Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 21:03

Chronique N°797

Avez-vous entendu la relation des très grosses pluies tombées sur la partie centrale de la côte est des Etats-Unis et dans les états de Saxe et Brandebourg en Allemagne ? Les événements sont pourtant d’importance avec les inondations associées !

Sur la côte est des Etats-Unis, Il a plus continûment du 26 septembre au 1er octobre avec plus de 12 mm quotidiens, mais les abats les plus importants ont eu lieu du 28 septembre à 12 h UTC au 30 septembre à 0h. Ils affectent surtout le secteur au sud de Washington,  les états de la Caroline du Nord avec 306,6 mm  à New Bernet, 256 mm à Wilmington, la Virginie avec 277,9 mm à Wakefield et 185 mm à Norfolk, et le Maryland.

Sur l’ensemble de la période du 24 septembre au 1er octobre, on atteint plus de 525 mm à Wilmington, et plus de 150 mm sur une bande méridienne côtière qui prend en écharpe la Mégalopolis jusqu’à New York et va ensuite se perdre sur les hauteurs situées à la frontière avec le Québec. A l’ouest, les grosses précipitations se sont arrêtées sur la crête des Appalaches.

Au même moment pour la 4ème fois cette année, l’Europe centrale dans des secteurs proches des confins de l’Allemagne, de la Pologne et de la Tchéquie,  est affectée  de très grosses pluies et d’inondations. Cette fois, du 25 au 28 septembre, les landers de Saxe et du Brandebourg se situent au cœur d’une langue pluvieuse orientée sud-est nord-ouest qui s’étire de la Montagne des Géants à l’angle allemand de la mer du Nord. Dresde reçoit 113 mm, Wittenberg 105 mm, Gottbus 95 mm. Dans l’ouest de la Pologne, Wroclaw cumule  53 mm.

 Les inondations principales concernent l’Elster noir, qui a bien choisi sa couleur et descend des plateaux de Lusace au pied des montagnes du quadrilatère de Bohème et traverse les plaines de loess avant de confluer avec l’Elbe. La rivière atteint la cote de 3,50 m, autant à Herzberg qu’à Bad Liebenwerda, ce qui dépasse le niveau IV d’alerte rouge, le plus élevé des services hydrologiques allemands. Le bassin de l’Elster noir est orienté sud-est nord-ouest dans l’axe de la langue pluvieuse principale, il concentre donc les eaux bien plus que les deux autres cours d’eaux parallèles moins touchés, la Spree un peu plus au nord ayant déjà débordé cet été, et le fleuve l’Elbe de même direction plus au sud.

Ces deux événements pourtant très éloignés ne sont pas sans ressemblances météorologiques, en raison d’un affrontement particulièrement virulent entre l’air froid du nord et celui tropical ou méditerranéen du sud selon les régions.

Aux Etats-Unis, une descente anticyclonique en provenance des régions arctiques progresse dans les grandes plaines et repousse vers l’est une dépression et un front froid. Ce dernier  situé sur les Grandes Plaines le 24 septembre, atteint les Appalaches le 26 et la cote Atlantique le 27 septembre. Cet air froid entre alors en contact avec un flux de sud très perturbé et humide qui remonte des basses latitudes et des Antilles où se situe le cyclone Nicole. Le contact entre les deux va être quasiment bloqué sur place et ne pas quitter les côtes de la Mégalopolis  où les pluies vont se déposer sur l’axe méridien de la Caroline du Nord à la frontière du Québec.

Les fortes précipitations allemandes prennent leur source dans la descente de nord  qui provoque la très forte chute des températures sur la France du 24 au 27 septembre. Cette dernière provoque la réaction de la Méditerranée avec la mise en place de la fameuse dépression du golfe de Gènes. Alors les masses pluvieuses, rechargées en humidité, remontent sur l’Europe centrale jusqu’au moment où elles vont être stoppées à nouveau par la descente de l’air froid liée à l’anticyclone scandinave. Elles vont être bloqués sur les mêmes régions du 26 au 28 septembre en pivotant légèrement autour de la région la plus arrosée.

Si vous suivez mes prévisions sur mon blog, j’avais annoncé à l’époque que nous avions le froid de la branche descendante et que l’Europe centrale aurait la grosse pluie de la branche montante. Nous avons ressenti  à l’instant  la température choir du 24 au 27 septembre, mais je n’ai eu connaissance bien après, ces derniers jours, des fortes pluies d’Europe centrale et des inondation du bassin de l’Elster noir !

Dans cet affrontement entre airs thermiquement très opposés, la différence porte sur l’origine de la bouffée chaude humide qui remonte du sud. Dans le cas des Etats-Unis, il s’agit d’un air tropical remontant depuis les Antilles où se trouve alors le cyclone Nicole, alors que pour l’Europe centrale, il s’agit d’un air qui s’est réchauffé et chargé en humidité sur la Méditerranée

Ces précipitations s’accompagnent dans les deux cas d’un blocage sur les mêmes  régions. Toutefois quand on analyse à une échelle plus fine les mouvements des masses pluvieuses, on constate un aller et retour de ces dernières de sens différents entre le sud de la mégalopolis d’un part, et la Saxe et le Brandebourg d’autre part.

Aux Etats-Unis, l’air froid progresse jusqu’à son arrivée sur le littoral de l’Atlantique. A partir du moment où il rencontre l’air tropical qui remonte du sud, il recule légèrement face à ce dernier  de la zone côtière jusqu’à la crête des Appalaches. Ceci ajoute un effet orographique sur cette moyenne montagne qui accroît encore les pluies.

En Europe centrale, C’est l’inverse. Les masses pluvieuses remontant de Méditerranée atteignent le 26 septembre vers 12 heures une ligne de la mer du Nord au niveau de Hambourg à la Tchéquie. Ensuite l’air froid qui descend de Scandinavie renvoie vers le sud l’air chaud et ses masses pluvieuses. En même temps, il les plaque contre les moyennes montagnes du quadrilatère de Bohème avec un effet orographique.

Au cœur de la zone arrosée, l’air chaud repousse le froid aux Etats-Unis alors que c’est l’inverse, le froid  qui repousse le chaud dans le sud de l’Allemagne de l’est. Dans les deux cas, ceci renvoie les pluies contre des moyennes montagnes, mais ces dernières sont situées au nord-ouest aux Etats-Unis avec les Appalaches et au sud-est en Europe centrale avec le quadrilatère de Bohème !

Ces très fortes pluies oubliées par les médias français, ressemblent à des pluies cévenoles. Celles du sud de l’Allemagne de l’est sont de même nature, décalées vers l’est, et c’est la quatrième fois depuis le printemps que des régions proches sont frappées, en Pologne Tchéquie et Allemagne. Celles des Etats Unis sont un peu différentes par l’origine de l’air chaud.

D’ailleurs au début de cette semaine, la France a aussi connu une pluie Cévenole aussi peu médiatisée que les événements que je viens de décrire. Lundi et Mardi, il est tombé 252 mm sur le Mont Aigoual dont 182 mm en 24 heures. Pour le sommet des Cévennes, ceci constitue un total important de l’ordre de la pluie décennale, une année sur dix, mais l’extension géographique de l’abat pluvieux a été très limitée. Nîmes au sud et Aubenas ne reçoivent que 9 mm, Millau à l’ouest à peine plus, 25 mm, et au nord les pluies dépassent peu Mézenc avec seulement 18,8 mm à Montregard. Les rivières descendant des Cévennes ont peu monté. Le Gardon d’Anduze avec une cote de 1,25m dans la cité qui lui a donné son nom, l’Allier avec 1,58 m à Langogne et la Loire avec 1,54 m Goudet ont connu la plus forte réaction, bien modeste par rapport à leurs grandes crues respectives !

Voilà 3 événements pluvieux, avec une certaine ressemblance météorologique, ignorés par les médias français, cela peut se concevoir pour celui des Cévennes très modeste pour ses impacts, mais c’est très surprenant et injustifié pour ceux de l’Allemagne et des Etats-Unis quand on connaît la répétition avec laquelle ont été détaillées les inondations de certains pays comme du tiers monde cet été ou ont été suivi des cyclones comme Igor qui ont pourtant raté les principales terres habitées. En Europe centrale, c’est la 4ème fois que le silence tombe sur des inondations, cette année !

Alors pourquoi cacher ces inondations que l’on ne saurait voir ?

Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain sur les ondes de Radio Espérance, ce texte étant repris sur mon blog : gesta.over-blog.com. Bonne semaine….

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195