Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 16:35

Chronique N°942

Pendant cette première moitié de septembre les événements météorologiques qui font habituellement la une de l’actualité sont rares, pourtant au moins un fait est passé presque inaperçu cette semaine : le retour de la neige sur les Alpes au-dessus de 2000 à 2500 m. La station de Santis dans les Préalpes suisses a reçu mercredi 11 septembre une chute de 2 cm qui a tenu au sol ! Jeudi 12, 8 nouveaux centimètres se sont ajoutés, pour une épaisseur du manteau de 10 cm au total. Vous avez tous ressenti mercredi le net refroidissement du temps. Chez nous il était incapable de tels excès mais dès la veille tous les postes des Alpes suisses au-dessus de 1700 m ont connu une gelée sous abri et mercredi ceux au-dessus de 2000m une journée sans dégel. L’association de ces basses températures avec l’arrivée d’une perturbation de nord en provenance des régions arctiques suivant un couloir de la mer de Norvège au golfe de Gènes a fait le reste.

Ce premier retour du manteau blanc sur les Alpes n’a rien d’anormal puisque depuis 1987 à Santis, 15 années ont connu la première chute à une date plus précoce, dont 9 à la fin du mois d’août et 11 années ont vu cette arrivée à une date plus tardive. Le retour le plus précoce se situe un 6 août en 2010 et certaines années le manteau ne revient pas avant le mois d’octobre comme en 2005 et surtout en 1997 :  rien avant le 11 octobre.

Ce premier épisode ne dure le plus souvent que quelques jours. Il y a toujours une interruption avant l’établissement du manteau définitif qui tiendra toute la saison froide. Cette année, avec déjà 3 jours de durée, nul ne sait sa ténacité des jours prochains mais avec seulement 10 cm cette couche aura besoin de renforts pour continuer sa présence au sol. Depuis 1987, j’ai décompte 9 années où cette première séquence a duré 3 jours ou moins. Seulement 3 fois en 1989, 2002, et surtout 1998, 10 jours ont été dépassés. Il est curieux de constater comme la répartition de la durée statistique de cette première séquence se décompose en deux ensembles, celui de moins de 3 jours et celui de plus de 5 jours.

 Cette première couche est parfois épaisse avec 20 années sur 26 depuis 1987 avec plus de 20 centimètres et même 115 cm le 1er septembre 1995. C’est pour cette raison que l’on peut être pessimiste sur la durée de la couche actuelle si elle ne se renforce pas !

Autre particularité de la reprise d’arrière-saison, l’interruption entre la première et la seconde séquence neigeuse peut être très longue. 5 années, elle a duré plus de 18 jours , plus d’une année sur deux elle dépasse une semaine. Dans ces cas le sol a le temps de se réchauffer et le refroidissement lié à la première couche de neige est inutile pour faciliter la tenue au sol de la deuxième. C’est un autre élément de la fragilité de la première neige.

Si nous connaissons un retour de la neige en haute montagne à une date normale en 2013, il en avait été de même de son départ au début de l’été. A la même station de Santis, le sol a été découvert le 1er août 2013. Le manteau blanc avait joué les prolongations puisque pour 20 années depuis 1987, le sol avait cessé d’être recouvert avant la fin juillet et seulement 6 avaient prolongé en août. La date médiane de fin du manteau étant le 23 juillet. Ces dernières années la disparition avait tendance à être plus précoce avec les deux seules terminaisons en juin  en 2011 et 2003 et il faut remonter à 2004 pour retrouver une fin du manteau en août et à 1987 pour une disparition le 29 août et une reprise un jour le 27 septembre puis 3 jours du 9 au 11 octobre. Il y a des années en retard !

Contrairement à la reprise de la neige d’arrière-saison, souvent provisoire et fragile, la fin de l’enneigement entre fin juin et août correspond à la fusion lente de la couche mise en place au cours de l’hiver, qui connait souvent son épaisseur maximale en avril et parfois en mai et qui diminue ensuite de jours en jours. Très rares sont les années où cette couche en fusion terminale reçoit un renfort en juillet. Je ne vois qu’un seul exemple en 2008 où des chutes de 12 cm le 14 juillet et de 3 cm le 22 avaient permis la prolongation jusqu’au 31 juillet. Contrairement à l’arrière-saison où la neige arrive par petites séquences successives interrompues de quelques jours, la fin au début de l’été est toujours nette et claire. Ceci résulte de la nature de la neige totalement différente. Au début de l’été, il s’agit de couches anciennes, tassées, dures, qui tiennent depuis plusieurs mois et résistent à la fusion alors qu’à l’automne il s’agit de couches récentes qui n’ont pas eu le temps de se refroidir ou de se tasser et qui sont d’autant plus sensible au premier redoux.

Avec une fin assez tardive de début d’été  et une reprise normale d’arrière-saison, 2013 est à placer parmi les années où l’écart entre la dernière neige de l’hiver précédent et la première de la saison froide qui suit est l’un des plus courts. Cet écart entre les deux est de 40 jours en 2013 alors que depuis 1987, une année sur deux, il a atteint 45 jours et que deux années sur trois il a été supérieur à la valeur de 2013. Cette durée sans neige courte en 2013 entre la dernière couverture du début d’été et la première de l’arrière-saison est une excellente nouvelle pour la pérennité des glaciers alpins, la neige étant leur principale alimentation à haute altitude.

L’analyse des années depuis 1987 montre que les années où cet écart a été le plus faible avec 19 jours en 1988 et 2000 sont celles où le manteau de l’hiver précédent avait tenu jusqu’au 15 août. Au contraire les années où cette durée sans neige est la plus longue correspondent à celles où le manteau de l’hiver précédent a disparu avant le 10 juillet. Il en est ainsi de 2006 et  2002 où il y a 80 jours de sol découvert en été. Les deux années qui stoppent leur enneigement en juin doivent attendre plus de 65 jours pour le retrouver. Les cas inverses sont très rares avec 2010 qui a connu une fin du manteau précédent début juillet et une reprise du suivant début août très précoces dans les deux cas. Cette situation de 2010 est probablement trompeuse car les jours de neige des 6 et 7 août sont très isolés et il faut attendre après plus de 20 jours pour un nouveau retour !

Cette petite étude semble montrer que le plus important pour le maintien de la neige à haute altitude sur les Alpes pendant la saison chaude  ne correspond pas  aux conditions de reprise du manteau à l’arrière-saison mais à sa résistance au début de l’été. Le démarrage du manteau nival de fin août au début octobre est souvent hésitant fragile. Il s’agit de séquences courtes, espacées dans le temps, incapables de se maintenir longtemps avec une suite de retours et de fusion.

Au contraire la ténacité du manteau à la fin du printemps est un phénomène solide qui dépend de l’importance des couches déposées pendant la saison froide et des conditions thermiques du printemps. Quand les deux facteurs se conjuguent comme en 2013,  la neige subsiste longtemps au début de l’été,  la durée de sol découvert est plus faible et les conditions de persistance des névés et glaciers renforcées. Quand les épaisseurs sont déficientes à la fin de l’hiver, que le printemps facilite la fusion, la neige disparait prématurément, et la résistance des névés et glaciers est fragilisée par une longue période de fusion.

Cette dernière situation avait tendance à se produire plus souvent depuis le début des années 2000, 2013 a mis fin à cette série, un signe qui s’ajoute à d’autres : un mauvais printemps, un été  frais en juin et août, une meilleure tenue de la banquise, etc. Ne pas voir ces signes, ne serait-il pas un certain aveuglement face aux réalités ?

Gérard Staron vous donne rendez-vous samedi sur radio espérance, bonne semaine

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

O

bonjour Mr Staron,


j'apprécie toujours autant vos articles et je voulais vous en faire partager un


http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/09/27/les-climato-sceptiques-toujours-en-embuscade_3485921_3244.html


bien à vous
Répondre

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195