Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 18:03

Chronique N°974

Le fait marquant de la semaine se situe aux Etats Unis avec le développement de la saison des tornades. Du 27 au 29 avril, une trentaine de tornades par jour ont eu lieu selon une ligne orientée du sud-ouest au nord-est dans les grandes plaines à l’est du Mississippi avec une terminaison au pied des Appalaches. Le premier jour la trajectoire était un peu plus septentrionale jusqu’à l’Ohio, le second les tornades un peu plus méridionales ont touché des villes de l’état du Mississippi et ont continué leur route jusqu’au Tennessee en suivant le pied des Appalaches.

Nous sommes actuellement en pleine saison de ces tornades.  C’est la seconde vague du mois après celle des 3 et des 4 avril qui avait déjà apporté 16 tornades, 189 épisodes de  vent violents allant jusqu’à 131 km/h dans le nord du Texas et presque autant d’orages de grêle avec des grêlons de taille respectable allant jusqu’à 11 cm à Denton. Les régions affectées étaient très proches de celles touchées pendant les derniers jours avec une trajectoire orientée sud-ouest nord-est dans le sud des Grandes plaines avec une ligne s’étirant du nord du Texas au sud de l’Illinois.

 Le mois d’avril correspond au mois où ces événements violents classiques des grandes plaines américaines sont les plus nombreux. Il est encore difficile de préciser si 2014 sera un nouveau record en ce domaine mais globalement leur nombre semble en augmentation depuis 1950. Si la moyenne d’avril pour la décennie 1950-60 était de 74 événements, elle est passée à 163 événements depuis 2000. Le record de 267 tornades d’avril 1974 avait été dépassé en 2011. Les autres années très affectées étant 1957, 1991, 1994 et 2007.

Cette recrudescence de tornades s’effectue en avril car les grandes plaines sont le lieu d’un très grand affrontement thermique entre des hautes latitudes canadiennes encore très froides après le maximum d’englacement de la fin du mars et du début d’avril  et un golfe du Mexique déjà très réchauffé qui commence à envoyer sa chaleur instable vers le nord. Le lieu de rencontre est comme toujours le couloir des grandes plaines où la première influence descend du nord et rencontre la seconde remontant du sud avec une ligne transversale d’orages violents qui coupe les grandes plaines. Lors de ces derniers jours, un anticyclone très froid et très puissant au sol (1040 hpa) occupe le Grand Nord canadien centré sur la Baie d’Hudson et une dépression s’est installée sur le centre des Grandes Plaines et attire par un flux de sud l’air chaud et humide du golfe du Mexique, la rencontre ne peut être que très violente !

La question de cette année, pourquoi ces tornades semblent elles nombreuses aux Etats-Unis au même moment où en Europe nous disposons d’un temps relativement calme sur le vieux continent ?

Il semble que nous connaissons cette année un basculement des conditions thermiques qui aggrave le froid du côté américain et qui entretient une douceur anormale de notre côté.

Cette tendance est visible depuis de nombreux mois sur les cartes mondiales des anomalies de températures qui me sont transmises  par Guy Blanchet.

Cette opposition apparait pour la première fois en novembre 2013 avec un déficit des températures de 1 à 2° sur l’ensemble de l’Amérique du nord  alors que la France commence à connaitre un changement de tendance après une année 2013 assez fraiche et que l’ensemble de L’Eurasie se situe dans un excédent thermique très marqué.

Ce contraste s’accroit fortement en décembre. L’Amérique du Nord constitue un bloc de froidure avec des températures inférieures de 2° par rapport aux normales sur l’ensemble du continent, écart qui atteint entre -4° et -6.7° sur l’ensemble du Canada. A l’opposé la douceur s’amplifie sur l’ensemble de l’Eurasie avec des écarts de même ampleur en sens inverse. La France à la pointe occidentale est touchée nettement.

En janvier l’opposition est de même ampleur entre une grande moitié orientale de l’Amérique du nord particulièrement froide et une Europe occidentale tout aussi douce pour la saison avec des écarts aux normales contraires, de 2° dans les deux cas, positifs dans un cas, négatifs dans l’autre.

En février, ce contraste reprend même de l’ampleur avec une anomalie thermique négative supérieure à 4° sur la plus grande partie de grandes plaines alors que l’on retrouvait une douceur anormale avec plus de 2° en plus par rapport aux moyennes sur l’Europe occidentale.

Mars montre l’accentuation de cette anomalie négative froide sur l’Amérique du nord centrée sur les Grandes Plaines avec des écarts négatifs de 2° sur l’ensemble du continent et de 4° sur sa partie canadienne  alors que du côté Européen l’anomalie s’atténue à peine.

L’opposition entre l’air froid centré sur le nord de l’Amérique septentrionale et celui réchauffé du golfe du Mexique susceptible de fournir des tornades  dépend plus cette année de le résistance du froid aux hautes latitudes du Grand Nord canadien qu’au réchauffement du golfe du Mexique qui semble assez timoré avec un espace marqué par des températures à peine moyennes cette année. Tout ceci explique actuellement la violence des phénomènes climatiques du côté américain alors que du côté européen, après les tempêtes de cet hiver nous nous situons dans un calme météorologique relatif.

Il est curieux de constater que cette même situation est visible pour l’évolution de la banquise de l’hémisphère nord. Globalement pour le maximum de la superficie annuelle qui vient d’intervenir le 21 mars, 2014 semble la 4ème plus faible depuis 1979 avec à peine 13.5 millions de KM2. Il ne devance que les années 2005, 2006, 2007 et 2011. La situation semble très différente de part et d’autre du Groenland.

Du côté américain, sur les secteurs de la Baie d’Hudson, de le mer de Baffin, du Labrador, de Terre Neuve et de l’estuaire du Saint Laurent , la superficie de l’englacement de la mer reste nettement excédentaire à la fin du mois d’avril par rapport à une année normale . Par contre sur les secteurs du détroit du Danemark entre le Groenland et l’Islande, les confins de la mer de Norvège et de l’océan arctique proches du Spitzberg et aussi des mers de Barents et de Kara, la banquise se situe déjà à des niveaux très bas d’extension.

Tout se passe depuis plusieurs mois comme si les conditions climatiques avaient connu un basculement des températures en renforçant le froid du côté américain et en le réduisant du côté du vieux continent. Cette situation est visible au niveau de l’extension de la banquise, mais aussi à celui des latitudes moyennes envahies par le froid du côté américain et par la douceur vers l’Europe. Enfin on trouve le contact entre l’air froid des hautes latitudes et celui bien plus tiède d’origine tropicale .

Cette exaspération de cette dernière opposition du côté américain combinée avec l’orientation générale méridienne des reliefs de ce même continent, facilite la création au contact entre les deux airs opposés, des phénomènes violents accompagnés d’orages dans les grandes plaines. les tornades, des coups de vents violents, des chutes de grêles, les inondations observées pendant ce dernier mois d’avril ne sont que l’illustration de cet affrontement , Il est dû cette année bien plus au maintien du froid des hautes latitudes canadiennes qu’à l’arrivée de l’air chaud des zones tropicales.

Et pendant ce temps-là, le vieux continent bénéficie de conditions assez calmes !

Gérard Staron vous donne rendez-vous samedi prochain sur Radio Espérance , bonne semaine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans catastrophes naturelles
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

  • orages du 21 juin
    les images du satellite NOAA captées par Claude à 16 h et 19 heuremontre que les orages ont remonté du sud vers le nord de ce fait ils ont affecté l'Auvergne mais ont épargné les agglomérations de Saint Etienne et Lyon en passant plus à l'ouest Ceux d'aujourd'hui...
  • L'orage n'a pas éteint les incendies au Portugal !
    Les images captées par Claude du satellite américain NOAA montre que les orages du 17 juin en soirée (image du haut) n'ont pas mis fin aux incendies de forêt qui dévastent le Portugal depuis plusieurs jours avec la catastrophe dramatique relatée par les...
  • Prévision du 20 au 23 juin 2017 : chaud
    Prévision de Gérard Staron du 20 au 23 juin 2017 Nous restons sous l‘influence sous l’influence des anticyclones subtropicaux, plus forts sur l’ouest de la France que sur nos régions, plus présents en altitude qu’au sol Leur protection contre les orages...
  • Orages du 14 juin 2017
    l'image captée et transmise par Claude du satellite américain NOAA permet d'apprécier les orages au moment où ils sont au maximums. (image à 15h 57) Dans les minutes qui ont précédé les fortes pluies ont touché la commune de Roche La Molière et le cumul...
  • Prévision du 15 au 18 juin 2017 : patience, un rafraichissement ne tarde pas à mettre fin aux orages !
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 juin 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores va à nouveau étendre ses effets sur la France ! Avant qu’il puisse mettre fin à la convection qui permet le déclenchement des orages, il faudra encore attendre...
  • Prévision du 11 au 14 juin 2017: alternativement chaud et orageux
    Prévision de Gérard Staron du 11 au 14 juin 2017 (42, 43, 63, 69) Nous restons sous l’influence des anticyclones subtropicaux remontés sur la France, leur protection est cependant insuffisante pour empêcher certains jours des développements convectifs...
  • Prévision spéciale pour le critérium du Dauphiné ( 8 au 11 juin 2017)
    Prévision spéciale critérium du Dauphiné (2ème partie) Les anticyclones semblent s’implanter sur cette partie de la France pendant la deuxième partie de la semaine du critérium du Dauphiné Libéré. Les conditions de course seront donc globalement bonnes...
  • Prévision du 7 au 10 juin 2017 : changeant, frais et chaud, arrosé ou sec
    Prévision de Gérard Staron du 7 au 10 juin 2017 (42, 43, 63, 69) Notre région se situe au contact des perturbations et dépressions qui balaient les côtes de la Manche et des anticyclones subtropicaux qui tentent de remonter du sud Il en résulte une situation...
  • Prévision spéciale Critérium du Dauphiné (1ère partie Saint-Etienne - Bourgoin )
    Prévision pour le critérium du Dauphiné 2017 1ères étapes de Saint Etienne (4 juin) à Bourgoin (7 juin) Le temps sera agité sur la France mais ces excès concerneront peu le parcours de la Course De petites tempêtes affecteront l’ouest de la France, mais...
  • Prévision du 3 au 6 juin 2017 : alternance de soleil et de pluies orageuses
    Prévision de Gérard Staron du 3 au 6 juin 2017 L’anticyclone des Açores tente bien de revenir par la Péninsule ibérique, mais sa protection sera encore très insuffisante Il en résulte un temps changeant sur des pas de temps assez court Des perturbations...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195