Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 17:18

                                                                Chronique climatologie n°669

     L’hiver est officiellement terminé depuis le dernier jour de février, c’est pourtant le moment où il a choisi de revenir avec mars. Les documents de Météo France précisent en effet que l’hiver comprend les mois de décembre, janvier et février, mais le ciel se moque des normes administratives, fussent-elles météorologiques et internationales.
Le déroulement de la saison hivernale 2007-2008 est-il si erratique que cela ?
Souvenez vous… La neige avait fait une première apparition à 1200 mètres sur le Pilat le 29 septembre. La saison commence ensuite en fanfare avec une vague de froid exceptionnelle à la mi novembre avec -8,4 à Saint-Etienne-Bouthéon, -12,6° à Saint-Genest-Malifaux. Décembre suit avec la même tendance, l’air froid est indélogeable avec 16 jours de gelées consécutives à mon poste de Saint Etienne. Au changement d’année, l’enneigement est excédentaire, les épaisseurs exceptionnelles sur les Alpes au dessus de 2000 mètres et les températures en dessous des normales.
Ensuite tout change, les perturbations apportent la douceur et la pluie dans la première moitié de janvier surtout sur la moitié nord de notre pays, puis l’anticyclone suit avec son fort ensoleillement et ses températures maximales particulièrement douces. La neige n’effectue que de brèves apparitions sur le Pilat au dessus de 900 mètres
Il faut attendre les premiers jours de mars, donc du printemps administratif, pour un retour tonitruant du froid et de la neige à basse altitude.
Quand j’avais effectué ma thèse « L’hiver dans le Massif Central », j’avais constaté que chaque année, l’hiver connaissait un déroulement particulier avec des doux, des rudes, des longs, des courts, des neigeux, des précoces, des tardifs…
 Il y a bien quelques points de repères, en partie gommés cette année, deux maximums dans la première moitié de janvier et à la mi-février, séparés par un redoux. Le retour de temps de nord avec froid et neige au début mars est aussi un classique du genre qui a très souvent perturbé la course cycliste Paris-Nice pour le franchissement du col de la République ou dans sa traversée du Massif central,  au point de provoquer ce que nous nommons Jean-Paul Bourgier et moi « la malédiction du 13 mars » dans notre ouvrage « conditions climatiques et compétitions cyclistes- atmosphère de courses » publié en 2007 aux Editions L’Harmattan (1).
Il y a toutefois une saison froide qui ressemble étrangement à celle de cette année, il s’agit de 1974-1975. Cette dernière détient encore de très nombreux records de premières neiges précoces. Au dessus de 1000 mètres d’altitude, les chutes commencent aussi, dès le 29 septembre, par exemple à Tarentaise. A toutes altitudes, la neige tombe en octobre sur le Massif central, et quand certains secteurs privilégiés passent au travers de ces flocons précoces, ces derniers n’arrivent qu’en mars et pour de nombreux postes jamais en 1974-75.
La partie centrale de la saison connaît une douceur remarquable et il faut attendre mars 1975 pour l’arrivée le 18 et le 19 d’une vague de froid et de neige qui dépose de grosses épaisseurs sur le Limousin. Une autre se produit à la mi-avril, elle avait déposé 80 cm sur les hauteurs séparant Velay et Vivarais, le jour d’une élection municipale partielle contestée dans ma petite commune de Haute Loire. 
Comme en 2007-2008, l’enneigement avait été abondant à plus de 2000 mètres d’altitude sur les Alpes, mais avait singulièrement manqué en dessous. La saison froide actuelle n’est donc pas si erratique et son bilan chiffré risque d’être plus fourni que celui de 1974-75, par exemple pour le nombre de jour d’enneigement, 6 jours en 1974-75 à Saint-Etienne, 9 déjà cette année.
Ceci nous conduit une seconde question : l’hiver actuel dans sa partie centrale janvier et février a-t-il été si doux que l’on annoncé les médias, sachant que les températures de décembre étaient plus basses que les normales ?
Si je crois les repères climatologiques publiés par Michel Gagnard dans les 2 derniers bulletins des météorologistes d’entre Rhône et Loire, la douceur restera dans les annales pour les températures maximales.
-          En janvier elles se situent entre 3 et 4 ° au dessus des normales avec un rang compris entre le 1er et le 6ème  selon un classement établi en fonction de la douceur pour les 4 stations qui servent de repères Lyon-Bron, Villefranche, Le Breuil et Saint-Etienne-Bouthéon.
-          En février, Les températures maximales atteignent des niveaux conformes avec des écarts aux normales proches de 4° et un classement entre la 4ème et la 6ème place.
Par contre les températures minimales tranchent :
-          En janvier, l’excédent est bien moindre par rapport aux normales, moins de 1° au Breuil et Villefranche, 2,3° à Lyon Bron, avec des rang compris entre la 8ème et la 16 ème valeur la plus douce.
-          La tendance s’accentue en février avec des valeurs proches de la normale, entre -1,3° et 0,5°, des classements compris entre le 22ème et le 34ème sur des durées d’observation entre 40 et 88 ans selon les postes.
Ces températures minimales font rentrer dans l’anonymat les mois de janvier et surtout de février 2008
Si l’ensoleillement a été maximal, record sur la France selon Météo France, Le nombre de jours de gelées n’est pas négligeable et dépasse 50 à mon poste de Saint Etienne depuis le début de la saison, dont 24 pour les deux mois concernés.
La comparaison est particulièrement intéressante avec les mois de janvier et février 2007 réputée aussi pour leur très grande douceur. Si les températures maximales sont égales ou supérieures en 2008 par rapport aux valeurs de l’année précédentes, les minimales sont beaucoup plus basses, surtout en février, avec des écarts supérieurs à 2°.
Dans les deux cas les conditions étaient très favorables à la douceur avec une dominante de hautes pressions. Un facteur nouveau s’est invité en 2008, dont le rôle avait été discret en 2007, le rayonnement nocturne sous ciel dégagé qui provoque une forte déperdition d’énergie pendant les longues nuits et une baisse des températures minimales. Ce mécanisme est très présent dans les régions continentales en hiver où il détermine les températures très basses qui y sont observées en particulier en Sibérie. Pendant les jours de février où le phénomène a pris une certaine importance en France, les régions affectées par les gelées ont représentées un triangle dont le côté continental se situait des Ardennes à l’Alsace  avec une hauteurs qui s’étendait jusqu’au bassin aquitain et parfois aux plateaux de la Meseta espagnole.
Pourquoi ce pouvoir réfrigérant croissant en janvier et février 2008  par rapport à 2007 dans des conditions météorologiques très favorables à la douceur et dans des régions basses continentales souvent urbanisées qui dégagent de la chaleur par leurs activités ? Il peut y avoir des raisons de flux atmosphériques d’orientation différente, mais dans des situations météorologiques proches, on peut s’interroger sur le retour en force d’un mécanisme que l’on a toujours observé mais qui s’imposait beaucoup moins ces dernières années……
Si cette évolution se confirme, il s’agit d’une indication  qui pourrait enlever beaucoup de certitudes sur l’évolution à venir des températures !
Gérard Staron vous donne rendez vous samedi prochain, sur les ondes de Radio Espérance, texte repris sur le portail internet Zoom42.fr
 
(1) Connaissez vous le dernier libre du « tandem professoral »
Jean-Paul Bourgier et Gérard Staron
« Conditions climatiques et compétitions cyclistes – Atmosphères de courses »
Editions de L’Harmattan collection Espaces et temps du sport, 315 pages, 2007
« Ces pages, je les ai dévorées parce qu’elles on le charme de l’inédit et que leur contenu est passionnant » Jean-Marie Leblanc
« Ce livre très original rassemble de très nombreuses analyses de courses cyclistes professionnelles pendant lesquelles les conditions météorologiques ont facilité des performances exceptionnelles, gêné la course, voir provoqué de graves accidents »
 « Vient de paraître »La Météorologie 8ème série N°59 novembre 2007
Revue de la société météorologique de France
               -------------------------------------------------------------------------------------
Partager cet article
Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Record de froid ou fraicheur (au choix) en avril sur la région Stéphanoise
    Depuis 2006, soit 16 ans , jamais un mois d'avril n'avait connu des températures aussi basses autant à Saint Etienne (alt 500m ) qu'à Montregard (alt 990 m) en Haute Loire aux confins des monts du Vivarais et du plateau de Montfaucon . Voici le bilan...
  • Covid : divorce entre discours et statistiques !
    Covid 19 : divorce entre discours et statistiques ! Que n’entend-t-on pas sur la façon dont la France a géré la crise du Coronavirus, on est en retard sur tout, le scandale est partout, on est mauvais sur tout, je vous fais grâce de tous les discours...
  • crues océaniques en cours ( situation 1/02/2021 et évolution probable )
    Des crues des rivières océaniques forment actuellement un puzzle aux 4 coins de notre pays Dans les hauts de France deux zones sont à surveiller : 1) les rivières descendant des collines de l'Artois semblent avoir connu leur maximums La Lys a atteint...
  • les particularités de l'élection américaines de 2020!
    Les particularités de l’élection de 2020 aux Etats Unis ! Un documentaire télévisé titrait « Donald trump est-il capable du pire ? » En réalité il a toujours « joué avec le pire » cela lui a permis de gagner dans beaucoup de circonstances comme homme...
  • L'opérette .... une idée d'étrennes
    Le livre "L'opérette parfum de l'histoire" présenté sur la revue Opéra Magazine ......
  • Prévision du 2 au 5 décembre 2020 : hivernal
    Prévision de Gérard Staron du 2 au 5 décembre 2020 (42, 43, 63, 69) Avec une descente froide en provenance des régions arctiques sur le proche Atlantique, l’hiver est arrivé avec le mois de décembre, son début officiel pour la Météorologie C’est le retour...
  • Cultes, covid et confinement: analyse historique !
    Cultes, covid, et confinement : analyse historique L’année 2020 aura vu à deux reprises l’interdiction des cérémonies religieuses et plusieurs dimanches, des croyants en prière devant leurs églises ! Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver pareil...
  • Prévision du 24 au 28 novembre 2020: les hautes pressions résistent
    Prévision de Gérard Staron du 25 au 28 novembre 2020 ( 42, 43, 63, 69) L’anticyclone se retire derrière les Alpes pour repousser les assauts des précipitations qui remontent du Levant Espagnol qui au maximum atteindront le Mézenc et des perturbations...
  • prévision du 15 au 18 novembre 2020 : Yoyo des tempéartures et du vent
    Prévision de Gérard Staron du 15 au 18 novembre 2020 (42, 43, 63, 69) Les anticyclones méditerranéens tiennent encore bon quelques jours et ils évitent à nos départements de connaitre les excès subis par les côtes de La Manche. Temps restera globalement...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195