Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 15:31

 

Ces redoux qui font peur aux gouvernants!

 

Depuis le début de la semaine, on allait voir ces calamités qui devaient se dérouler jeudi et la nuit suivante. Les transports scolaires, certaines manifestations, des repas de Nöel ont même été annulés à l’avance !

Ceux qui ont lu mes prévisions sur mon blog, ou ceux qui m’ont entendu comme invité du journal de TL7 (Télévision Loire) lundi dernier, ont pu constater mon extrême prudence face aux masses de neige énormes que l’on annonçait pour la nuit de jeudi à vendredi. Jamais vigilance orange pour la neige n’avait été annoncé autant à l’avance, jamais mobilisation des services n’avait été aussi forte contre un événements qui risquait de paralyser la France, saleuses déneigeuses, militaires, services divers, étaient prêts à intervenir. Dès la matinée de jeudi, près d’une moitié de la France, 34 départements était placés en vigilance « orange », toutes les régions Alsace, Franche Comté, Bourgogne Lorraine, Champagne Ardennes, Limousin, Auvergne, et Rhône Alpes avec le département de l’Aveyron même celui du Tarn.

Pourtant un redoux a plus d’un tour dans son sac ! C’est une situation sensible qui peut donner effectivement de la neige quand l’air doux n’arrive pas à déloger l’air froid, mais aussi de la pluie ou une nette remontée des températures quand il est massif. Certains l’ont oublié !

Le redoux de jeudi a pu surprendre, car il arrive après la journée de mercredi la plus froide depuis le début de la vague hivernale. La nuit qui suit est aussi glaciale. A l’exception de quelques secteurs littoraux, la France, mais aussi l’Espagne, gèle avec des températures inférieures à -5° à l’est d’une ligne des Ardennes au Massif central et aux Alpes, et même du grand froid sur la Lorraine et au-delà en Allemagne et en Suisse. Des cellules neigeuses descendant du nord-est dans la langue froide ont même déposé quelques centimètres jusqu’au Pilat avec 5 cm à Saint Etienne avant jeudi matin.

Pourtant le redoux puissant va troubler les cartes des annonceurs de catastrophes neigeuses. Comme il était déjà visible sur l’image de satellite placée sur mon blog, mercredi soir, l’air doux met en place une manœuvre d’encerclement de l’air froid à partir de la Manche et secondairement de la Méditerranée.

Les prémices de l’invasion douce sont visibles dès la nuit de mercredi à jeudi le long des côtes de l’Atlantique et de la Manche. Toutes les régions côtières de la Bretagne à la frontière belge passent dans les températures positives qui poussent même une curieuse avancée jusqu’aux Collines du Perche et à la Beauce. Dans la journée de jeudi, la remontée des températures se poursuit et précède l’arrivée des masses nuageuses de la perturbation sur une grande moitié de l’ouest de la France. La hausse du thermomètre continue même après la fin de la journée à Paris et atteint 4,9° à la station de Monsouris à 20 heures au moment où arrive le cœur des précipitations. La neige reste au nord de la Seine et elle ne déborde en fin de nuit plus au sud que de manière anecdotique. Ce n’est que plus au nord et à l’est où les températures maximales restent négatives que l’on passe réellement à la neige.

Les manœuvres les plus intéressantes de l’air doux ont eu lieu de part et d’autres du Massif central en utilisant les axes du relief. Comme il était prévisible, très vite les températures positives font la jonction entre l’Atlantique et la Méditerranée au niveau du seuil de Naurouze. Après les fortes gelées du matin, dans le Roussillon les maximums dépassent +5°. Dans les landes ils atteignent 9°. De Carcassonne à Toulouse  la jonction s’effectue à +3,5° jeudi après-midi, puis à +8° vendredi matin.

Si les températures restent négatives sur le cœur du Massif central toute la journée de jeudi avec un maximum de -1,5° au Puy en Velay en s’appuyant sur un sol enneigé. L’air doux a réussi une manœuvre d’encerclement par le nord en utilisant le vent du sud qui se met en place en liaison avec les axes des reliefs méridiens à l’avant de la perturbation. A Clermont Ferrand, le vent du sud et les températures deviennent positives dans l’après-midi et continuent de monter avec un maximum de 5,2° à 2h du matin vendredi. Vichy passe aussi dans l’air doux avec  +4,3° à 3 heures vendredi. Paray le Monial rentre dans la douceur à 21 h. A Saint Etienne Bouthéon, le vent du sud s’installe à 18 heures, le thermomètre franchi le zéro à 19 heures et continue à monter dans la nuit jusqu’à 3,2° à 2 heures vendredi et un flux de sud qui forcit. Lyon n’est atteinte que très tardivement par le redoux, avec 1,7° à 6h. Plus à l’est le thermomètre reste négatif.

 Avec l’aide du vent de sud, l’air doux a réussi à encercler la poche d’air froid du cœur du Massif central, à faire la jonction des deux zones de  maximales positives de jeudi, la vallée du Rhône et celle de la Loire et à résister en fin de nuit à l’heure traditionnelle du minimum en maintenant le thermomètre hors gel.

La zone de précipitation principale est passée sur Paris au moment où les températures étaient positives et il n’y a eu qu’une neige symbolique comme d’ailleurs sur la plus grande partie de la France au sud de la Seine. Seules les régions au nord à l’est du Rhône ainsi que les montagnes ont vraiment connu la neige

Pourquoi l’alerte a-t-elle accouché d’une souris ? Pourtant la prévision d’un gros épisode neigeux sur le pays était logique avec l’arrivée d’une perturbation qui venait de Grande Bretagne, soit du nord-ouest, une origine de l’air peu douce habituellement.

Dans une période de redoux, il faut très peu de chose pour faire basculer une situation, quelques degrés d’écart suffisent pour donner de la neige ou de la pluie, pour provoquer une situation d’enfer ou le paradis de la douceur.

Deux éléments ont contribué à faire basculer la situation.

Un léger décalage de trajectoire vers le nord dans l’arrivée de la perturbation pluvio-neigeuse en provenance du nord-ouest.

 Cette dernière descend sur le flanc d’un anticyclone centré sur l’Atlantique. Dans ces hautes pressions un flux d’air plus doux océanique circule au sud des fronts de la perturbation et au nord de ces derniers on se situe dans l’air froid. Il a suffi d’un simple décalage de quelques centaines de kilomètres vers le nord de l’ensemble pour que la neige et le froid restent de la Flandre à la Suisse et que l’air doux puisse occuper la France du Cotentin au nord du Massif central.

Dans cette dernière région, la douceur a reçu un appoint inattendu pendant la nuit. A l’avant de la perturbation les vents passent à l’ouest et au sud-ouest en raison de l’avancée de l’anticyclone sur la France. Dans l’est du Massif central, ces flux sont déviés par les axes méridiens du relief et se changent en un vent de plein sud qui descend des montagnes. De l’air qui descend se réchauffe rapidement, même s’il est froid au départ.

Dans la région stéphanoise, l’épaisseur de la montagne est très faible au niveau du Pilat et un effet de couloir se met en place entre les vallées du Rhône au sud du défilé de Vienne et de la Loire à partir du Forez. Cette communication ne peut pas se mettre en place au cœur du massif dans la partie auvergnate, en raison du caractère imposant de la montagne, mais aussi plus à l’est  dans le val de Saône dans une zone d’influence plus continentale. J’ai souvent constaté cet effet de couloir par-dessus le Pilat, en particulier dans ma thèse « L’hiver dans le Massif central ». Cette fois,  il a facilité l’extension du redoux, à d’autres moments il limite les inversions de températures et il permet aux grosses averses cévenoles de passer parfois par-dessus le Pilat.

L’apocalypse neigeuse ne se produit que lorsqu’on ne l’attend pas, Il faut veiller comme dans la parabole, on ne connaît pas l’heure, surtout à Fougères! Toujours se méfier d’un redoux, il peut surprendre, même un gouvernement et ses représentants!

 

Les Fêtes de Noël et du nouvel an tombant un samedi cette année, la chronique de climatologie vaquera pendant les deux prochaines semaines en raison des programmes spéciaux de Radio Espérance à l’occasion de ces journées particulière. Je vous retrouverai donc sur ces mêmes ondes le samedi 8 janvier à 13 heures 15 et avant sur mon blog. Dans l’attente, je vous souhaite à tous par anticipation un très joyeux Noël .

Partager cet article

Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195