Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 15:19

Chronique N°921

Beaucoup de commentateurs ont célébré cette semaine le retour du printemps, d’autres ont parlé d’un passage direct de l’hiver à l’été et doivent déchanter maintenant !

Ces notions demandent à être affinées, car le printemps, est justement en raison de son caractère de transition entre l’hiver et l’été la saison la plus difficile à appréhender au niveau climatique. En début de semaine, le changement de temps a été spectaculaire.

La remontée des températures a permis de passer des dernières gelées entre le 6 et le 8 avril aux minimums supérieurs à 10° vers le 14. Les maximums inférieurs à 6° jusqu’au 8 ont largement dépassé 20 et même 25° entre le 14 et le 17.

Parmi les remontées les plus rapides au niveau des minimums on peut citer Lille et Biarritz  avec -3.2° tous deux le 7 et 11.3° et 11.7° le 14. Au niveau des maximums on peut mentionner Zurich avec 1.6° le 5, 11,7° le  13, 22° le 14 et 24° le 15 soit près de 11° en 24 heures.

Le retour de l’ensoleillement est encore plus flagrant. Entre le 13 et le 16, soit 4 jours, ce dernier est plus importants qu’entre le 1er et le 12 du mois d’avril pour un temps 3 fois plus long,  autant à Saint Etienne 41.6 h contre 28.7 heures qu’à Lyon Bron 44,6 heures contre 33 heures.

Avec l’emphase américaine que l’on connait ce changement a été encore plus marqué en Amérique du nord.

 la dernière manifestation de l’hiver à peine en retard par rapport à l’Europe s’est effectuée sur les Hautes Plaines et les Rocheuses par une tempête de neige qui a apporté 51 cm à RapidCity dans le Dakota  et même 70 cm dans le Wyoming , par des températures très basses avec un maximum de -11° à Cheyenne le 9 avril qui est le troisième plus froid pour un mois d’avril depuis l’ouverture de la station en 1871, et par un vent violent qui a soufflé à 137 km/h

La première réplique printanière ou estivale, comme vous voudrez, risque de laisser autant de traces avec une remontée chaude en provenance du golfe du Mexique qui a provoqué une alerte concernant des orages, et des tornades sur la même région !

L’anticyclone arctique qui transmettait le froid des hautes latitudes par le biais d’une ceinture de dépressions froides avec courants de nord ou nord-est aux latitudes tempérées a cédé presque au même moment partout.

En Europe la dernière descente froide avec ce flux de nord-est circulant sur le flanc de l’anticyclone arctique atteint son maximum le 6 avril et atteint alors le détroit de Gibraltar. Ses effets se font encore sentir le 7. Dès le 8, elle commence à être repoussée par les perturbations océaniques en liaison avec une dépression qui circule au niveau des Iles britanniques. Cette phase océanique se poursuit jusqu’au vendredi 12 avril et ensuite le relais est pris par les anticyclones subtropicaux qui remontent selon un axe des Açores à la Péninsule ibérique le 12, puis à la France et aux Alpes le 13, avant d’atteindre l’Europe centrale le 14 et de faire la jonction avec l’anticyclone russe le 15.

La phase d’aller et retour est presque conjointe aux Etats Unis, mais comme toujours le couloir des grandes plaines qui relie directement sans obstacle les terres arctiques et le golfe du Mexique tropical contribue à accentuer les contrastes et à en rendre plus spectaculaire les effets, tempêtes tornades etc.

En début de semaine nos concitoyens ont pu apprécier la partie agréable des contrastes thermiques du printemps avec le retour du soleil et de la chaleur, mais au moment où vous m’entendrez, vous aurez certainement commencé à subir les conséquences de l’évolution encore plus brutale en sens inverse des températures. En effet le grand axe anticyclonique des Açores à la Russie se sépare en deux  pour laisser passer entre eux  une descente d’air arctique jusqu’à la Méditerranée où elle est attirée par une dépression dans le golfe de Gènes. L’an dernier cette situation avait provoqué la fameuse neige du « coucou » sur le Pilat avec ses  épaisseurs dépassant 80 cm sur les sommets.

Les saisons intermédiaires sont en effet célèbres pour les variations brutales de températures sur quelques jours et dans ce domaine, les chutes sont toujours rapides que les remontées. Le printemps de l’an dernier avait été remarquable par ses variations brutales du thermomètre, avec des écroulements du thermomètre plus spectaculaires  que les montées !

La chute du 15 au 17 avril s’était terminé par des gelées assez sensibles le 17 au matin jusqu’à -4.2° dans la Plaine du Forez.

La chute de la fin du mois accompagnée de la tempête de sud avait été encore plus spectaculaire. A Saint Etienne les maximums étaient tombés en 48 heures de 26.7° à 14.2° soit 12.5°. le thermomètre avait mis auparavant  4 jour pour monter  d’une telle ampleur, alors qu’il avait mis deux fois moins de temps pour baisser de façon semblable. La chute des minimums avait été encore plus brutale avec une baisse de 17.8 à 8.2° en 24 heures soit une chute supérieure à la moitié.

La plus grosse chute de températures avait eu lieu au moment des Saints de glace au début de mai 2012. Entre la Saint Mamers et la Saint Servais, les températures maximales avaient chu en 24 heures de 17.4° à Noirétable et de 16.1° à Andrézieux. Pendant le même temps les moyennes quotidiennes avaient dégringolé de 13.9° à Violay et de 10.9° à Noirétable.  Signalons que l’organisme humain commence à présenter des difficultés notables d’adaptation pour des écarts supérieurs à 6° de température quotidienne !

Par ailleurs là aussi  la différence de brutalité dans la hausse puis la baisse du thermomètre avaient été patente.  En sens inverse pour obtenir un tel niveau de départ des températures, il fallait remonter à la fin avril. Plus de 11 jours avaient été nécessaires pour effectuer une montée de températures qui avait été détruite en 24 heures !

Les saisons intermédiaires et en particulier le printemps sont spécialistes des gros contrastes thermiques avec des montées plus lentes que les chutes très brutales qui suivent. Celle des saints de glace de l’année dernière avait été très spectaculaire et il est probable que celle que vous ressentez, ce samedi, n’atteindra pas cette ampleur. Toutefois la neige tombe actuellement au-dessus de 1000 m avec des températures très basses (3° au Puy).

Les armes sont inégales. Le soleil  met un certain temps à accumuler de la chaleur sur une région avec le retour d’un anticyclone : un phénomène progressif. Au contraire le passage dans l’air froid est quasiment instantané et en quelques heures, après le passage du front froid, vous vous retrouvez dans un air en provenance directe du Pôle, très dense, très agressif  qui n’a pu se réchauffer au cours de son déplacement rapide jusqu’à ses cibles.

Au début de cette semaine, il a fallu 4 à 6 jours pour monter les températures d’un reste hivernal à un zeste estival, vous constaterez qu’il faut un temps bien plus faible pour les faire retomber à un niveau qui heureusement ne semble pas devoir descendre aussi bas qu’ entre le 6 et le 8 avril. Le 6 avril l’air froid partait de -6° du Spitzberg à 12 h, le 16 il commence sa descente un peu moins froid. La même différence se retrouve dans la traversée du Royaume Uni et  probablement en France. Le retour de la neige en altitude, la chute des températures, l’avertissement sera suffisant pour montrer que rien n’est acquis en météorologie et qu’il convient de ne pas se réjouir trop tôt des changements de saison ! Ils sont rarement définitifs au printemps !

Gérard Staron vous donne rendez-vous samedi prochain.  Bonne semaine à tous  .

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195