Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 22:11

Chronique N°918


A chaque week-end, son attaque hivernale depuis le début de ce mois de mars !

La semaine dernière, je vous contais les excès de neige et de froid qui ont touché le nord de la France à partir du dimanche 10 mars

Une semaine après le 17 mars, une nouvelle offensive de l’hiver a affecté les régions proches de la Méditerranée avec des précipitations importantes pluvieuses le long du littoral mais  passées à la neige dès les hauteurs de l’arrière-pays.

Par exemple il tombe 44 mm en 24 heures à Gènes  le dimanche 17 mars, mais en arrière le col du Turchino , pourtant à une altitude assez limitée de 532 m, subit une tempête de neige qui empêche le passage de la classique cycliste Milan San Remo.

Un peu plus loin à l’ouest, il tombe 22 mm sous forme de pluie à Nice , mais en arrière la station de sport d’hiver Isola 2000 est totalement isolée par les masses de neige tombées sur la route qui la relie à son village.

Sur les Cévennes, il tombe 133,2 mm en 3 jours au Mont Aigoual,  à Mende, 107 mm sur la même durée et une partie de la Lozère est bloquée par la neige. Les fortes précipitations se poursuivent sous forme solide jusqu’au massif du Pilat au-dessus de 800 m.

Tout le bassin méditerranéen reçoit de fortes précipitations. Elles commencent par les régions françaises puis elles continuent par l’Italie avec 81 mm à Sarzano en 24 heures et ensuite  jusqu’en Slovénie avec 132 mm à Vojsko.

La neige tombée en arrière de la Grande bleue affecte une diagonale méridienne en Europe jusqu’à la mer Baltique. L’ensemble du Massif alpin reçoit un renfort de neige dès les altitudes très basses. Par exemple Lugano à 273 m au contact de la plaine du Pô,  sur l’autre versant, Zurich reçoivent respectivement 8 et 6 cm et la plupart des régions suisses au-dessus de 500 m subissent des couches de flocons. Le plus surprenant ces chutes de neige remontent jusqu’à la Mer Baltique avec 13 cm le 19 à Chemnitz, Magdebourg et Leipzig. Contrairement aux régions proches de la Méditerranée, les chutes allemandes continuent au long de cette semaine. le manteau atteint le mercredi 20, 26 cm à Lubeck, 16 cm à Berlin et 13 cm à Hambourg. Ce même jour toute la plaine d’Allemagne du nord des régions rhénanes jusqu’à la Russie est recouverte d’un manteau continue et épais avec des températures très basses.

Cette poussée hivernale de la Méditerranée à la mer Baltique avec de fortes chutes de neige au long de cet axe correspond comme la semaine précédente sur la France à un scénario météorologique digne du meilleur des feuilletons !

Le samedi 16 mars se met en place une descente d’air arctique anticyclonique selon un axe de la Finlande à l’Europe centrale aux Alpes et à la Méditerranée avec des pressions très élevées supérieures à 1020 hpa du cap Nord jusqu’à la Sicile et la Mer Ionienne.

Cette barrière de hautes pressions coupe complètement la route à la circulation d’ouest en est des perturbations  et dépressions océaniques. La perturbation qui se situe le vendredi 15 mars sur les Iles britanniques au sud d’une dépression sur le nord de l’Ecosse, va tenter de trouver un chemin pour contourner ce barrage anticyclonique méridien et elle va essayer de passer par le sud en prenant une trajectoire de nord-ouest.

C’est ainsi que le samedi 16, la même perturbation aborde la France par les côtes de la Manche  alors que sa dépression est descendue sur l’Angleterre. Le 17 dans cette descente, la perturbation est arrivé jusqu’à la Péninsule Ibérique et la Méditerranée et vient heurter de plein fouet la masse anticyclonique méridienne qui barre l’Europe. Si elle a percé en Méditerranée, l’anticyclone résiste sur les Alpes.

La situation atmosphérique ressemble alors étrangement à celle des grosses pluies méditerranéennes de l’Automne. L’air froid de la perturbation se recharge en humidité sur une Méditerranée aux eaux profondes tièdes vers 13° et ensuite les masses nuageuses régénérées viennent buter sur les hautes pressions qui profitent du bastion alpin et de ses montagnes importantes pour résister.

La situation saisonnière n’est pas la même que celle de l’Automne. D’abord la Méditerranée est  moins chaude, ses températures de surfaces sont les plus basses de l’année, rafraichies progressivement par toute la saison hivernale et réduites à la tiédeur des eaux qui remontent des profondeurs. Pour une période de 1989 à 1999, j’avais calculé pour mon ouvrage de 2003, « Le ciel tomberait-il sur nos têtes » qu’en mars la température de la « Grande Bleue » est inférieure à 15°, quand elle atteint près de 25° au mois d’août et de beaux restes en automne !  La recharge en humidité des nuages est plus faible en mars.

De même en mars, la résistance de l’anticyclone froid qui forme barrière méridienne de la Finlande à la Sicile est plus faible car l’air froid qui l’accompagne est descendu à des latitudes où il ne peut plus se maintenir. Dans ces conditions la résistance de l’anticyclone sur les Alpes sera brève et le lundi 18 mars il a disparu et la dépression a pu descendre jusqu’au golfe de Gènes et les fortes pluies s’étendent jusqu’en Slovénie.

En mars cette situation atmosphérique ne pouvait pas provoquer des pluies de l’importance de celles que l’on trouve en automne. Les intensités pluviales sur 24 heures ont connu un maximum de 132 mm qui peut paraitre dérisoire par rapport aux pluies cévenoles automnales pouvant atteindre jusqu’à 600 mm en 24 heures.

L’affrontement avec l’air froid sur le continent donne au contact des chutes de neige et la perturbation après avoir enfoncé l’anticyclone en Méditerranée va ensuite remonter à travers les Alpes jusqu’en Allemagne et la mer baltique en déposant des chutes de neige importantes qui tiennent parfaitement au sol dans la plaine d’Allemagne du nord.

Pourquoi la répétition de ces descentes froides lors des fins de week-end de Mars ?

Après celle des 10 et 11 sur la France du nord, celle des 17 au 19 de la méditerranée aux Alpes et à la Baltique , n’oublions pas que d’autre descente froide continuent sur la France du nord à partir de la plaine d’Allemagne du nord pour la Semaine Sainte !

Le mois de mars est celui où l’extension de la banquise arctique est la plus importante à la fin de l’hiver boréal qui a permis sa reconstitution. Cette dernière a connu deux maximums d’extension le 27 février et le 14 mars avec 13.8 M de Km2 de superficie. Cette extension maximale constitue une reprise par rapport aux années précédentes puisqu’elle est plus importante que celle des années 2010 à 2012 et des années 2004 à 2007.

Au même moment la banquise antarctique est à son minimum annuel à la fin de la saison chaude de l’hémisphère austral. Sa fusion a été bien plus faible que lors d’une année normale, puisqu’avec une superficie  de 2.42 M de Km2 à la date du 20 février 2013. Ce minimum de la banquise australe est le second plus étendu après celui de 2003.

Nous avions déjà signalé dans une chronique antérieure les comportements divergents des deux banquises au moment de la fin de l’été, ceci apparait encore en mars puisque le maximum arctique de 2013 restera le 8ème plus faible depuis 1979 et que le minimum antarctique est le second plus important, mais la reprise de la banquise arctique par rapport aux années précédentes est-il le facteur explicatif de cet hiver qui ne veut pas finir ?

Il serait présomptueux de trancher mais la question mérite d’être posée !

En raison des programmes spéciaux de la semaine sainte la chronique n’aura pas lieu le Samedi Saint, mais je vous retrouverai le 6 avril sur les ondes de radio Espérance , bonne fêtes de Pâques.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans actualité climatique
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

  • Prévision du 24 au 27 juin 2017 : Evolution vers moins de chaleur et un épisode pluvieux à surveiller
    Prévision de Gérard Staron du 24 au 27 juin 2017 Progressivement la masse anticyclonique se scinde et se replie sur ses bases atlantiques d’un côté et de l’Europe centrale de l’autre. Dans le col entre les deux s’insinue progressivement de l’air puis...
  • orages du 21 juin
    les images du satellite NOAA captées par Claude à 16 h et 19 heuremontre que les orages ont remonté du sud vers le nord de ce fait ils ont affecté l'Auvergne mais ont épargné les agglomérations de Saint Etienne et Lyon en passant plus à l'ouest Ceux d'aujourd'hui...
  • L'orage n'a pas éteint les incendies au Portugal !
    Les images captées par Claude du satellite américain NOAA montre que les orages du 17 juin en soirée (image du haut) n'ont pas mis fin aux incendies de forêt qui dévastent le Portugal depuis plusieurs jours avec la catastrophe dramatique relatée par les...
  • Prévision du 20 au 23 juin 2017 : chaud
    Prévision de Gérard Staron du 20 au 23 juin 2017 Nous restons sous l‘influence sous l’influence des anticyclones subtropicaux, plus forts sur l’ouest de la France que sur nos régions, plus présents en altitude qu’au sol Leur protection contre les orages...
  • Orages du 14 juin 2017
    l'image captée et transmise par Claude du satellite américain NOAA permet d'apprécier les orages au moment où ils sont au maximums. (image à 15h 57) Dans les minutes qui ont précédé les fortes pluies ont touché la commune de Roche La Molière et le cumul...
  • Prévision du 15 au 18 juin 2017 : patience, un rafraichissement ne tarde pas à mettre fin aux orages !
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 juin 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores va à nouveau étendre ses effets sur la France ! Avant qu’il puisse mettre fin à la convection qui permet le déclenchement des orages, il faudra encore attendre...
  • Prévision du 11 au 14 juin 2017: alternativement chaud et orageux
    Prévision de Gérard Staron du 11 au 14 juin 2017 (42, 43, 63, 69) Nous restons sous l’influence des anticyclones subtropicaux remontés sur la France, leur protection est cependant insuffisante pour empêcher certains jours des développements convectifs...
  • Prévision spéciale pour le critérium du Dauphiné ( 8 au 11 juin 2017)
    Prévision spéciale critérium du Dauphiné (2ème partie) Les anticyclones semblent s’implanter sur cette partie de la France pendant la deuxième partie de la semaine du critérium du Dauphiné Libéré. Les conditions de course seront donc globalement bonnes...
  • Prévision du 7 au 10 juin 2017 : changeant, frais et chaud, arrosé ou sec
    Prévision de Gérard Staron du 7 au 10 juin 2017 (42, 43, 63, 69) Notre région se situe au contact des perturbations et dépressions qui balaient les côtes de la Manche et des anticyclones subtropicaux qui tentent de remonter du sud Il en résulte une situation...
  • Prévision spéciale Critérium du Dauphiné (1ère partie Saint-Etienne - Bourgoin )
    Prévision pour le critérium du Dauphiné 2017 1ères étapes de Saint Etienne (4 juin) à Bourgoin (7 juin) Le temps sera agité sur la France mais ces excès concerneront peu le parcours de la Course De petites tempêtes affecteront l’ouest de la France, mais...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195