Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 19:31

 

     La seconde partie de l’année 2009 semble celle des décalages géographiques des grands mécanismes météorologiques planétaires.

Ils ont commencé dès l’été. La chaleur et la sécheresse s’installent sur tout le bassin méditerranéen de façon croissante au cours des mois de juillet et d’août au point de connaître son maximum avec la petite canicule qui a suivi le 15 août. Ce phénomène a largement débordé au nord de sa zone normale en franchissant les crêtes de l’est du Massif central. La sécheresse a atteint la Haute Loire et le sud de la Loire, repoussant les orages sur le Roannais et le Bourbonnais. La petite canicule du 15 au 20 août a surtout été une affaire de Lyonnais.

Au même moment, plus au sud, l’Afrique de l’ouest puis le Sahel, d’habitude si souvent touchés par la sécheresse ont connu un mécanisme croissant de très fortes pluies qui ont remontées vers le nord bien au-delà de leur limite habituelle. La saison des pluies qui suit le cheminement vers le nord de la convergence intertropicale en même temps que celui du mouvement apparent du soleil au zénith, est en retard en mai et en juin dans son déclenchement, mais depuis juillet les pluies se sont transformées en inondations avec deux phases successives remontant vers le nord.

Au mois de juillet les très fortes précipitations affectent deux secteurs des côtes du golfe de Guinée avec le Sierra Leone, le Ghana, et ses voisins de la Cote d’ Ivoire et du Bénin.

 A partir d’août le phénomène concerne les régions du Sahel, bien plus au nord. Le 7 puis après le 20 août, il s’agit de la région de Dakar et du sud de la Mauritanie. La paroxysme correspond aux premiers jours de septembre avec les inondations médiatisées avec un mois de retard à Agadez, mais aussi la veille à Ouagadougou qui reçoit 300mm le 1er entre 4h30 et 15 h  et le lendemain à Bamako le 3 septembre au soir

Dans ces zones sahéliennes et même désertiques du nord marquées par la baisse des précipitations depuis la fin des années soixante-dix et par l’avancée du désert, l’effet de surprise a été d’autant plus net que l’écoulement s’effectue en nappe, « shetflood », sur de grandes largeurs, les lits des oueds n’étant plus dessinés dès que l’on sort des montagnes. Les maisons en terre ont été sapées par ces masses d’eau qui ont dilué l’argile du bas des murs.

L’analyse météorologique semble montrer une remontée des anticyclones subtropicaux en direction de l’Europe pendant l’été. En même temps, la mousson africaine qui accompagne en Afrique de l’ouest la remontée de la saison des pluies et de la convergence intertropicale est allée bien plus loin vers le nord que d’habitude au point d’atteindre le massif de l’Air en plein Sahara !

 Les deux phénomènes de l’été, en Europe comme en Afrique, sont croissants au cours de la saison, absents en juin. Ils atteignent leur paroxysme à la fin du mois d’août en Europe ou au tout début de septembre au Sahel.

Est-il possible d’établir un lien? Les anticyclones subtropicaux centrés habituellement sur le Sahara ont largement remonté sur le bassin Méditerranéen et au delà. En même temps la convergence intertropicale et la mousson africaine ont anormalement atteint les confins du Sahara. Toute se passe comme si il y avait eu une translation des centres d’action météorologiques de l’été en direction du nord !

Le deuxième grand décalage géographique de cette deuxième partie de 2009 concerne les averses méditerranéennes. Cette fin de semaine correspond à la première averse cévenole réelle puisque les grosses pluies des 16 au 19 septembre 2009 ont touché la côte d’Azur, la région marseillaise et le Pays basque alors que les Cévennes proprement dites si souvent atteintes sont restées indemnes de grosses pluies. Celle de jeudi et vendredi (8 et 9 octobre) risque en plus d’être très modérée par rapport aux abats classiques de l’automne sur le massif cévenol.

Alors que notre pays coulait des jours cléments avec des températures élevées l’après-midi et un soleil abondant, il y a eu de très grosses pluies méditerranéennes ailleurs au même moment. Elles ont été décalées vers le sud,  dans des régions habituellement moins affectées où elles ont provoqué un véritable effet de surprise.

Je vous ai déjà expliqué comment la descente froide du 1er septembre avait, après un cheminement complexe, terminé sa course par une inondation catastrophique à Istanbul, dans une cité qui ne connaît jamais si tôt dans la saison de tels événements.

La descente froide du 20 septembre, termine sa course par des inondations dans le sud de la Tunisie dans les région de Sfax et Gafsa.

Quelques jours plus tard, une autre descente froide arrive au delà du détroit de Gibraltar. Chargée d’humidité sur la mer d’Alboran, elle déverse 110 à 330 mm du 27 au 29 septembre sur le Levant espagnol, les Communautés de Valence et Alicante. 

Enfin la dernière descente froide, du début octobre a terminé sa course par les inondations de Sicile dans la région de Messine. Les très grosses pluies ont été compliquées par des phénomènes de glissements de terrains dans des roches argileuses qui glissent en masses quand la pluie leur fait perdre leur structure.

Ce décalage géographique semble aussi lié à un problème de circulation générale de l’Atmosphère. La présence d’anticyclone a dévié de leur trajectoire habituelle les descentes froides qui d’habitude passent par le Golfe de Gascogne, pour terminer par des pluies Cévenoles après recharge en humidité sur la grande Bleue.

La descente du 1er septembre ne peut pas atteindre le bassin méditerranéen par la France en raison des anticyclones d’altitude sur la « Grande Bleue », elle doit le contourner vers l’est pour arriver sur Byzance.

Celle du 20 septembre s’effectue sur le flanc des hautes pressions atlantiques qui progressent sur la France. L’air froid doit contourner par l’est pour arriver à la fin sur la Tunisie où il se recharge en humidité sur la « Grande bleue ».

Celles de fin septembre doivent  aussi effectuer un long détour par l’est, par la Scandinavie et L’Allemagne pour arriver, sur le Levant espagnol pour la première après un long trajet en diagonale  et  sur la Sicile pour la seconde par une descente méridienne.

Ce n’est pas parce que notre pays a subi les apparences agréables du beau temps anticyclonique que l’air froid n’a pas réussi à s’infiltrer en direction de la Méditerranée. Il a contourné par l’est la difficulté pour atteindre cette mer chaude et il est allé très loin vers le sud en Turquie, en Tunisie, en Espagne et en Sicile.

L’air froid est même descendu plus loin vers le sud, celui qui a atteint l’Espagne le 26 septembre a même continué sa route le long des côtes atlantiques de l’Afrique de l’Ouest en contournant une dépression centrée sur le Sahara. Je ne peux pas assurer, les médias ayant communiqué la nouvelle avec un mois de retard, qu’il en a été de même lors des premiers jours de septembre pour les inondations d’Agadez, Ouagadougou et du Sahel en général, mais ce ne serait pas la première fois que de l’air froid s’insinuerait jusqu’aux zones équatoriales et y déclencherait de très grosses pluies en raison du contraste thermique.

Ce n’est pas parce qu’il fait habituellement sec sur le désert ou le Sahel qu’il ne peut pas y avoir d’inondation pendant un été chaud en France, et ce n’est pas parce qu’il fait beau et chaud l’après-midi chez nous, que l’air froid n’est pas descendu à des latitudes très basses en septembre et octobre !

Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain sur les ondes de Radio Espérance, le texte étant repris sur zoom42.fr et mon blog gesta.over-blog.com.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

e 12/10/2009 18:17


Si j'ai bien compris, Marsac aurait aussi connu des - 30 ?
je constate que saint-éloy est plus neigeux que Fournols, plus brouillasseux, et plus frais en txm


E 12/10/2009 18:12


merci ! j'habite tout près de boisgrand ! les trous froid de fournols et saint-éloy ont atteint les - 30 (dépassées ?)...le premier mars 2005. tous les relevés seront les bienvenus !


E 12/10/2009 12:07


Totalement hors-sujet, je viens du site infoclimat...
Monsieur, Vous seriez auteur d'un ouvrage sur le climat du MC,si cela est le cas, auriez-vous des renseignements sur le trou à froid du secteur de Fournols-Saint-Eloy-La-Glacière très actif mais
négligé eu regard aux références fréquentes et fournies à celui de Saint-Genest-Malifaux...tout renseignment sur tout autre secteur concernant le Livradois-Forez
Tout relevé sera également le bienvenu !Je viens d'emmeéhager il y a peu...

Je vous remercie.

E

E


Gérard Staron 12/10/2009 14:55


J'ai effectivement effectué une thèse de doctorat d'étét intitulée "L'hiver dans le Massif central ", je dispose donc de statistiques anciennes manuscrites ( avant 1980 )sur le poste
pluviométrique de Fournols, maison forestrière de  Boisgrand 1050m d'altitude) dans le Puy de Dôme, plus précisement le massif du Livradois
Ce poste ne disposait pas de mesures de températures, pour ces denières il s'agit de Marsac en Livradois. l'une des rares endroits à avoir connu des températures minimales absolues inférieures à
-30° sur le Massif central
Voici les moyennes de précipitations de la séries 1951-1970, mois (initiale) et année de Fournols Boisgrand.
j 83, F 77, M 82, A 88, , M 123, J 119, J 82, A 114, S 92, O 84, N 90, D 103  année 1137
C'est ce que je peux envoyer facilement, le reste demande des recherches




Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195