Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 18:37

 

    Les orages virulents depuis dimanche constituent l’actualité de la semaine. Ils montrent que l’air froid qui descend des hautes latitudes n’a pas encore baissé les armes face à la remontée des anticyclones méditerranéens. La bataille se poursuit sur notre sol, dimanche selon une trajectoire de la région stéphanoise au Beaujolais, mercredi selon un axe de l’Auvergne à l’Alsace et continue quotidiennement. Le front, qui prend toujours une orientation sud-ouest nord-est, se déplace chaque jour en fonction des forces en présence, de la poussée de l’air froid venant du nord ou de la résistance des hautes pressions en Méditerranée et au-delà des Alpes. Le vent de sud virulent en avant du front, sur le Velay et le Forez  est le résultat de la résistance des anticyclones jusqu’au moment où l’un des belligérants aura rendu les armes.

Ce genre de situation provoque toujours des impacts importants qui marquent d’autant plus les esprits qu’ils affectent des régions urbaines qu’il s’agisse d’inondations comme dimanche à Saint-Etienne ou jeudi à Cahors ou de grêle comme mercredi à Montbéliard.

La France n’a pas trop à se plaindre car nos amis allemands et de l’Europe centrale ont été beaucoup plus affectés. Les fronts pluvio-orageux se poursuivent sur le flanc nord des Alpes.   Des pluies très importantes sur la Bavière ont déterminé une crue du Danube à Passau qui est monté de plus de 3,5 mètres, comme une plus modeste de L’Inn sur la Suisse et l’Autriche ( montée de 2m) ou du Rhin amont ( plus de 1700 m3s à Rheinfeldein). La météorologie Allemande multiplie les alertes pour orages, ceux de mercredi soir dans l’est de la France ont continué leur route chez nos voisins en gardant leur trajectoire de sud-ouest.

A un niveau plus régional, l’orage de Dimanche sur la région stéphanoise a laissé le plus d’impacts. Après celui du 2 juillet 2009, déclaré catastrophe naturelle en octobre, le ciel n’a pas attendu un an pour se manifester à nouveau avec des impacts bien plus faibles que l’an dernier. La crue du Furan à Andrézieux n’est que la 23ème avec 2,36m contre la 4ème l’an dernier depuis 1968. Les précipitations sur la ville 44 mm pour l’orage, 60 mm pour la journée sont inférieures aux 73 mm de l’année précédente. L’événement de ce dimanche est plus un avertissement avec de petits frais qu’une véritable catastrophe !

Les petites inondations semblent s’être limitées à 4 sites déjà affectés l’an dernier:

le carrefour des Rue Necker et de la Talaudière

La rue Vacher

La rue Bergson surtout entre la cité du design et la rue Barroin

Le bas de Montreynaud, un peu sur l’autoroute, beaucoup en arrière sur la rue Pierre de Coubertin. Je vous renvoie aux descriptions et commentaires de mon blog

Plus de la moitié de ces sites inondés, ne sont pas à l’intérieur des zones inondables définies par le PPRNPI de 2005 le long du Furan. Pour celui qui est placé dans cette zone, la rue Bergson, les laisses de crues, moins de 2 heures après, montraient que le Furan n’y était pour rien

Ces deux adjectifs, inondé et inondable qui ont la même racine et qui devraient être liés, deviennent opposés à Saint Etienne, pourquoi ?

Le PPRNPI a défini la zone inondable de la principale rivière le Furan alors que cette dernière n’a plus envahi la ville depuis le 10 juillet 1849. Les inondations récurrentes se concentrent le long de petits ruisseaux affluents dans des zones urbanisées ou remodelées récemment. J’ai mis l’accent sur ce problème dès ma publication de 1996 sur le Furan rivière naturelle effectuée par le service éducatif des archives départementales de la Loire

Comme tous ces cours d’eaux  sont couverts, le problème n’est pas celui d’une rivière traditionnelle qui monte après les pluies, mais de savoir comment les ruissellements urbains, très intenses sur des sols imperméabilisés vont pouvoir passer de la surface aux canalisations souterraines.

L’erreur a été de s’occuper en priorité de la rivière principale maîtrisée depuis le XIXème siècle quand le danger se situe ailleurs. Pour cette raison, quand on analyse toutes les crues depuis 30 ans, on constate que 3 secteurs inondés sur 4 se situent en dehors des zones inondables définies par le PPRNPI de 2005.

J’ai renouvelé mon analyse lors du rapport collectif sur les problèmes de l’air et de l’eau à Saint Etienne et à Lille sous la direction d’Isabelle Roussel pour le ministère de l’écologie et du développement durable en 2005. Une zone inondable dite hachurée de plus de 300 mètres de large tout au long du Furan, qui n’a pas été inondée partiellement depuis 1849 et  jamais dans sa totalité, surprend. Elle s’étend du pied de la cathédrale à la place de l’Attache aux boeufs, elle suit le viaduc de Carnot sur toute sa longueur ! Les secteurs vraiment inondés sont souvent ailleurs.

Ceci m’incite à vous relater une anecdote qui est arrivée à mes oreilles plusieurs mois après. Lors de la séance du 30 novembre 2009 du conseil municipal de Saint Etienne, mon nom et mes travaux a été abondamment cités concernant l’aménagement de la vallée du Furet. Les propos tenus à mon égard sont plutôt flatteurs et le problème n’est pas là.

Il s’agit de la destruction d’une friche industrielle, une plaie dans le paysage avec les risques afférents à cette situation.

Pourquoi citer l’hydrologue dans ce cas ? Le site est traversé par un petit ruisseau et les inondations servent de prétextes, d’arguments, par les parties (sens juridique du terme) en présence pour approuver ou pour s’opposer. Il est en effet inondable depuis le PPRNPI de 2005, mais il n’a jamais été inondé, ce qui est admis.

Pour trouver un événement dans cette petite vallée, il faut remonter aux inondations de 1837 avec une situation qui ne manque pas de piquant. Un meunier a sa maison détruite le 10 juillet par les eaux de son bief. Il reçoit une aide de la duchesse d’Orléans sœur du Roi Louis Philippe le 24 juillet, émue par sa détresse. L’inondation de la ville n’a lieu que le 14 août 1837 : des indemnisations pour catastrophe naturelle avant l’inondation, un précédent historique !

Tout cela montre que l’on retombe sur notre problème de vocabulaire ! Inondable n’est pas inondé !

Le problème des inondations à Saint Etienne est d’une complexité redoutable si l’on prend seulement en compte les conditions techniques :

Des précipitations très intenses, orages d’été ou pluies méditerranéennes en limite de leurs zones d’extension, constituent le début de la difficulté

Des rivières totalement recouvertes, avec des calibres très divers selon les dates de construction, changent la donne de l’écoulement puisque le problème est de faire passer l’eau de la surface aux canalisations

Des pentes importantes facilitent la concentration des eaux dans des zones basses dans un milieu urbain aux sols imperméables qui réagit très vite aux pluies en facilitant le ruissellement

Des rues qui se transforment en rivière, donnent à l’urbanisme un rôle important dans les inondations. L’exemple de l’orage de dimanche rue Bergson, présenté sur mon blog, est très pédagogique.

Dans une zone où les friches industrielles et la restauration urbaine, ont donné lieu à des remodelages de la topographie, ces derniers ont parfois mis en place des plateformes, des contrepentes ou des différences de niveaux  préjudiciables à l’écoulement des eaux.

Rares sont les villes qui concentrent autant de difficultés ! Alors de grâce que l’on ne complique pas le sujet par des problèmes de vocabulaire, un euphémisme de circonstance bien pratique ! L’hydrologue n’a pas l’intention de sortir des questions scientifiques!

 

Gérard Staron vous donne rendez vous  samedi prochain sur les ondes de Radio espérance, le texte étant repris sur mon blog gesta.over-blog.com. Bonne semaine.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195