Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 20:29

 

    Depuis la fin du mois d’avril, les Etats-Unis et l’Europe sont l’objet d’offensives conjointes de l’air froid en provenance de l’Arctique avec des effets divers.

La première attaque date du 21 au 24 avril au même moment de part et d’autre de l’Atlantique. . Elle provoque des températures très basses en Allemagne avec des gelées pendant 5 jours dans le centre du pays surtout la partie hercynienne entre la plaine d’Allemagne du Nord et la Bavière. Le stade du fort gel (-5°) est atteint en plaine les 22 et 23 avril. Nous n’avons pas ressenti en France cette vague de froid en raison de sa trajectoire. Seul Charleville Mézières dans les Ardennes en a ressenti les effets avec une gelée à -1,4° le 24 avril. L’air froid en provenance du détroit du Danemark, situé comme son nom ne l’indique pas entre le Groenland et l’Islande, descend selon une trajectoire de nord-ouest. Il se charge au passage des cendres du volcan. Arrivé en mer du Nord, il aborde le continent par le Benelux et incurve sa trajectoire en direction de l’est pour longer les massifs hercyniens de l’Allemagne moyenne, dévie par l’anticyclone qui occupe le sud de la France.

 

 

USA desc. froide

   Au même moment, l’air froid déboule par les grandes plaines des Etats-Unis à la rencontre des eaux chaudes du golfe du Mexique. Le contact est explosif  dans la partie la plus occidentale au niveau du Texas. La réaction s’effectue sous la forme d’une masse pluvio-orageuse qui remonte du sud-ouest. Dans le prolongement, on distingue les quatre alignements de tornades de la même direction qui ont provoqué d’énormes dégâts dans le sud des Etats-Unis le 24 avril. Le plus important s’étire du nord de l’Etat de la Louisiane jusqu’aux montagnes des Appalaches. Au sud,  une ligne parallèle traverse le milieu de l’état du Mississippi. Au nord d’autres axes de tornades de violence plus faible s’étirent de l’extrémité nord de la Louisiane  au Kentucky en longeant le nord des Appalaches.

 

   Au passage entre avril et mai, la seconde offensive de l’air Arctique est aussi concomitante aux Etats Unis et en Europe et cette fois la France est affectée.

Comme quelques jours auparavant, l’air arctique glisse dans les Grandes Plaines des Etats Unis en direction de l’ouest du golfe du Mexique. Au contact avec de l’air plus chaud une très grosse perturbation se met en place et remonte selon une trajectoire de sud-ouest en déposant de très fortes précipitations quotidiennes du golfe du Mexique aux Appalaches. Les quantités de précipitations dépassent chaque jour 100 mm sur des lignes parallèles qui se chevauchent de part et d’autres de la moyenne montagne américaine. Les précipitations prennent en enfilade le bassin du Tennessee, la rivière des Appalaches qui suit les vallées de la montagne orientées sud-ouest nord–est. Cette concentration des eaux sur l’ensemble de ce bassin provoque des crues énormes  avec plus de 20 morts qui ont été occultés médiatiquement par les problèmes de la marée noire du golfe du Mexique. Un choix médiatique discutable !

   A l’extrémité nord de l’extension de ces masses pluvieuses, à leur contact avec l’air très froid du Canada, les précipitations se sont changées en une tempête de neige sur les Etats du Maine du Vermont et le nord de celui de New York.

   Au même moment, une nouvelle descente en provenance de l’Arctique progresse en direction de l’Europe selon une trajectoire un peu différente de la précédente.

 

 

Europe desc fr

   L’air froid s’écoule sur le flanc d’un anticyclone méridien qui s’étire du Groenland aux Açores. Sa trajectoire de plein nord descend par les mers de Norvège et du Nord, le golfe de Gascogne, l’Espagne de l’ouest et enfin le Maroc, une latitude très basse pour la saison. La réaction de la Méditerranée est tout aussi virulente que celle du golfe du Mexique au sud des Etats-Unis. Des masses nuageuses se forment dès que l’air froid arrive sur la mer tiède et elles remontent selon une trajectoire de sud-ouest qui longe les côtes du Levant espagnol.

    Quand cet air très humide arrive au niveau du Roussillon, des Corbières et de l’extrémité sud-ouest du Massif central, il entre à nouveau en contact avec celui très froid qui descend de l’Arctique et les précipitations passent à la neige avec des épaisseurs très fortes sur les Pyrénées orientales, les Corbières, la montagne Noire, et le Massif central jusqu’au Pilat.  C’est la première phase de la vague pluvio-neigeuse qui concerne la France.

 

   La seconde : les masses pluvieuses viennent tournoyer autour d’une dépression au sol comme en altitude qui s’installe sur le golfe de Gènes.

 

   C’est ainsi que successivement, cette instabilité provoque le coup de mer qui a dévasté les ports et établissements du littoral de la côte d’Azur française qui venaient juste d’ouvrir au début de ce qu’ils pensaient la saison estivale. Les plus fortes précipitations se situent sur l’Apennin Ligure, la partie piémontaise de la plaine du Pô, le versant lombard des Alpes. Après la traversée du massif, elles se régénèrent en bout de course sur le nord est du Massif central en particulier sur le massif du Pilat où les masses pluvieuses rencontrent à nouveau l’air froid. Il en résulte les chutes de neige du 5 et du 6 mai sur la région stéphanoise.

   Cette dernière s’est trouvée dans les deux cas en fin de course de la phase un qui remontait du sud, comme de la phase deux qui l’atteint par le nord-est après un mouvement tournant sur les Alpes. Sous un ciel aussi bas qu’en pays flamand, les précipitations sont continues depuis la nuit du premier mai, sans grande intensité toutefois puisque cette dernière a été laissée sur les premières zones atteintes, le Roussillon dans un cas, les Alpes Italiennes dans l’autre. En déposant chaque jour entre 10 et 16 mm, vendredi matin, le cumul atteint  78,4 mm pour un épisode humide et nuageux qui n’arrête pas de continuer !

   Lors des deux phases, l’air méditerranéen entre en contact sur la zone du Pilat avec l’air froid qui déboule de l’Arctique. En ajoutant le rôle des reliefs, ceci provoque le passage à la neige dès 1000 mètres le mardi, mais aussi à 500 mètres dans la nuit de mercredi à jeudi, même si elle ne tient qu’à partir de 600 mètres.  Au passage comme j’ai pu le signaler sur mon blog, le record de la chute de neige la plus tardive a été battu sur la ville de Saint Etienne de 3 jours le 6 mai 2010, le précédent record datant du 3 mai 1979 !

   Vous avez pu constater la similitude du mécanisme des descentes arctiques des Etats-Unis et de la France. Dans les deux cas l’air froid glisse de façon méridienne jusqu’au moment où il rencontre une mer chaude orientée ouest-est. Le Golfe du Mexique tient ce rôle sur le nouveau Monde et la Méditerranée sur l’Ancien.    Le contact entre les deux provoque une réaction. L’air froid se charge en humidité sur la mer tiède. Les masses pluvieuses ainsi crées remontent selon une trajectoire de sud-ouest. Là interviennent des nuances selon la virulence du contact : orages et tornades, pluies et neige quand les masses humides retrouvent l’air froid vers le nord.

   Si en Europe, la première descente arctique sur l’Allemagne n’a donné que du froid, la raison est simple. La trajectoire est en cause. Elle n’a pas rencontré une mer chaude sur son parcours !

 

   Des travaux récents, ont tendance à opposer les événements climatiques qui affectent l’Europe occidentale et le nouveau Monde. En raison d’ondulations de la circulation générale de l’Atmosphère, ils signalent qu’un hiver froid, du côté de l’Europe comme cette année s’accompagne d’un hiver doux de l’autre coté de l’Atlantique. La saison froide 2009-2010 est prise en exemple cette année pour vous expliquer : s’il fait froid chez nous, il peut faire doux chez les autres. Les exemples de ces deux descentes froides de la fin avril et du début mai montrent simplement qu’il n’y a pas toujours opposition climatique entre ce qui se passe d’un côté et de l’autre de l’Atlantique.

 

Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain sur les Ondes de Radio Espérance, le texte étant repris sur ce blog :

Partager cet article

Repost0

commentaires

Dracipe27 10/05/2010 01:41



Maintenant je suis au courant.Merci.



Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195