Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 18:45

Chronique N°862

La vague de froid de la première moitié de février a réveillé les polémiques sur la conduite à tenir pour le maintien ou l’annulation des grandes manifestations sportives de plein air.

Habituellement le cyclisme est le plus affecté. Il y a bien eu quelques modifications d’itinéraires d’étapes de l’Etoiles de Bessèges, mais l’affaire est restée discrète. Les courses restent encore sous la protection des rivages de  la Méditerranée en début de saison.

Ces dernières années, le football avait été concerné lors de la reprise des compétitions en janvier. Cette année le problème a été décalé en février avec 3 reports en ligue 1 comme en ligue 2  pour la 22ème journée des 4 et 5 février et 1 seul en ligue 1, pour 7 en ligue 2 pour la 23ème journée des 11 et 12 février. Ne parlons pas des championnats de niveau inférieur où les reports ont été massifs.

Cette année le sport le plus affecté a été de façon très surprenante le Rugby et « le tournoi des 6 nations » avec le report du match du stade France. Qui aurait pensé que ce vénérable sport d’affrontement physique devrait un jour renoncer devant les conditions climatiques !

Les polémiques ont correspondu à deux cas, le match de ligue 1 Saint Etienne-Lorient du 4 février, et celui du tournoi des 6 nations, France-Irlande du stade France du 11 février où toutes les précautions avaient été prises pour leur déroulement et qui ont dû être stoppé après quelques minutes pour le premier ou reporté au dernier moment pour le second alors que joueurs et spectateurs piaffaient d’impatience quand arbitres et dirigeants négociaient, arpentaient la pelouse avec un air dubitatif avant une décision négative.

Dans les deux cas, toutes les précautions étaient censées avoir été prises, les terrains bâchés depuis le début des intempéries, maintenus à des températures positives par des souffleries. Pourtant les quelques heures entre l’enlèvement de cette protection et le début de la rencontre ont été suffisantes au froid pour reprendre possession des lieux. Ceci montre l’inadaptation totale des systèmes de protection des terrains en France face à des conditions de températures extrêmes. Quand on a montré samedi soir, cette espèce de gazomètre chauffant que l’on a tenté de promener sur la pelouse du stade de France en dernier secours, on a pu se rendre compte que les moyens utilisés sont d’un autre âge.

Je ne sais quelle technologie utilise nos voisins allemands pour protéger leurs terrains, mais il convient de constater qu’aucun match de la Bundesliga n’a fait l’objet d’un report alors les conditions de grand froid étaient largement plus sévères. Des matchs se sont déroulés à Munich, Stuttgart, Augsbourg où les températures maximales n’ont pas dépassé respectivement -5.8°, -5.5° et -8.2° pendant le week-end. Ne parlons pas des températures minimales : -22.9°, -16.6° et -22.1° pendant les mêmes journées ! Sans commentaire.

La comparaison des conditions climatiques des trois matchs du tournois des 6 nations des 11 et 12 février, mérite intérêt.

A la station du Bourget, proche du stade France, la journée a été sans dégel, samedi, avec un maximum de -01° à 16 heures, ensuite les températures plongent pour descendre à -4,7° à l’heure prévue pour le coup d’envoi, elles seraient descendues à -6° ensuite pendant le match s’il avait eu lieu. Le maintien d’une heure en soirée a pesé très lourd dans l’annulation. La température de l’après-midi était acceptable, elle était même plus élevée que celle du match de la semaine précédente contre l’Italie (-2°) qui s’est déroulé dans l’après-midi. En soirée, le terrain a été victime du refroidissement nocturne alors qu’il était sans protection.

A Rome, samedi dans l’après-midi où s’affrontent l’Italie et l’Angleterre, le terrain porte encore les stigmates de la chute de neige qui a eu lieu la nuit précédente et continue sporadiquement à déposer quelques flocons. Par contre la température est positive. Je n’ai pas réussi à avoir celle de Rome, mais on peut estimer le maximum entre 3°, celui de Gènes et 6° celui de Naples. Les chutes de neige par thermomètre positif sont courantes dans les régions méditerranéennes.

A Cardiff, le lendemain, se déroule Galles-Ecosse dans l’après-midi. Le stade du Millenium dispose d’un toit amovible qui a été refermé. Cette précaution correspond seulement à un confort, car le dimanche 12, les températures sont nettement positives sur toute la face occidentale des Iles britanniques : +8° à Plymouth, +6° à Glasgow et +10° dans le Connemara à l’extrémité de l’Irlande. Rien n’empêchait la rencontre de se dérouler en plein air et cette atmosphère protégée des conditions extérieures paraissait peu compatible avec la nature et l’histoire d’un sport comme le Rugby !

Le Royaume Uni se trouvait encore dans l’anticyclone sibérien dimanche dernier. Il commençait seulement à s’affaiblir, mais l’élément qui  entretient des températures clémentes sur la face ouest des îles britanniques est le Gulf Stream, le courant chaud en provenance du large de la Floride qui traverse l’Atlantique et remonte le long des côtes de l’ouest de l’Europe.

Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les températures des pointes occidentales de l’Europe avec celles situées un peu plus à l’intérieur.

Pendant ce dernier week-end, quand il faisait +10° dans l’ouest de l’Irlande, +8° dans la Cornouaille ou +7° en Ecosse, Londres dépassait à peine 0°. En France la pointe du Finisterre a été épargnée par la vague de froid, ainsi que celle de la Galice en Espagne. Le Gulf Stream a empêché que le froid atteigne les extrémités du continent.

J’ai ouïe dire, que certains expliqueraient la vague de froid que nous avons connu par une défaillance du Gulf Stream or ce dernier n’a jamais été aussi bien alimenté que pendant cette première quinzaine de février.

Les faits parlent, la vague de froid que nous avons connu provient des régions continentales de l’Eurasie avec l’anticyclone Russo-sibérien, elle n’a donc aucun lien avec l’Atlantique où remonte le Gulf Stream. Si ce dernier avait été défaillant, les régions proches de l’océan auraient été affectées par les basses températures, or ce sont les seules qui ont gardé un thermomètre nettement positif et elles ont stoppé l’avancée du froid avant que celui-ci n’atteigne les côtes.

Ce même samedi 11 février à 13 locales, on peut suivre l’influence du Gulf Stream avec la langue de températures tièdes qui remonte très haut en latitude sur les côtes de l’Océan  pendant que nous grelottions jusqu’en Méditerranée. Il fait de 14 à 16 ° sur les Açores, on trouve entre +9 et +10° sur la Côte occidentale de l’Irlande, +8° sur les Hébrides au nord-ouest de l’Ecosse, +6° sur les iles Féroes, +4° sur la face méridionale de l’Islande. Les températures sont très positives sur les côtes de la Norvège avec +4° au centre et +1° sur les iles du nord, alors qu’au même moment les détroits du Danemark et une grande partie de la mer Baltique sont gelés. Au début du mois de février, +1° aurait même été enregistré au Spitzberg qui correspond à la pointe la plus extrême de son influence, ce qui aurait fait reculer temporairement la banquise à ce niveau après sa pointe de la mi-janvier. Ces températures sont mêmes à contre-courant  des flux atmosphériques de nord et de nord-est  à ce moment-là, en liaison avec l’anticyclone sibérien.

 Le Gulf Stream ne s’est jamais aussi bien porté,  l’affolement de certains idéologues réchauffés fait peur dès qu’une vague de froid arrive. L’inadaptation au froid des activités sportives peut amuser, mais traduit un désarroi quand le ciel sort du dogme réchauffé !

Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain sur les ondes de Radio Espérance , bonne semaine !

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans société
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195