Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 09:40

Chronique N°928

Des inondations sur une grande partie de l’Europe au passage de mai à juin, est-ce possible ?

Ce qui s’est produit à partir du 31 mai 2013, n’est en aucun cas un précédent ? En 1856, les mêmes jours, Le Rhône et la Loire connaissaient l’une des plus grandes inondations de leur histoire, cette dernière garde encore le niveau le plus élevé dans le val de Loire entre Touraine et Anjou et a conservé longtemps le record des débits du Rhône à Beaucaire à l’entrée de la Camargue en dépassant seule plus d’un siècle les 10000 m3s.

En 2013, ces deux bassins ont été quasiment épargnés et les inondations se sont produites en Gascogne d’une part et sur les bassins au nord des Alpes de la Suisse à l’Allemagne et à la Tchéquie en prenant de l’importance d’ouest en est.

Les premiers bassins à réagir sont ceux qui descendent du plateau de Lannemezan. Les niveaux les plus élevés concernent le Gers et la Baise. Dans cette région, l’événement d’importance, est loin de l’inondation de référence du 7 au 9 juillet 1977. Par exemple pour le Gers à Auch, la rivière a atteint 3m contre 6.5 m en juillet 1977 et pour la Baise à Lavardac près de 3.5 m contre 7.18 m en juillet 1977. De part et d’autre de ce point central des vallées dissymétriques de Gascogne, le bassin de l’Adour réagit avec 2.5 m à Aire sur Adour et 4.5 m à Dax , loin des crues historiques de décembre 1981 et février 1952. Du côté oriental, le bassin amont de la Garonne est concerné dans une moindre mesure mais surtout on trouve un réminiscence importante sur le bassin de l’Agout en provenance de la Montagne noire avec près de 6.5 m à Lavaur assez près de la crue référente du secteur,  mars 1930 avec 7.6 m. Sur ces rivières les maximums ont lieu le 30 ou le 31 mai sur la partie amont de leurs cours, elles transmettent leurs flots vers l’aval le 1er et le 2 juin. Par exemple la Garonne à Tonneins vers l’aval présente un long maximum étal entre le 1er et le 2 dans l’après-midi vers 8 m, au niveau de la crue de juin 2000 , mais en dessous des plus importantes décembre 1981 et mars 1930.

Si les rivières de l’est de la France, surtout la Saône et son affluent le Doubs ont connu des montées substantielles, celles-ci n’ont eu qu’un caractère modéré. 4m à Verdun sur le Doubs pour la Saône ou 4.5m pour le Doubs à Besançon ont été dépassés à plusieurs reprises depuis la dernière saison froide. L’événement devient à nouveau catastrophique sur le bassin du Rhin. Outre la montée à partir de la Suisse avec un rôle très important de l’Aar qui draine une grande partie du versant nord du massif, les affluents en provenance de la Forêt Noire atteignent des niveaux proches des plus grandes crues. Par exemple le Neckar à Heidelberg a connu une crue d’une durée de retour de 20 ans  avec 5.3m, proche des 5.99m du 14 avril 1994. Certains cours d’eaux présentent des inondations à la durée de retour supérieure à 50 ans comme la Pfinz, la Starzel  et la Tauber.

Ces ondes initiales provoque une crue de première importance sur le Rhin avec 8.70 à Maxau à l’aval de l’Alsace, supérieure à celle de mai 1983, un peu au-dessous de celle de mai 1999 (8,84 m ) Les maximums des ondes élémentaires sont toutes décalées vers les premiers jours de juin en particulier le 1 er et le 3 qui présente deux maximums de même importance à Lauterbourg sur le Rhin à la frontière nord de l’Alsace.

Quand on continue l’analyse pour des cours d’eaux plus à l’est, le caractère exceptionnel de l’inondation grandit encore avec deux types de rivières. D’abord celles qui descendent des Alpes de Bavière et du Tyrol alimentent le bassin du Danube . L’Inn atteint presque le niveau du 24 août 2005, la Salache et L’Isar dépassent très largement leur crue du 22 mars 2002. Ne pas s’étonner dans ce cas que le fleuve monte à 12.5m dans la nuit du 3 au 4 juin à Passau.

L’inondation concerne aussi les rivières qui se dirigent à partir des monts Métalliques en direction de l’Elbe. L’Elster, la Mulde et la Saale  atteignent des niveaux exceptionnels le 4 juin. Elles transmettent leurs ondes au fleuve qui atteint 8.5m à Dresde Le 6 juin.

La semaine dernière je vous signalais que les calamités de mai avaient plus touchées l’Allemagne et la Suisse que la France, celles du passage de mai à juin ont confirmé cette aggravation des inondations d’ouest en Est. Dans la Gascogne, l’événement est très en dessous des très grandes crues comme juillet 1977. Sur le bassin du Rhin, certains affluents connaissent des durées de retour des inondations de plus de 50 ans et le fleuve connait une grande crue.  Sur les bassins du Danube et de l’Elbe, de nombreuses rivières dépassent leurs plus grandes inondations.

En même temps que ces inondations s’amplifiaient d’ouest en est, le maximum présentait un retard. En Gascogne , tout se déroule entre le 30 mai et le  1 er juin. Sur le bassin du Rhin, les maximums se produisent entre le 1er et le 3 juin. Enfin sur le Danube et l’Elbe ils se prolongent entre le 3 et le 6, avec extension au délà en aval du cours des fleuves .

Cette double évolution correspond à celle des précipitations. Les quantités maximales augmentent d’ouest en est sur les 3 ensembles concernés. En Gascogne, sur 72 heures, les quantités les plus importantes recueillies sont de l’ordre d’une centaine de millimètres en 72 heures dont 50 en 24 heures comme à Tarbes. Sur le bassin suisse du Rhin, les précipitations sont plus importantes 136 mm en 48 heures à Saint Gall 178 mm à Santis pendant le même temps. Sur les Alpes du Tyrol , comme sur les monts Métallifères, les totaux sont colossaux 405 mm à Aschau Stein entre le 30 mai et le 3 juin, 372 mm à Kreuth Glasshuete .

Ces précipitations importantes sont le résultat d’une descente perturbée de nord en provenance des régions arctiques sur le flanc d’un anticyclone des Açores qui a gonflé sur le proche Atlantique. Cet air très froid se charge en humidité en descendant sur des eaux de plus en plus tiède, je n’ose pas dire chaudes sur la mer du Nord, la Manche et le proche Atlantique. Il vient  déposer son eau  de face sur les reliefs majeurs qui barrent l’Europe, les Pyrénées à l’ouest et les Alpes à l’est sur lesquels viennent se bloquer les masses pluvieuses.

L’évolution des crues du 30 mai en Gascogne au 4 et 5 juin sur le Danube et l’Elbe  correspond à l’évolution de la situation atmosphérique avec l’anticyclone atlantique qui pousse vers l’est.

Le 30 mai, les masses pluvieuses descendent selon un axe  de la manche  au Golfe de Gascogne et viennent buter sur les Pyrénées. Ensuite l’anticyclone les repousse vers l’est. Suivons la ligne d’égale pression de 1015 hpa , le 30 , elle se situe sur les Pyrénées centrales, le 31, elle se déplace sur ce même massif un peu vers l’est ,  le 1er juin elle atteint les Alpes Suisse , le 2 juin celles de Bavière du Tyrol et le 3 L’Autriche et les montagnes de Bohème. Les précipitations ont été repoussées vers l’est, ce qui explique leur décalage dans le temps du 30 mai au 3 juin  et elles ont déposé leurs totaux les plus forts là où l’obstacle montagneux était le plus élevé, face à elles, pour les retenir le plus longtemps dans  une orientation ouest–est  perpendiculaire à l’arrivée des précipitations en provenance du nord.

Toutes ces faces nord de nos montagnes ont reçu les plus fortes pluies, mais les crues ne se sont pas développées sur les parties les plus hautes des bassins versants car dans ces secteurs le passage à la neige a retenu l’écoulement . Sur les Pyrénées centrale cette neige nouvelle a été très médiatisée, sur les Alpes le manteau a dépassé à nouveau 4.50m à Santis. Ce sont sur les pentes moyennes en avant des massifs que les crues se sont le plus développés avec  les cours d’eaux d’orientation ouest, l’Agout, l’Aar,  le Neckar.

 

Gérard Staron vous donne rendez-vous samedi sur Radio Espérance , Bonne semaine…..

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans catastrophes naturelles
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

  • Prévision du 20 au 23 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) : nette amélioration , changement de temps
    Prévision de Gérard Staron du 20 au 23 septembre 2017 Le temps change, un col anticyclonique s’installe sur la France entre les Hautes pressions des Açores et celles de Russie qui se mettent en place à l’entrée de la saison froide Ceci va mettre fin à...
  • Prévision du 16 au 19 septembre 2017 : médiocre
    Prévision de Gérard Staron du 16 au 19 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) Le temps médiocre s’accentue ! Des perturbations continuent à atteindre notre pays en provenance des hautes latitudes, l’anticyclone des Açores restant aux abris sur l’Atlantique !...
  • la pluie du 13 et 14 septembre 2017 sur la France !
    les images satellites du 13 au soir au 14 septembre dans l'après-midi captées par Claude permettent de suivre avant pendant et après l'épisode pluvieux d'hier qui s'enfonce sur notre pays le 13 à 20 h, la perturbation qui descend des hautes latitudes...
  • Prévision du 12 au 15 septembre 2017 : temps médiocre
    Prévision de Gérard Staron du 12 au 15 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) Sur le flanc de de l’anticyclone des Açores centré sur l’Atlantique descendent des perturbations en provenance des hautes latitudes qui s’enfoncent de plus en plus bas dans notre pays...
  • Prévision du 7 au 11 septembre 2017: dégradation pour le weekend
    Prévision de Gérard Staron du 7 au 11 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores qui se retire sur l’Atlantique laisse la place aux perturbations océaniques en provenance des hautes latitudes. Il nous reste encore 48 heures de temps agréable...
  • Prévision du 3 au 6 septembre 2017 : amélioration relative
    Prévision de Gérard Staron du 3 au 6 septembre 2017 Peu à peu l’anticyclone des Açores tente de nous procurer une protection timide Nos départements seront moins affectés par les averses pluvieuses en provenance du nord et qui touchent encore parfois...
  • Prévision du 30 août au 2 septembre 2017 : grosse dégradation du temps !
    Prévision de Gérard Staron du 30 août au 2 septembre 2017 : L’anticyclone des Açores s’étant replié sur l’Atlantique, les perturbations en provenance des hautes latitudes déboulent sur la France, il en résulte une grosse dégradation du temps ! Un gros...
  • Prévision du 26 au 29 août 2017, toujours la chaleur lourde et orageuse
    Prévision de Gérard Staron du 26 au 29 août 2017 (42, 43, 63, 69) Des cellules orageuses remontent du sud-ouest en liaison avec une dépression sur la Péninsule Ibérique Chaque jour elles amènent des nuages et des orages isolés mais notre région se situe...
  • Prévision du 22 au 25 août 2017 : chaleur lourde orageuse
    Prévision de Géard Staron du 22 au 25 août 2017 (42, 43, 63, 69) Le retour de l’anticyclone des Açores reste fragile et il ne tarde pas à laisser passer des perturbations en lien avec une dépression sur le Royaume Uni Encore au moins une journée de beau...
  • Prévision du 18 au 21 août 2017 : toujours le Yoyo !
    Prévision de Gérard Staron du 18 au 21 août 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores sur l’Atlantique continue de jouer avec les perturbations descendant des hautes latitudes, les laissant passer jusqu’à nous ou les arrêtant sur les côtes de la...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195