Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 18:28

Chronique N°949


Quand nous montons dans l’ouest, l’actualité est toujours agitée, les dernières fois, lors de notre départ en Normandie, les raffineries étaient bloquées, je partais le réservoir plein sans savoir si je pourrais revenir, cette fois nous avons été confrontés aux tempêtes bretonnes, la climatique puis la météorologique !

Le 25 octobre, nous avions à peine quitté le péage de l’autoroute qui marque l’entrée en Bretagne, que le poids lourd devant moi se déporte à gauche, j’accélère sur la voie dégagée mais très vite je constate derrière moi à plusieurs centaines de mètres un barrage de camions et devant moi, je tombe dans  un bouchon avec la même cause !

J’ai attendu ainsi à une vitesse de diligence l’arrivée de la prochaine sortie pour couper à travers le bocage, gagner une vingtaine de kilomètres jusqu’à ma destination, et faire deux constatations.

Les chemins creux du bocage de nos livres de géographie ont été remplacés par de petites routes mal indiquées. Le sens de la carte est  nécessaire !

Les villages autrefois limités à l’église, au bistrot et à l’école ont grossi avec les lotissements périurbains, mais ils ont acquis deux particularités : des chicanes au sens des circuits d’automobiles et de multiples gendarmes couchés, nom imagé du ralentisseur, parfois agressif. Tout un programme !

Nous étions bien tombés sur la tempête de l’ «écotaxe ». Il s’agit effectivement d’un impôt « climatique » au même titre que celui dit « sécheresse » de 1976. En effet il a été établi pour lutter contre les transports routiers trop polluants, trop utilisateurs d’énergie fossile, donc trop émetteurs de gaz à effet de serre et donc susceptibles dans le discours idéologique actuel de  contribuer au réchauffement de la planète.

Cette taxe qui dans sa forme prend une allure féodale ou des octrois anciennes,  avait toutes chances de provoquer en priorité une tempête dans un pays confronté à la rudesse des éléments de la terre, de la mer, et à l’éloignement d’un « Finisterre » de l’Europe, dont la tradition de remise en cause des pouvoirs de l’état français, par la résistance du Duché de Bretagne, sous l’ancien régime avec le parlement province et sous la révolution avec la Chouannerie face au directoire régime comparable à l’actuel par son instabilité, ses difficultés économiques et financières, est connue.

Une explication qui permet de comprendre que ces populations sont plus proches de la défense de leur secteurs économiques actuels dont cette taxe risquait d’accroitre les difficultés déjà bien grandes, plutôt que de lutter contre un risque potentiel, le réchauffement de la planète, dont les effets éventuels ne seraient sensibles qu’à l’échelle du siècle, une croyance d’état, une idéologie, une prévision, comme vous voudrez, loin des préoccupations du moment !

Ceci nous renvoie à la seconde tempête météorologique, illustration de la dureté géographique du pays  que nous avons eu à subir dans la nuit de dimanche à lundi. A dire vrai, le vent a été très fort et les pluies intenses nombreuses pendant tout notre séjour et à l’exception d’une défeuillaison prématurée des végétaux et de grosses difficultés de connexion à internet, son paroxysme a été peu ressenti alors que nous étions situés à une quarantaine de kilomètre de la côte à mi-chemin entre Rennes et Saint Malo, le long du canal d’Ille et Rance

En réalité Christian, puisqu’elle a été nommée ainsi, constitue une tempête exclusivement côtière dont les effets se sont très vite atténués à l’intérieur des terres en France.

Si l’on prend en compte le seuil des rafales maximales supérieures à 100 km/h reconnu par les assurances, on constate que cette tempête frappe toutes les avancées de la côte face à l’ouest en Manche et mer du nord.

Elle commence à 18h par l’extrémité de la Bretagne avec la Pointe du Raz. Elle reste confinée sur ce secteur jusqu’aux dernières heures de dimanche avec des maximums à Camaret 137 et 139 km/h et Ouessant 133 km/h avec des vitesses supérieures au seuil de la tempête limitées aux zones côtières et aux Iles.

Dans les premières heures de lundi ses tentatives de pénétration dans les terres sont faibles  (106 km/h à Rennes à 1h) surtout elle commence son déplacement vers les pointes normandes du Cotentin et du pays de Caux où le vent soufflera presque aussi fort  avec 130 km/h à Port en Bessin et au cap de la Hève.

Au petit matin la tempête se déplace vers les côtes Picardes et du Boulonnais avec le maximums de 146 km/h au cap Gris-Nez à 8 heures et 126 km/h à Boulogne

 L’intérieur du pays a été très peu affecté avec une très forte déperdition dans la vitesse des rafales maximales depuis la côte. Par exemple entre le Cap Gris nez (146 km/h) et Lille (94 km/h de rafale maximale) la baisse dépasse un tiers. Si la baisse a été aussi importante dans la première centaine de kilomètres à l’intérieur du pays, inutile de dire qu’ailleurs en France, l’épisode se limite à un vent fort avec des rafales de l’ordre de 60 à 80 km/h. Rennes est la seule ville de l’intérieur à avoir atteint au moins  une fois 100 km/h.

 De nombreux secteurs de la côte moins exposés aux rafales en provenance du sud-ouest n’ont pas atteint le seuil de la tempête. Il en a été ainsi du littoral du Trégorrois à la Baie du Mont Saint Michel, mais aussi de celui de Picardie entre le Ponthieu et le Vimeu. Le Touquet et Abbeville n’ont connu qu’une rafale  maximale de 94 km/h.

Cette tempête a frôlé les côtes de la Manche et de la mer du Nord sans descendre vers le sud. Les points les plus méridionaux de la côte Atlantique à subir plus de 100 km/h ont été Belle île avec la seule victime en France et pour une rafale à 5 heures Chemoulin, mais au fil des heures Christian a pris de l’importance, ne pas s’étonner d’effets plus marqués au Royaume Uni  et dans le Benelux.

L’analyse de la situation atmosphérique confirme ces observations. Cette tempête est le résultat d’une petite dépression secondaire qui se forme dans la journée de dimanche au large de la Bretagne, la principale étant située sur l’Ecosse.

Ce qui n’est qu’une ondulation vers 1000 hpa dimanche à 12 heure sur l’Atlantique, se creuse jusqu’à devenir un thalweg à 965 hpa le lendemain à la même heure  à l’approche du Danemark. Le gradient de pression, différence entre deux points, élément dont dépend la vitesse du vent, double presque dans le même temps. Cette aggravation correspond aussi au fait que la dépression vient buter sur des hautes pressions qui restent fortes sur la Méditerranée au sud des Alpes, ce qui dévie la tempête vers le nord-ouest de l’Europe et l’éloigne du cœur de la France. C’est tout l’affrontement entre le froid qui pousse à partir de l’Arctique et le chaud qui reste accroché en Méditerranée

 La tempête a donc pris de la puissance entre son arrivée sur la Bretagne et sa sortie de notre pays vers le Benelux comme en témoigne son maximum sur le cap Gris-Nez et ses effets bien plus forts sur le Benelux et la Grande Bretagne. Elle a aussi été déviée vers le nord Ainsi toutes ces tempêtes climatiques comme météorologiques ont commencé par la Bretagne pour ensuite enfler ailleurs.

Gérard Staron vous donne rendez-vous samedi pour la 950ème qui correspond à 20 ans de chroniques sur Radio Espérance commencées en octobre 1993, Bonne semaine…..

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans société
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

  • Prévision du 24 au 27 juin 2017 : Evolution vers moins de chaleur et un épisode pluvieux à surveiller
    Prévision de Gérard Staron du 24 au 27 juin 2017 Progressivement la masse anticyclonique se scinde et se replie sur ses bases atlantiques d’un côté et de l’Europe centrale de l’autre. Dans le col entre les deux s’insinue progressivement de l’air puis...
  • orages du 21 juin
    les images du satellite NOAA captées par Claude à 16 h et 19 heuremontre que les orages ont remonté du sud vers le nord de ce fait ils ont affecté l'Auvergne mais ont épargné les agglomérations de Saint Etienne et Lyon en passant plus à l'ouest Ceux d'aujourd'hui...
  • L'orage n'a pas éteint les incendies au Portugal !
    Les images captées par Claude du satellite américain NOAA montre que les orages du 17 juin en soirée (image du haut) n'ont pas mis fin aux incendies de forêt qui dévastent le Portugal depuis plusieurs jours avec la catastrophe dramatique relatée par les...
  • Prévision du 20 au 23 juin 2017 : chaud
    Prévision de Gérard Staron du 20 au 23 juin 2017 Nous restons sous l‘influence sous l’influence des anticyclones subtropicaux, plus forts sur l’ouest de la France que sur nos régions, plus présents en altitude qu’au sol Leur protection contre les orages...
  • Orages du 14 juin 2017
    l'image captée et transmise par Claude du satellite américain NOAA permet d'apprécier les orages au moment où ils sont au maximums. (image à 15h 57) Dans les minutes qui ont précédé les fortes pluies ont touché la commune de Roche La Molière et le cumul...
  • Prévision du 15 au 18 juin 2017 : patience, un rafraichissement ne tarde pas à mettre fin aux orages !
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 juin 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores va à nouveau étendre ses effets sur la France ! Avant qu’il puisse mettre fin à la convection qui permet le déclenchement des orages, il faudra encore attendre...
  • Prévision du 11 au 14 juin 2017: alternativement chaud et orageux
    Prévision de Gérard Staron du 11 au 14 juin 2017 (42, 43, 63, 69) Nous restons sous l’influence des anticyclones subtropicaux remontés sur la France, leur protection est cependant insuffisante pour empêcher certains jours des développements convectifs...
  • Prévision spéciale pour le critérium du Dauphiné ( 8 au 11 juin 2017)
    Prévision spéciale critérium du Dauphiné (2ème partie) Les anticyclones semblent s’implanter sur cette partie de la France pendant la deuxième partie de la semaine du critérium du Dauphiné Libéré. Les conditions de course seront donc globalement bonnes...
  • Prévision du 7 au 10 juin 2017 : changeant, frais et chaud, arrosé ou sec
    Prévision de Gérard Staron du 7 au 10 juin 2017 (42, 43, 63, 69) Notre région se situe au contact des perturbations et dépressions qui balaient les côtes de la Manche et des anticyclones subtropicaux qui tentent de remonter du sud Il en résulte une situation...
  • Prévision spéciale Critérium du Dauphiné (1ère partie Saint-Etienne - Bourgoin )
    Prévision pour le critérium du Dauphiné 2017 1ères étapes de Saint Etienne (4 juin) à Bourgoin (7 juin) Le temps sera agité sur la France mais ces excès concerneront peu le parcours de la Course De petites tempêtes affecteront l’ouest de la France, mais...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195