Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 14:56

Chronique N°846

Le début de l’’arrière saison a été plutôt clément sur l’Europe occidentale. Les incursions de l’air froid polaire ont attendu le 8 octobre  pour une première offensive qui a apporté les premières neiges importantes sur les Alpes. Ces dernières ont surtout affecté la partie orientale du massif qui a reçu plus de 60 cm des Alpes des Grisons à celles du Tauern.  Les plus grosses épaisseurs sont tombées  sur les Préalpes de Bavière avec 80 cm,  sur le massif du Gran Pilastro avec plus de 2 mètres aux confins des Alpes du Tyrol et des Dolomites italiennes. Chez nous, ce hors d’œuvre du 8 octobre a été limité à une pluie fraîche pendant 48 heures.

La seconde offensive du froid et de la neige a attendu le milieu de cette semaine. La France reçoit plus de flocons que la première fois. Les Alpes mais aussi les autres massifs de l’est de la France dont les crêtes du Massif central reçoivent leur premier véritable manteau blanc de la saison.

Cette année, notre continent européen n’est pourtant pas la partie de l’hémisphère nord la plus en pointe dans la poussée du froid et de la neige d’origine arctique. L’hiver a commencé son attaque par l’Asie.

Cet axe de progression est visible au niveau de la reprise de la croissance géographique de la banquise arctique. La fusion importante de la période estivale avait libéré de glaces les littoraux des mers de Sibérie orientale et de Laptev. Le 30 septembre et même encore le 10 octobre, un passage maritime était encore visible le long des côtes selon les images de satellite, aujourd’hui les glaces sont de nouveau arrimées avec le continent à l’est des Iles de nouvelles Sibérie et de Long.

L’anticyclone sibérien s’est installé au sol sur l’est de l’Asie lors des derniers jours de septembre. Le 23 septembre, les prémices de l'anticyclone arrivent sur la Chine. Jusqu’au 2 octobre, les pressions se renforcent avec 1034 hpa dans la région de Pékin. L’immense masse anticyclonique a recouvert l’essentiel du continent jusqu’à l’Himalaya, la Chine du sud et au Japon. Les conditions atmosphériques hivernales sont en place sur l’Asie dès le début octobre, situation précoce pour ce continent. Quand l’Europe vit ses derniers jours de beau temps. L’expérience du passé permet de penser que la chape hivernale s’est installé sur l’Extrème-Orient  jusqu’aux mois de mars et avril 2012

Le manteau nival recouvre déjà toute la moitié orientale de la Sibérie. Le nord des monts de l’Oural sont atteint ainsi que les rives du Lac Baïkal. Le Fleuve amour qui marque la frontière de la Russie et de la Chine est franchi et le manteau s’est installé dans le nord de la Mandchourie. La neige est aussi revenue sur la partie orientale du Tibet.

Le froid arrive avec de très fortes gelées sur la Mandchourie. Ces dernières atteignent le littoral de la mer Jaune, le nord de la Corée et même le Japon. A Pékin, ce 2 octobre la température minimale  a atteint -8° et le maximum 14° en raison de l’ensoleillement diurne sous un  ciel dégagé.

Indirectement, cette poussée très précoce de l’hiver en Asie semble responsable des inondations sur la Thaïlande dans la région de Bangkok.

Cette face orientale de la Péninsule indochinoise connait déjà un maximum de précipitations dans la seconde partie de la mousson avec des ondes d’est qui circulent dans la mer de Chine et qui viennent buter sur les côtes Thaïlandaises qui leur font face. A Bangkok, le mois de septembre correspond à celui du maximum pluviométrique avec une normale de l’ordre de 300 mm. Cette année les fortes pluies ont commencé en août avec un  maximum de 500 mm sur les montagnes de l’est et du nord du pays. Cette pluviométrie exceptionnelle s’est accentuée pendant le mois de septembre avec plus de 600 mm dans la plaine de Bangkok comme dans les zones littorales proches de la frontière avec la Cambodge. A l’intérieur de ce total la plus grande partie est tombée entre le 23 septembre et le 10 octobre, avec environ 300 mm sur les mêmes régions.

La mise en place entre le 23 septembre et le début octobre de l’anticyclone sibérien a dirigé sur ces zones des basses latitudes indochinoises, de l’air froid qui est entré en contact avec l’air tropical des ondes d’est qui circulent dans la mer de Chine. Ces dernières ont été exacerbées par ce contraste thermique qui se produit anormalement tôt dans la saison. La situation du 2 octobre illustre cette opposition entre une tempête tropicale assez creusée qui se déplace en mer de Chine à 998hpa quand le subcontinent chinois est recouvert par l’anticyclone Sibérien avec des pressions supérieures à 1025 hpa. Le continent chinois est déjà dans une situation atmosphérique de plein hiver quand la mer de Chine reste dans la mousson d’été.

 La Thaïlande a subi de plein fouet les résultats de cet affrontement. D’habitude ce prolongement de la mousson en arrière-saison sur les faces orientales des péninsules asiatiques fournit moins de pluies que celles de mai et de juin sur les faces occidentales comme en Inde ou Birmanie. Tel n’est pas le cas cette année. L’organisation des reliefs du pays a fait le reste. La partie septentrionale se présente sous la forme d’un grand amphithéâtre ceinturé de montagnes qui envoient leurs eaux vers une gouttière centrale, la plaine de Bangkok, facilement inondable comme toutes les zones basses rizicoles des deltas de l’Asie du sud-est aux altitudes très faibles. Ceci a provoqué les très grosses inondations que les médias ont relatées.

Cette année, le déclenchement de l’hiver a commencé par l’Asie et sa poussée sur la Chine a eu des conséquences jusqu’à la Thailande.  Au contraire,  nous avons pu bénéficier en France jusqu’à ces derniers jours du beau temps provoqué par les anticyclones d’altitude méditerranéens. Il a fallu attendre la première attaque polaire du 8 octobre puis la seconde du milieu de cette semaine pour sortir d’une ambiance faussement estivale. Les descentes arctiques ont eu des difficultés à atteindre la latitude de la Méditerranée, ce qui explique que nous n’avons pas encore connu de pluies cévenoles. 

Il y a souvent des dissymétries au moment où la situation atmosphérique bascule entre saisons chaudes et froides. L’an dernier à la même époque, les descentes polaires nous préparaient un mois de novembre et de décembre très froid en Europe quand le Canada et le nord–est des Etats unis ont bénéficié très longtemps d’un été qu’ils appellent judicieusement indien chez eux. Ces régions d’Amérique du nord n’ont été atteintes l’an dernier par l’hiver qu’un gros mois après nous.

Le même décalage dans le déclenchement de la saison froide s’est produit cette année entre l’extrême orient, très tôt dans une situation de type hivernal et l’Europe encore un temps dans l’insouciance estivale pendant la première partie de ce mois d’octobre

La circulation de l’atmosphère s’accompagne souvent d’oscillations de la circulation générale de l’atmosphère, quand les uns ont plus chaud, les autres ont plus froid, quand les uns sont sous l’influence d’un air provenant des basses latitudes, les autres connaissent des descentes des hautes latitudes. Le climat de la planète connait toujours des excès de sens différents sur des zones géographiques éloignées de quelques milliers de kilomètres.

La notion de « moyenne » a été inventée  par l’homme pour essayer de conceptualiser la notion de climat très difficile à appréhender, ce n’est pas forcément un moyen adapté pour apprécier ces différents excès contraires de la météorologie qui se succèdent dans le temps et dans l’espace. L’utilisation de « moyennes » en climatologie, c’est très pratique et elles font partie de l’univers familier de tous les climatologues, mais ceci peut fausser beaucoup l’appréciation réelle du ciel !

Il en est des moyennes de climatologie comme de celles de l’école ! A prendre avec précautions !

Gérard Staron vous donne rendez vous la semaine prochaine sur les ondes de Radio Espérance. Bonne semaine à tous.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195