Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 14:08


         Chronique climatologique N°198, le 30/09/1998 avec Gérard et Marie-Gabrielle

 

La semaine dernière, nous vous entretenions déjà du cyclone Georges et les médias nous ont conté cette semaine ses tribulations dans les Antilles, le Golfe du Mexique et les Etats-Unis. Que peut-on ajouter à ce sujet ?

 

    Je vous entretenais alors du caractère tout à fait fantasque des trajectoires et de l’évolution d’intensité des cyclones, capables de se renforcer ou au contraire de se réduire à des dépressions tropicales inoffensives,  capables des changements de cap les plus imprévisibles au point de tourner parfois sur eux-mêmes et de se diriger vers des zones surprenantes.

Dans le caractère fantasque, Georges est particulièrement intéressant. Après avoir connu un début de trajectoire classique comme les ondes d’est en provenance du Cap Vert en traversant l’Atlantique dans le sens Afrique-Amérique, son cheminement devient surprenant depuis qu’il a abordé les Antilles. Après son passage plus modéré que prévu sur la Guadeloupe et la Martinique, où les dégâts n’ont pas été au niveau des prévisions, on l’a signalé sur les petites Iles un peu plus au nord, Antigua, Saint-Barthélemy et Saint-Martin. Il a pris ensuite en enfilade les grandes Antilles, Saint-Domingue, Haïti et Cuba selon une trajectoire est-sud-est, ouest nord-ouest. Il s’est déplacé ensuite suffisamment vers le nord pour effleurer le  sud de la Floride et après un arc de cercle sur les eaux chaudes du golfe du Mexique, il est venu aborder les côtes de la Louisiane, il est entré en Alabama avant de reprendre un cheminement sud-ouest nord-est qui va très probablement le renvoyer en direction de l’Atlantique.

Je reçois depuis de nombreuses années avec la revue Met Mar de la météorologie nationale les cartes des trajectoires jour après jour des différents cyclones et je crois que celui-ci est particulièrement erratique.

Son cheminement n’est classique qu’au début,  jusqu’au moment où il aborde les petites Antilles, ensuite au lieu de s’incurver traditionnellement selon une trajectoire vers le nord sur l’Atlantique, il s’est enfoncé vers l’ouest en s’arrangeant pour affecter toutes les terres de la région.

 

La semaine dernière, nous évoquions une baisse de la vitesse de ses vents et pourtant on annonce près de 300 morts dans les grandes Antilles en particulier Saint-Domingue ?  

 

Je ne crois pas que ce soit la vitesse des vents qui soit responsable de l’essentiel des pertes en vies humaines. En effet, il ne semble pas avoir repris de la force depuis sa baisse de puissance en abordant la Guadeloupe. On a annoncé des vents de l’ordre de 160 à 180km/h, c’est certes important et capable chez nous des plus fortes tempêtes, mais pour un cyclone ceci n’est pas exceptionnel. Il se situe  en classe 2 ou 3, alors qu’on l’annonçait au départ en classe 4.

Je crois que les dégâts sont liés à 3 phénomènes :

Il est exceptionnel qu’un même cyclone touche autant des régions habitées, dans la zone concernée. Il n’en a pas raté un, les petites puis les grandes Antilles en totalité, puis les Etats-Unis par deux fois. Ces cyclones  touchent le plus souvent une ou à l’extrême limite deux terres, jamais une telle suite, ne serait-ce parce que ces cyclones perdent de leur puissance sur les zones continentales ! Pour qu’il mette à son palmarès autant de contrées habitées, il a fallu qu’entre chacune d’entre elles, il se régénère sur un bras de mer chaude. C’est ce que sa trajectoire particulièrement erratique a permis.

Il est aussi capital de constater que la presque totalité des morts se sont produit dans les Grandes Antilles, en particulier la République Dominicaine. On n’en a signalé par contre aucun dans les Antilles françaises et, à ma connaissance, deux aux Etats-Unis. Ceci est à mettre en corrélation  avec l’état de développement économique des pays considérés, la République Dominicaine, Haïti et Cuba sont parmi les plus pauvres de la planète et ont les plus faibles PNB du continent. Les alertes y sont aléatoires, l’habitat particulièrement précaire, fait le plus souvent de cases peu résistantes, les secours peu organisés. Au contraire, des pays développés comme les USA disposent autant de services météorologiques que de secours organisés, d’abris adaptés et d’un habitat plus résistant. Ce cyclone certes puissant mais non exceptionnel pour la vitesse des vents a permis une ségrégation nette face à la mort entre pays développés et pauvres.

Enfin comme je vous le précisais la semaine dernière, la vitesse du vent qui affecte les faces orientales de ces différentes terres n’est pas le seul risque lié au cyclone. Les très fortes précipitations sont responsables de violentes inondations et de glissements de terrains. Il a été fait état d’un de particulièrement meurtriers. Lorsque ces cyclones s’enfoncent dans les terres, ils perdent très vite leur vitesse de vent, mais par contre les très importantes précipitations peuvent continuer à pénétrer plus loin vers l’intérieur. C’est très probablement le risque principal qui menace aujourd’hui le vieux sud des USA et celui qui a concerné les versants occidentaux des grandes Antilles par exemple Haïti.

 

Ces jours, on nous annonce que des restes de cyclones abordent nos côtes, en France, est-ce sérieux ?

Cette affirmation ne correspond pas tout à fait à la réalité. Il est vrai qu’un grand nombre de cyclones, après avoir frôlé ou touché les Antilles, traversent l’Atlantique dans l’autre sens, c'est-à-dire de l’ouest vers l’est,  dans notre direction. Dans ce sens, ils abordent des régions maritimes de moins en moins chaudes, ils se détériorent, et, agonisants, ils peuvent s’approcher  nos côtes pour les plus persistants mais jamais les atteindre. Il peut alors se produire la transformation suivante : Le cyclone est une dépression qui a un cœur chaud. Ce dernier, moribond, en atteignant ces zones peut recevoir de l’air froid ou rencontrer une perturbation tempérée froide. L’ensemble reprend alors de la vigueur, reconstitue une dépression et une perturbation active, mais dans ce cas le cœur du nouvel ensemble perturbé est froid. Ce n’est plus un cyclone, mais une dépression tempérée qui lui redonne en quelques sortes une seconde vie. Dire  dans ce cas que nous sommes atteints par les restes du cyclone X ou Y est un excès de langage, c’est une dépression tempérée née sur les restes du cyclone X ou Y par l’injection d’air froid dans l’ancien cœur chaud moribond de l’ex-cyclone.

Au plaisir de vous retrouver, vendredi prochain, pour une nouvelle chronique de climatologie.  

 

Commentaire actuel :

Comme Georges, les cyclones actuels, Gustav, Hannah, Ike sont aussi facétieux et jouent avec les nerfs des américains et antillais. On a même annoncé que les restes de Hannah   auraient approché des côtes de France ces derniers jours…

A dix ans près, seuls les prénoms ont changé….

 

Gérard Staron  http://pagesperso-orange.fr/climatologie.staron

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195