Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 11:25

Chronique N° 881

Juillet a cassé l’été d’entrée avec deux épisodes successifs aux caractérisques assez semblables !

Le premier est situé au changement de mois avec une chute de températures très importantes et continue sur moins de 24 heures.  A mon poste de Saint Etienne, la température est descendue de 32.3° le 30 juin à 17 h  à 10.3° le 1er juillet à 16 h. Outre l’écart de 20°, ceci  signifie que le thermomètre a continué de descendre dans la journée de dimanche au lieu de respecter le rythme diurne. Si l’écart parait le plus fort à Saint Etienne, la chute a été spectaculaire dans une grande partie du centre-est de la France. A titre d’exemple dans le Beaujolais, sur les sommets, le maximum tombe de 24.4° à 10.7° au Mont Rigaud et en bas, il choit de 30.9° à 15.1° à Saint Etienne La Varenne.

L’épisode s’est accompagné de cumuls de précipitations importants qui ont dépassé 50 mm sur une ligne des Cévennes, au Mézenc, au Pilat et au Lyonnais qui se perd dans l’Ain. Lyon Bron  a reçu 73.9 mm, mon poste de Saint Etienne 62.4 mm. En réalité cet épisode s’est décomposé en deux. Il a commencé samedi en fin de journée par des orages très violents qui ont déposé çà et là des trainées de grêle comme dans la moitié nord du département de la Loire et même à Montfaucon en Velay . Il s’est poursuivi par une pluie continue pendant toute la journée de dimanche et la nuit suivante pendant laquelle les phénomènes électriques ont été de moins en moins nombreux. Les radars ont montré une ligne pluvieuse  persistante orientée sud-sud-ouest nord-nord-est  remontant de Méditerranée passant par la région stéphanoise et lyonnaise et se perdant ensuite dans le nord-est de la France.   L’épisode ne s’est progressivement évacué vers l’est que dans la matinée de lundi.

Mercredi et jeudi, une deuxième fois, les mêmes effets ont pu être constatés. La chute de températures est réelle mais moins spectaculaire que celle du Week-end. A Andrézieux Bouthéon le maximum de 28° mercredi passe à 22.3° jeudi, et à Clermont Ferrand , il descend de 27.2° à 18.6° . Deux phénomènes ont limité la chute, les températures n’avaient pas eu le temps  de remonter suffisamment depuis  dimanche,  ensuite la pluie a été plus sporadique jeudi qu’elle ne l’avait été dimanche, quelques rayons de soleil pont pu se glisser. Les totaux pluviométriques sont en effet très importants entre mercredi et jeudi, mais ils se présentent sous la forme d’un saupoudrage sur l’ensemble du pays. J’ai relevé jeudi matin 12 mm autant à Saint Etienne qu’à Montregard en raison des orages de la nuit, la reprise de la journée a été très inégale. Au moment où j’effectuais cette chronique, il remontait encore du sud des masses pluvieuses importantes avec deux ensembles. Le premier s’étirait de la Méditerranée au Jura en traversant le Massif central et la vallée du Rhône selon la même orientation que celui de dimanche et le second remontait de la région parisienne et se dirigeait vers le Nord Pas de calais où  une alerte orange avait été placée. Bien que l’épisode ne soit pas terminé, il est déjà tombé 37 mm dans la Creuse  , 49 mm dans la région de Bourges , 32 mm à Macon, 36 mm dans le département de l’Oise. La forme de ce second épisode est bien plus orageuse que celui du week-end et la répartition des pluies en porte les conséquences avec de très grandes différences de pluviométrie sur de courtes distances. Ceux qui ont suivi l’étape du Tour de France entre Rouen et Saint Quentin, ont pu constater que l’épreuve est globalement passée au travers des précipitations, comme je l’avais prévu, pourtant l’orage se déchainait sur l’arrivée 2 heures avant celle des coureurs et à l’ampleur des flaques résiduelles on pouvait constater l’importance des cumuls isque déposés dans les heures précédentes. Terminé, dans la matinée de vendredi,  cet épisode a localement dépassé celui du week-end.

Les deux situations atmosphériques sont assez semblables. Une dépression s’installe les derniers jours de juin comme le 4 juillet sur l’Irlande et l’Angleterre. Elle s’accompagne de l’arrivée de perturbations en provenance des hautes latitudes qui sont suivies d’un air froid, qui amorce sa descente  entre 4 ou 6 ° à proximité de l’Islande.

Quand ces perturbations arrivent sur la France elles apportent successivement 3 types de précipitations. D’abord une faible pluie fraiche océanique sur les littoraux de la France du nord. Dans un deuxième temps, elles entrent en contact avec l’air réchauffé du continent et elles prennent un caractère orageux particulièrement intense, ensuite la perturbation descend très bas vers le sud,  elle entre en contact avec la Méditerranée et elle prend alors une allure de pluie cévenole avec une langue  continue qui remonte de la grande bleue jusqu’à la région Rhône Alpes pour terminer dans le nord–est du pays.

Dans notre région centre-est, cette différence est très visible pendant le week-end entre les orages de la soirée de samedi et les pluies continues avec peu de phénomènes électriques de la journée de Dimanche.

C’est aussi à ce niveau qu’intervient la différence entre les deux épisodes. Celui du week-end descend plus bas vers le sud, une dépression d’altitude au niveau de la surface des 500 hpa vient s’installer dimanche sur la Catalogne et le Levant espagnol. C’est dans ce secteur que l’air froid  s’alimente en humidité sur la Grande bleue. A partir de là, il remonte vers le nord. Cette ligne pluvieuse de dimanche rejoint ensuite les Cévennes et la région Rhône Alpes.

 Au moment où j’écris ces lignes, l’air froid ne semble pas devoir descendre  aussi bas en latitude lors de l’épisode de mercredi et jeudi. L’alimentation en humidité sur la Méditerranée parait plus réduite et la phase orageuse qui précède  l’emporte nettement sur la forme cévenole qui suit. Il convient d’être prudent car une évolution est encore possible, mais ceci explique la localisation géographique différente des pluies, leur caractère plus localisé mercredi et jeudi et leur décalage vers le nord du pays.

La chute des températures a aussi été plus importante dimanche. Les jours précédents, les anticyclones méditerranéens remontés sur la France avaient apporté un temps ensoleillé persistant agrémenté d’un flux de sud qui prenait son origine sur le continent africain. Depuis le 28, les 30° étaient régulièrement dépassés sur une grande partie du pays avec même 34.1° à Anse dans le Beaujolais. La plus grande propagation de l’air froid vers le sud avec une journée entièrement pluvieuse sans ensoleillement  a contribué à faire baisser au maximum le thermomètre. Au contraire mercredi, non seulement la chaleur n’avait pas eu le temps de se réinstaller, mais en plus l’air froid qui a suivi n’a pas pu autant agir en raison de sa moins grande progression vers le sud.

Il existe souvent des épisodes pluvio-orageux en juillet, en particulier dans les jours proches de la fêtes nationale. Certains déposent  des précipitations abondantes, par exemple à Saint Etienne 73 mm le 2 juillet 2009, 27.3 mm et  49.7 mm pour les fête nationales de 2010 et 2011, mais presque jamais ces pluies ne provoquent une baisse aussi nette des températures avec une dégradation durable du temps.

En Juillet l’air froid n’est pas capable habituellement  de s’installer et d’atteindre la Méditerranée et les épisodes pluvieux sont orageux, la surprise de 2012 est leur caractère « cévenol méditerranéen » plus ou moins net qui a permis à l’air froid de casser l’été au niveau thermique pour quelques jours !

Gérard Staron vous donne rendez-vous samedi prochain sur Radio Espérance, bonne semaine à tous !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...
  • Coronavirus et températures : extrait du bulletin N° 171 de l'AMRL
    Voici un premier extrait de l'étude figurant dans le dernier bulletin de l'AMRL Coronavirus et températures ( reprise septembre et octobre 2020) Gerard Staron Lors de la première vague nous avons tenté d’analyser s’il était possible d’établir un lien...
  • Hommage ... Père Maurice Vial
    Hommage…..Maurice Vial Quand c’est la saison des hommages, c’est mauvais signe pour notre pays….. Je voudrais évoquer celui de mon vieux prêtre, le Père Maurice Vial que l’âge nous a enlevé et que le coronavirus associé à un trait d’union fâcheux dans...
  • Prévision du 1er au 4 novembre 2020 : très doux puis nette dégradation et refroidissement
    Prévision de Gérard Staron du 1er au 4 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Des dépressions et perturbations en provenance des hautes latitudes seront freinées dans leur descente vers le sud par les anticyclones méditerranéens Notre région ne sera donc que...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195