Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 20:53

Chronique N°948

La météorologie révèle toujours des surprises et celles de ces derniers jours pourrait s’intituler quand les événements du sud frappent au nord.

Le  vent du sud de ces derniers jours a  d’abord ouvert les calamités avec la première poussée de samedi et dimanche et la seconde de mardi. D’un coté ce vent du sud a provoqué la trombe localisée de Bailleul dans le Nord dimanche vers 19 heures 15 à proximité de la frontière belge. Selon les images visualisées, il semble que l’on peut classer l’événement probablement en catégorie 2 ou peut-être 3 sur l’échelle de Fujita modifiée. En catégorie 2 dite «  considérable », des toits sont soufflés sur des maisons bien construites et des gros arbres sont cassés ou déracinés ce qui a été observé. En catégorie 3 dite « sévère » des étages complets de maisons solides sont détruits, des grosses voitures sont déplacées ce qui est déjà moins vérifié dans ce cas . Ceci montre que le vent a au moins soufflé à 49 m/s soit 176 km/h et peut être bien plus.  De l’autre côté de la France, ce vent de sud a provoqué une petite tempête sur les hauteurs des Cévennes le mont Aigoual, après avoir enregistré deux pointes le 19 à plus de 100 km/h samedi à 2 heures et 14 heures, a connu chaque heure des rafales supérieures à ce même seuil du lundi 21 à 21 heures au mercredi 23 à 4 heures avec un maximum de 148 km/h dans la journée de mardi.

La surprise n’est pas des vents violents sur les Cévennes et les sommets des montagnes d’autant plus que ces vitesses tempétueuses n’ont pas été atteintes dans les régions basses bordières. On est aussi loin des niveaux les plus élevés sur ces secteurs (plus de 62 ms et 220 km/h dépassant les capacités des anémomètres au Mont Aigoual)  .

 Le nord de la France en particulier un axe longeant la Manche de la Normandie au Pas de Calais connait le plus grand nombre de trombes et tornades de notre  pays sur les 525 qui ont été inventoriés depuis 1680. On y trouve une moitié de celles classées dans les catégories 4 et 5 les plus dévastatrices en particulier la dernière à Hautmont en 2008 et les deux de catégories 5 à Montville près de Rouen en 1845 et à Palluel dans le Pas de Calais. Ces mêmes régions possèdent aussi le plus grand nombre de communes ayant connu plusieurs événements. Par exemple Dunkerque a connu 3 tornades en 1952, 1981, et 2001, et Cambrai deux en 1828 et 1950.

L’élément surprenant est qu’un même événement atmosphérique, le vent du sud a été capable dans la même situation de provoquer une tornade au nord et une tempête au sud.

Il en est de même pour les fortes précipitations remontant du sud. Il y a eu deux grosses pluies successives, samedi et dimanche d’abord puis mardi et mercredi ensuite. Chaque fois les pluies orageuses ont concerné le versant rhodanien des Cévennes au Pilat selon un axe sud-ouest nord-est, puis ont continué leur route au-delà de l’agglomération Lyonnaise. Les deux fois le secteur le plus arrosé a reçu près de 200 m, Le mont Aigoual a cumulé 112 mm lors du précédent week-end et encore une centaine de millimètres au milieu de la semaine. La répétition de ces fortes pluies a provoqué la montée de toutes les rivières descendant des reliefs du Massif central vers le Rhône. S’il s’agit de la première crue de cet automne, elle est restée assez modeste sauf localement par rapport aux événements catastrophiques anciens. Par exemple, L’Ardèche est montée à 6.19 m à Vallon Pont d’Arc alors qu’elle avait atteint 17.3 m en septembre 1890 et 12.2 m en septembre 1958. Le Doux à Tournon avec la cote de 4.42 m est loin du niveau de la grosse crue d’août 1963  (6 m). Globalement les rivières descendant de la partie centrale  du rebord du Massif central , Boutières,  Mézenc et monts du Vivarais, comme l’Ardèche, le Doux et l’Eyrieux   ont plus réagi que celles en provenance de la partie méridionale des Cévennes , Cèze et Gardons ou celles descendant du Pilat  et au-delà vers l’agglomération Lyonnaise. La Cance a peu bougé et le Gier encore moins.

Contrairement aux habitudes, les pluies n’ont quasiment pas franchi la crête de ce rebord du Massif central. Dimanche matin, il était curieux de constater les fortes pluies sur les monts du Vivarais, elles débordaient jusqu’à Montregard, mais disparaissaient ensuite en direction des plateaux de l’Yssingelais ou du Pilat. Mercredi, il en était de même avec le déluge sur le versant rhodanien du Pilat et le soleil sur celui de Saint Etienne. Un effet de foehn aussi net  est rare sur des reliefs que les pluies arrivent le plus souvent à franchir alors que cette fois ces petites montagnes ont constitué des barrières infranchissables. En conséquence la Loire et l’Allier, leurs affluents n’ont pas bougé !

Le plus curieux, les deux fois, soit lors du week-end dernier et mercredi, un autre axe de fortes pluies a traversé la France de façon parallèle, soit du sud-ouest au nord–est  dans la moitié nord du pays. Lors du précédent week-end, cet axe de fortes pluies suit les côtes de la Manche de la Bretagne aux Pas de Calais avec plus de 20 mm dans la région de Rouen. Mardi et mercredi la diagonale des précipitations s’effectue du Berry à la lorraine avec sur cette dernière plus de 30 mm au point que les cours d’eaux ont commencé à monter. La Meuse a atteint 2.16 m à Neufchâteau sur son cours amont . La Nieds 1.76 m. Dans les deux cas on est loin des crues importantes qui ont dépassé 3 m.

Comme pour le vent de sud, on constate qu’un élément atmosphérique classique de la France du sud, comme les pluies cévenoles,  s’est étendu à une diagonale parallèle de la France du nord alors qu’il avait été incapable de franchir les reliefs de l’est du Massif central.

Qu’est-ce qui peut dans la situation atmosphérique expliquer ce dédoublement entre France du nord et du sud d’événements, le vent comme les fortes pluies plus habituel dans cette saison dans le sud ?

Pendant toute cette  période la situation est bien celle d’une pluie cévenole précédée comme d’habitude d’un vent de sud. On retrouve les 3 ingrédients nécessaires, l’arrivée d’une perturbation des hautes latitudes, sa recharge en humidité sur la méditerranée et enfin son blocage par un anticyclone continental qui résiste au-delà des Alpes .

Il y a cependant un élément qui corrige un peu les schémas habituels. La dépression qui accompagne la perturbation des hautes latitudes ne descend pas en méditerranée comme d’habitude, son centre reste les deux fois au niveau des iles britanniques.

Il semble que ce léger décalage a eu deux conséquences : La première la recharge en humidité en Méditerranée est plus faible et les grosses pluies sont incapables de franchir l’axe des Cévennes au Pilat et elles stagnent sur le versant Rhodanien.

La deuxième, le virulent flux de sud est attiré bien plus haut en latitude vers le nord par cette dépression.  Les côtes de la Manche marquent dans ce cas la limite entre l’air qui descend du nord et celui très doux qui remonte du sud. Ceci accentue un contraste thermique souvent présent à ce niveau. Les côtes de la Manche sont souvent longées en été par de très gros orages en raison de ce contraste thermique. Ils ont apporté souvent la désolation sur les régions de Rouen, de Dieppe, De Honfleur et même sur l’agglomération lilloise dans le passé, ce même contraste thermique explique aussi la recrudescence de tornade que nous avons déjà signalée et celle de dimanche soir.

Cette particularité atmosphérique d’une descente de nord perturbée dont la dépression ne descend pas assez en latitude a pu expliquer la particularité météorologique de la semaine : le nord a attiré  à sa façon les calamités du sud.

Gérard Staron vous  donne rendez-vous sur Radio Espérance Samedi, Bonne semaine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans catastrophes naturelles
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

  • Prévision du 22 au 25 août 2017 : chaleur lourde orageuse
    Prévision de Géard Staron du 22 au 25 août 2017 (42, 43, 63, 69) Le retour de l’anticyclone des Açores reste fragile et il ne tarde pas à laisser passer des perturbations en lien avec une dépression sur le Royaume Uni Encore au moins une journée de beau...
  • Prévision du 18 au 21 août 2017 : toujours le Yoyo !
    Prévision de Gérard Staron du 18 au 21 août 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores sur l’Atlantique continue de jouer avec les perturbations descendant des hautes latitudes, les laissant passer jusqu’à nous ou les arrêtant sur les côtes de la...
  • Prévision (42, 43, 63, 69) du 13 au 17 août 2017 : Météo Yoyo !
    Prévision de Gérard Staron du 13 au 17 août 2017 Nous vivons une période de transition où l’anticyclone des Açores ne revient pas complètement et où les perturbations fraîches en provenance des hautes latitudes ne sont pas empêchées complètement d’arriver...
  • Prévision du 9 au 12 août 2017 : coup d'arrêt brutal sur l'été!
    Prévision de Gérard Staron du 9 au 12 août 2017 L’été a subi avec les orages de fin de nuit (34 mm à Montregard, 14 mm à Saint Etienne) trainées de grêle) un coup d’arrêt brutal dont il ne se remettra que très lentement Nous restons sous l’influence d’un...
  • Prévision du 6 au 9 août 2017 : la dégradation sera d'autant plus dure qu'elle se fera attendre!
    Prévision de Gérard Staron du 6 au 9 août 2017 Le retrait de l’anticyclone des Açores sur l’Atlantique laisse un boulevard à la descente des perturbations en provenance des hautes latitudes et à un coup de fraicheur sur les températures… « La France d’en...
  • Prévision du 30 juillet au 2 août 2017 : chaleur orageuse
    Prévision de Gérard Staron du 30 juillet au 2 août 2017 La protection de l’anticyclone des Açores restant très partielle, il en résulte une situation confuse. Les reprises orageuses surtout en fin de journée et début de nuit sont présentes tous les jours...
  • Prévision du 27 au 30 juillet 2017 : amélioration
    Prévision de Gérard Staron du 27 au 30 juillet 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores tente une progression timide sur la France Le sud sortira ainsi au moins partiellement de l’influence des perturbations qui maintiendront leur influence sur...
  • gros orages entre Mézenc et Pilat (22-07-2017)
    Entre 16 h 30 et 20 h il est tombé environ 105 mm à Montregard dans une suite orageuse d'une rare violence voici, ci dessous, l'état du petit ruisseau qui passe sous la route à la sortie du village en direction du Mas de Tence. L'orage s'est aussi à de...
  • Prévision du 23 au 26 juillet 2017 : médiocre!
    Prévision de Gérard Staron du 23 au 26 juillet 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores reste sur ses iles et notre pays reçoit de pleine fouet les flux perturbés en provenance des hautes latitudes, ceci annonce seulement une séquence d’été pourri...
  • Prévision du 19 au 22 juillet 2017 : orages puis rafraichissement
    Prévision de Gérard Staron du 19 au 22 juillet 2017 Progressivement les dépressions et perturbations en provenance des hautes latitudes tentent de repousser vers le sud les anticyclones subtropicaux qui occupent le sud de la France et se réfugient sur...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195