Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 15:22

Chronique N°902

Nous avons connu pendant ce début de semaine un enchainement tout à fait classique de situations météorologiques lors de l’arrivée d’un épisode hivernal

Dans un premier temps l’air froid pousse devant lui une perturbation qui vient buter sur l’anticyclone continental qui occupait notre pays depuis plusieurs jours. Le blocage s’effectue sur un axe qui suit globalement le sillon méridien du Rhône et de la Saône jusqu’au  versant méridional des Vosges C’est la première précipitation de lundi, commencée parfois dimanche dans la partie nord qui dépose 83.8 mm à Lons le Saulnier, 80 mm à Roussillon, 66.4 mm à Carpentras,  47 mm à saint Etienne mais encore 40.8 mm à Luxeuil au pied des Vosges. Si la moitié méridionale de cet axe au sud de Lyon est habituée à recevoir de telles précipitations, Ce n’est pas le cas au nord de Lyon sur le bassin de la Saône où les rivières réagissent d’habitude, lentement en raison de l’influence océanique.

Quand l’air froid arrive en Méditerranée il provoque toujours une réaction avec la création de la dépression du golfe de Gènes qui émet à nouveau de fortes précipitations qui remontent et rentrent à leur tour en contact avec l’air froid. C’est la seconde pluie ou neige du mercredi 28 novembre qui dépose à nouveau de forts totaux sur le même axe Rhône Saône en privilégiant les secteurs  de la Côte d’Azur avec 55,8 mm au Luc jusqu’au Pilat avec 35.9 mm à Sablons et 37 mm à Saint Etienne.

A la jonction des deux zones les plus arrosées, des cumuls approchent ou dépassent localement 100 mm en 3 ou 4 jours, 116 mm à Roussillon, 99.3 mm à Ambérieu ou 94 mm à Lons le Saulnier ! L’épisode de précipitations n’est certes pas comparable en intensité avec les plus gros abats méditerranéens mais une extension géographique de la Méditerranée aux Vosges est particulièrement vaste avec une cinquantaine de millimètres! Sous forme de pluie au départ, une proportion de plus en plus importante s’est produite sous forme de neige au fur et à mesure que progressait l’air froid.

Cet épisode serait tout à fait commun s’il ne permettait pas d’évoquer deux problèmes climatiques et  hydrologiques.

Le premier est celui du passage de la pluie à la neige et dans ce domaine un petit degré de température peut tout changer comme mercredi.

Ce jour, une alerte orange pour la neige avait été placée sur les départements de la Loire et de la haute Loire ! A Saint Etienne, toute la journée on m’interroge sur l’arrivée de la neige, elle devait venir, mais conformément à ma prévision, elle est restée sur les plateaux à plus de 550 ou 600  m, découverte le jeudi matin sur les premières pentes du Pilat. Les principales zones urbaines et voies de communications n’ont pas été concernées par la neige, tombée massivement sur le massif du Pilat avec plus de 40 cm au Bessat.

La raison de ce rendez-vous raté avec la neige est liée aux températures. Au Puy-Loudes à 830 m, la précipitation commence sous forme liquide le mercredi , elle  passe à la neige à 19 heures quand la température descendra en dessous de 1.8° et restera très légèrement positive jusqu’à la fin de la chute à 4 heures jeudi.

Andrézieux à 400 m dans la Plaine du Forez, tout tombe sous forme de pluie  entre 10 h le 28 et 6 heures le 9. La température est mesurée à 4.8° au début de la précipitation, elle baisse un peu, mais, même pendant la nuit, la température se maintient entre 3.2 et 3.6°  tout au long de la pluie  . Elle baisse seulement après sa fin.

La simple comparaison permet de constater qu’un seul degré en plus à empêché à la neige  de descendre au niveau de la plaine du Forez et de déposer une couche importante. Ne pas oublier qu’il tombe ce jour là 37mm de pluie à Saint Etienne, l’équivalent d’une bonne quarantaine de centimètres si tout tombe sous forme solide. Une telle épaisseur était de nature à bloquer les communications ce qui ne s’est pas produit.

L’air méditerranéen plus doux qui remontait du sud qui accompagnait les précipitations  a retardé suffisamment la progression de l’air froid pour que ce dernier attende la fin de la précipitation pour s’imposer et faire baisser la température. Ceci a maintenu le passage de la pluie à la neige à un niveau assez élevé et limité son impact à des altitudes habituées.

Ces fortes précipitations ont provoqué un second problème avec le déclenchement des crues des rivières sur l’ensemble du bassin du Rhône  avec une coïncidence importante entre  l’extension géographique du bassin versant et la zone des fortes pluies .

Chacune des deux pluies celle du lundi et celle du mercredi a provoqué la crue de la rivière qui se situait au cœur des plus fortes précipitations.

Le sud du Revermont région qui sépare la plaine de Bresse du Jura présente lundi les plus forts cumuls. La Seille qui draine ce secteur monte jusqu’à près de 3 mètres à des niveaux supérieurs aux crues de novembre 2004 et février 1999.

La forte pluie de mercredi aborde la France au niveau de la Côte d’Azur et l’Argens petit fleuve côtier du secteur monte. La crue n’atteint pas les niveaux de la catastrophe de juin 2010 avec 7.7 m,  mais la rivière arrive à 5.64 m, un niveau significatif  au-dessus de la montée du 16 décembre 2008.

Dans les deux cas, les précipitations ne sont pas assez intenses pour provoquer des événements d’importance, par contre, l’énorme extension géographique des fortes précipitations, le niveau d’altitude assez élevé du passage de la pluie à la neige  ont favorisé l’écoulement vers les rivières. Des crues moyennes sur la quasi-totalité  de leurs affluents se transmettent progressivement à la Saône en amont et au Rhône en aval de Lyon avec deux ondes décalées

 En amont, Tous les affluents de la Saône, surtout ceux qui descendent du Jura et des Vosges ont monté . Outre la Seille, l’ognon termine sa montée  dans la nuit de jeudi à vendredi avec 3.62 m à Presme dans sa partie aval. Le Doubs fait de même  avec 5.06 m à Besancon, les intumescences de la Loue comme de l’Azergue paraissent de moindre importance. Vendredi matin  la crue passe au cours d’eau principal et la Saône monte lentement avec beaucoup  de retard et approche de son maximum à Verdun sur le Doubs avec 4.58 m. L’intumescence commence à se transmettre en direction de l’aval à Tournus comme à Macon où elle atteint  déjà 4 m.

En aval de Lyon,  Le Rhône a provoqué une seconde onde. Son niveau était déjà important à Ternay avec une cote de 3.5 m déjà proche des 3.6 m de celle de la crue de mars 2006. Le fleuve a dépassé 5000 m3/s à Beaucaire. Cette intumescence risque de recevoir dans les prochains jours les apports en provenance de la crue  de la Saône.

Un très grand bassin hydrologique comme celui du Rhône peut être affecté par des types de crues différentes pour chacune des parties de son bassin versant. Cette fois, un ensemble de crues le plus souvent modestes sur l’ensemble des affluents,  commencent à se transmettre aux émissaires principaux  comme on remplit une baignoire avec une incertitude pour les jours prochain : Comment la crue de la Saône va-elle réactiver la montée du Rhône en aval , avec en plus l’inconnue de nouvelles précipitations ?

Le passage de la pluie à la neige à des niveaux plus élevés a favorisé ces crues dans la partie aval des cours d’eaux. Si la précipitation était tombée sous forme de neige à des niveaux plus bas, ces montées de rivières auraient été étouffées au départ !

Gérard Staron vous donne rendez-vous sur Radio espérance samedi prochain, bonne semaine…

 

 

                                                                          noel boules noel boules 1 gif

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...
  • Coronavirus et températures : extrait du bulletin N° 171 de l'AMRL
    Voici un premier extrait de l'étude figurant dans le dernier bulletin de l'AMRL Coronavirus et températures ( reprise septembre et octobre 2020) Gerard Staron Lors de la première vague nous avons tenté d’analyser s’il était possible d’établir un lien...
  • Hommage ... Père Maurice Vial
    Hommage…..Maurice Vial Quand c’est la saison des hommages, c’est mauvais signe pour notre pays….. Je voudrais évoquer celui de mon vieux prêtre, le Père Maurice Vial que l’âge nous a enlevé et que le coronavirus associé à un trait d’union fâcheux dans...
  • Prévision du 1er au 4 novembre 2020 : très doux puis nette dégradation et refroidissement
    Prévision de Gérard Staron du 1er au 4 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Des dépressions et perturbations en provenance des hautes latitudes seront freinées dans leur descente vers le sud par les anticyclones méditerranéens Notre région ne sera donc que...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195