Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 16:16

 

     Après un mois d’avril particulièrement sec, dans la région Centre-est avec une période consécutive de 22 jours sans précipitation, Mai inverse la tendance et déverse une masse pluvieuse qui sera salutaire pour reconstituer la ressource en eau tant qu’elle n’atteindra pas des excès possibles en cette saison. Les inondations de printemps ayant laissé des souvenirs désagréables en 1983, 1986 et 1977.

    La situation de cette année montre que la reconstitution de la ressource en eau pendant la saison froide a été nettement inférieure à celle d’une année moyenne. Le Forez en particulier la Plaine et la retombée méridionale des monts ont été très concernés. La reconstitution de la réserve du sol qui était terminée presque partout à la fin de novembre 2009, n’a été complète qu’en janvier et même février dans la partie la plus à l’abri de l’ouest de la Plaine du Forez. Les régions de montagne ont connu un surplus hydrologique globalement inférieur d’une centaine de millimètres à celle d’une année normale. Le mois d’avril a apporté le point d’orgue de cette évolution sèche.

    Depuis le 1er mai pour le calendrier civil ou le 30 avril pour les mesures météorologiques, des vagues pluvieuses ont déferlé sur les mêmes régions. J’ai relevé une centaine de millimètres à Saint Etienne pour la première décade. Les régions les plus arrosées en France correspondent au Bassin Aquitain avec 87 mm à Toulouse et 88 mm à Auch, aux dépressions de l’est du Massif central.  Les Limagnes ont reçu 80 mm à Clermont, le bassin du Puy 92 mm. Dans une moindre mesure les couloirs du Rhône et de la Saône ont été très arrosés. Cet arrosage continue encore !

    Cette répartition géographique n’a rien d’extraordinaire en France puisqu’il s’agit des régions qui présentent un maximum pluviométrique en mai. Elles correspondent à l’ensemble des dépressions et bassins situés entre les Montagnes qui s’étirent du Bassin Aquitain, aux plaines de l’Europe centrale, au point que certains avaient dans le passé qualifié ce climat de « danubien ». Ces régions encastrées entre les montagnes et les zones de climat océanique au nord et Méditerranéen au sud comprennent, outre le bassin Aquitain, les dépressions de la Loire et de l’Allier dans le nord est du Massif central, un partie du couloir séquano-rhodanien de la Bourgogne au défilé de Vienne, la plaine du Pô entre les Alpes et l’Apennin et enfin les plaines danubiennes dans leurs composantes hongroises ou roumaines. Ce maximum pluviométrique est d’une énorme variabilité. Par exemple à Saint Etienne Bouthéon, les précipitations s’étalent de 17 mm en 1996 à 230 mm en 1983, record mensuel depuis la seconde guerre mondiale,  avec un rapport de 1 à 14 entre les années extrêmes. Ce contraste énorme doit être relié à la caractéristique de ces précipitations. En 2010, Mai a déjà, en grande partie, justifié son rôle de maximum  pluviométrique.

    Les types de temps qui correspondent sont hybrides. Il s’agit de perturbations de sud-ouest, ni franchement méditerranéennes comme les pluies cévenoles d’automne, ni nettement océaniques, ni vraiment des orages continentaux d’été, pourtant c’est un peu de tout cela.

    Ces pluies de mai proviennent du sud-ouest, à l’origine ce sont souvent des perturbations océaniques qui descendent à une latitude très basse et qui progressent depuis l’Espagne ou le golfe de Gascogne. Vous en avez une illustration récente avec la descente de l’air arctique grossie des fameuses cendres du volcan islandais jusqu’en Espagne et même jusqu’au Maroc.  Les perturbations arrivent ensuite vers nous. Ces précipitations ont l’allure de pluies océaniques mais il ne s’agit pas de véritables perturbations de sud-ouest comme elles pullulent pendant toute la saison hivernale sur les appendices de l’Europe de l’ouest

    L’influence méditerranéenne est aussi très présente dans ces précipitations. Une grande partie des régions littorales du Levant espagnol à l’Italie connaît aussi une pluviométrie très importante en mai, parfois même ce mois dispute le maximum pluviométrique à ceux de l’automne. Quand l’air froid atteint la Grande Bleue, une dépression s’installe sur la mer tiède, les masses nuageuses et pluvieuses se forment et remontent ensuite en direction de notre pays. Ceci correspond en grande partie aux pluies qui se sont succédées du 1er au 6 mai 2010 et dont j’ai décrit la situation dans la précédente chronique. Toutefois en cette saison, la Méditerranée n’est pas assez réchauffée pour que ce phénomène prenne l’importance de l’automne où les eaux marines sont très chaudes après l’été. Surtout les pluies présentent une intensité bien plus faible.

    Ces précipitations s’accompagnent parfois de phénomènes électriques dans une ambiance humide et moite qui augmente en cours de journée jusqu’au déclenchement de l’averse dans l’après-midi ou en soirée. La chaleur du soleil qui s’accumule au sol lors d’un mois qui présente parfois des caractéristiques estivales, la présence de gouttes froides en altitude comme cette année contribuent à exacerber l’instabilité de l’atmosphère, pendant mai, il est rare que ce phénomène de convection à l’origine des orages prédomine, comme on le constate en juillet ou en août. Dans les pluies depuis le début du mois, il y a eu ici ou là quelques coup de tonnerre mais ce n’est pas l’élément dominant.

    Par contre les pluies de printemps sont souvent répétitives, c’est d’ailleurs la condition pour qu’elles provoquent des crues de rivières. Cette année les abats de la première vague du 1er au 6 mai n’ont pas fait bouger les rivières car l’eau a servi a humecter le sol, à reconstituer les réserves de toutes sortes, barrages comme nappes phréatiques, bien faibles auparavant. Plus les pluies quotidiennes continuent, plus la part du ruissellement vers les rivières prend de l’importance dans l’écoulement. La seconde vague de pluies du 10 et du 11 a d’ailleurs commencé à faire monter quelques cours d’eau. L’Ardèche a atteint près de 4 m à Vallon Pont d’Arc. L’Eyrieux, le Doux, la Cance ont connu une intumescence. La réaction de la Loire est encore négligeable. C’est pour cette raison que j’ai déjà mis discrètement dans mes prévisions une mention concernant l’esquisse d’un début de risque d’inondation dans le cas où ces pluies pourraient être localement très fortes. Tant que les totaux déposés régulièrement resteront modérés, ces quantités d’eau auront l’effet bénéfique de provoquer une ressource bienvenue avant les déficits de la saison estivale. Mai est le dernier mois où la pluviométrie est encore susceptible de dépasser quantitativement l’évaporation, après, c’est fini, sauf cas exceptionnel.

     Les années où le mois de mai s’est distingué par des débordements de rivière, le phénomène s’est toujours produit dans un ensemble de pluies répétitives qui provoquent des ondes successives. Si je prends l’exemple des crues de la région stéphanoise du printemps 1983, les rivières commencent par une première inondation dans les derniers jours d’avril, les ondes se succèdent ensuite pendant la totalité de mai, le 1er mai, puis le 15 mai et enfin le 25 mai. On retrouve la même succession de pulsations brutales lors des événements de 1986 ou de 1977.

    Le cas historiquement le plus célèbre est celui des orages de fin mai et du début juin 1856, où la multiplication de précipitations orageuses débouche sur une très grande crue affectant les rivières françaises en particulier le Rhône et la Loire où elles conservent souvent le niveau le plus élevé.

    C’est cette répétition de pluies quotidiennes qui provoque le maximum  pluviométrique du mois de mai.  Elle est due à la persistance de la même situation atmosphérique sur les mêmes régions avec la descente arctique sur le proche Atlantique et la remontée en sens inverse depuis l’Espagne ou la Méditerranée. Tant qu’un changement majeur de la circulation atmosphérique n’interviendra pas, les arrosages quotidiens continueront avec quelques nuances selon les trajectoires des perturbations

 

Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain sur les ondes de Radio Espérance, le texte étant repris sur mon blog : gesta.over-blog.com.  

Partager cet article
Repost0

commentaires

rubin olivier 16/05/2010 16:30



voici une photo pour illustrer la persistance de la neige au mezenc cette année!


prise le 16 mai à 12h


http://dl.dropbox.com/u/6454641/DSC_0504.JPG



Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195