Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 16:11

  Chronique N°872

 

       Avril 2012 a été marqué par deux calamités assez ponctuelles dans notre région :

La neige de la mi-avril sur le Pilat a déposé des épaisseurs identiques à celles de 2005 et vous trouverez une analyse plus complète dans le prochain bulletin des météorologistes d’entre Rhône et Loire (sortie vers le 10 mai)

       La tempête de la nuit du 28 au 29 avril dont le caractère catastrophique a été provoqué par un petit nombre de très grosses rafales entre 23 heures et 1 heures, affectant le couloir méridien de la Loire supérieure dans l’axe du vent de sud impliqué . Cette tempête a correspondu,  avec les pluies qui ont suivi sur les crêtes entre Mézenc et Pilat, à la fin de la situation de blocage que je vous présentais samedi dernier. L’anticyclone qui était venu depuis le mercredi 25 avril bloquer les perturbations atlantiques, a résisté jusqu’à Dimanche distribuant coups de vents et fortes pluies sur de nombreuses régions, puis il a disparu comme par enchantement le dernier jour du mois et avec lui les grosses calamités.

Avril a totalement contredit mars autant pour les températures que la pluviométrie.

Précipitations avril 2012

Pour cette dernière, le cumul a dépassé 100 mm sur une grande partie du pays dans un mois qui est rarement très arrosé (carte jointe). A ce moment de l’année, les principaux types de temps fournisseurs de pluie se raréfient qu’ils soient océaniques, moins de perturbations, ou méditerranéens, peu d’événements cévenols.  Deux seuls grands secteurs n’atteignent pas  ce seuil de 100 mm. Il s’agit d’abord d’une grande bande méditerranéenne qui s’étire du Pays toulousain à la Provence. Elle s’arrête vers le nord aux premières pentes des reliefs du Massif central ou des Préalpes. Puis, Le second ensemble moins arrosé correspond au nord-est du Bassin parisien avec un débordement jusqu’en Alsace et dans les plaines de La Saône

       La répartition des pluies supérieures à 100 mm à l’intérieur de la France, privilégie les reliefs des Pyrénées atlantiques, de l’ouest du Massif central, du Jura et des Alpes. A l’intérieur de ces derniers on constate d’énormes contrastes sur quelques kilomètres de distance entre les massifs et quelques bassins proches. Ces derniers écarts sont particulièrement marqués sur le Pilat qui reçoit 222 mm à Tarentaise à 1100 m d’altitude , mais seulement la moitié à Saint Etienne avec 109.2 mm, et encore bien moins à Andrézieux à l’entrée de la Plaine du Forez  avec 88,5 mm. Quel contraste entre les deux capitales auvergnates avec Aurillac 204 mm et Clermont Ferrand 69.9 mm ! Par ailleurs les Ardennes sont très arrosées alors que les Vosges ne sont beaucoup moins. Quel contraste aussi dans les Pyrénées entre l’ouest atlantique plus de 200 mm et l’est catalan moins de 100 mm !

       La répartition des pluies privilégie aussi les littoraux de l’Atlantique et de la Manche, mais là encore avec quelques secteurs qui ont été oubliés. Dans les Landes quand Mont de Marsan reçoit 241 mm et Cazaux 179 mm, le Cap Ferret pourtant très proche reste à 98 mm. Un peu plus au nord quand la pointe de Chemoulin n’accumule que 63 mm , Nantes dépasse 105 mm. En Bretagne, quand Belle île atteint seulement 94 mm, Lorient arrive à 183 mm et Quimper à 225 mm.  En Manche quand le cap de la Hague ne reçoit que 97 mm, Cherbourg atteint 144.9 mm et Valognes encore plus. En temps ordinaire les différences sont en sens inverse et des points du littoral habituellement très arrosés ont été partiellement oubliés.

       En réalité cette très forte pluviométrie est faite de glissières plutôt méridiennes. La première grossièrement sud-ouest nord-est  s’étire des Landes, au Bordelais (178 mm à Bordeaux), aux Charentes (198 mm à Angoulème), effleure le limousin et termine sa course en Poitou et dans le Maine. Une autre suit les crêtes des Cévennes (259 mm au Mont Aigoual) au Pilat et se poursuit jusqu’au Morvan. Enfin la troisième plus logique remonte des Alpes au Jura.

       Ces bandes plutôt méridiennes sont liées au caractère atypique d’un certain nombre de pluies, les temps de nord-est de retour qui ont déposé tant de neige sur la Pilat à la moitié du mois, et les lignes de fortes pluies correspondant au blocage des derniers jours .

La conséquence de cette forte pluviométrie, avril avait commencé dans la sécheresse, il s’est terminé dans les crues qui affectent en même temps 3 ensembles de  régions.

D’abord dans le grand centre-ouest, l’ensemble des rivières a réagi.

       Celles descendant du plateau de Millevaches ont ouvert le bal le 27 avril.  La Vienne et la Vézère ont connu depuis cette date 3 pointes selon les différentes averses successives. En amont celle du 27 l’emporte, mais vers l’aval la seconde du 29 avril monte plus haut sur la Vézère à Montignac et la troisième prédomine sur la Vienne aval à Châtellerault.

       Dans un second temps les crues se sont déplacées un peu plus à l’ouest pour la fête du travail. La Sèvres nantaise dépasse 2.5 m le 30 avril  Le Thouet atteint 3.5m à Pont de Chacé dans la nuit du 1er mai. La Charente à Angoulême ne connait son maximum qu’en fin de journée avec une cote à 4.10 mètres.

       Plus au nord les crues ont affecté de façon secondaire le bassin de la Maine qui monte à 3 m à Angers. L’ensemble de ces cours d’eaux provoque une intumescence modérée sur la Loire  avec 2000 m3s à Montjean.

       Les rivières du Bassin parisien réagissent avec deux secteurs L’Yonne et l’Armançon descendant du Morvan et L’Aisne affectée par les pluies des Ardennes.  Cette dernière monte encore le 3 mai.

Dans tous ces cas, les crues prennent de l’importance de l’amont vers l’aval des rivières, mais rentrent dans le rang après la confluence avec les grands fleuves.

Enfin la troisième région de crues a concerné les rivières descendant de l’est du Massif central entre les Boutières et le Pilat. La Loire en amont du bassin du Puy monte de 2m à Goudet après avoir rempli le barrage de La Palisse ; la Semène, la Dunières, Le Lignon vellave et le Furan montent dans des proportions assez proches. La Loire à partir de la plaine du Forez a peu réagi.

       Ces crues n’ont pas attiré les commentaires. Leurs niveaux sont relativement modestes et assez éloignés des grands débordements antérieurs. Les différentes rivières n’ont pas réussi à communiquer leur montée aux grands fleuves. Toutefois une grosse intumescence presque simultanée de l’ensemble des rivières du centre-ouest , d’une partie de celles du bassin de la Seine et enfin des affluents de rive droite du haut bassin de la Loire est une conjonction assez rare pour être signalée. L’association entre des cours d’eaux du domaine océanique et d’autres plus souvent touchés par les pluies cévenoles ou les orages d’été mérite d’être signalée. Elle montre que les pluies d’avril ont largement compensé la faiblesse de la pluviométrie des deux mois précédents et ont suffisamment saturé les sols pour provoquer la réaction des rivières.

       Le cumul des précipitations des 3 premiers mois de 2012 se situait parmi les plus faibles connu depuis  1946. Dans une station pourtant parmi les moins arrosées, Andrézieux , l’adjonction d’avril a fait rentrer les précipitations dans la moyenne et depuis 1946, 27 années ont connu un total janvier avril plus faible !

       En climatologie il est difficile de satisfaire tout le monde. Avril a apporté des chutes de neige, une tempête et une gelée tardive plus ou moins calamiteuses, mais il a clos au moins provisoirement le chapitre de la sécheresse.

 

Gérard Staron vous donne rendez-vous samedi prochain sur les ondes de Radio Espérance, bonne semaine.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...
  • Coronavirus et températures : extrait du bulletin N° 171 de l'AMRL
    Voici un premier extrait de l'étude figurant dans le dernier bulletin de l'AMRL Coronavirus et températures ( reprise septembre et octobre 2020) Gerard Staron Lors de la première vague nous avons tenté d’analyser s’il était possible d’établir un lien...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195