Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 16:19

Chronique N°952

L’actualité climatique de cette semaine est particulièrement abondante !

Après le hors d’œuvre hivernal du vendredi 15 novembre, nous avons connu un épisode d’inondations méditerranéennes en  Sardaigne et dans le Roussillon, puis mercredi la grosse chute de neige de la région Rhône-Alpes et plus précisément de Saint Etienne avec 31 cm à 500 m. Enfin au moment où j’enregistre, une redite neigeuse s’est produit, ce vendredi, vous en saurez mieux que moi quand vous m’écouterez !

Cet enchainement de calamités est lié à la descente d’air froid en provenance de plein nord entre deux barrières anticycloniques l’une sur l’Atlantique et l’autre sur la Russie. Ce phénomène est compliqué quand il atteint la Méditerranée. En effet le passage de la perturbation de nord dans la descente à l’aller apporte un froid et de la neige que je qualifiais de normal dans notre précédente chronique Chronique N°951: Tout est climatiquement normal en France! par contre le retour est plus complexe.

Le 17 novembre, l’air froid septentrional arrive très bas en latitude et atteint la mer d’Alboran, petit bras à côté du détroit de Gibraltar entre la Costa del sol et le Maroc. Là il commence à se recharger en humidité sur la mer tiède, et il installe une dépression. Cette dernière n’a qu’une solution, coincée entre un panel de hautes pressions celles de l’Atlantique, celle du Sahara et celle de la méditerranée orientale, repartir vers le nord sur la Grande Bleue.

Dans cette remontée, les masses nuageuses tombent sur un premier obstacle  l’anticyclone continental arrimé sur les Alpes. Et les pluies prennent une orientation de retour d’est en formant un arc de la Sardaigne, à la Cote d’Azur et au Roussillon. Ce sont  tous les littoraux qui reçoivent de face ce retour d’est qui accumulent les fortes précipitations. Le nord-est de l’Ile sarde où Olbia reçoit 93.2 mm en 24 heures ce qui provoque les inondations relatées par les médias. Le Roussillon se trouve en bout de course de cette ligne très arrosée et il reçoit du 16 au 18 novembre plus de 100 mm avec 133 mm à Perpignan. Les rivières du secteur réagissent. La crue la plus importante est celle de l’Agly avec une hauteur de 4.3 m à Rivesaltes, la Têt et certaines rivières des Corbières comme la Berre montent de 3 m, mais dans tous les cas, les niveaux atteints sont très loin des crues historiques car ces montées des eaux ont été limitées à leur tronçon aval et ont été privées en grande partie des apports de l’amont en provenance des secteurs montagneux qui donnent d’habitude l’impulsion aux débordements des rivières. En effet les précipitations faiblissent très rapidement en pénétrant à l’intérieur des Pyrénées, Sainte-Léocadie ne reçoit que 39.7 mm et aussi elles se transforment au-delà de 1000 m en neige qui stocke l’eau sur place et limite l’écoulement.

Cette perturbation remonte le 18 et le 19 sur le sud de la France en apportant un peu de redoux, mais le 20 elle est stoppée par une nouvelle descente froide en provenance du Groenland. La rencontre de ce froid d’origine et de l’air radouci qui tente de progresser à partir du sud se fait sur le centre-est de la France. L’activation de ce contraste thermique régénère les précipitations, et leur fait prendre une forme neigeuse. Le tournoiement autour de la dépression Méditerranéenne du golfe de Gènes, combiné avec la trajectoire de nord du nouvel air froid provoque de grosses masses nuageuses en provenance du nord-est qui frappent les reliefs qui leur font face. Au premier chef le Pilat, les cumuls ajoutés aux précédents dépassent largement 50 cm. L’agglomération stéphanoise sur le versant nord où la couche atteint 30 cm sur le bas et 40cm sur le haut, mais aussi tous les reliefs sensibles à cette orientation de l’axe du Haut beaujolais aux monts du lyonnais , le haut Forez , et la face nord des Préalpes françaises.

Le même mécanisme s’est reproduit en cette fin de semaine. jeudi une nouvelle perturbation en provenance des hautes latitudes arrive, ses effets ont été inférieurs à la vigilance orange de météo France, une partie est allé enneiger les Pyrénées et une autre le nord-est de la France. Après avoir atteint la Méditerranée, elle a réactivé la dépression du golfe de Gènes et vendredi elle revient par le nord-est avec encore de nouvelle chutes de neige sur les mêmes secteurs ! Bis repetita !

Le Pilat et l’agglomération stéphanoise sont très sensibles à ces chutes en provenance du nord-est qui viennent terminer leurs effets dans l’angle nord-est du Massif central. Souvenez-vous,  les chutes d’avril 2005 et 2012 dites du coucou qui avaient apporté 80cm à 1 m sur les hauteurs du Bessat, mais aussi celles des derniers jours de novembre de l’an dernier, mais aussi de novembre 1982 avec 1 m à Tarentaise  et le manteau pléthorique du 10 au 12 décembre 2008 !

 Toutes ces chutes n’ont pas affecté de façon significative la ville de Saint Etienne contrairement à celle de cette semaine, beaucoup ont arrêtées leurs effets majeurs vers 600 m aux portes de la ville, pourquoi celle-ci a-t-elle été affectée cette fois-ci ?

D’abord la limite pluie–neige  se situe toujours un peu en dessous ou un peu au-dessus de la ville. Vendredi 15, le passage avait été à 600 m, ce mercredi en dessous avec une baisse significative des épaisseurs dans la vallée du Gier dès Saint-Chamond et vers la plaine du Forez, un peu plus bas. Ce changement tient souvent à un écart thermique très faible, 1 degré en plus ou en moins qui peut avoir des conséquences considérables, d’ailleurs le thermomètre reste très légèrement positif pendant la chute dans la ville. Lors de ces très grosses chutes, on se trouve sur le fil du rasoir, à 100 mètres d’altitude près. Le 3 février 1974 il avait plu au soleil dans le bas de la ville et il y avait 30 cm de neige à Bellevue !  Cela tient à un rapport extrêmement subtil dans les masses nuageuses entre l’air doux à la base qui repousse l’échéance du passage à la neige et le froid en altitude qui tente descendre sa froidure vers le sol et qui arrive toujours à le faire à la fin. Ces précipitations commencent toujours par de la pluie et passent ensuite à la neige. Mardi à 500 m d’altitude il y a d’abord 14.5 mm sous forme liquide puis 34,3 mm dans la nuit qui suit après 23 heures pour donner les 31 cm solides au sol. L’an dernier à la même époque, le 28 novembre, c’est l’inverse. La neige reste toute la journée au-dessus de 550 à 600 m et dans la ville il tombe  37 mm de pluie suivis de quelques flocons en fin de nuit suivante ! Ce dosage pluie neige est très difficile à prévoir, d’autant plus que le refroidissement nocturne joue aussi un rôle,  Toutes les fois Météo France avait placé une alerte orange neige avec un sort différent.

Autre question comment expliquer ce blocage total de la ville? Les 31 cm de mercredi, sont loin du record de 54 cm du début janvier 1971, des 42 cm du 12 décembre 1990, des 41 cm du 26 novembre 1982, des 39 cm du 12 janvier 2010 et il est possible que d’autres valeurs s’intercalent. Pourtant, il faut remonter au 26 novembre 1982 pour trouver l’équivalent d’un tel blocus de la ville, pas de transport en commun, même le tram est stoppé, des liaisons ferroviaires très perturbées ou inexistantes vers Firminy et Clermont Ferrand, les trois branches autoroutières desservant la villes bloquées à partir de la Fouillouse, de saint Chamond, ou en direction de Firminy ! En outre ceci se prolonge partiellement plusieurs jours comme en novembre 1982 pour une couche plus importante !

Outre d’autres explications polémiques, il y en a peut être un élément à invoquer. La conjonction d’une très forte masse volumique de la neige au début de la chute combinée avec une défeuillaison incomplète des arbres a probablement multiplié les obstacles sur les voieries avec d’innombrables branchages cassés ! Un hiver au départ tonitruant !

Gérard Staron vous retrouvera sur Radio Espérance samedi prochain, Bonne semaine

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans actualité climatique
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

  • Prévision du 20 au 23 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) : nette amélioration , changement de temps
    Prévision de Gérard Staron du 20 au 23 septembre 2017 Le temps change, un col anticyclonique s’installe sur la France entre les Hautes pressions des Açores et celles de Russie qui se mettent en place à l’entrée de la saison froide Ceci va mettre fin à...
  • Prévision du 16 au 19 septembre 2017 : médiocre
    Prévision de Gérard Staron du 16 au 19 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) Le temps médiocre s’accentue ! Des perturbations continuent à atteindre notre pays en provenance des hautes latitudes, l’anticyclone des Açores restant aux abris sur l’Atlantique !...
  • la pluie du 13 et 14 septembre 2017 sur la France !
    les images satellites du 13 au soir au 14 septembre dans l'après-midi captées par Claude permettent de suivre avant pendant et après l'épisode pluvieux d'hier qui s'enfonce sur notre pays le 13 à 20 h, la perturbation qui descend des hautes latitudes...
  • Prévision du 12 au 15 septembre 2017 : temps médiocre
    Prévision de Gérard Staron du 12 au 15 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) Sur le flanc de de l’anticyclone des Açores centré sur l’Atlantique descendent des perturbations en provenance des hautes latitudes qui s’enfoncent de plus en plus bas dans notre pays...
  • Prévision du 7 au 11 septembre 2017: dégradation pour le weekend
    Prévision de Gérard Staron du 7 au 11 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores qui se retire sur l’Atlantique laisse la place aux perturbations océaniques en provenance des hautes latitudes. Il nous reste encore 48 heures de temps agréable...
  • Prévision du 3 au 6 septembre 2017 : amélioration relative
    Prévision de Gérard Staron du 3 au 6 septembre 2017 Peu à peu l’anticyclone des Açores tente de nous procurer une protection timide Nos départements seront moins affectés par les averses pluvieuses en provenance du nord et qui touchent encore parfois...
  • Prévision du 30 août au 2 septembre 2017 : grosse dégradation du temps !
    Prévision de Gérard Staron du 30 août au 2 septembre 2017 : L’anticyclone des Açores s’étant replié sur l’Atlantique, les perturbations en provenance des hautes latitudes déboulent sur la France, il en résulte une grosse dégradation du temps ! Un gros...
  • Prévision du 26 au 29 août 2017, toujours la chaleur lourde et orageuse
    Prévision de Gérard Staron du 26 au 29 août 2017 (42, 43, 63, 69) Des cellules orageuses remontent du sud-ouest en liaison avec une dépression sur la Péninsule Ibérique Chaque jour elles amènent des nuages et des orages isolés mais notre région se situe...
  • Prévision du 22 au 25 août 2017 : chaleur lourde orageuse
    Prévision de Géard Staron du 22 au 25 août 2017 (42, 43, 63, 69) Le retour de l’anticyclone des Açores reste fragile et il ne tarde pas à laisser passer des perturbations en lien avec une dépression sur le Royaume Uni Encore au moins une journée de beau...
  • Prévision du 18 au 21 août 2017 : toujours le Yoyo !
    Prévision de Gérard Staron du 18 au 21 août 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores sur l’Atlantique continue de jouer avec les perturbations descendant des hautes latitudes, les laissant passer jusqu’à nous ou les arrêtant sur les côtes de la...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195