Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 17:02

2009 Bilan accommodant !

     Faire le bilan d’une année est une tâche classique à proximité du nouvel an .

Au long des mois, les médias ont mis l’accent sur les périodes de chaleur ou de douceur des températures, peut être pour préparer le public, aux décisions qui n’ont pas été prises lors d’une conférence danoise.

Au niveau thermique le bilan n’est pas évident dans la région. La moyenne de l’année sera à un rang suffisamment élevé pour que l’on puisse dire qu’elle n’est pas froide, mais suffisamment éloigné des années les plus chaudes.

Depuis 1929 au Puy Chadrac, 2009 serait au 6 ème rang pour sa température moyenne avec 10,6° derrière 1997 et 2006 qui sont les plus chaudes avec 11°

Au niveau des années récentes, la pointe de 2006 reste beaucoup plus élevée. 2009 se situe légèrement au dessus de 2008  et très proche  de 2007.

Pour mes deux postes, la situation est d’ailleurs différente :

---  A Montregard, vers 1000 mètres aux confins du Velay et du Vivarais, la température moyenne de l’année est supérieure de 0,4° à celle de 2008, mais inférieure de 0,1° à celle de 2007.

--- A Saint Etienne, 500 mètres d’altitude, 2009 a été plus chaud que 2008 avec 0,5° de plus, mais aussi que 2007 avec 0,2° en plus. On trouve d’ailleurs des écarts similaires au Puy Chadrac

Ce décalage entre montagnes et bassins de l’est du Massif central semble lié à l’influence des flux de sud, qui en descendant des reliefs des Boutières au Pilat, se sont réchauffés dans les dépressions situées au nord. Nous avons signalé leur nombre  anormalement important certains mois, comme Août, octobre et novembre.

D’une façon générale, par rapport aux deux années précédentes on constate une remontée progressive des températures après un déficit très marqué pendant les deux premiers mois de l’année.

A fin février le retard des températures de 2009 est de l’ordre de 4° par rapport aux deux années précédentes dans des proportions assez semblables pour 2007 et 2008. L’influence du manteau nival très abondant de l’hiver 2009 à moyenne altitude augmente encore la faiblesse des températures à Montregard par rapport à Saint Etienne de l’ordre 0,9° de différence sur l’ensemble des 2 mois entre les deux postes.

Le reste de l’année n’est qu’un rattrapage progressif des températures par rapport à 2008. 2009 revient au niveau de 2008 en Août à Saint Etienne et en septembre à Montregard. Le mois d’octobre est particulièrement indécis, mais 2009 dépasse nettement 2008 au cours du mois de novembre très doux qui creuse l’essentiel de la différence. Décembre avec des écarts très faibles aux deux stations fait peu évoluer la situation. A Montregard, le suspens a continué  jusqu’aux 10 derniers jours de l’année, si la vague de froid de la seconde décade de décembre s’était poursuivi jusqu’à la fin du mois, 2009 aurait pu,  in extremis, ne pas dépasser 2008 ! Le bilan d’une année tient parfois à peu de jours !

La situation par rapport à 2007 est tout à fait comparable à une légère exception près. 2009 creuse l’écart vers le froid jusqu’en avril, mais le rattrapage est plus tardif et s’effectue surtout en Novembre 2007, mois particulièrement froid, autre ressemblance avec 2009.

Avec un tel bilan qui sera peu ou prou, celui d’une très grande partie de la France, personne ne peut pavoiser. Il serait incorrect d’affirmer que le réchauffement continue car on est assez loin du maximum de 2006, de même on ne peut dire que le refroidissement constaté en 2007 et 2008 se poursuit, puisqu’il connaît un net coup d’arrêt en 2009. Tout le monde trouvera quelque argument à sa thèse en choisissant avec soin ce qui l’arrange. 2010 risque d’arbitrer, mais nous aurons l’occasion de préciser pourquoi, quand j’aurai continué une petite étude que j’ai laissé en état depuis 1 an !

Au niveau pluviométrique, l’année 2009 a marqué un net recul par rapport aux deux années précédentes. Pour mes deux postes, 2009 est la plus sèche depuis 2006. A la date du 30 décembre j’ai recueilli à Saint Etienne ville seulement 681,7 mm, le dernier jour (687,1 mm avec le 31) fut-il pluvieux ne suffira pas pour atteindre les 784 mm de 2006, les 919 mm de 2007 et le mètre de 2008.

Cette sécheresse est confirmée en Haute Loire dans le bassin du Puy. A 20 jours de la fin de l’année il n’était tombé que 524 mm alors que la normale atteint 674 mm. La pluviométrie correspond à celle du quintile sec, soit celle d’une année sur cinq. Même en altitude sur les monts du Vivarais, les totaux annuels sont bas à Montregard.

Après les très bonnes pluviométries de 2007, et 2008 surtout les derniers mois, cette année sèche a été moins ressenti, car 2009 a bénéficié dans la région de réserves du sol pleines et de nappes à un bon niveau en début de saison chaude. Février et avril assez arrosés ont même, un temps, donné l’illusion du maintien d’une bonne pluviométrie, mais il n’est pas sûr que ce soit partout le cas en cette fin d’année. Après la défaillance des pluies de mai et juin qui apportent souvent le maximum pluviométrique de l’année, la seconde partie a continué une indigence très marquée en août, septembre et novembre.

Naturellement quelques orages très violents, comme celui du 2 juillet à Saint Etienne avec 73 mm en 2 heures et surtout celui de Chalmazel le 24 août et ses 153 mm, ont apporté ponctuellement de grosses quantités, plus nocives qu’intéressantes, puisque dans les deux cas des inondations importantes, reconnues catastrophes naturelles, ont affecté l’agglomération de Saint Etienne pour l’une et la rivière le Lignon du Forez pour l’autre.

Par contre il semble bien que cette région qui s’étire à l’est du Fleuve Loire jusqu’à la crête des Boutières aux monts du Lyonnais, ait été un secteur particulièrement sec alors que la pluviométrie augmente considérablement  dans la partie septentrionale de notre région.

Les précipitations ont été particulièrement abondantes au delà des massifs volcaniques auvergnats au Roannais et au Beaujolais, et encore plus dans le Limousin, le Bourbonnais, le Morvan.

La raison de ces contrastes semble multiple :

Pendant, la période chaude les anticyclones méditerranéens ont repoussé les lignes d’orages d’une centaine de kilomètres vers le nord. Ils ont arrosé de l’Auvergne au Roannais, quand le Velay et le Forez restaient secs.

En fin d’année, les pluies océaniques ont été très nombreuses, les mêmes régions exposées ont reçu les précipitations, alors que le Forez et le Velay sont relativement à l’abri de ce type de précipitations.

D’habitude, des précipitations cévenoles remontent du sud et débordent sur les montagnes de l’est du Massif central. Lors de cet automne, ces dernières ont été peu nombreuses, surtout elles n’ont pas eu la force d’atteindre nos régions comme elles l’ont fait si souvent dans un  passé proche, en particulier le 2 novembre 2008 pour la pluie ou les 12 et  15 décembre 2008 pour la neige lourde. Personne ne s’en plaindra quand on sait les dégâts causés par ce type de précipitations, mais ceci affaiblit quand même le total annuel.  Quand on remarque que l’épisode cévenol qui a apporté le plus d’eau, n’a déposé que 60 mm aux Estables le 21 octobre, la défaillance de ce type de précipitations automnales est patente en 2009.

Une année en demi-teinte qui ne permet de confirmer aucune tendance antérieure ! A préciser en 2010 !

 

L’occasion pour Gérard Staron de vous présenter ses meilleurs vœux pour 2010, et de vous retrouver samedi prochain sur les ondes ou le site de Radio Espérance 13 h15, et par ailleurs sur zoom42.fr et mon blog : http:// gesta.over-blog.com.

 

Bonne année à tous

Partager cet article

Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195