Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 18:07

 

       L’Europe n’a-t-elle pas eu « peur de son ombre » dans l’affaire des cendres du volcan islandais et du trafic aérien.

Comment est-on arrivé à la fermeture de l’ensemble des aéroports européens ?

Les images transmises par Claude m’ont été très utiles pour comprendre le mécanisme qui a abouti à cette énorme pagaille sur un aussi grand espace en liaison avec des exemples anciens d’avaries d’avions traversant des nuages de particules volcaniques.

Les images des satellites météorologiques ont vite permis de constater que ces nuages de cendres étaient peu repérables, sauf par des traînées sombres près du lieu de l’émission. Seuls des satellites spécialisés comme MGS Terramodis et Aquamodis publiés par les Allemands ont permis de les suivre de façon nette au début, plus confuse ensuite en raison de leur dilution.

On peut observer l’évolution en fonction des mouvements de l’atmosphère en comparant 4 types de documents : images de satellites météorologiques ou spécialisés, la situation météorologique au sol et celle en altitude au niveau de la surface des 500 hpa.

 La prédominance de temps de nord sur l’Atlantique a conduit ces particules jusqu’à l’Europe occidentale avec deux moments majeurs d’émissions du volcan dans notre direction :

Le premier à la fin de la semaine dernière, les cendres contournent l’anticyclone centré sur le Royaume Uni. Le violent courant d’altitude 70 nœuds ou au sol 30 nœuds les envoie vers le sud de la Scandinavie par un violent flux d’ouest nord-ouest. Jeudi, les cendres forment une traînée étroite du volcan islandais jusqu’aux côtes norvégiennes au niveau de Bergen Au niveau de la Mer du Nord, le flux prend une direction de nord-est qui rabat l’air en direction de l’Allemagne et de la France. La dépression du golfe de Gènes avec des vitesses bien plus faibles 30 à 35 nœuds en altitude et 5 à 15 au sol attire l’ensemble.

Ce mouvement très net vendredi s’atténue samedi et dimanche avec un vent bien plus faible et surtout plus divers en direction. C’est ainsi que les particules se dispersent progressivement. Les satellites spécialisés identifient nettement leur emplacement vendredi matin où elles atteignent un axe du Pays bas à la Tchéquie en traversant l’Allemagne au niveau de Francfort. Samedi matin, une tâche diffuse pénètre sur la France. Elle suit la Frontière depuis le Pas de Calais et continue jusqu’en Bavière. Dimanche matin, la tâche se dilue encore en progressant vers le sud sur la France. Lundi, on devine à peine une masse éparse qui a reculé sur le nord-est de la France et peu visible sur la plaine d’Allemagne du nord.

La seconde pulsion de particules en provenance du volcan islandais s’effectue lundi et mardi. Une dépression se crée sur l’Islande et descend selon une trajectoire de nord-ouest en direction du Royaume Uni, mardi, avec des vents de 40 à 60 nœuds en altitude et de 10 à 20 nœuds au sol. Le front qui l’accompagne traverse la Manche, déborde un peu sur la France du nord-ouest de la Normandie aux Ardennes.

La plus grande partie de la France n’est pas affectée par cette seconde vague. Une perturbation pluvio-orageuse en provenance d’Espagne traverse les Pyrénées dès le dimanche. Elle remonte avec un flux léger de sud-ouest sur une grande partie du pays et termine sa course mardi du Jura à l’Alsace. Elle apporte un air nouveau et des orages qui nettoient le ciel du pays et expliquent qu’à partir du sud-ouest, puis avec Nantes lundi matin, Lyon lundi soir et enfin  Paris mardi, les aéroports de notre pays sont remis en service car ils n’étaient plus dans la zone susceptible de recevoir les concentrations de cendres.

Voici l’étude météorologique théorique qui a conduit à l’arrêt du trafic aérien à partir des modèles atmosphériques. Elle s’est trouvée totalement en porte à faux quand on a fait décoller quelques avions tests qui ont découvert que les dites cendres ne provoquaient aucun dégât sur les moteurs. Si un avion passe sur un volcan en éruption, des avaries sont logiques, mais la dilution rapide du nuage a surpris et des concentrations affaiblies le rendent inoffensif car des particules dans l’atmosphère ne sont pas seulement émises par le volcan islandais mais par toutes les activités humaines ! Le couvercle d’aérosol  de Cardington au Royaume uni  montre, la faible concentration en altitude par rapport au sol, la très rapide dilution des particules le vendredi, très denses entre 7 heures et 10 heures, puis de longues périodes indemnes !

La réaction de Giovanni Bisignani responsable de l’association internationale du transport aérien montre bien le problème « Les européens utilisent encore un système fondé  sur un modèle théorique  au lieu de prendre une décision fondée sur des faits et une étude du risque ». On retombe dans le problème que je vous posais dans une de mes dernières chronique (N°732), ou la conclusion de mon livre de 2003 « Le ciel tomberait-il sur nos têtes ? ». La théorie doit elle primer sur l’observation. Une fois de plus, la déconnexion est flagrante entre les deux. Quand on a fait des mesures avec des avions, la théorie s’est effondrée.

Il s’ajoute un autre aspect. Les tenants de ces théories sont souvent très dépendants d’idéologies qui critiquent le transport aérien, pour sa dépense d’énergie, ses rejets de carbone, sa pollution. Certains ont eu une certaine jouissance à prolonger l’arrêt des avions qui représentent cette économie mondialisée très décriée ! Si les documents de vendredi matin montrent des concentrations importantes voir alarmantes sur un axe en travers de l’Europe, ensuite le constat de leur dilution aurait dû rapidement inciter à des vérifications et à revoir les mesures prises. La prolongation de l’arrêt du trafic pendant le week-end est très curieuse.

Il est intéressant de comparer les différentes attitudes des européens face à ce problème.

 La France a été touchée de façon marginale par le premier nuage, ensuite la petite perturbation pluvio-orageuse a nettoyé le ciel. Le pays par excellence du principe de précaution a appliqué la théorie jusqu’au bout et n’a libéré ses aéroports, que quand les modèles ne pouvaient plus prétendre voir des particules !

 Allemands et surtout anglais, ont été touchés par des concentrations plus fortes, plus tôt que nous, et par les deux vagues. Ils ont les premiers lancé des observations par avions pour vérifier l’absence de danger, ils ont repris leurs vols, en même temps que nous, alors que la situation météorologique montre que leur ciel est encore encombré de cendres ! C’est d’ailleurs du pays le plus proche du volcan, le plus affecté par l’arrivée des cendres mais aussi le plus pragmatique de l’Europe, le Royaume Uni que sont venus les critiques les plus fortes contre ces mesures «L’analyse que nous avons faite jusqu’à présent, tout comme celles d’autres vols d’essais réalisés par d’autres compagnies, fournit de nouvelles preuves que les restrictions globales actuelles imposées à l’espace aérien sont inutiles » selon Willie Walsh directeur général de « British Airways »

La théorie a réussi à imposer une pagaille énorme, avec des mesures peut être prudentes au début mais ensuite déconnectées des réalités. Notre pays est toujours en première ligne dans ce cas, pourtant son ciel a été moins affecté et nettoyé avant les autres. Comment ne pas s’étonner qu’avec de telles pratiques, notre continent européen n’ait pas la croissance économique la plus faible, aggravée par ces 5 jours de délire ? Les américains et les asiatiques ont dû rire de nos élucubrations, tout en maugréant pour les conséquences induites.

A quand la prochaine catastrophe liée aux modèles et aux théories mathématiques après la catastrophe financière, les simulations de températures pour le siècle à venir, les dérives  des modèles pluies débits dans la mise en place des zones inondables, le thème de mon prochain livre et maintenant l’arrêt exagéré du trafic aérien ?

Les modèles sont des moyens mis à la disposition des hommes, mais quand leur place  dépasse ce simple rôle, ils sont à l’origine de la dérive des sociétés humaines.

L’Europe a eu effectivement « peur de son ombre » comme les bébés quand ils la découvrent ! Pourtant l’ombre des aérosols volcaniques sur l’Europe s’était très vite diluée !

 

Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain sur les ondes de radio espérance, le texte étant repris sur gesta.over-blog .com. Bonne semaine à tous….

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195