Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 19:45

Chronique N°837

 


       Savez-vous qu’au moment où nous connaissions en France l’un des mois de juillet les plus frais depuis très longtemps avec des températures moyennes basses que l’on avait pas observé depuis le début du siècle actuel et parfois depuis 1980, les Etats Unis ont connu une vague de chaleur sans précédent.

Il a été enregistré 55° le 18 juillet à Knoxville (Iowa) et 47,8° le 2 juillet à Phoenix dans l’Arizona. Par ailleurs des records absolus tenaces depuis de très nombreuses années, parfois plus d’un ou deux siècles sont tombés :

Les 38,9° de New Haven dans le Connecticut n’avaient pas été dépassés depuis 1780

Les 42,2° de Newark dans l’Etat de New-York battent un record datant de 1893 et les 43,9° d’Amarillo dans le Texas obligent à remonter à 1892..

      La température moyenne du mois de Washington de 29.2° bat un record depuis 1993

Ce qui est vérité d’un côté de l’Atlantique n’est pas forcément vérifié de l’autre surtout en climatologie

On a même détecté une évolution inverse des températures au cours de la seconde partie  du mois entre la France et les Etats Unis.

      Jusqu’au 14-15 juillet l’évolution des températures est symétrique entre les deux pays. Elles montent d’une façon irrégulière jusqu’à un premier maximum assez modéré vers les 11 et 12 juillet, avant de connaitre une chute sensible dans les deux cas. Le 15 juillet connait le minimum du mois autant à Washington qu’à Newark. A Montregard comme à Saint Etienne le 14 puis le 15 juillet connaissent aussi la première grosse alerte de fraicheur de juillet.

Après, l’évolution des températures diverge de part et d’autre de l’Atlantique. Plus le thermomètre monte du coté Amérique, plus il baisse en France. La chaleur la plus forte est observée autant à Washington qu’à Newark les 23 et 24 juillet avec des moyennes journalières dépassant respectivement 32 et 35 °. Pendant les deux mêmes journées, la France enregistrait des records de fraicheurs comme à Montregard ou Saint Etienne. Dans les derniers jours du mois, la température se relève lentement en France alors qu’elle devient plus modérée aux Etats Unis.

      La correspondance des jours dans cette évolution contraire pourrait surprendre, mais les oscillations de la circulation générale de l’atmosphère aux latitudes tempérées sont une réalité. A partir du moment où l’anticyclone des Açores est allé se réfugier sur l’Atlantique, il a permis la mise en place d’une circulation de sud sur son flanc ouest, coté Amérique, et de façon symétrique des descentes de nord sur son flanc est, côté Europe occidentale. Il n’y a pas de mystère en climatologie. Chaque fois qu’un air vient du sud dans l’hémisphère nord, il pousse les températures vers le haut et inversement, en provenance du nord, il provoque leur plongée.

      Il est possible de multiplier les exemples de ces oscillations avec leurs conséquences thermiques extrêmes et opposées.

Pendant ce même mois de juillet 2011 aux Etats Unis, l’axe principal de la grande chaleur remonte du golfe du Mexique en direction de l’est des grandes plaines. Texas, Oklahoma, Kansas, Iowa, jusqu’aux Dakotas, constituent la zone la plus affectée avec des moyennes qui dépassent 32° au centre pendant 3 semaines et des anomalies supérieures de plus de 8° par rapport aux normales.

      Au même moment, les côtes du Pacifique du nord-ouest du pays, dans les états de l’Oregon et de Washington, ne pas confondre avec la ville capitale à l’autre extrémité du pays, la température moyenne ne dépasse pas 15°, soit moins de la moitié, avec une anomalie de 4° en dessous des normales.

      En 2010, les exemples d’oscillation ont été tout aussi nombreux et spectaculaires. Alors que l’Europe du nord-ouest connaissait une année fraîche, le nord est des Etats unis et le Canada subissaient au contraire un millésime particulièrement chaud. Certains Etats, le New Hamphire et le Rhôdes Island, avaient même connu leur température la plus élevée depuis 116 ans. L’ensemble de la Nouvelle Angleterre et du Québec voisin, sans connaitre le même record, présentaient une très forte anomalie chaude.

      L’une des périodes de l’année où le contraste a été le plus marqué correspond au début de l’hiver. Au début décembre, l’Europe du nord-ouest et la France frissonnaient alors que le Canada connaissait une anomalie inverse tout à fait marquée.

Les oscillations présentées jusqu’à présent s’effectue selon une direction ouest –est, mais il peut aussi en exister des nord-sud.

      Lors de la même année 2010, je vous signalais un peu plus haut que le nord-est des Etats Unis avaient connu une année très chaude. La nouvelle Angleterre avec les états déjà cités constituait le cœur de la zone concernée, mais les zones blotties le long de la frontière canadienne des Grands lacs jusqu’à la Mégalopolis avaient subi de façon atténuée le même phénomène avec une température située dans les 10 années les plus chaudes.

      Au même moment plus au sud, la Floride connaissait la 7ème année la plus fraiche depuis 116 ans. Le vieux sud voisin du Mississippi à la Géorgie, présentait un rang assez proche.

      On pourrait multiplier les exemples. Actuellement la Nouvelle Zélande subit une vague de froid avec des gelées très sensibles et des chutes de neige exceptionnelles. Un anticyclone centré sur le Pacifique sud envoie un air en provenance de l’Antarctique sur la Nouvelle Zélande , mais plus à l’ouest , l’Australie reçoit un flux inverse.

      Au début de cette année le « National Climatic data center » des USA a publié une carte présentant par états le rang de la température moyenne de l’année 2010 par rapport à celle des 116 précédentes. Je vous ai déjà présenté les deux extrêmes entre le rang 7 de la Floride la plus fraiche et le 116 des deux plus chauds. Les Etats Unis comportent 50 états mais seulement 48 sont pris en compte dans le classement qui ne concerne pas les Iles Hawai et l’Alaska situés à l’écart de la zone métropolitaine du pays.

      Comme, à quelques exceptions près, la superficie des Etats est assez proche, ce sont d’ailleurs les plus petits du nord-est qui ont été les plus chauds en Nouvelle Angleterre et les plus grands qui ont été les plus frais en 2010 comme le Texas qui a connu sa 54ème année la plus froide sur 116, il suffit de prendre en compte l’état qui se place en position médiane, au milieu, pour avoir une idée du classement thermique de 2010 pour l’ensemble des Etats Unis depuis la fin du 19ème siècle.

      L’Idaho, est en position médiane, et représente la situation d’un état américain sur deux. Son rang thermique sur les 116 années de référence le place en 90 ème position par rapport à la plus fraîche. Ceci signifie aussi qu’il a connu 26 années plus chaudes que 2010 depuis 116 ans.

      Alors que 2010 présente pour deux états de la Nouvelle Angleterre l’année la plus chaude, 24 autres états ont connu depuis 1894 au moins 26 années plus chaudes que 2010. De même, alors que la Floride présente la 7 ème année la plus fraiche, au moins un état sur deux a connu pendant la même période 90 années plus fraiches que 2010.

Cette remarque montre qu’il y a toujours des anomalies de sens contraire des températures sur des distances assez proches. Quand une région est anormalement frigorifiée, une autre souvent pas très éloignée, a chaud de façon aussi inhabituelle. Une moyenne thermique sur un lieu est déjà un calcul théorique qui prend en compte des extrêmes opposés comme chez nous ce printemps si chaud  et juillet si frais. Sur un pays pour une même année, c’est encore pire comme pour l’exemple cité. Sur la planète, ceci devient ridicule, surtout quand on déclare une année la plus chaude comme 2010 avec une marge de 0.01° !

      En climatologie, une moyenne est le résultat d’un calcul à partir  de valeurs opposées extrèmes ! A l’échelle de la planète, ceci devient un exercice théorique sans grande signification !

 

Gérard staron vous donne rendez vous samedi prochain sur les ondes de radio espérance. Bonne semaine à tous !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...
  • Coronavirus et températures : extrait du bulletin N° 171 de l'AMRL
    Voici un premier extrait de l'étude figurant dans le dernier bulletin de l'AMRL Coronavirus et températures ( reprise septembre et octobre 2020) Gerard Staron Lors de la première vague nous avons tenté d’analyser s’il était possible d’établir un lien...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195