Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 12:40

Chronique N°756: Embâcles géants


     Le 50ème anniversaire de la Catastrophe de Malpasset vient rappeler l’existence d’embâcles géants en France.

IL existe deux cas dans notre pays, celui naturel de la crue du 16 octobre 1940 dans la vallée du Vallespir, la plus proche de la frontière espagnole dans le Roussillon et celui complexe et artificiel  du barrage de Malpasset qui a apporté la désolation sur la ville de Fréjus le 2 décembre 1959.

Dans les deux cas le phénomène se produit à l’occasion de très grosses pluies méditerranéennes.

Celle du 16 octobre 1940 a provoqué les records absolus de précipitations en France en 24 heures avec 1 mètres à Saint Laurent de Cerdans, 850 mm à la Llau dans le haut Vallespir et 758 mm sur la petite cité thermale d’Amélie les bains.

 Les précipitations de décembre 1959 sont d’une intensité bien plus faible. Elles dépassent à peine 200 mm en 24 heures le 2. Les régions les plus arrosées correspondent aux Pyrénées orientales avec Montescot, Le Cannet en Roussillon et Cerbère. A proximité de la catastrophe, la station de Saint Raphaël a reçu 128 mm et le Luc 124 mm ce qui correspondait au record de précipitations en 24 heures pour ces deux postes sur la période 1946-1960, dépassés aujourd’hui.

L’épisode d’octobre 1940 est très concentré sur le Roussillon et s’étend assez peu géographiquement sur les régions du bassin méditerranéen français. Au contraire celui du 2 décembre 1959 est moins intense, mais son extension embrasse la totalité des régions littorales de la « Grande Bleue »

Dans l’épisode de la crue du Tech d’octobre 1940, la pluviométrie a eu un rôle prépondérant alors que dans celui de Fréjus du 2 décembre 1959, elle n’a eu qu’un rôle d’accompagnement par rapport à la rupture du barrage.

Vous connaissez tous la cause de l’embâcle qui a répandu la désolation sur la région de Fréjus, mais vous ignorez peut-être celle à l’origine de l’aggravation de la crue du Tech dans le Vallespir.

En aval de Prats de Mollo, au défile des Bouillanouses, au moment de la crue d’octobre 1940, un glissement de terrain énorme de 7 millions de m3 descend du pic de Cabries en rive gauche du fleuve côtier. Il barre la vallée sur une hauteur de 40 mètres, il emporte la route qui relie Prats de Mollo à l’aval. La reconstruction de cet axe de circulation ne sera terminée qu’en 1961.

 Les eaux en provenance de l’amont s’accumulent derrière ce barrage naturel jusqu’au moment où elles le font céder. A partir de ce moment, la rivière monte brutalement avec des hauteurs de l’ordre de 25 à 30 mètres dans les secteurs rétrécis de la vallée sous l’effet de la violence des précipitations mais aussi de l’embâcle puis débâcle des Bouillanouses.

Dans les cas d’embâcles, il s’ajoute souvent un problème géologique. On le retrouve dans les deux cas. Sur la haute vallée du Tech, la rivière coule d’abord dans les granites du massif du Canigou, puis elle traverse une bande de terrains métamorphiques du cambrien qui présente des zones schisteuses avant de rejoindre à nouveau le granite de la chaîne des Albères. Dans cette zone du Cambrien, des terrains mal consolidés , à dominante argileuse, perdent de leur structure quand ils sont gorgés d’eau après les très fortes pluies du 16 octobre 1940. Dans ces conditions ils glissent et coupent la vallée.

Dans le cas du barrage de Malpasset au dessus de Fréjus, la forte pluie du 1er décembre 1959 correspond avec la mise en eau de l’ouvrage. L’embâcle, l’accumulation d’eau derrière la retenue était prévue, mais la suite ne l’était point.

Malpasset est un barrage voûte. Ceci signifie que la pression de l’eau n’est pas compensée par le poids de l’ouvrage comme dans un « barrage poids » avec un mur épais, mais par l’appui de l’ossature en béton assez mince sur les deux côtés . C’est pour cette raison que ce type d’ouvrage présente une forme demi circulaire de façon à renvoyer au mieux la pression sur les deux ancrages de part et d’autre. Dans ces conditions, on ne peut construire ces  barrages que dans des roches solides qui sont capables de résister.

C’est bien là où se situe le problème géologique de Malpasset. Il est encore possible de voir sur l’un des côtés, l’endroit où la roche a cédé avec comme conséquence principale la rupture du barrage. Une grande partie de l’ouvrage en béton a été projetée vers l’aval ainsi que l’assise de ce dernier dans la roche à l’endroit fatidique.

Les constructeurs n’ont semble-t-il pas pris en compte les particularités de l’érosion du granite en milieu méditerranéen.

Le granite est une roche particulièrement dure quand elle affleure dans nos montagnes sous la forme de chaos de blocs que l’on nomme boules ou tors, il est alors protégé d’une érosion chimique, qui le ronge, quand il est sous l’influence de l’eau plus ou moins acide contenue  dans le sol. Cette érosion désagrège le granite en s’attaquant successivement aux divers cristaux qui le composent. L’eau s’attaque d’abord au mica noir, puis aux feldspaths et enfin au quartz. Le mica blanc est plus résistant que le noir. C’est pour cette raison que la résistance du granite à cette érosion chimique dépend en grande partie de sa composition. Plus il contient de mica noir, moins il résiste à cette décomposition. Plus il contient de Quartz, plus il résiste. De même si le mica est blanc. Le granite sain présente des micros cassures que l’on nomme des diaclases, l’eau s’insinue dans ces interstices, ronge ces secteurs et sépare la roche en blocs qui constituent des boules enfouies, puis ces dernières sont peu à peu rongées jusqu’à décomposition complète. C’est ainsi que dans les régions granitiques, en dessous du sol agricole avec l’humus, existe un horizon B , fait de boules encore saines séparées d’une arène composée essentiellement de sable. Plus on descend en profondeur plus on atteint le granite sain. Dans certains granites cette couche de décomposition peut être parfois très épaisse.

Plus le climat est chaud et humide, plus cette érosion est agressive car l’eau se charge plus en acides humiques capables de faciliter son attaque. Le climat méditerranéen est l’un de ceux où ce phénomène est très important  car il associe des périodes de chaleur mais aussi de très grosses précipitations. Le climat équatorial est celui où ce cancer du granite est le plus actif avec une association extrême entre chaleur et humidité.

En analysant le côté du barrage de Malpasset qui a cédé, on peut constater l’état de décomposition de la roche. Comme l’assise sur cette dernière constituait la principale force de résistance à l’eau qui s’accumulait à l’arrière. La pression sur cette berge défectueuse s’est effectuée d’autant plus vite que la mise en eau correspondait avec la très grosse pluie méditerranéenne.

La suite est facilement imaginable avec une lame d’eau énorme qui a tout dévasté, de la vallée du Reyran à la Méditerranée, en passant par la ville de Fréjus, pour provoquer l’une des catastrophes les plus meurtrières de la France.

La crainte de la rupture d’un barrage a ensuite été très souvent utilisée pour tenter de dissuader de les construire. Combien de fois n’a-t-on pas vu des simulations de hauteurs d’eau dans le cas ou tel ou tel ouvrage céderait ? En réalité c’est encore actuellement le seul cas connu, mais la catastrophe de Malpasset a tellement marqué les esprits des français qu’elle est  encore parfois utilisée pour entretenir la peur des barrages ! L’analyse de cette catastrophe est parfois l’un des premiers cours dans les écoles d’ingénieurs de travaux Publics !

Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain pour une nouvelle chronique de climatologie, le texte étant repris sur zoom42.fr et mon blog gesta.over-blog.com

Bonne semaine.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195