Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 20:53

 

     Le printemps a connu une véritable explosion dans la première décade du mois d’avril qui s’est présentée de façon différente dans la vieille Europe et aux Etats-Unis.

Après une première vague de chaleur début avril qui s’est propagée jusqu’en Allemagne, en France, des températures maximales particulièrement élevées en raison d’un ensoleillement généreux ont connu un maximum le jeudi 7 avril. A l’exception du littoral de la Manche le thermomètre dépasse 20° sur l’ensemble de la France. Au sud d’une ligne de la côte méridionale de la Bretagne au plateau de Langres et à l’Alsace, les températures franchissent 25°. On atteint même Localement 30° dans les Landes et le Var intérieur. Avec entre 15 et 20° certaines zones du Languedoc et de la Côte d’Azur sont classées dans les régions les plus fraîches du Pays, un paradoxe. Le lendemain, le vendredi 8 avril, on dépasse à nouveau 30° dans le sud de la France, encore les Landes , et le Languedoc revenus parmi les secteurs les plus chauds du pays.

Pendant cette première décade, la végétation explose littéralement en quelques jours. Les arbres fruitiers atteignent le stade de la floraison. A Saint Etienne, le pécher le 30 mars,le prunier reine Claude le 31 mars, les cerisiers les 1er et 2 avril, le poirier le 3 avril, le mirabellier le 5 avril, le griottier le 6 avril et le cognassier le 10 avril. Seul le pommier est à la traîne comme toutes les années. Le groseillier forme ses grappes. La plus grande partie des feuillus, à l’exception du frêne, atteignent le stade de la feuillaison. Les lilas violets et bleus entament leur floraison

Les dates de floraison des espèces fruitières les plus précoces sont normales par rapport aux années précédentes, par contre les variétés les plus tardives sont nettement en avance. L’exceptionnel dans cette situation est le faible nombre de jours entre les différentes espèces. Un phénomène qui s’étale sur un mois en année normale entre le pêcher toujours le premier et le cognassier ou le pommier, les derniers, se produit ici en une dizaine de jours et  correspond à une période de températures très élevées pour la saison qui s’est maintenue en liaison avec un beau temps très ensoleillé.

Cette explosion a connu une fin le 13 avril, avec des gelées matinales sous abri sur une grande partie de la France qui ont sûrement causé des dégâts importants à l’arboriculture. En effet au stade de la floraison, la future récolte des arbres fruitiers ou de la vigne  peut être détruite par des températures faiblement négatives. Pour la vigne le seuil à ne pas atteindre se situe entre -1,8° et -2,5°.

De telles températures ont pourtant été relevées mercredi dernier. Les gelées sous abri ont concerné une grande partie du bassin de la Loire de l’amont dans le Massif central à la plus grande partie du Val avec une extension au Maine.  Il a été enregistré sous abri -1,7° à Vichy, -1,9° à Orléans -3° à Nevers, et même -3,4° à Romorantin. Une autre zone a connu des gelées dans l’est de la France, de la Champagne avec -2,3° à Troyes, aux Vosges avec -2,4° à Luxeuil et aux Ardennes avec -2,7° à Charleville.

Par ailleurs, il a neigé sur les Alpes, dès 900 m dans la partie Suisse du massif à Enseidein et avec 20 cm plus haut à Santis à 2500 m

Les médias ont largement annoncé la période chaude du début du mois, certains ont même annoncé le 7, le mois d’avril le plus chaud depuis la Libération, sans atteindre la fin. Feront-ils de même pour l’impact des gelées qui ont commencé mercredi et continuent de façon moins marquée depuis. 

Le dicton annonce « en Avril ne te découvre pas d’un fil » ! Le changement météorologique a seulement été provoqué par le déplacement lent du même anticyclone. Au début du mois d’avril, l’anticyclone des Açores a remonté sur la France. Particulièrement stable, il a provoqué un temps très ensoleillé avec un léger flux de sud et une origine méridionale de l’air associée à l’inflation du thermomètre. A la fin du week-end, les hautes pressions décident de se replier sur l’Atlantique et leurs Açores fétiches. Un flux de nord nord-est descend dans l’espace libre sur l’Europe centrale et arrive jusqu’à nous.

Nous restons globalement dans un temps anticyclonique, mais cette fois l’action diurne du soleil est largement compensée par l’origine de l’air arctique dans la journée. La nuit le rayonnement nocturne est exacerbé et les gelées reviennent surtout lorsque le ciel est dégagé dans les cuvettes. De belles inversions de températures ont été enregistrées. Quand l’air a stagné dans des dépressions internes orientées vers le nord, comme les Limagnes, l’air froid s’est accumulé, piégé dans un cul de sac.

Nous avons connu une explosion du printemps, puis le retour d’un zeste d’hiver dans une situation anticyclonique, l’évolution s’est effectué progressivement, sur plusieurs jours  sans pluie de façon sèche, en France. Le continent américain a subi le même changement mais de façon  orageuse et bien plus brutale.

Selon des lignes parallèles qui s’étirent de la basse vallée du Mississippi à la région de Washington en suivant globalement une orientation sud-ouest nord-est le long de l’axe des Appalaches, les Etats-Unis ont subi le 4 et le 5 avril 63 tornades, 1440 coups de vents et orages importants. Sur le même axe, les radars ont enregistré de très fortes pluies qui ont connu leur paroxysme le 5 avril de la Louisiane au sud de la mégalopolis. Par contre la côte Atlantique au pied des Appalaches de la Floride à la  Géorgie et aux Carolines a été à l’écart du phénomène. Ces derniers jours, la même situation s’est reproduite sur une trajectoire proche.

Ces calamités sont le résultat d’un affrontement brutal entre l’air chaud qui remonte du golfe du Mexique et celui descendant des régions arctiques en suivant la gouttière des Grandes plaines en liaison avec une dépression centrée sur la confluence du Mississippi et du Missouri. Le contraste thermique est énorme au niveau de la surface des 850 hpa avec plus de 30° dans l’air qui remonte du Golfe et -15° dans celui en provenance du Canada. En outre l’affrontement entre les deux a été maintenu le long de l’axe de la Louisiane à Washington par un anticyclone centré sur l’Atlantique qui a protégé les côtes de la Floride aux Carolines, de ces calamités.

Un tel affrontement facilité par les reliefs de la gouttière des Grandes plaines qui attire les deux airs contrastés l’un vers l’autre et guidé par les montagnes des Appalaches qui ont facilité l’ascendance de l’air en altitude sur leur versant nord, ont exacerbé les phénomènes orageux au point de déclencher une avalanche de tornades

Dans les deux cas, en Europe, comme aux Etats-Unis, après une amorce de printemps chaud, l’air froid a décidé une reprise en main.

L’affaire s’est effectuée en douceur sur le vieux continent et en particulier en France. Le maintien de conditions anticyclonique a empêché les précipitations violentes. Il a permis la continuation de l’ensoleillement qui a adouci dans la journée les conséquences de  l’origine arctique de l’air. Seule la végétation qui s’était développée de façon intempestive lors des journées précédentes a eu à souffrir du retour de gelées matinales.

Quand aux Etats-Unis, l’affrontement s’est effectué de façon frontale. Il a été facilité par les reliefs. Les calamités provoquées sont très brutales avec des orages violents accompagnés de coups de vents, de trombes et de tornades. Cet exemple est très représentatif du caractère modéré des climats de la vieille Europe et de celui excessif du nouveau monde. Les tornades n’en sont qu’un exemple.

 

En raison des programmes spéciaux de la semaine sainte  sur Radio Espérance, la chronique n’aura pas lieu la semaine prochaine, samedi saint, mais je vous retrouverai avec plaisir le samedi 30 avril. En attendant vous pourrez vous reporter sur ce blog, où vous pourrez, en outre, retrouver les prévisions météorologiques

Bonne semaine et joyeuses Pâques.  

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195