Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 21:35

Chronique N°947

Nous avons connu une première alerte hivernale à la fin de la semaine dernière.

Elle s’est manifestée d’abord par des gelées sous abri. Ces dernières ne concernent le jeudi 10 que la haute montagne alpine et jurassienne au-dessus de 1300 mètres. Le 11 elles s’étendent aux hauteurs du cœur du Massif central en particulier sur la Margeride. Des extensions localisées sont aussi signalées  dans le sud-ouest comme à  Mont de Marsan. Le samedi 12, les températures négatives correspondent à un axe des reliefs des Pyrénées au massif central au jura et aux Alpes avec des extensions sur les terres froides du dauphine et  à Burgos sur les plateaux de la vieille castille espagnole. Enfin le dimanche 13 les gelées matinales se déplacent dans les dépressions du nord du Massif central, les Limagnes et le sillon de la Loire avec une extension vers l’aval selon un axe jusqu’à la Beauce. Des villes comme Châteauroux, Guéret,  Romorantin, Blois connaissent leur première gelée sous abri et même  des secteurs localisés jusqu’en  Vendée. Les journées sans dégel recommencent sur les Alpes au-dessus de 2000 m

La neige a accompagné ce froid. De façon massive sur les Alpes où il s’agit seulement d’un retour. Il tombe de 30 à 50 cm sur les Alpes suisses au-dessus de 1500 mètres avec 47 cm en 24 heures entre jeudi et vendredi matin à Arosa. La neige est descendue de façon  temporaire  à des altitudes plus basses.  Chur à 556 m et  3 cm constitue une descente extrême de la neige mais on peut considérer que l’ensemble du massif à 1000 m a été recouvert.  Sur les autres reliefs, l’apparition a été bien plus provisoire. Sur le Jura le manteau n’est pas descendu au niveau de la Chaux de Fonds vers 1000 m.  Sur le Massif central, une chute a été signalée sur le Pilat Samedi (12/10) à partir de 950 m mais le lendemain dimanche (13/10)  seules les hauteurs au-dessus de 1550 m gardaient encore des traces blanches sur le Mézenc et l’Alambre. La crête de Pierre-sur-haute étant restée ennuagée au moment où j’aurais pu l’observer,  la neige n’est pas sûre dimanche.

La première question que pose cette venue de l’hiver à la mi-octobre est d’établir s’il agit d’un événement normal ou rare, je n’ose dire exceptionnel.

Sur les Alpes, il ne s’agit pas d’une première chute de neige et encore moins  d’une première gelée. Nous avons déjà étudié dans la chronique N° 942 le retour de la neige sur les Alpes au-dessus de 2000 m entre le 11 et le 15septembre aves à cette époque des  journées sans dégel

Sur les autres reliefs,  des événements semblables ont déjà été connus pour la neige aux altitudes incriminées. Sur le massif central un premier sol recouvert vers 1500 m à la mi-octobre n’a rien d’anormal. A l’époque des observations de la ferme du Mézenc, la première neige se situe au 16 octobre une année sur deux.

 Pour une première chute de neige vers 1000 m d’altitude, l’avance sur une année normale est de l’ordre de 20 jours au moins sur le Pilat puisque la médiane de son arrivée se situe le 4 novembre à Tarentaise. Toutefois il ne s’agit pas d’un record puisque le 29 septembre 1974 constitue un précédent encore inégalé.

Au niveau des gelées  Les lecteurs du bulletin 93 de l’AMRL savent que dans certains trous à froid de moyenne altitude du Massif central, on cumulait déjà fin septembre 7 jours de gelées sous abri au Sapt à Saint-Genest-Malifaux. Dans les dépressions,  Saint Etienne Bouthéon et Clermont-Ferrand ont connu leur première gelée sous abri ce dimanche 13 octobre à des dates presque médianes puisque ces dernières ont lieu les 17 et 18 octobre. Sur les terres froides du Dauphiné,  l’avance est de 10 jours à Grenoble Saint Geoirs (médiane le 22 octobre).

Par contre en plaine ou bas plateaux,  cette première gelée arrive avec une quinzaine de jours d’avance puisque la médiane de l’événement a lieu le 26 octobre à Mont de Marsan ou le 2 novembre à Châteauroux. . Pour toutes les stations concernées, cette première gelée un 13 octobre n’est pas  un record sauf à Châteauroux puisque de 1951 à 1980 la plus précoce gelée sous abri avait été observée le 15 octobre 1974 !

L’épisode de froid et de neige de cette mi–octobre ne constitue pas un record sauf localement,  mais il  présente  une précocité indéniable de l’ordre d’une quinzaine de jours pour la neige comme le gel sur une année normale.

Nous avons connu une descente en provenance des régions arctiques selon une trajectoire mer de Norvège, Grande Bretagne et France. Elle commence le mercredi 9 où son premier front froid atteint le nord de la France, elle arrive sur la région Rhône-Alpes le10 et sur la Méditerranée le 11.

Cette descente froide perturbée est la première agressive de la saison car les régions polaires commencent à accumuler le froid  et à reconstituer leurs surfaces englacées à ce moment de l’année ce qui donne à l’air froid une puissance autant au niveau de l’intensité que des régions géographiques affectées.

Il ne s’agira toutefois que d’un premier avertissement sans grande durée car, dès  le 12, l’alimentation en air froid à partir de l’Arctique est coupée par un anticyclone qui s’installe de l’Ecosse à la Norvège. Après le maximum du week-end le froid a régressé, le temps pour nos régions d’encaisser ce premier avertissement hivernal et de retrouver la douceur actuelle par flux de sud.

Cette descente froide s’est accompagnée d’un phénomène annexe avec des fortes pluies sur le nord de la France au niveau des côtes picardes et flamandes. Deux grosses précipitations ont affecté la région, la première dans la journée du 10 octobre  avec 55.7 mm à Lille et la seconde dans la nuit du 13 au 14 octobre avec un maximum de 60.1 mm au Touquet.  Ne pas oublier qu’à cet endroit, entre en France  l’air froid en provenance de l’Arctique après un long trajet maritime. Il trouve le contact  avec celui plus chaud hérité des périodes antérieures sur le continent. Ce contraste  s’est produit à deux moments, une première fois  lors de l’arrivée de la perturbation de nord  et une seconde fois quand la nouvelle perturbation de dimanche a abordé le continent.

De tels totaux en 24 heures sont rares dans cette région, mais les rivières ont  eu une réaction encore modérée qui dépend plus des caractéristiques du sous-sol des différents bassins que de l’importance des pluies .

La Liane qui descend des collines du Boulonnais a  monté plus haut en atteignant 1.5m à Virvignes. C’est lié à la nature argileuse des roches de son bassin associée à une pente plus forte en descendant directement vers la mer du point le plus haut des collines de l’Artois. Les autres cours d’eaux ont connu une intumescence plus modérée lundi que ce soit l’Hem , l’AA ou la Canche. Leur bassin moins imperméable et leur pente plus faible facilitent une infiltration plus importante des eaux.

Dans ces dernières zones à faible pente et aux terrains  calcaires, les cours d’eaux réagissent plus à la répétition de pluies sur des sols saturés ou à une remontée des nappes phréatiques  qu’à une ou deux averses  fortes surtout en cette saison où  sols et nappes se rechargent après l’été .

L’hiver s’est seulement rappelé à notre souvenir un peu tôt ! 2013 est vraiment atypique

Gérard Staron vous retrouvera samedi prochain sur radio espérance , bonne semaine..

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...
  • Coronavirus et températures : extrait du bulletin N° 171 de l'AMRL
    Voici un premier extrait de l'étude figurant dans le dernier bulletin de l'AMRL Coronavirus et températures ( reprise septembre et octobre 2020) Gerard Staron Lors de la première vague nous avons tenté d’analyser s’il était possible d’établir un lien...
  • Hommage ... Père Maurice Vial
    Hommage…..Maurice Vial Quand c’est la saison des hommages, c’est mauvais signe pour notre pays….. Je voudrais évoquer celui de mon vieux prêtre, le Père Maurice Vial que l’âge nous a enlevé et que le coronavirus associé à un trait d’union fâcheux dans...
  • Prévision du 1er au 4 novembre 2020 : très doux puis nette dégradation et refroidissement
    Prévision de Gérard Staron du 1er au 4 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Des dépressions et perturbations en provenance des hautes latitudes seront freinées dans leur descente vers le sud par les anticyclones méditerranéens Notre région ne sera donc que...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195