Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 16:32

 

                Les crues en pays océanique ont focalisé l’attention des médias sur le bassin de l’Oise.

En réalité l’inondation n’a été très importante que sur le cours amont au pied des Ardennes où la rivière prend sa source avec un maximum de 4,10 m à Hirson au niveau de la crue de décembre 1993 qui avait atteint 4,14 m. Sur des bassins où habituellement la montée des eaux est lente, cette dernière a pu surprendre puisque le niveau a cru de plus de 4 mètres en moins de 24 heures, une rapidité rare en pays océanique.

Pour l’instant cette crue s’étale progressivement vers l’aval en approchant de la région parisienne car les montées des affluents de l’Oise sont d’importance décroissante vers l’aval.

La Serre qui descend de la côte proche de l’Ardenne est montée à plus de 2,50 m à Pont à Bucy soit un niveau proche des crues de 2003 (2,58 m) et 1993 (2,62m).

L’Aisne qui rejoint l’Oise plus en aval a connu une montée qui s’est étalée progressivement dans la longue boucle qu’elle effectue depuis l’Argonne. A Biermes avec une hauteur maximale de 2,30 m, le niveau est très inférieur aux crues de 1995 (3,50 m) et 1993 (3,96 m) et des inondations historiques de 1784, 1920 et 1924. Avant la confluence avec la Seine les autres apports sont négligeables.

 Si l’Oise a focalisé l’attention des médias c’est un puzzle de rivières de la moitié nord de la France qui est en crue de façon plus modérée

A proximité du bassin supérieur de l’Oise, la Sambre sur le versant nord-ouest des Ardennes a été le second point sensible avec une cote de 2,31 m à Berlaimont, identique à celle de la crue de 1995 mais inférieure à celle de 1993 (3,33 m)

Les rivières descendant du plateau de Langres ont aussi réagi

Vers le nord La Meuse avec 4,80 m à Monthermé est très loin des crues historiques par exemple 6,96 m en janvier 1995, de même, la Marne avec 3,13 m à Château Thierry, contre 5,46 m en novembre 1924.

Vers le sud, la Saône a aussi monté avec 4,81 m à Verdun sur le Doubs contre 7,79 m en mars 2001. Le flot approche actuellement de Lyon en s’étalant.

En provenance des Vosges, la Savoureuse a aussi monté à Belfort, mais la Sarre a donné les plus grandes inquiétudes avec 3,50 m à Vittring.

En réalité les inondations les plus importantes ont affecté le bassin du Rhin allemand en particulier deux affluents de rive gauche du Cours moyen.

Le Main qui descend des hauteurs de Thuringe a atteint des hauteurs très proches des grandes crues historiques. Avec 6,20 m à Wurzburg la rivière passe au dessus des inondations de 1998, 2002 et 2005, seule celle de janvier 2003 est supérieure avec 6,48 m. Le débordement perd aussi de l’importance en aval à Wertheim avec un niveau de 5,80 m inférieur à ceux de 1988, 2003 et 1995.

La Lahn, rivière parallèle au Main dans son cours aval  qui sépare les Massifs schisteux rhénans du Westervald et du Taunus, a aussi monté à 5 mètres.

Le Rhin a subi les conséquences des excès de ses affluents. A Cologne, en aval, le fleuve a approché la cote de 9 m, encore loin des 10,7 m et des 11100 m3s du 1er janvier 1926.

Pour l’instant les crues les plus importantes ont frappé tous les versants sud-ouest des montagnes moyennes qui s’étirent selon un axe de des Ardennes, aux Massif Schisteux Rhénans et aux monts de Thuringe. Ces zones ont à la fois subi un enneigement important supérieur à 30 ou 40 cm dans la période du froide du mois de décembre. La semaine dernière, je vous présentais l’importance du manteau neigeux  avec 39 cm à Sarrbrucken, 24 cm à Bonn et Cologne. La fusion de ce manteau lors du redoux actuel a correspondu au passage quotidien de perturbations qui ont suivi la même trajectoire. Saint Quentin a été le poste le plus arrosé de ce début janvier en France et cette zone très pluvieuse a continué au Benelux et surtout en Allemagne

Les autres régions françaises de l’est de la France ont subi le même phénomène avec moins d’intensité, moins de neige et de précipitations.

Pour l’instant ces inondations ont affecté des secteurs amont de rivières éparses sur l’ensemble du territoire et s’étalent vers l’aval. Habituellement dans les régions océaniques elles affectent de très vastes bassins versants. Pour l’instant ce n’est pas le cas et les grands fleuves ne sont pas concernés de façon majeure en France, alors que c’est déjà le cas sur le bassin du Rhin.

Il faut toutefois rester d’une très grande prudence, car les crues océaniques peuvent durer longtemps, plus d’un mois. Ce fût le cas en 1955 sur le bassin de la Seine et du Rhône, en décembre et décembre et janvier 1981 et 1982 sur la plupart des rivières océaniques françaises. Les inondations de janvier 1994 ont duré tout le mois sur la Charente à Saintes avec plus de 6 mètres. Celles de janvier 1995 commencées le 20 en Bretagne sur la Vilaine se sont terminées plusieurs semaines après sur la Meuse et le Rhin.

Attention, les crues océaniques n’en sont pas à un rebondissement près, tant que les perturbations continueront à balayer la moitié nord de la France et à poursuivre leur cheminement en Allemagne, elles déposeront leur lame d’eau et le risque se matérialisera si l’une d’entre elles est plus forte.

Alors que la crue s’étale en France en continuant vers l’aval sur l’Oise comme la Sambre, alors qu’un premier maximum dangereux est passé sur les principales rivières avec une amorce de la décrue, jeudi une nouvelle montée des eaux a relancé le processus dans de nouvelles parties du bassin du Rhin. Le bassin du Neckar est rentré en scène avec deux de ses petits affluents. Le Muur atteint 3,23 m (maxi 3,7m), le Rems 3,95 m (maxi 5,20 m vendredi). Ces deux cours d’eaux continuent la hausse de leurs niveaux et ont transmis leur montée à la rivière principale du Neckar qui atteint déjà 5,32 m à Lauffen en continuant à monter.  Le Rhin dans le nord de l’Alsace qui avait atteint 6,25 m à Lauterbourg le 10 janvier est reparti à la hausse après une légère décrue. Dans ce cas la seconde montée est toujours plus élevée que la première avec déjà 6,32m (maxi 6,85 vendredi). Rien n’est fini sur le Rhin.

Par ailleurs, l’Inn, le bassin du Danube sont rentrés en crue ce jeudi.

Pour l’instant ces très nombreuses petites têtes de bassins versants, n’ont pas réussi à entraîner de très vastes fleuves dans leurs excès en France. Sur la Saône, la Seine, La Meuse, la Moselle, et d’autres  la montée reste modérée. Sur le bassin du Rhin en Allemagne, cette extension est déjà en train de se produire à un niveau limité. A Cologne, une dizaine de crues ont dépassé 9,80 m et 9500 m3S. La première onde du 11 janvier est encore nettement en dessous avec 9 mètres (8,60 m le 15 janvier) mais qu’en sera-t-il de la seconde qui se prépare en amont ?

La Seine s’est souvenue en 2010 de la grande crue de janvier 1910 qui a atteint un maximum de 8,62 m au pont d’Austerlitz à Paris. Les colloques, les reportages, les études se sont multipliées pour faire mémoire de l’événement. Comme sa probabilité a été considérée comme centennale, un film a envahi les écrans de télévisions à propos d’une crue de même importance devant se produire en janvier 2011 !

Ce film est très trompeur car une crue centennale ne veut surtout pas dire qu’elle revient tous les 100 ans, elle a seulement 1 chance sur 100 de se produire pendant une année déterminée. Par ailleurs pour l’instant la Seine a peu bougé à Paris. Elle a connu une intumescence à 4 m le 28 décembre et depuis elle reste vers 3 mètres. Il faudrait beaucoup de pluies nouvelles pour que l’on approche le niveau de janvier 1910 et pour l’instant les crues de l’amont paraissent timides. L’Oise ne conflue qu’en aval de Paris. Mais dans l’atmosphère actuelle des crues océaniques, la Seine ajoutera-elle sa goutte à l’édifice, même si c’est bien improbable ? 

 

  Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain sur les ondes de Radio espérance 13h 15, le texte étant repris sur ce blog. Bonne semaine

 

 

 

 

 

  

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...
  • Coronavirus et températures : extrait du bulletin N° 171 de l'AMRL
    Voici un premier extrait de l'étude figurant dans le dernier bulletin de l'AMRL Coronavirus et températures ( reprise septembre et octobre 2020) Gerard Staron Lors de la première vague nous avons tenté d’analyser s’il était possible d’établir un lien...
  • Hommage ... Père Maurice Vial
    Hommage…..Maurice Vial Quand c’est la saison des hommages, c’est mauvais signe pour notre pays….. Je voudrais évoquer celui de mon vieux prêtre, le Père Maurice Vial que l’âge nous a enlevé et que le coronavirus associé à un trait d’union fâcheux dans...
  • Prévision du 1er au 4 novembre 2020 : très doux puis nette dégradation et refroidissement
    Prévision de Gérard Staron du 1er au 4 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Des dépressions et perturbations en provenance des hautes latitudes seront freinées dans leur descente vers le sud par les anticyclones méditerranéens Notre région ne sera donc que...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195