Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 16:55

                                      Tempête de neige sur Washington et Saint Etienne


Deux régions ont défrayé la chronique par leurs chutes de neige de part et d’autre de l’Atlantique, celle de Washington avec des épaisseurs exceptionnelles depuis les 4 et 5 février et aussi celle de Saint-Etienne à partir du  mardi 9 février qui est probablement la ville d’importance la plus enneigée de France en ce moment.

Les épaisseurs de neige traduisent la différence entre la démesure américaine et les phénomènes de la vieille Europe.

Sur les cartes de l’enneigement, l’épaisseur dépasse déjà 65 cm entre la crête des Appalaches et la partie méridionale de la Mégalopolis de Washington à Baltimore le 6 février. Le 11, la tache des fortes couches supérieures à 65 cm s’est étendue vers le nord sur la Pennsylvanie jusqu’au niveau de New York et jusqu’à la Côte Atlantique. Les cumuls font mention de 1,70 m dans la Capitale des Etats Unis ce qui constituerait l’épaisseur la plus haute connue selon des informations à vérifier.

En France le manteau nival s’était replié dans les premiers jours de février à des altitudes de l’ordre de 700 à 800 mètres sur le massif du Pilat. Mardi une précipitation d’origine méditerranéenne a remonté le long des hauteurs de l’est du Massif central. A basse altitude, elle donne de la pluie sur le bas versant rhodanien du Pilat, mais sur celui septentrional stéphanois, le passage à la neige s’effectue en dessous de 500 m. A Saint Etienne, en fin de journée j’ai 17 cm à 500 m, car une partie de la précipitation a fondu en tombant par des températures légèrement positives au début. A 600 m l’épaisseur dépasse 25 cm.

Après une accalmie mercredi, les chutes reprennent de plus belle jeudi en fin de matinée. Au moment où j’écris cette chronique jeudi vers 17 heures. La circulation automobile semble paralysée sur la ville, elle l’a été pendant 2 heures environ. Sous une chute qui continue encore samedi, l’épaisseur dépasse 32 cm à 600 m d’altitude dans la vallée du Furet et  à 500 m les congères atteignent déjà 22 à 28 cm.


Quelle idée farfelue a traversé l’esprit de votre climatologue pour qu’il associe deux événements qui se passent de part et d’autres de l’Atlantique ?


Les points de convergence semblent plus nombreux que l’on ne pourrait l’imaginer au premier abord. C’est la même dépression qui sévit avec simplement le décalage de la traversée de l’Océan.

Alimentée en air froid en provenance du Labrador, une dépression se creuse à 955 hpa les 4 et 5 février, sur la partie occidentale de l’Atlantique. L’air doux tourbillonne autour et revient par le nord-est en direction des côtes  atlantiques des Etats-Unis au niveau de la Mégalopolis. Il entre en contact avec l’air froid du Labrador. Les chutes de neige qui suivent sont maximales quand elles viennent se bloquer sur l’anticyclone froid qui s’étire des grandes plaines canadiennes au vieux sud des Etats-Unis. Un peu au sud de Richmond, on passe en quelques kilomètres des hauteurs maximales, au sol indemne de manteau blanc.

La même dépression et la perturbation qui l’accompagne au sud, traversent l’océan de part en part.

 Le 6, la bande nuageuse  se situe au large de la Galice, de la Bretagne et de l’Irlande. Le 7 la perturbation ne progresse pas dans sa partie nord face à la Bretagne et à l’Irlande car l’énorme masse anticyclonique qui occupe l’Europe de l’Islande aux Alpes et aux Balkans lui coupe l’accès. Ces hautes pressions vont même complètement désintégrer le lendemain ses nuages qui n’atteindront jamais le continent au nord du Golfe de Gascogne

Au sud la situation est différente, les masses nuageuses peuvent avancer sur la Péninsule Ibérique le 7 et par cette route elles vont atteindre le sud de la France par la Méditerranée. Le 8, comme le montre l’image de Claude que vous avez pu observer sur mon blog, les nuages forment un triangle du Golfe de Gascogne au Maghreb. La « Grande Bleue » aux eaux profondes toujours tièdes sert de recharge d’humidité et ainsi revigorées les masses pluvieuses peuvent remonter en direction de la France où elles donnent de la pluie sur les rivages du Languedoc et de Provence, mais en abordant les reliefs de l’est du Massif central, la précipitation passe à la neige et plus encore dans la retombée sur le versant nord du Pilat. L’air doux entre alors au contact de l’air très froid qui descend de Sibérie via l’Allemagne et qui s’installe derrière la ligne de crête des Cévennes au Pilat.

Deuxième ressemblance, outre le fait que la même perturbation ait migré d’un bord à l’autre de l’Océan atlantique, dans les deux cas les masses nuageuses viennent s’empaler dans des hautes pressions qui les maintiennent sur une même région. Ces dernières sont aussi froides, ce qui a pour conséquence de faire passer les précipitations de la pluie à la neige quand les masses nuageuses rentrent dans le froid. Ces anticyclones maintiennent aussi les précipitations sur les mêmes secteurs qui accumulent des quantités énormes de neige. Ces dernières apparaissent d’autant importantes que pour une lame d’eau assez réduite on obtient des couches très épaisses. Quand on fait fondre les plus grosses couches de neige tombées dans les cuves des pluviomètres, on est très vite surpris par la faiblesse des lames d’eaux recueillies par rapport à celles obtenues lors de pluies.

Troisième ressemblance dans la neige à Washington et à Saint Etienne, il y a eu  deux chutes successives à quelques jours d’intervalle sur le même secteur géographique. Au nord-est des Etats-Unis, les chutes sont arrivées selon le même processus et la même trajectoire, avec une nouvelle perturbation qui suit approximativement le même cheminement.

Au contraire dans le cas de la neige à Saint Etienne et aussi sur la côte d’Azur de jeudi , 48 heures après la première chute, la situation météorologique est la suite logique du cheminement de la perturbation antérieure. Quand une perturbation se déplace en Méditerranée, il y a souvent deux phases. La première correspond à la remontée de sud ou sud-est des masses pluvieuses par la France et la vallée du Rhône, ce qui s’est produit mardi. Ensuite la dépression qui accompagne, va s’installer dans le Golfe de Gènes. Dans ce cas des littoraux plus à l’est de la Côte d’Azur sont concernés comme ce jeudi avec les problèmes sur l’Autoroute A8 dans la traversée de l’Estérel entre Antibes et Fréjus. Surtout les masses pluvieuses effectuent un large mouvement tournant autour de cette dépression du golfe de Gènes et au bout du processus elles reviennent sur les régions du Centre-est de la France, en particulier cet espèce d’entonnoir entre le Forez et le Pilat où viennent s’accumuler de nouvelles couches de neige.

Cette même succession de chutes de neige, d’abord en provenance du sud-est comme un épisode cévenol et ensuite par un retour en provenance du nord-est  s’est déjà produit du 8 au 10 janvier 2010 en déposant au total 38 cm d’épaisseur moyenne avec des congères de 50 cm  sur Saint Etienne. Cette fois , la couche est plus faible mais nous en sommes à la 84 ème heure de chute ! La région centre-est de la France autour du massif du Pilat est le secteur le plus sensible à cette succession classique de type de temps.

Dans ces deux chutes successives, comme en janvier, la situation thermique est un peu différente. La première de sud-est correspond au moment où l’air froid s’installe sur la France, la chute s’effectue souvent avec des températures proches de zéro parfois un peu au dessus comme mardi à Saint Etienne. La seconde chute qui suit, arrive dans un air bien plus froid et gelé qui a recouvert souvent l’ensemble de la France avec des températures fortement négatives, ce qui s’est produit depuis jeudi.

C’est assez rare, mais il n’est pas impossible que l’hiver attaque en même temps de façon virulente, concertée et tenace de part et d’autre de l’Atlantique comme pendant ce mois de février.


Gérard Staron vous donnez rendez vous samedi prochain sur les ondes de Radio Espérance 13 h 15, vous trouverez ensuite le texte sur mon blog:   http://gesta.over-blog.com.


Bonne semaine.

  

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195