Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 20:54

 

Depuis le début du mois de juillet, notre pays subit l’affrontement de deux masses d’airs et il semble bien que l’air froid d’origine polaire vient de connaître des victoires décisives pendant ces derniers jours.

L’anticyclone des Açores a recouvert comme la plupart des étés l’ensemble du bassin méditerranéen, avec une masse d’air particulièrement chaude, mais il a eu de très grosses difficultés à pousser son influence plus au nord comme il le fait lors des très belles saisons caniculaires.

Tout au long de l’été, ses tentatives d’extension ont été perturbées par des descentes polaires attirées jusqu’à la France par une dépression le plus souvent centrée sur l’Irlande ou l’Angleterre. Des perturbations en provenance du nord-ouest ont pu ainsi aborder  notre pays. En arrivant sur l’air réchauffé du continent, elles ont souvent pris un caractère orageux avec des cellules successives remontant du sud-ouest. Ces dernières ont déposé des précipitations plus ou moins intenses suivies d’une chute sensible des températures.

Je vous ai expliqué dans une précédente chronique combien au cours du mois de juillet, chacune de ces descentes froides a eu au fil du mois une puissance de plus en plus faible avec une influence de plus en plus limitée sur les températures. C’est ainsi que juillet a connu une forte chaleur de fin de mois, enfin délivrée des orages.

Après une période incertaine dans les premiers jours d’Août, l’anticyclone a dû battre en retraite sur la France et l’air froid a remporté des succès qui ont fait étendre son influence à l’essentiel du pays.

Il suffit pour s’en rendre compte de suivre la localisation géographique des paroxysmes orageux et pluviométriques subis par notre pays, qui témoignent de l’évolution de l’affrontement.

Le 3 août l’explication la plus plausible de la Tornade de Hautmont est l’affrontement dans le Nord entre la perturbation de nord-ouest qui avançait et la dernière tentative de l’anticyclone méditerranéen de remonter.

Le 6 et le 7 les très gros orages affectent d’abord la partie centrale du pays dans la nuit. La cellule qui provoque le fort vent sur le Cher s’accompagne du dépôt de 20 à 30 mm de la région de Limoges à celle de Bourges. Dans l’après midi du jeudi, un très violent orage de grêle remonte de l’Yssingelais au Beaujolais en déposant localement 40 mm et des masses de glace.

Le 11 et le 12 les très fortes précipitations provoquent des inondations dans la vallée du Rhône au cœur d’une ligne pluvieuse qui s’étire de l’Ardèche au Jura avec plus de 60 mm sur l’ensemble de la diagonale et plus de 100 mm sur la partie centrale de la Drôme.

Les régions méditerranéennes, jusqu’alors à l’abri des calamités pluvieuses, commencent à entrer dans le jeu le 13 août. Elles devraient être les principales vedettes du nouvel épisode qui se profile à l’horizon pour le week-end de l’Assomption.

 Selon les modèles de prévisions, l’air froid semble ne pas vouloir abandonner le terrain dans les jours prochains.

Ainsi, par une suite d’épisodes plus ou moins calamiteux,  l’air froid a conquis peu à peu le territoire national avec en arrière le passage à des températures de plus en plus basses. Chaque fois la chute des températures affecte de façon plus durable les minimales quotidiennes que les maximales qui se relèvent plus rapidement. Par exemple, à la station du Puy Loudes, les orages font tomber les maximales de 26,2 à 20,8° entre le 7 et le 8, les minimales baissent de 16,8 à 11,6°. Jusqu’à la nouvelle baisse du 12 et du 13, les minimales ne retrouvent pas leur niveau antérieur et culminent à 13,8° avant de retomber à 10,4°.  L’ensoleillement permet aux maximales une reconstitution plus rapide avec une pointe à 28° le 10 pour retomber à 19,6° le 13. Il semble que le paroxysme de cette chute du thermomètre se produise au moment de la fête de l’Assomption. L’air chaud méditerranéen a bien tenté de stopper à plusieurs reprises l’avancée de l’air froid, mais les blocages tentés n’ont pu que contribuer à accentuer les calamités orageuses

Cette évolution parait logique par rapport au rythme des températures en liaison avec l’évolution de la durée des jours et des nuits et de l’importance de l’angle d’arrivée des rayons du soleil. Le mois d’août correspond déjà à une baisse sensible de l’énergie solaire reçue sur notre pays. Il ne faut donc pas s’étonner que l’air chaud ait de plus en plus de difficultés à alimenter les hautes pressions méditerranéennes et l’air froid récupère ainsi un début de puissance qui lui donne plus de latitude pour descendre jusqu’à notre pays.

Dans mon ouvrage,  « Le ciel tomberait-il sur nos têtes ? » publié en 2003 aux éditions ALEAS de Lyon, j’ai effectué le décompte par mois sur 10 ans (1991-2000) du nombre de descentes froides. Ces dernières sont maximales en avril, puis leur nombre décroît jusqu’en Août. Selon ces calculs, on tombe sur une moyenne de 2,8 en juillet, or en 2008 on peut en décompter au moins 4. De même Août avec 2,7 est le mois de saison chaude où ces descentes froides  sont les moins nombreuses. Nous sommes à peine à la moitié du mois et ce nombre est déjà dépassé avec 3, si on compte celle en cours du week-end de l’Assomption.

Chaque année on constate qu’au cours du mois d’août, après une première partie souvent chaude, un ou des épisodes orageux donnent un coup d’arrêt à l’été avec une baisse sensible du thermomètre. C’est souvent à proximité de la fête de l’Assomption  que cette chute se produit. Par exemple, les orages du 14 et du 15 août, avaient constitué le point final de la célèbre canicule de 2003 en ramenant la chaleur à des niveaux plus supportables. 

2008 semble la troisième année consécutive où le phénomène se produit plus tôt. La canicule de juillet 2006 s’était terminée par une chute régulière du thermomètre jusqu’au 4 août suivie d’un mois frais. En 2007, l’épisode du 6 au 9 août avait marqué la fin de la chaleur avec des flocons à plus de 2000 mètres sur les Alpes et un épisode pluvieux accompagné d’inondations chez nos voisins helvétiques et sur le Rhin. Dans le passé, en 2001 et 2002, des orages le 11 et le 12 août avaient mis fin à la partie centrale de l’été.

De nombreuses années comme en 2000, les descentes froides de la première partie du mois n’empêchent pas le retour de la chaleur ultérieurement et il faut attendre au-delà du 20 pour qu’un décrochage des températures durable se produise. Dans cette situation on trouve  2004,2005, 1997, etc.

On constate régulièrement au cours de l’été l’arrivée de situations orageuses ou pluvieuses. Certaines provoquent une baisse limitée ou temporaire des températures avec rétablissement de la chaleur ensuite. Dans le courant du mois d’août et surtout au-delà de la fête de l’assomption, l’une de ces situations provoque souvent une coupure nette dans la saison.

La particularité de 2008 se situe à deux niveaux. La plupart des épisodes pluvio-orageux de l’été a provoqué une baisse marquée des températures dès le mois de juillet. Depuis le début du mois d’août une succession de descentes froides a un impact marqué sur les températures. La partie réellement chaude de l’été 2008 a été limitée pour l’instant à une courte période à cheval sur les deux mois.


Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain sur les ondes de Radio Espérance pour une nouvelle chronique originale, le texte étant repris sur les portails Internet zoom42 et zoom43.fr et ce blog. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195