’arrivée d’une perturbation de nord-ouest en provenance de l’Atlantique nord sur le flanc de l’anticyclone des Açores. Le lendemain lundi ces hautes pressions remontent sur l’Atlantique et la perturbation descend de plein nord. A l’arrière de cette dernière, une traine active en provenance de plein nord s’accompagne de nombreuses giboulées en alternance avec quelques périodes de soleil. L’anticyclone continuant de pousser mercredi les giboulées sont moins nombreuses et disparaissent totalement jeudi. Là un nouvel élément apparait l’état du ciel, ce dernier était très nuageux les premiers jours de la semaine, ce qui a limité jusqu’à mercredi la perte de chaleur nocturne et a empêché les gelées, mais les hautes pressions dégagent le ciel dans la nuit de mercredi à jeudi en commençant par l’ouest du pays, ceci accentue la perte de chaleur nocturne et provoque la gelée de Guéret du jeudi matin alors qu’auparavant elles ne sévissaient qu’en altitude.

C’était aussi l’arrivée d’une perturbation de plein nord qui avait provoqué la chute spectaculaire des températures entre le  11 et le 12 mai en 2012. Elle avait été aggravée par l’opposition entre le petit flux de sud qui l’avait précédé le 11 en montant les températures au-dessus de 30° et le froid vif en provenance des hautes latitudes qui suivait et qui avait continué jusqu’à la gelée de l’Ascension !

Mai fait toujours ce qui lui plait, mais ses plaisirs sont d’autant plus surprenants qu’un contraste sévère peut encore exister entre un air qui a déjà été sérieusement réchauffé à nos latitudes quand peut encore débouler celui des hautes latitudes encore très froides à cette saison. Cette opposition survenant souvent dans la seconde décade du mois   vaut certainement aux Saints de glace leur funeste réputation !

Gérard Staron donne rendez-vous samedi prochain sur Radio Espérance, bonne semaine

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans société
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195