Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 20:28

Chronique N°968

La vedette médiatique de la semaine est le soleil au point que nos présentateurs de télévisions auraient pu chanter «  Ah lèves toi soleil, fais pâlir les étoiles, qui dans l’azur sans voiles brillent au firmament ….. » pour reprendre l’air célèbre du ténor dans l’acte 2 de l’opéra « Roméo et Juliette » de Charles Gounod.

Célébrer le retour du soleil comme nous l’avons entendu ces derniers jours, est un contresens météorologique, il n’était jamais parti, il était seulement caché par les nuages encombrants qui accompagnaient les perturbations et les tempêtes océaniques, d’ailleurs il apparaissait entre elles par quelques rayons furtifs comme pour se souvenir de lui.

Il est vrai que les conditions météorologiques mises en place le 5 mars après la dernière tempête ont pu lui donner une place de choix dans notre temps avec une persistance de son lever à son coucher. Notre pays a fait l’objet d’une poussée conjointe de l’anticyclone des Açores à partir de l’Atlantique sud et des hautes pressions russes qui sont venus se recouvrir sur notre pays. Cette situation a permis la mise en place d’un ciel très clair favorable à la plus grande efficacité des rayons du soleil du lever au coucher de l’astre. Les images de satellite ont pu montrer une France totalement indemne de nuages et  Il a fallu attendre le 11 mars pour l’apparition d’un voile de cirrostratus en provenance de l’Italie lié à une remontée d’humidité de la mer Adriatique et de la Méditerranée qui n’a que partiellement voilé l’astre dans le sud-est du pays, et le 12 mars le soleil aussi persistant est revenu.

Cette grande luminosité de l’Atmosphère est liée à trois facteurs :

D’abord l’air qui arrive au sol est celui en provenance de Russie. C’est à l’origine un air froid avec des températures négatives au moment le plus chaud de la journée. Il se réchauffe dans son voyage dans notre direction et les lois de la physique veulent qu’il s’éloigne de son point de condensation en augmentant ses températures, seuil à partir duquel l’humidité de l’atmosphère passe de l’état de vapeur d’eau à celui de gouttelettes favorables à la formation de nuages. Dans ces conditions très peu de brouillards le matin et un ciel parfaitement clair ont été observés.

Ensuite cet air véhiculé à partir de l’Europe centrale et orientale, provient de régions continentales sèches.  Cette influence continentale est accentuée par un flux d’est ou de nord-est dans les basses couches qui accentue le caractère desséchant de la masse d’air.  La position assez septentrionale du centre des hautes pressions, surtout quand elles se sont déplacées sur les Iles britanniques, ont facilité le glissement de cet air en provenance d’Europe de l’est sur son flanc sud et contribué encore plus à assécher l’atmosphère. 

Enfin cet anticyclone d’Europe centrale froid à l’origine est surmonté par l’anticyclone des Açores nettement tropical. Cette superposition rend l’air parfaitement stable et calme. Les nuages se forment et voilent le soleil, quand l’air s’élève en altitude, franchit le point de condensation pour continuer à s’élever. Pour cela, il convient que de l’air chaud au sol soit attiré au-dessus par de l’air froid, c’est le mécanisme de la cheminée.  Tel n’est pas le cas dans la  situation que nous connaissons depuis le 5 mars. Nous avons de l’air froid au sol surmonté en altitude par de l’air relativement plus chaud. C’est le mécanisme du refoulement quand vous n’arrivez pas à allumer une cheminée parce qu’il fait encore frais dans votre maison et que le soleil baigne votre toit. L’air est plaqué au sol par celui d’origine tropicale situé au-dessus et la formation de nuages est difficile ou impossible. Cette superposition de hautes pressions froides au sol et chaudes au-dessus rend aussi très stable cette situation, les perturbations ne réussissent pas à s’infiltrer dans cette masse particulièrement puissante.

Ces conditions de grande stabilité de l’atmosphère provoquent un ensoleillement persistant, mais c’est ce dernier qui qui par son action risque d’introduire l’instabilité susceptible de mettre fin ou de réduire cet ensoleillement. On constate en effet une opposition entre la nature de l’origine de l’air qui a tendance à maintenir le froid et l’ensoleillement abondant qui réchauffe au fil des heures et des jours.  Au début le froid du sol maintient la stabilité de l’air avec la forte déperdition d’énergie de la nuit et les gelées matinales qui se produisent jusqu’à lundi de cette semaine  jusqu’aux secteurs de plaine. L’ensoleillement commence par faire remonter les températures de la journée, surtout les maximums de l’après-midi , mais au fil des jours par conséquence indirecte le froid nocturne diminue progressivement. Ce réchauffement provoque souvent dans la journée une petite couche chaude de plus en plus épaisse qui ne demande qu’à s’élever dans l’atmosphère et à introduire des nuages , à faciliter l’arrivée des perturbations. l’ensoleillement qui a ainsi trop d’effet sur les températures tient en lui-même les germes de sa diminution ou de sa disparition. En météorologie, quand un élément est trop dominant, comme l’ensoleillement de ses derniers jours, il risque de provoquer sa destruction à terme ! C’est pourquoi les anticyclones sont souvent les plus tenaces en saison intermédiaire comme en mars et avril car l’augmentation de températures n’est pas assez forte à cette période de l’année contrairement à l’été.

Il est bien évident que le soleil est le pourvoyeur d’énergie de la terre. Pendant des années on a cru que ses apports étaient constants au sommet de l’atmosphère, ce que l’on nommait la constante solaire, mais des études récentes avec l’aide  des satellites ont montré des variations substantielles. J’avais consacré déjà une chronique à ces recherches. Une répartition de cette énergie est aussi présentée dans tous les ouvrages de climatologie : 15% environ sont renvoyés par les nuages et l’atmosphère, 42% sont réfléchis par le sol et forment l’énergie perdue, ce que l’on nomme l’albédo. enfin 43% seraient absorbés par la surface terrestre et constitueraient la partie utile pour notre planète.

Ces valeurs ne sont que des moyennes  approximatives car vous vous en rendez bien compte, l’énergie apportée par la radiation directe du soleil est sans commune avec celle de la radiation diffuse qui nous est transmise au travers d’une couverture nuageuse. Quand il s’agit de nuages d’altitude peu épais, comme ceux qui ont concerné la région de Saint Etienne ce mardi, l’énergie apportée est estimée à une quantité deux fois moindre, quand il s’agit de nuages épais commençant dans les basses couches, c’est au moins trois fois moins !

De même la part de l’énergie absorbée efficace et celle réfléchie perdue par le sol est très différente en fonction de la nature du matériau qui la reçoit. Sa couleur joue un rôle très important, plus cette surface est claire, plus la part réfléchie et perdue est importante, au contraire dans le cas où elle est sombre. Une couche de neige, fraichement tombée ira réfléchir et renvoyer dans l’atmosphère  jusqu’à 90% de l’énergie solaire reçue. Ceci vous explique la résistance du manteau neigeux qui peut se maintenir parfois plus de 10 jours avec des températures continument positives, même à des altitudes moyennes. Les chutes de neige du Coucou sur le Pilat de 2012 comme 2013 avaient réussi à se résister plus d’une semaine par des conditions thermiques élevées ! A l’inverse, vous avez tous observé que le goudron sombre est le dernier endroit où tient la neige et le premier où elle disparait et cette couleur est le principal allié des services de l’équipement.

Le soleil n’a pas fini de dévoiler tous ses mystères en climatologie, son rôle dans le réchauffement de la planète, pour l’accélérer ou le freiner est d’ailleurs un important sujet de polémique en liaison avec ses cycles !

Rien n’est jamais acquis définitivement, avec le soleil !

Gérard Staron  donne rendez-vous samedi prochain sur Radio Espérance , bonne semaine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans climatologie
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

  • Prévision du 24 au 27 juin 2017 : Evolution vers moins de chaleur et un épisode pluvieux à surveiller
    Prévision de Gérard Staron du 24 au 27 juin 2017 Progressivement la masse anticyclonique se scinde et se replie sur ses bases atlantiques d’un côté et de l’Europe centrale de l’autre. Dans le col entre les deux s’insinue progressivement de l’air puis...
  • orages du 21 juin
    les images du satellite NOAA captées par Claude à 16 h et 19 heuremontre que les orages ont remonté du sud vers le nord de ce fait ils ont affecté l'Auvergne mais ont épargné les agglomérations de Saint Etienne et Lyon en passant plus à l'ouest Ceux d'aujourd'hui...
  • L'orage n'a pas éteint les incendies au Portugal !
    Les images captées par Claude du satellite américain NOAA montre que les orages du 17 juin en soirée (image du haut) n'ont pas mis fin aux incendies de forêt qui dévastent le Portugal depuis plusieurs jours avec la catastrophe dramatique relatée par les...
  • Prévision du 20 au 23 juin 2017 : chaud
    Prévision de Gérard Staron du 20 au 23 juin 2017 Nous restons sous l‘influence sous l’influence des anticyclones subtropicaux, plus forts sur l’ouest de la France que sur nos régions, plus présents en altitude qu’au sol Leur protection contre les orages...
  • Orages du 14 juin 2017
    l'image captée et transmise par Claude du satellite américain NOAA permet d'apprécier les orages au moment où ils sont au maximums. (image à 15h 57) Dans les minutes qui ont précédé les fortes pluies ont touché la commune de Roche La Molière et le cumul...
  • Prévision du 15 au 18 juin 2017 : patience, un rafraichissement ne tarde pas à mettre fin aux orages !
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 juin 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores va à nouveau étendre ses effets sur la France ! Avant qu’il puisse mettre fin à la convection qui permet le déclenchement des orages, il faudra encore attendre...
  • Prévision du 11 au 14 juin 2017: alternativement chaud et orageux
    Prévision de Gérard Staron du 11 au 14 juin 2017 (42, 43, 63, 69) Nous restons sous l’influence des anticyclones subtropicaux remontés sur la France, leur protection est cependant insuffisante pour empêcher certains jours des développements convectifs...
  • Prévision spéciale pour le critérium du Dauphiné ( 8 au 11 juin 2017)
    Prévision spéciale critérium du Dauphiné (2ème partie) Les anticyclones semblent s’implanter sur cette partie de la France pendant la deuxième partie de la semaine du critérium du Dauphiné Libéré. Les conditions de course seront donc globalement bonnes...
  • Prévision du 7 au 10 juin 2017 : changeant, frais et chaud, arrosé ou sec
    Prévision de Gérard Staron du 7 au 10 juin 2017 (42, 43, 63, 69) Notre région se situe au contact des perturbations et dépressions qui balaient les côtes de la Manche et des anticyclones subtropicaux qui tentent de remonter du sud Il en résulte une situation...
  • Prévision spéciale Critérium du Dauphiné (1ère partie Saint-Etienne - Bourgoin )
    Prévision pour le critérium du Dauphiné 2017 1ères étapes de Saint Etienne (4 juin) à Bourgoin (7 juin) Le temps sera agité sur la France mais ces excès concerneront peu le parcours de la Course De petites tempêtes affecteront l’ouest de la France, mais...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195