Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 21:53

La Météorologie et l’opérette

Gérard Staron

Article Extrait du dernier bulletin N° 155 de l’AMRL paru le 10 mai 2019

Vous êtes habitués à mes facéties ! Cette dernière est liée au livre qui vient de paraitre  aux éditions Spinelle : « L’Opérette parfum de l’histoire » où j' aurais pu ajouter un chapitre « l’opérette parfum de la Météorologie ». En effet, le temps, le climat sont souvent des auxiliaires  précieux pour l’intrigue  dans ces ouvrages de musique légère.

J’ai trouvé  deux airs sur la pluie. Le premier dans « Fandango du Pays basque » de Francis Lopez correspond à l’une des régions les plus arrosée de notre pays avec son  climat océanique. Le second dans « Rip Rip » de R. Planquette à l’acte II, est un quatuor pour mettre en place une atmosphère adaptée qui précède l’endormissement du rôle principal.

Dans la « Belle Hélène » de Jacques Offenbach, le grand Augure de Jupiter Calchas  ne peut pas se passer du Tonnerre à l’acte I pour émettre ses oracles. Louis Varney a commis une opérette intitulé « L’amour mouillé », ce n’est pas ce que quelques esprits grivois peuvent penser, mais bien d’un orage au cours duquel se produisent l’arrivée de quelques personnages nécessaires à  l’intrigue !

Certaines œuvres évoquent les saisons. C’est ainsi que le printemps revient au moins deux fois. Dans Ciboulette, de Reynaldo Hahn, la jeune maraichère et Duparquet le régisseur des Halles « font un beau voyage, c’est le premier jour du printemps » puis décrivent les rencontres fantasmagoriques  qu’ils ont effectué dans leurs parcours entre les halles de Paris et Aubervilliers, à l’époque banlieue maraichère de Paris, aujourd’hui submergée par la ville, spécialisée à l’époque dans la production de choux, le légume qui tient au ventre. L’autre opérette qui évoque le printemps est « les  trois valses »  d’Oscar Strauss au premier acte. Les soirées d’été servent aussi de cadre à quelques airs langoureux de « Monsieur Beaucaire » d’André Messager. L’automne et surtout l’hiver sont oubliés, on comprend pourquoi. 

La nature n’est jamais oublié. Une fleur ou un oiseau accompagne souvent les meilleurs moments. C’est ainsi qu’on trouve l’air du Muguet dans le finale du 1er acte de Ciboulette, celui de la rose dans « Monsieur Beaucaire » de la variété spéciale de Noel, l’évocation du Lilas dans « les trois Valses », la Rose de Noël dans l’œuvre posthume de Frantz Lehar. Pour les oiseaux , le Rossignol autant par Francis. lopez dans « le chanteur de Mexico » que par André Messager  dans « Monsieur Beaucaire »

Vous connaissez l’auteur, voici le site de l’éditeur https://www.editions-spinelle.com 

L'opérette parfum de l'histoire ou de la Météorologie ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Prévisions sur 4 jours
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195