Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 19:21

 Chronique N° 967

Deux faits ont dominé cette semaine, d’abord la tempête Christine puis le retour des gelées avec l’anticyclone. Un changement de temps drastique !

La tempête Christine est remarquable par sa durée puisque les premières rafales supérieures à 100 km/h commencent par la pointe de Penmarch le 2 mars vers 18 heures et les dernières sont observées au Mont Aigoual le 5 mars à O heures. Au niveau de l’intensité les rafales les plus violentes dépassent assez peu 100 km/h sauf quelques pointes isolés. On mesure des maximums de 143 km/H au cap Férret le 3 mars vers 14 heures et 128 km/h à la pointe du Raz le même jour à 18 heures, hors postes de haute altitude sur le Massif central et probablement les Pyrénées. Même si les montagnes du sud ont été très ventées, la montagne a accouché d’une souris quand on compare avec les tempêtes antérieures au niveau des rafales maximales.

Comme les précédentes, les rafales supérieures à 100 km/h n’affectent que des régions côtières, des iles ou des cimes montagneuses avec une géographie particulière. La seule ville touchée un peu à l’intérieur est Niort le 3 mars à 12 heures avec 104 km/h. Les littoraux concernés sont ceux de l’Atlantique du golfe de Gascogne à la pointe de la Bretagne. La Manche et la mer du nord souvent au cœur des vents violents en particulier sur le Cotentin et la pointe du Boulonnais ont été totalement  épargnées. Sur cet espace Atlantique, on a l’impression d’un saupoudrage des vitesses les plus fortes sur l’ensemble et l’évolution géographique de la tempête est peu évidente. On remarque cependant une tendance à descendre vers le sud, avec un début sur les côtes méridionales de la Bretagne et à partir de la mi-journée du 3 mars une extension aux côtes landaises puis dans l’après-midi à celles du Pays basque. La pointe de Socoa continue d’être très soufflée jusqu’au 4 mars dans la matinée. Ceci n’a rien de régulier car la Bretagne continue de recevoir jusqu’en soirée des rafales importantes.

Dans la journée du 4 mars, les hauteurs des Cévennes et des Pyrénées subissent à leur tour les vents violents. Au débouché sur la Méditerranée, le Roussillon du cap Béar à Leucate est aussi affecté quelques heures à la mi-journée du 4 mars.

Toutes ces particularités s’expliquent car Christine est une tempête « à reculons ». Elle  a été refoulée sur l’Atlantique par les anticyclones russes et des Açores qui progressent l’un en direction de l’autre sur le continent Européen et lui coupent la route. Ceci provoque la tempête car entre la dépression Atlantique et ces anticyclones, le gradient de pression dont dépend la vitesse des vents, augmente. La dépression atlantique  de 970 hpa le 2 mars au large de l’Irlande, progresse le 3 jusqu’à l’entrée de la Manche. Là elle est totalement stoppée par la progression des anticyclones  et doit reculer. Le 4 on la retrouve centrée entre le mer d’Iroise et le sud de l’Irlande à 1000 hpa.

Ceci explique la durée de la tempête pendant tout le temps du blocage, son assez faible intensité avec des pressions assez peu creusées en son centre et le fait qu’elle soit rabattue en direction du golfe de Gascogne avec des vents de nord-ouest

Ce blocage a eu aussi une seconde conséquence, les anticyclones ont rabattues les précipitations de la perturbation qui accompagne Christine en direction du versant nord des Pyrénées avec des crues des rivières du bassin de l’Adour. Comme une grande partie tombe sous forme de neige en montagne, les crues ne se développent qu’en aval dans les plaines des landes ou de Gascogne. Le gave de Pau atteint 8 m à Orthez, loin des fortes crues de Juin 2013 et de décembre 1980, le fleuve  avec 2.5m à Aire sur Adour, est en dessous des 5.45 m de février 1952. Cette région a encore été à la « une » de l’actualité pour ses inondations comme très souvent depuis octobre 2012, et juin 2013, mais avec des événements de bien moindre importance.

L’arrivée de l’air froid en Méditerranée a provoqué une dépression sur l’Italie qui accélère l’air sur les montagnes du sud, Cévennes et Pyrénées mais aussi dans la descente vers la mer dans le Roussillon, mais quand on analyse la situation météorologique, cette accélération sur les hauteurs et côtes de la Méditerranée semble un phénomène assez différent de la tempête Christine.

Le temps a totalement changé avec l’arrivée des hautes pressions. Ces anticyclones ont eu une deuxième conséquence dans les jours suivants avec le retour des gelées matinales.

Ces dernières ne sortent des régions de montagne que le mardi 4 mars  pour atteindre quelques points des Ardennes, de lorraine et de Picardie. Elles s’étendent le mercredi 5 mars selon une diagonale du Massif central aux Ardennes en passant par le Val de loire , la Beauce , la région parisienne et la champagne. Nevers est la ville la plus froide avec -3.7°. Le 6 correspond à l’extension maximale des gelées. D’autres régions s’ajoutent à celles affectées la veille, le nord du bassin Aquitain jusqu’à la vallée de la Garonne et les plaines de l’est  de l’Alsace à la Saône. Charleville et Guéret ont des minimums de -4.3°.  A partir de vendredi, les gelées matinales commencent à régresser pour leur extension géographique et leur intensité.

Depuis mercredi, les médias n’ont signalé que la douceur des températures maximales et le départ précoce de la végétation. L’annonce de ces gelées semble l’élément qui dérange, pourtant beaucoup de postes ont presque autant de jours de gelées en mars qu’en février. Par exemple Nevers a eu 5 jours de gel en février avec un minimum de -3.8° alors qu’en mars il y a déjà 4 jours avec 2 minimums en dessous de -3° (3.7°). Charleville a subi 7 jours de gel en février et déjà 5 en mars avec un minimum aussi bas pour les deux mois !

Il existe souvent au début de mars l’une des dernières recrudescences de l’hiver, cette dernière est illustrée par ces gelées cette année, mais en même temps, des températures maximales élevées permettent de masquer ce phénomène.

En réalité les conditions atmosphériques et thermiques ont totalement changé en début de semaine. Au moment de l’arrivée des tempêtes et des perturbations atlantiques, l’air qui arrive de l’Océan est doux, avec des vents d’ouest. Dans ces conditions les gelées matinales sont inexistantes sauf en montagne. Dans la journée, le ciel couvert, limite l’ensoleillement et la montée des températures. Les maximums sont doux sans plus.

L’arrivée des anticyclones a amené un air froid véhiculé par un temps de nord ou nord-est. Ne pas oublier que l’air qui arrive dans les basses couches provient de l’anticyclone russe, froid même après le voyage. Le ciel se dégage aussi. Pendant la nuit, l’origine de l’air froid et le fort rayonnement font baisser les températures et les gelées reviennent, non seulement en montagnes mais aussi en plaine. Au contraire dans la journée, le fort ensoleillement apporte un réchauffement qui contredit la froidure du matin, les températures montent et atteignent des niveaux de plus en plus élevés dans la journée.

Au départ la froidure l’emporte, et les gelées sont maximales jeudi, ensuite peu à peu l’ensoleillement réussit  à réchauffer progressivement l’air , les maximums augmentent et les gelées diminuent, ceci se produit depuis hier vendredi.

Il est des moments où les conditions climatiques basculent complètement. Depuis deux mois nous subissions un hiver océanique doux arrosé et perturbé, les anticyclones en progressant, ont fait  reculer la dernière tempête et ont mis fin à cette longue période au moment du début du Carême, en devançant « les quatre temps » situés la semaine prochaine !

Gérard Staron donne rendez-vous samedi prochain sur Radio Espérance , Bonne semaine !

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans actualité climatique
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

  • gros orages entre Mézenc et Pilat (22-07-2017)
    Entre 16 h 30 et 20 h il est tombé environ 105 mm à Montregard dans une suite orageuse d'une rare violence voici, ci dessous, l'état du petit ruisseau qui passe sous la route à la sortie du village en direction du Mas de Tence. L'orage s'est aussi à de...
  • Prévision du 23 au 26 juillet 2017 : médiocre!
    Prévision de Gérard Staron du 23 au 26 juillet 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores reste sur ses iles et notre pays reçoit de pleine fouet les flux perturbés en provenance des hautes latitudes, ceci annonce seulement une séquence d’été pourri...
  • Prévision du 19 au 22 juillet 2017 : orages puis rafraichissement
    Prévision de Gérard Staron du 19 au 22 juillet 2017 Progressivement les dépressions et perturbations en provenance des hautes latitudes tentent de repousser vers le sud les anticyclones subtropicaux qui occupent le sud de la France et se réfugient sur...
  • Prévision spéciale Tour de France : traversée des Alpes !
    Prévision spéciale Tour de France (le Puy –col de l’Izoard 18 au 20 juillet) La météorologie a des chances d’influencer à nouveau le Tour surtout le vent qui risque d’ intervenir sur le sort de l’épreuve sur les crêtes des monts du Vivarais et la descente...
  • Une perturbation empêchée d'entrer en France (16 juillet 2017)
    Les images du satellite défilant NOAA captées par Claude montrent que la perturbation qui aborde notre pays par les côtes de la Manche ce dimanche matin à 10 h (image de gauche) est interdite de pénétrer sur notre pays ses nuages stagnent le long des...
  • Prévision du 15 au 18 juillet 2017 : retour progressif du beau temps chaud
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 juillet 2017 L'anticyclone effectue une visite rapide sur le nord de notre pays! Pas de précipitations et la couverture nuageuse sera de moins en moins importante au fil des jours, ne pas espérer une amélioration...
  • Météo spéciale Tour de france ( Pyrénées Massif central 13 au 17 juillet)
    Météo spéciale Tour de France Sur les étapes Vosgiennes, Champenoises Bourguignonnes et Jurassiennes le tour a souffert de la chaleur, pourtant les températures maximales mesurées sur le parcours étaient chaude sans atteindre des excès caniculaires Il...
  • Prévision du 11 au 14 juillet 2017 : assez frais pour la saison
    Prévision du 11 au 14 juillet 2017 Nous passons progressivement de l’influence des perturbations en provenance des hautes latitudes à la bordure de l’anticyclone des Açores qui progresse à partir de l’Atlantique ! Les averses peu orageuses affectent surtout...
  • Prévision du 7 au 10 juillet 2017 : très chaud , puis orageux
    Prévision de Gérard Staron du 7 au 10 juillet 2017 (42, 43, 63, 69) Peu à peu l’anticyclone des Açores va se retirer en direction de ses îles et laisser s’infiltrer des perturbations en provenance des hautes latitudes Un jeu de bascule du temps va se...
  • la belle perturbation (1/07/2017)
    Claude m'a envoyé hier (1er juillet) cette image du satelitte défilant américain NOAA vers 16 h! le belle perturbation,, un monstre qui prend en écharpe L'Europe des Pyrénées à la Pologne pour nous apporter aujourd'hui un véritable temps de Toussaint...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195