Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 10:03


                         Chronique
climatologique N°43 le 28/07/1995 texte d’origine

 

Nous allons profiter de ces vacances pour traiter de phénomènes marins que vous pouvez  observer.

Le vent est toujours plus virulent sur la mer en effet quand il aborde le continent, ce dernier présente une rugosité qui diminue sa vitesse et modifie sa direction. Un cyclone ou une tempête perd le plus souvent  de sa vitesse en abordant les côtes. Le vent est lié à l’état de la mer et à la puissance de la houle. C’est ainsi qu’au XVIIème siècle l’amiral de Beaufort a mis au point un système de mesure du vent, l’échelle de Beaufort, qui gradue qualitativement de 0 à 12 la vitesse d’Eole en fonction de la nature de la houle. Quand vous écoutez les bulletins météorologiques pour les plaisanciers, et que vous entendez vents force 4 ou  force 6. C’est en fonction de l’échelle de Beaufort que ces estimations sont données. Méfiez-vous  quand vous entendrez force 10, c’est la tempête, dans ces cas sous l’effet des forces vagues, des dépressions qui haussent un peu le niveau marin, et parfois des fortes marées, des déferlantes peuvent atteindre largement plus de 10 mètres au dessus du niveau normal de la mer.

Même caractéristique quand vous écoutez la Météo marine, on vous décrit le temps par zones. En effet, les espaces maritimes qui bordent l’Europe occidentale ont été découpés en secteurs, Utshire, nord et sud Irlande, Dogger Humber pour la mer du nord, pour l’atlantique Golfe de Gascogne. En Méditerranée ces zones sont Lion (pour Golfe du Lion), Provence, Cap Corse, Gènes pour le Golfe de Gènes etc.… Certaines sont trompeuses ; Finisterre ne désigne pas  notre Finisterre en Bretagne mais la zone en face du cap Finisterre  au large de la Galice espagnol et du Portugal, Sole ne désigne pas le continent mais une partie du proche Atlantique. Le vent a toujours eu un rôle important dans la météo marine, d’ailleurs les premières cartes météorologiques des siècles derniers, les pilots charts, le présentaient en fournissant par carrés de 5°de latitude les directions et forces des vents moyens.

Il existe aussi des vents locaux provoqués par le contact mer-terre. Il s’agit des brises de mer et de terre. Les brises de mer ont été étudiées dans la région marseillaise. Dans la journée en été, le continent se réchauffe plus vite que la masse maritime et a tendance à provoquer une petite dépression qui va attirer l’air marin. C’est ainsi que des études effectuées par Météo France prouvent qu’au cours de la journée une brise de mer peut s’établir le matin et remonter progressivement vers le nord au-delà de Salon de Provence dans l’après-midi, avant de disparaitre la nuit. D’autres brises relient montagnes et vallées dans les zones d’altitude.

Le vent et la circulation de l’air atmosphérique peut avoir des conséquences sur l’hydrologie de la mer. Quand le vent et les vagues  amènent l’eau vers les côtes, il se forme un circuit complexe qui chemine le long de la côte en formant ce que l’on appelle la dérive littorale, en effet l’eau qui redescend de la déferlante qui précède  est repris par celle qui suit et ainsi se forme ce courant le long de la côte. En Méditerranée, il va d’est en ouest et rejette les alluvions du Rhône vers le Languedoc, ce qui explique les immenses plages sableuses des dunes languedociennes, et celles plus caillouteuses de Provence. Pour qu’il y ait équilibre au niveau du fluide maritime, il faut que cette eau qui est rabattue vers la côte, puis dérive le long du littoral,, retourne un moment au large. Ceci se produit par de très courts et violents « courants de retour » (courants de baïnes pour certains) où les vagues sont interrompues et l’eau renvoyée vers le fond et le large. Comme ils sont étroits et rapides, il est vain pour les baigneurs, de lutter de front contre ce courant qui vous éloigne de la côte à intervalles réguliers et la seule planche de salut est d’en sortir latéralement. Ces courants de retour sont très redoutés sur les côtes landaises ou du Golfe de Gascogne, les zones concernées sont des secteurs de baignade interdite, quand ils touchent inhabituellement un secteur à forte fréquentation, ils sont extrêmement dangereux, ils peuvent provoquer des noyades, que l’on attribue souvent à tord à des lames de fond, mêmes pour d’excellents nageurs.

Au contraire quand le vent éloigne l’eau de la côte on a ce que l’on appelle des phénomènes « d’upwelling ». Ceci touche les côtes languedociennes affectées par le mistral et la tramontane. Quand vous avez ces vents violents de nord, avez-vous remarqué que les températures de l’eau dans les stations du cap d’Agde, ou de la Grande Motte sont particulièrement fraiches, alors que dans les secteurs de la côte d’azur, qui, plus à l’est, ne connaissent pas ces vents, elles sont très chaudes. Les écarts peuvent être très forts, je me souviens d’un exemple avec respectivement 17° et 24°. L’explication est très simple. L’été ne réchauffe qu’une pellicule assez faible de la mer au dessus de la thermocline, en dessous les eaux de profondeur sont froides, 4° pour l’océan, beaucoup plus environ 13° en Méditerranée. Quand un courant ou un vent venant du continent comme la tramontane ou le mistral attire l’eau de surface chaude vers le large, elle est remplacée le long de la côte par de l’eau froide venant des profondeurs. C’est le phénomène d’upwelling qui explique parfois les températures froides de la mer sur certaines plages du Languedoc. Par ces types de temps, la baignade est peu recommandée, car les nageurs peuvent aussi être entrainés au large avec l’eau chaude.

J’aurais pu aborder un autre aspect de l’hydrologie marine avec les marées. Il est moins lié au climat et plus aux phénomènes cosmiques. En attendant Vendredi prochain, je vous souhaite de ne rencontrer dans vos baignades d’été, ni upwelling, ni courant de retour, pour que, chers auditeurs, vos vacances soient les plus réussies possibles.

 

Commentaire actuel :

Cette chronique est particulièrement d’actualité cet été.

 la position actuelle de l’anticyclone des Açores sur l’Atlantique génère des temps de nord  qui déclenchent le mistral et la tramontane…

Elle facilita aussi la descente de dépressions froides sur l’Angleterre comme au début du Tour de France en Bretagne

Bonnes baignades quand même

 

Gérard Staron

Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195