Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 18:11

                                   

                                           

 

      Au niveau des inondations, les événements du golfe de Saint Tropez ont fait passer au second plan les multiples montées de rivières que l’on trouve actuellement en France. Ceci montre qu’un événement ponctuel bref et localisé en milieu méditerranéen a toujours plus d’impact qu’une montée lente et diffuse en pays océanique. Pourtant ces dernières sont loin d’être négligeables avec des coupures de routes comme à Traves sur le haut bassin de la Saône Crues de la Saône (suivi) .

Vous pouvez suivre sur mon blog, l’évolution des crues des rivières océaniques françaises. Beaucoup s’éparpillent sur les différents bassins de la moitié nord du pays avec des décalages dans le temps et entre des tronçons de cours d’eaux proches. C’est ainsi que pour les rivières descendant des collines du Perche, L’orne a beaucoup réagi (3.14 m à Thury Harcourt) alors que les autres , Mayenne Sarthe ont bougé en retard et dans de moindre proportions. Pour celles descendant  du plateau de Millevaches la Vienne a bien monté avec un maximum de 5.8 m à la Nouatre, et les cours d’eaux voisins bien moins. Il en a été de même pour les rivières descendant du Boulonnais, des plateaux de Thiérache ou du plateau de Langres.

Ces crues ressemblent à un puzzle sur lequel on a placé des pions épars mais que l’on a des difficultés à compléter. Encore modérées, elles ont des difficultés à passer de quelques bassins primaires à l’amont à l’ensemble des cours d’eaux. C’est ainsi que la montée de l’Arroux descendant du Morvan (2.5m) n’a provoqué qu’une intumescence limitée sur la Loire moyenne à Digoin. Il en est de même pour les  montées limitées de L’Yonne et de la Marne amont qui ne font pas encore  bouger la Seine en aval.

Les crues dites pluviales en pays océaniques sont des mécanismes lents de remplissage d’un bassin versant comme on peut le faire avec une baignoire. Les pluies  moins intenses que sous d’autres climats ne sont pas capables de provoquer de montées très brutales dévastatrices des cours d’eaux comme en milieux méditerranéens comme un seul orage a pu provoquer les événements de Cogolin Port grimaud ou Sanary, près du golfe de Saint Tropez. En pays océanique la répétition des pluies sature d’abord les sols puis remplit peu à peu les bassins versants. On est au stade où de petits bassins amont  sont déjà saturés et leurs rivières commencent à déborder, mais ce remplissage  est encore insuffisant pour provoquer la réaction des cours d’eaux majeurs, fleuves ou principaux affluents. Les pluies ont été suffisantes pour provoquer localement cette première phase ce qui donne ce saupoudrage de crues moyennes, mais comme il s’agit de phénomènes sur un pas de temps assez long, la répétition des pluies dans les jours prochains pourrait permettre le passage à une crue générale des rivières océaniques françaises comme elles ont eu lieu en décembre 1981 ou décembre 1982 ou janvier 1995.

Il est cependant un bassin versant en France où cette évolution vers une crue importante est en train de se produire. Il s’agit de celui de la Saône. Les débordements du cours amont de la rivière au sortir du versant occidental des Vosges (3.44 m à Gray le 20 décembre) et de ses affluents l’ognon (4.2 m à Pesmes) et du Doubs (maximum de 5.97 m le 19 décembre) commencent à faire monter de façon significative la Saône après la confluence de Verdun sur le Doubs. La cote de 6.12 m était atteinte jeudi matin (6.46m le 22 décembre) alors que la rivière montait encore, elle approche (7.01 m en janvier 1994) le niveau des grands débordements. La crue commence à atteindre le val de Saône avec déjà 4.31 m à Macon jeudi, 4.72 m samedi. Ces niveaux augmenteront encore  surtout si des pluies significatives  contribuent à alimenter la montée des rivières !

Il convient de ne pas oublier que la Saône alimentée par les mêmes affluents en est à sa troisième crue significative depuis la fin novembre : la première les 28 et 29 novembre, la seconde les 5 et 6 décembre et la troisième actuellement.  Si les niveaux maximums sont variables sur les affluents, ils sont croissants après la confluence sur la rivière principale. A Verdun sur le Doubs, la première atteint 4.59 m, la seconde 4.80 m et enfin l’actuelle plus de 6 mètres.

La comparaison avec les précipitations est intéressante. La première correspond aux pluies les plus intenses et abondantes et les autres ont reçu bien moins. Par exemple, à Besançon la journée la plus arrosée a cumulé 42.4 mm avant la crue de fin novembre, 25.4 mm avant celle du 6 décembre et seulement 15, 5 mm pour l’actuelle. C’est  aussi visible pour le total des 5 jours qui précèdent : 79.7 mm avant la première, 42.4 mm avant la 2ème et 50.4 mm avant l’actuelle. En plus le total depuis début novembre est énorme 293.2 mm le 19 décembre, 303.1 mm le 21 et ça continue !

Cette évolution suggère bien le phénomène cumulatif d’une baignoire qu’on remplit avec saturation du sol, puis débordement des bassins primaires puis communication à la rivière majeure. La trajectoire des perturbations a plus particulièrement concerné la Saône qu’elles remontent du sud-ouest ou descendent du nord-ouest.

Il s’est ajouté aussi un autre phénomène thermique qui a concentré l’écoulement sur les périodes de redoux. En raison de sa position continentale et aussi de la présence de moyennes montagnes, une part importante  des précipitations s’est effectuée sur le Jura et les Vosges sous forme de neige. Au moment des redoux, la lame de fusion de la neige s’est ajoutée à l’écoulement des précipitations  en même temps que le sol encore gelé interdisait une infiltration importante ! La première crue est entièrement pluviale et elle est stoppée quand la précipitation passe à la neige avec 33 cm le 30 novembre à 1000 m à la Chaux de Fonds. La deuxième récupère en plus de la pluie, une part de fusion nivale puisque le manteau retombe à moins de 20 cm le 3 novembre, mais la crue cesse quand la neige retombe pour former un manteau de 68 cm le 12 décembre. La troisième récupère une fusion encore plus importante puisque le manteau est redescendu  à 28 cm le 17 décembre ! En plus du phénomène purement pluvial, le redoux a ajouté une lame de fusion de la neige de plus en plus importante dans la crue de la Saône. Ce rôle nival aurait été insuffisant à lui seul pour provoquer la crue mais il a contribué à l’exagérer. Il faut pour cela un bassin de moyenne altitude capable de connaitre à la fois accumulation et forte fusion nivale, ce qui n’est pas le cas des Alpes où en raison des altitudes plus élevées l’accumulation nivale continue au-dessus de 2000m

Les rivières voisines descendant des massifs hercyniens du sud de l’Allemagne connaissent aussi des crues. Elles concernent d’abord des petits bassins le Riedem et surtout l’Itz qui est montée à 4.54 m proche de la grande crue  du 3 janvier 2003 (4.75 m). Les grands fleuves montent. La Danube à Sigmaringen a déjà atteint 2.48 m, contre 2.66m le 20 décembre 1999 et le Rhin a dépassé les 7 m le long de la frontière entre la France et l’Allemagne. Seule différence, l’Allemagne a déclenché une véritable alerte aux crues. En France, le Schapy s’est contenté de placer les cours d’eaux en « jaune ».

Les rivières océaniques ont des crues de type pluvial en hiver, parfois il s’y ajoute un zeste de fusion nivale. La seule façon de faire cesser la montée des cours d’eaux  serait une bonne vague de froid qui stopperait l’écoulement. Tant que le temps restera doux, tant que les perturbations déposeront leur eau jour après jour, les rivières monteront. Nous risquons de reparler de la question dans les jours à venir pour des débordements moins modérés !

Géard Staron  donne rendez-vous samedi prochain sur Radio Espérance, Joyeux Noël à tous

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...
  • Coronavirus et températures : extrait du bulletin N° 171 de l'AMRL
    Voici un premier extrait de l'étude figurant dans le dernier bulletin de l'AMRL Coronavirus et températures ( reprise septembre et octobre 2020) Gerard Staron Lors de la première vague nous avons tenté d’analyser s’il était possible d’établir un lien...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195