Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 18:57

Chronique N°955


Deux éléments apparemment contradictoires ont dominé la précédente semaine, la tempête Xaver sur les rivages de la mer du Nord et le calme de l’atmosphère sur nos régions avec les brouillards bloqués dans les hautes pressions qui recouvrent notre pays !

La tempête Xaver commence le 5  décembre entre 3 et 6 heures sur les côtes de l’ouest et les crêtes de l’Ecosse. Les rafales dépassent 180  km/h sur les Highlands du nord. Le vent est déjà fort sur l’ensemble du pourtour de la mer du Nord  avec les premières pointes à 100 km/h sur le littoral du sud de la Norvège.

Entre 6 h et 9 heures, la tempête commence son déplacement d’ouest en est. Elle traverse l’Ecosse, s’étend au nord de l’Angleterre avec les rafales les plus fortes sur les sommets de la Chaîne Pennine avec un maximum à 167 km/h.

Dans la fin de la matinée du 5 décembre, l’ensemble du bassin de la Mer du Nord est touché. Les vitesses de vent encore très fortes sur les reliefs de la Grande Bretagne (180km/h sur les Grampians) et se déplacent au centre de l’espace maritime avec 144 km/h et sur les côtes des Pays bas au sud de la Norvège avec 133 km/h au large du Danemark.

En début d’après-midi, la tempête termine sa translation d’ouest en est de la mer du Nord, les vitesses les plus fortes se situent maintenant des Pays bas à la Norvège avec des maximums sur la Danemark (152km/h). C‘est aussi le seul moment où le seuil de 100 km/h est franchi sur les côtes françaises du Boulonnais. Le souffle atteint aussi les crêtes de l’Allemagne hercynienne sur le Harz.

En fin d’après-midi, la colère d’Eole supérieure à 150 km/h traverse le Danemark , alors que toutes les côtes de la Belgique à la Norvège dépassent largement les 100 km/h , un premier débordement commence sur les rives de la Baltique. Les sommets des reliefs hercyniens de l’Allemagne de la Forêt Noire aux monts Métallifères, surtout le Harz promontoire vers le nord, sont fortement soufflés.

En début de nuit du 5 au 6 décembre, le vent violent continue sa translation vers la mer Baltique. Les côtes du sud de la Suède et de l’Allemagne de l’est sont touchées, avec probablement  celles de Pologne,  mais les vitesses commencent à faiblir et ne dépassent plus 150 km/h.

Xaver a été une tempête des mers du Nord à la Baltique à partir de l’Ecosse avec des rafales largement supérieures à 150 km/h. la surface maritime a été si agitée qu’à Hambourg au moment de la marée haute, elle a atteint la côte de 11 mètres, soit 5 mètres au-dessus du niveau normal lié aux seuls facteurs cosmiques. L’affaire a été d’autant plus importante que les côtes de la Mer du nord sont particulièrement basses avec de nombreux polders très menacés dans ce type de situation. Les vents violents ont peu débordé des régions côtières sauf sur les crêtes des reliefs de l’Ecosse aux montagnes hercyniennes de l’Allemagne. Or du nord au sud de l’Europe, l’atmosphère passait de l’agitation extrême au calme le plus absolu avec un anticyclone qui entretenait des stratus bas dans les bassins en France.

La preuve que l’atmosphère était parfaitement calme dans le sud de la France. Des brouillards matinaux résistent toute la journée dans les bas-fonds et cuvettes. Le 5, ces stratus bas se trouvent dans l’après midi dans les fonds du bassin Aquitain et des  dépressions de la Loire et de l’Allier du nord du Massif central. Le 6 Ils enflent au point de recouvrir un immense espace du pied des Pyrénées au val de la Loire Bourbonnaise. Le 7 ils ne résistent qu’au pied des Pyrénées et dans les limagnes et enfin depuis le 9 ils occupent avec insistance le val de Saône et remontent la vallée du Gier. Dans tous les cas que je viens de citer, il ne s’agit pas des brouillards ou stratus du matin, infiniment plus nombreux, mais de ceux qui résistent dans l’après-midi et maintiennent les régions qu’ils recouvrent dans une absence d’ensoleillement alors qu’au-dessus dans un ciel parfaitement dégagé, le soleil inonde de ses rayons des régions entières.

Ces brouillards ou stratus bas qui persistent dans ces dépressions signifient seulement que l’air est si calme dans ces régions qu’il a pu se stratifier la nuit en séparant celui plus froid et plus lourd qui s’est tapi dans les dépressions et celui plus chaud et plus léger qui est resté au dessus alors que s’installait au contact des deux une couche de brouillard. Si cette situation a pu se maintenir des journées entières, c’est que l’air était si calme, que le soleil et les souffles atmosphériques de la journée n’ont pas réussi à disperser cette stratification. Au même moment l’air ne pouvait pas être plus agité qu’il n’était en Europe du nord avec une tempête mémorable, et ne pouvait pas être plus calme en France au point de se séparer en couches selon sa densité comme l’huile et le vinaigre se séparent quand la sauce est au repos.

Autre exemple  de ce grand calme de l’air sur la France, les gelées matinales que nous subissons chaque jour avec un peu de givre traduisent un air suffisamment calme dans la nuit au point de perdre son énergie par rayonnement sous un ciel clair à proximité du sol. Chaque jour cette zone de gel nocturne s’étend du Bassin Aquitain au nord-est de la France avec une extension plus au moins grande dans les secteurs de plaine du Bassin Parisien. Le 5 le gel nocturne déborde jusqu’au Poitou , aux plaine de la Saône et même en Picardie. Le 6 et le 7, ce secteur reflue en direction des reliefs enneigés du Massif central au Jura, mais le 8  puis le 9 ces gelées matinales remontent jusqu’au Val de loire , puis jusqu’à l’agglomération de Paris et à l’ensemble de son bassin.

Pourquoi cet air est-il si calme sur la France quand il était si agitée sur l’Europe du nord. En même temps qu’arrive la tempête Xaver dans le nord, l’anticyclone centré jusqu’alors sur l’Atlantique décide de s’installer sur la France , ce qu’il fait sur l’ouest du pays dans un premier temps , puis sur sa totalité en venant se centrer  sur le cœur de notre pays dès le 7 avec des pressions très élevées qui dépassent 1030 hpa. Il y est encore !

Cet anticyclone est particulièrement stable et calme car il est formé de deux couches superposées. Au sol, il y a celle qui provient de l’air froid antérieur, renforcé par le réfrigérateur de l’enneigement de nombreuses régions et par un bilan thermique très défavorable à cette époque de l’année. La longueur de la nuit permet une déperdition maximale d’énergie sous un ciel dégagé alors que le soleil peine à remonter un peu les températures pendant les quelques heures qui lui restent dans la journée.

Cette pellicule d’air froid est surmontée par celui bien plus chaud qui remonte de Méditerranée. De l’air froid en bas surmonté par de l’air plus chaud, ne demande qu’à rester plaqué au sol, en raison d’une stabilité maximale. Cette situation est le désespoir de qui veut allumer une cheminée dans une pièce froide surmontée d’un toit baigné de soleil, c’est le refoulement assuré !

Une telle masse de stabilité calme sur la France ne pouvait qu’attiser la tempête plus au nord. Son air agité a été interdit de descendre plus au sud par cette masse anticyclonique, il a été canalisé de la mer du Nord à la Baltique, ce sillon dans lequel s’est trouvé la tempête n’a pu qu’accroitre les écarts de pressions et la vitesse du vent. C’est parce que la France se trouvait au sud  dans un air calme indélogeable qui lui a barré la route, que la tempête du nord bloquée dans sa descente a augmenté sa puissance. Le grand calme d’un centre d’action météorologique  peut parfois accentuer l’extrême agitation de l’autre avec la tempête du nord de l’Europe. Ainsi deux situations atmosphériques qui apparaissent au premier abord totalement contradictoire, peuvent connaitre un lien de cause à effet

Gérard Staron vous retrouve samedi prochain sur radio Espérance … Bonne semaine….

                                                                                                                                                                 

                                                                                                                 


Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans climatologie
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195