Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 20:52


L’anticyclone : le roi de cet automne.


      Ce sont les pressions qui accompagnent habituellement le beau temps avec de très larges plages d’ensoleillement, des après-midi aux températures agréables, parfois même chaudes pour la saison, et aux vents calmes. Cette situation idyllique souffre très souvent deux bémols  très discrets pendant ces derniers mois  de septembre et d’octobre. Le premier, la fraîcheur ou la froidure des températures minimales a été bien présent mais devait être tu. Le second, les brouillards des cuvettes et dépressions ont été réellement peu fréquents et réduits dans leur extension géographique. Toutes les études des types de temps montrent que septembre et octobre présentent un très grand nombre de ces journées.

Ce temps illustre parfaitement ma précédente chronique, avec un ressenti contradictoire, entre ceux qui se limitent à profiter du caractère agréable d’une situation sans grande contrainte sur les activités humaines et ceux qui utilisent les quelques heures chaudes de l’après-midi pour souligner les dangers du réchauffement de la planète!

Les pressions atmosphériques réduites au niveau de la mer sont en effet très hautes pendant ces mois de l’automne 2009. Sur le Centre-est de la France, les pressions ont été supérieures à 1015 hpa pendant 22 jours pour le mois de septembre et aussi pour les 28 premiers d’octobre, ce qui représente environ 3 jours sur 4. Pendant une journée sur deux sur l’ensemble des deux mois on dépasse les 1020 hpa. Les pressions ont même dépassé 1025 hpa pendant 8 jours en septembre et 4 en octobre, soit pendant une journée sur 5 pour l’ensemble de la période. Vers le 10 septembre, le baromètre est même monté au dessus de 1040 hpa sur les régions bordières de la Manche.

En altitude, la surface des 500 hpa, qui correspond en gros à la pression d’une moitié d’atmosphère, a été très élevée. Elle a dépassé plus de 3 jours sur quatre le niveau de 5700 mètres. C’est toutefois à ce niveau qu’intervient la différence entre les deux mois. En septembre la persistance d’un puissant couvercle anticyclonique d’altitude a été remarquable avec 26 jours à plus de 5700 mètres et 9 à plus de 5820 mètres, niveau rarement atteint même en été. Au contraire, Octobre marque une nette différence puisque la surface des 500 hpa n’a dépassé 5700 mètres que pendant 17 jours et 5820 mètres seulement 1 journée pour les 28 premières dates du mois.

Cette différence signifie qu’en septembre, certains épisodes orageux perturbés n’ont pas réussi à faire sauter le couvercle de hautes pressions d’altitude. C’est ainsi que du 1er au 4 ce dernier reste en place en dépit de l’épisode orageux qui a déposé l’essentiel des pluies du mois. Au contraire pendant le mois d’octobre, les hautes pressions installées au sol n’ont pas pu empêcher la circulation du jet Stream de passer par-dessus

La nature des hautes pressions était donc différente. En septembre il s’agissait d’une dominante d’air tropical qui remontait au dessus de celui du sol, un reste de la situation de l’été où je vous avais décrit le couvercle de hautes pressions remonté sur la Méditerranée. Dans ce cas l’air chaud au dessus sert de couvercle et renvoie sa chaleur aux zones plus basses et empêche les développements orageux.

 En octobre l’air est différent, il s’agit souvent de la descente d’un air froid à l’origine qui se réchauffe au contact de régions plus chaudes avec un ensoleillement abondant. C’est ainsi qu’après chaque passage perturbé les températures sont descendues très bas avec des gelées marquées au retour de l’anticyclone dans un flux de nord. Peu à peu, sous l’effet d’un ensoleillement encore abondant à cette époque de l’année, les températures remontent en liaison avec une atténuation du flux de nord au fil des jours.

Vous avez pu constater qu’en septembre comme en octobre, il y a eu un décalage entre les déclarations sur le beau temps liées à la chaleur des heures les plus ensoleillées de l’après midi et la température globale du mois. Ce contraste apparaît encore plus virulent en octobre marqué par de fortes chaleurs mais aussi des gelées sévères.

Ces situations anticycloniques sont souvent complexes avec l’affrontement entre plusieurs éléments, l’ensoleillement qui pousse les températures vers les sommets et la masse d’air qui en fonction de son origine vient ajouter son impact vers la chaleur, ou corriger le tout vers le bas en particulier pour les températures minimales du matin.

Pendant ces deux derniers mois, l’origine de ces masses d’air a plus souvent contredit l’influence de l’ensoleillement qu’il ne l’a renforcé, avec une dominante de flux de nord.

Plus des deux tiers des jours anticycloniques se sont produits par des temps de nord et de nord-est, soit 29 jours sur 44 pour l’ensemble des deux mois. Quand les hautes pressions s’installent sur l’Atlantique ou remontent sur les Iles Britanniques, les flux qui arrivent chez nous, les contournent par l’est et l’air provient directement des hautes latitudes. Ceci contribue à corriger les températures vers le bas, mais aussi à accroître le contraste entre les températures minimales  du matin et les maximales de l’après midi. En saluant l’observateur du poste, c’est ainsi qu’à Saint Genest Malifaux, dans le trou du sapt à 920 m, le 7 septembre il fait -1,8° de minimum pour 23,9° de maximum, une belle amplitude de 25,7° dans la journée. Le 30 septembre fait presque autant de -3,6° à 21,6°, pour une amplitude de 25,2°. A Saint Etienne, le 5 octobre une amplitude de près de 20° existe entre les 8° du matin et les 27,8° de l’après-midi.

En effet l’air de nord-est qui arrive est particulièrement sec en raison de son origine ou de son long trajet sur des régions continentales avant de nous parvenir. La très faible hygrométrie rend difficile la formation  des brouillards de la fin de nuit. De ce fait, le rayonnement nocturne agit au maximum par ciel dégagé pour abaisser les températures dans les cuvettes froides, surtout celles de moyenne altitude. Dans la journée, cette sécheresse de l’air provoque un ensoleillement persistant du lever au coucher de l’astre, ce qui accentue d’autant  la remontée du thermomètre.

Cet automne restera dans les esprits pour son beau temps très ensoleillé, mais sûrement pas dans les tablettes des températures moyennes. L’automne 2006, où la conjonction entre l’ensoleillement et la provenance de la masse d’air avait été plus convergente, présente des moyennes supérieures de près de 3 degrés par rapport à 2009.

Il n’y a peut être que deux cas qui resteront dans les tablettes. Les quelques journées d’octobre, 4 au total, où, à la forte présence de l’ensoleillement, s’est ajouté un flux de sud en liaison avec un anticyclone situé derrière les Alpes. Ce sont souvent les coups de chaud qui précèdent les grosses pluies cévenoles.

Le second cas correspond aux régions méditerranéennes. Lors de ces temps anticycloniques accompagnés de flux de nord ou de nord-est, l’air, après avoir franchi les hauteurs des reliefs qui encadrent le grande bleue, redescend sous un ciel lumineux. Il accentue son réchauffement au rythme de 1° par 100 mètres, même pour les températures minimales. Pas étonnant que presque tous les matins, pour masquer les petits degrés de Charleville Mézières, de Romorantin ou des postes du Massif central, on vous réchauffe avec les températures de la Côte d’Azur, du Languedoc ou du Sud-ouest.

L’anticyclone est toujours très présent en automne, avec de nombreuses journées ensoleillées,  encore plus en 2009. Surtout, ne confondons pas températures et beau temps !

 

Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain  pour une nouvelle chronique de climatologie, le texte étant repris sur zoom42.fr et ce blog : http:// gesta.over-blog.com.

Bonne semaine à tous

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195