Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 11:22

Chronique N° 864

L’hiver météorologique s’est terminé officiellement le 29 février, puisque selon les normes la saison comprend les trois mois entiers de décembre janvier et février.

Nous n’avons pas encore entendu dans les médias d’annonces sur l’évaluation de cet hiver, alors nous allons tenter de l’effectuer dans la région stéphanoise.

Pour le seul mois de février, ma station a naturellement battu tous ses records de froid, température minimale la plus basse (-14.6°) mais aussi les moyennes mensuelles les plus basses autant pour les minimales (-5.4°), les maximales (0.8°) que la moyenne approchée (-2.3°) et bien d’autres nombres : jours de grand froid etc. Toutefois sa création en 2006 ne permet pas une recherche plus loin dans l’histoire récente.

Nous avons donc pris en compte la station d’Andrézieux Bouthéon qui mesure les températures depuis 1946 soit 66 ans.

Contrairement à ce que l’on a pu entendre, ce n’est pas la température minimale la plus basse, la plus caractéristique de ce dernier mois de février. On a entendu des valeurs de -20° parfois -25°, mais les mesures s’effectuent sous abri selon des normes strictes à respecter et le minimum de Bouthéon n’est descendu qu’à -15.7°. C’est très loin des records. Ce dernier -25.6° a été mesuré le 4 janvier 1971, mais on trouve aussi -23° en janvier 1985, -22.9° en janvier 1963,  -22.5° en février 1956, -20.8° en février 1954 et une demi-douzaine de valeurs comprises entre -16° et -20°.

Même si apparemment, la grande vague de froid n’a duré qu’une moitié du mois, ce sont les aspects qui mesurent la ténacité plus que l’intensité maximale qui donnent la meilleure idée de l’événement et pour ce faire il faut avoir recours aux moyennes.

Pour ce mois de février, il faut remonter à 1956 pour trouver une moyenne mensuelle plus basse. Il a été mesuré -1.7° cette année et outre février 1956 avec -7.6°, seules deux autres hivers ont connu un mois de février avec moyenne négative : 1963 avec -0.9° et 1965 avec -0.6°. Par ailleurs tous mois confondus, ce février 2012 est le 5 ème plus froid, outre février 1956, il faut ajouter janvier 1963 et 1985 avec -3.3° et janvier 1987 avec -2.7°.

Ce mois de février est donc à intégrer dans les grands hivers, avec une particularité singulière : ceux qui sont concentrés sur une seule et très longue vague de froid.

Les autres mois de cet hiver ont souvent été présentés comme exceptionnellement doux, ce n’est que très partiellement le cas dans notre région.

Décembre 2011 avec une température moyenne de 5,95° a tout de même connu 8 de ces homologues aux températures plus élevées. Le plus doux est décembre 2000 avec 7.8° suivi de 1953 avec 7.3° et 1993 avec 6,5°. Curieusement sur les 8 décembre les plus doux, 4 sont antérieurs à 1980, soit avant la grande période de réchauffement qui a été constaté dans les 25 années qui ont suivi. Aucun ne se trouve après 2000. Cette analyse statistique montre que dans notre région au moins un mois de décembre sur 10 a été plus doux que celui de 2011.

Janvier 2012 peut encore moins être présenté comme très doux puisque 13 ont  connu des températures moyennes supérieures à celle de 2012. A Bouthéon il a été mesuré 4.35°, or en 1988, le plus doux, la moyenne atteint 7.1°. Ce dernier est suivi de janvier 1996 avec 6.3° et 1974 avec 6.1°. Les années récentes sont loin de truster les premières places puisque la moitié est antérieure à 1990 et seuls 2007 avec 5.6° en 5ème place et 2008 avec 5.4° et une 9ème place s’insinuent dans la liste des mois de janvier les plus doux que 2012. Un petit calcul de probabilité montre qu’un mois de janvier sur 5 a été bien plus doux que celui du dernier hiver.

Ces remarques permettent aussi de montrer que l’on ne retrouve pas en hiver ce qui s’observe pour l’année entière : la concentration des périodes les plus chaudes dans les dernières années postérieures à 1995 et surtout de 2000 à 2006.

On peut d’ailleurs constater une dégradation régulière de la température pendant ces derniers mois. Sur les 66 années depuis la fin de la dernière guerre mondiale, novembre 2011 était le 5 ème pour sa douceur, décembre 2011 le 9ème, janvier 2012 passe à la 14 ème place et février descend à la 65 ème place  ou la seconde plus froide. Voilà un glissement tout à fait significatif.

Le plus amusant, avec décembre très doux, avec janvier assez doux et février très froid, on obtient un hiver « moyen » quand on effectue le calcul sur les 3 mois. C’est ainsi qu’avec une moyenne générale de 2.9° on trouve 38 hivers plus doux et 27 plus froids. Il en est en climatologie comme en éducation quand on fait passer en 1ère S un élève qui a 4 en math et 6 en physique mais 16 en histoire et 18 en éducation physique avec une réponse que j’ai souvent entendu en conseil de classe «  mais il a la moyenne ». Il y a aussi le cas de ceux qui obtiennent le bac avec les seules matières optionnelles , le cirque, et autres disciplines bizarres !

La hiérarchie de ces hivers est intéressante.

Pour les plus froids, je retrouve quelques vieux compères qui ont accompagné ma thèse. D’abord 1962-63 est le seul où la moyenne de l’ensemble et de chacun des 3 mois est négative avec -1.5°, le plus tenace de la bande. Vient en seconde position avec 0.7° 1955-56 où le mois de février exceptionnel est compensé, comme cette année, par janvier et décembre bien plus doux. Quasiment au même niveau on trouve 1980-81 et 1952-53. Un peu plus distancé 1946-47, 1963-64, 1984-85 remarquable par sa vague froide intense du début au 22 janvier  et 1970-71 qui conserve encore dans la région les records pour les épaisseurs et la durée de l’enneigement. Pour trouver un hiver récent, il faut monter à la douzième place avec 2005-2006 qui précède les 12 mois consécutifs les plus chauds de mai 2006 à avril 2007 dont je vous ai souvent parlé. Association contradictoire froid chaud dans le temps !

Pour les hivers les plus doux et leur moyenne des 3 mois, 2000-2001 tient la première place avec 6.2°. Il est suivi par 1994-1995 avec 6°, 2006-2007 avec 5.9°. Ce sont les seules années récentes puisque je trouve ensuite une série de l’époque que j’analysais au moment de ma thèse : 1965-66 limité à une seule période froide et neigeuse d’une semaine à la mi-janvier, 1974-75 commencé et terminé en fanfare en octobre et mars mais particulièrement doux dans sa partie centrale proprement hivernale, et 1981-82 au mois de janvier très doux.

Les moyennes sont certes très utiles en climatologie, elles ont permis son essor au début, mais si l’on se contente de celle de la totalité de cet hiver on serait tenté de le qualifier « moyen peut mieux faire » ou « circuler il n’y a rien à voir ». Pourtant en climatologie plus qu’ailleurs, ces moyennes peuvent être la représentation molle de phénomènes extrêmes de sens contraires qui s’annulent. L’hiver dont j’ai souvent signalé le caractère fantasque, est peut-être plus que d’autres saisons, sensible à ce simple problème mathématique. L’arrivée des vagues de froid ou de neige est très variable dans le temps même s’il y a un léger penchant pour la première quinzaine de janvier et la mi-février, il faut donc se méfier des moyennes et surtout ne pas avoir une confiance absolue dans leurs résultats ou leurs prévisions surtout avec des écarts minimes, inférieurs à un degré.

Gérard Staron vous donne rendez-vous samedi prochain sur les ondes de Radio Espérance, bonne semaine à tous.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195